La bataille de Bakhmout : bienvenue dans le cauchemar

Cette bataille est d’ores et déjà considérée comme une des plus sanglantes du XXIème siècle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
war in ukraine source https://unsplash.com/photos/G9Cd4bwdLeo

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La bataille de Bakhmout : bienvenue dans le cauchemar

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 janvier 2023
- A +

C’est – pour le moment – la plus grande bataille de la guerre en Ukraine. À coup sûr, elle entrera dans l’histoire militaire moderne. Celui qui la gagnera ne gagnera pas grand-chose, mais celui qui la perdra perdra beaucoup. Psychologiquement, symboliquement, en termes de moral et d’image, la ville de Bakhmout est un centre de gravité : tous les regards des deux pays belligérants sont tournés vers elle, et le monde entier commence à comprendre qu’il s’y joue quelque chose d’essentiel.

Pourtant, elle est déjà en ruines et n’y vivent – survivent – plus que quelques milliers de civils sur les 75 000 qu’elle comptait avant la guerre. Les uns après les autres, les immeubles disparaissent. Dans la campagne alentour, c’est le même paysage qu’à Verdun : des arbres déchirés, des trous dans le sol, des cadavres – russes, car les Ukrainiens ramassent les leurs. Les rugissements de l’artillerie, des blindés et des avions sont permanents. On y agonise 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Impossible de ne pas penser à Stalingrad, boucherie majeure de la seconde guerre mondiale.

 

Le « hachoir à viande »

L’armée russe veut capturer Bakhmout depuis le 17 mai, date des premiers bombardements. Le 24 mai, les Ukrainiens organisent la défense de la ville.

Nous en sommes donc déjà à huit mois de duel à mort ! À titre de simple comparaison, Stalingrad n’en a duré que sept. En novembre, la ville est déjà détruite à 60 %. Le 9 décembre, Volodimir Zelensky la déclare anéantie. Sur place, l’observateur Peter Stone parle d’un « hachoir à viande ». Cette bataille est d’ores et déjà considérée comme une des plus sanglantes du XXIe siècle. Les pertes, surtout côté russe, sont monstrueuses. L’ombre du généralissime Staline plane sur l’événement : nul, plus que lui, n’était capable de sacrifier ses propres troupes en flux tendu, comme à l’infini, pour conquérir ou conserver une position en dépit du bon sens. Bakhmout constitue une épreuve impitoyable pour le soldat ukrainien mais elle est un authentique cauchemar pour son ennemi qui monte à l’assaut, vagues après vagues, comme on court vers la tombe.

Comme toujours en ce genre de chocs frontaux, l’infanterie est chargée de gagner mètre après mètre, avant de les perdre le lendemain et de les regagner le surlendemain. L’infanterie russe repose sur la tristement célèbre « milice Wagner » dirigée par Evgueni Prigojine, un milliardaire proche de Poutine, notoirement cynique et d’une brutalité sans bornes. Du reste, on ferait mieux de dire « la horde Wagner », tant cette armée privée se montre chaotique en Ukraine, à la fois terrifiante et terrorisée.

 

La déshumanisation en armes

Les hommes de Prigojine sont recrutés pour aller s’empaler sur les positions ukrainiennes et, à force, les fatiguer. Mal équipés, mal formés, mal organisés, la plupart sont des repris de justice mobilisés récemment. Prigojine ne leur demande pas d’être héroïques, ni victorieux, ni même efficaces, mais simplement de déferler sur les tranchées, de harceler l’armée ukrainienne, de l’empêcher de respirer, de la saisir à la gorge jusqu’au délire – quitte, bien évidemment, à y laisser leur peau, et c’est ce qu’ils font. Ne vous aventurez pas à hésiter ou à retourner à votre camp de base : la « police noire » de Ramzan Kadyrov, tueurs tchétchènes recrutés par Prigojine, se chargeront de vous exécuter sans jugement. Chez « les Wagner », on n’a le choix qu’entre se faire tuer par les barrages ukrainiens ou se faire assassiner par ses propres arrières.

Cette description est-elle exagérée ? Aucunement. Sergio Miller, officier du renseignement britannique, témoigne dans l’excellente revue militaire Wavell Room : « Les actions prennent fin lorsque les effectifs, les munitions ou la lumière du jour sont épuisés. Comme dans les bataillons pénaux de l’Armée rouge, la discipline est punitive. Le retrait indépendant n’est autorisé que pour les grands blessés. Le recul, sans ordre ou sans blessure, est puni par une fusillade sur place ».

Tactique du cauchemar

La tactique russe est glaçante. L’absence de considération pour les pertes humaines autorise Wagner à envoyer ses hommes en groupes successifs de 10 à 50 attaquer le même point à plusieurs reprises, inlassablement, et d’échouer autant de fois que nécessaire. Mais dans quel but ? Là est l’horreur. Les petits groupes d’infanterie de Wagner sont suivis par des drones qui repèrent l’origine des tirs défensifs ukrainiens lors des contacts entre les deux armées. En termes clairs : les hommes de Wagner ont pour mission de se faire canarder. Ils servent d’appâts, de cibles vivantes permettant à l’artillerie russe, aux mortiers et aux drones tueurs, de régler leurs tirs. Les kamikazes de Wagner ne sont, hélas pour eux, pas accompagnés par les blindés, qui préfèrent rester à distance. Face à eux, les Ukrainiens ont compris la règle : dès qu’ils ont repoussé une attaque, ils se déplacent, n’hésitent à battre en retraite momentanément, en attendant que leur tranchée soit pulvérisée. Ce jeu macabre semble ne jamais arriver à son terme.

Sergio Miller explique : « Les pertes élevées sont acceptées : il est toujours possible de recruter davantage de prisonniers. Selon des chercheurs russes, le nombre probable de prisonniers recrutés pour la guerre par la Russie s’élève à plus de 23 000 personnes. À ce massacre, il n’y a pas de conséquences sociales, ni politiques. Les morts ne sont pas comptabilisés, ni même recherchés. Les mutilés renvoyés chez eux tentent de toucher des indemnités qui ne sont pas toujours versées. Les commandants et les états-majors des unités, les opérateurs d’armement, les renseignements et les contrôleurs ne participent pas aux assauts. » Les gradés et les techniciens ne risquent rien, ils peuvent enfoncer tant qu’ils veulent la piétaille dans le hachoir. Miller cite un stratège ukrainien : « Les « Wagnériens » ne se lasseront pas : leur but est de nous imposer un échange constant. » Prigojine ne se lassera pas de les sacrifier.

On pourrait dire mille autres choses sur la bataille de Bakhmout. Les historiens ne manqueront pas de s’en charger. Il y aura peut-être des films et des romans sur cette bataille. Mais il faut d’ores et déjà raconter ce que Poutine et Prigojine font subir au peuple russe : une torture. Et cela est d’autant plus vrai que l’importance stratégique de la ville est discutable. Si le Kremlin s’acharne à la conquérir, c’est parce qu’il enrage de ne pas avoir réussi, en presque un an, à mettre la main sur la moindre ville ukrainienne. Pas une seule ! Le ratage est permanent côté russe, le sentiment d’humiliation grandit dans les médias, les oligarques tremblent pour leurs fortunes, l’économie étouffe, la colère de la rue monte comme une marée (il n’y a plus qu’un quart des Russes pour soutenir l’« opération spéciale »), et l’on commence à voir naître des actions de sabotage menées par des opposants pour, en l’accélérant, mettre un terme à la catastrophe. Poutine veut une ville à tout prix pour renverser la vapeur. Il a décidé que ce serait Bakhmout. Et Zelensky a parfaitement compris qu’il faut priver la Russie de tout motif de satisfaction.

 

Une nuit sans bornes

Aux dernières nouvelles, le périmètre de la bataille s’étend et la violence des combat augmente : Bakhmout est comme un trou noir qui attire tout à lui et détruit ce qu’il attire. La raison peine à comprendre comment les Russes font pour ne pas tirer sur leurs donneurs d’ordres et surtout quand les Ukrainiens vont se sortir de ce piège. Un officier ukrainien commente : « Le niveau d’entraînement individuel et collectif des Wagner est faible, le contrôle de la situation dans leurs groupes d’assaut est immédiatement perdu sous notre feu, leurs pertes pendant les attaques sont élevées. Nos soldats repoussent leurs vagues d’assaut, nous gardons confiance. »

Bakhmout n’est pas une exception, mais un concentré de la nature profonde de la guerre en Ukraine : ce conflit est absurde, barbare et il supplicie autant la population russe que l’ukrainienne. Davantage, même ! Car, chez les Ukrainiens, on est fier d’être courageux, on lutte pour sa survie, on aime son armée et on soutient encore en masse Zelensky. Chez les Russes, le désespoir envahit progressivement les pensées. Même dans les cercles les plus fanatiques, à l’Ouest comme à l’Est, la poutinophilie commence à baisser les yeux. Seul un fou peut encore prétendre qu’en 2022, la Russie incarne la civilisation et l’Occident la décadence. Les termes de la négociation chers à Poutine étant inacceptables, parce qu’ils reviennent à rayer la nation ukrainienne de la carte sous prétexte de « dénazification », l’Occident n’a pas d’autre choix que d’aider Kiev et son peuple en armes à résister à l’offensive, jusqu’à extinction complète de la dynamique poutinienne et des méthodes abjectes de Prigojine.

 

Voir les commentaires (82)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (82)
  • Si, il y a un autre choix que d’envoyer plus d’armes et d’encouragements à se faire tuer : la paix. Dommage que l’auteur de l’article n’ait pas l’intelligence de s’en rendre compte.

    • Veuillez signaler cette possibilité à Vlad’, il semble ne s’en être jamais rendu compte depuis qu’il a — surprise — déclenché cette guerre.

      • La guerre est déclenché depuis 20 ans par l’Ouest qui refuse toutes tentatives d’accord raisonnable avec la Russie, voir les aveux de Markel et Hollande sur leurs mensonges lors des accords de Minsk.
        Je ne vois pas notre intérêt a avoir depuis 20 ans une telle politique. La paix c’est écouter l’autre, prendre en compte ces intérêts comme les notres, écouter les populations.

        • Et la paix selon Vlad’, c’est donc pilonner autrui quand il ne tient pas beaucoup à vous, mais ne vous envahit pas pour autant. C’est qu’elle fait rêver, cette paix, dites donc ! 🤡 Je vous invite à la rejoindre sur le terrain, dès que possible.

          • la paix a été proposé à mainte reprise par la diplomatie Russe, donc M.Lavrov pas M.Poutin je vous rappelle que la Russie est une démocratie à la différence de certaine qui disent l’être. Les kiéviens ont refusé tout accord et les réunions organisées en Turquie ont échoué faute de représentant kiéviens , voir même faute à l’assassinat d’un d’entre eux. Mais c’est habituel d’inverser les rôles.

            • Avatar
              LasciatemiCantare
              11 janvier 2023 at 11 h 16 min

              La paix proposée par la Russie ? L’annexion des régions séparatistes, le désarmement complet de l’Ukraine et sa transformation en Etat fantoche sous contrôle de la Russie. Vous trouvez ça acceptable ?

              Mais j’oubliais que sur Contrepoints, il est de bon ton de soutenir la Russie quoi qu’il arrive…

              -2
              • Ici, il est bon de réfléchir par soi-même. Il serait bon aussi d’utiliser un vocabulaire neutre. L’autodétermination dans les régions séparatistes, la neutralité déterminée de l’Ukraine, la primauté du commerce entre les deux blocs sur les hostilités, oui, c’est parfaitement acceptable. Le refuser mérite-t-il de faire mourir des dizaines de milliers de gens, et d’en réduire des millions à la misère ? Je dis non, c’est mon opinion personnelle, elle ne m’a été soufflée par personne, et j’avoue que j’ai du mal avec ceux qui comme vous y sont ultra-violemment opposés.

                • Avatar
                  LasciatemiCantare
                  11 janvier 2023 at 21 h 14 min

                  Je ne souhaite rien d’autre que la paix, mais parler de neutralité ukrainienne post-guerre me semble doucement utopiste. Les exigences russes se rapprochent davantage d’une vassalisation de l’Ukraine, et pour ma part, je vois mal comment on pourrait reprocher à ce pays de refuser la paix à ce prix.

                  Quant à l’autodétermination des régions séparatistes, fort bien. Mais elle nécessite des référendums en bonne et due forme, non les parodies contrôlées par les russes.

                  Le commerce, pour finir, ne pourra s’établir qu’après des dommages de guerre payés par la Russie à un pays en voie de devenir exsangue : qui casse paye.

              • Si vous voulez, allez su bfm! vous aurez du pro kiévien au large lol! Vous rigolez j’espère dans votre com’? Il y a eu de soient disant accords de Minsk qui au final n’étaient qu’un leur (reconnu par Merkel et Holland) permettant aux kiéviens de vendre l’Ukraine à l’occident et à continuer de massacrer les populations russophone du Dombass. Ne rejetez pas la responsabilité de ce qui se passe aux Russes, révisez votre histoire, souvenez vous de maidan , du massacre d’Odessa ou une cinquantaine de manifestants russophone avaient été brulés vis par les kieviens dont beaucoup vouent un culte au nazi bandera. Vous avez la toute les raisons de ce conflit. Les Russes ont certes des intérêts stratégique et économiques dans cette guerre, mais leurs intervention fut aussi causé par les milliers de morts des république du Dombass de 2014-2022. De la à en tirez vos conclusions, il y a un gouffre. Je pense que tout les trolls de la rem se sont donnés rendez vous sur ces com, c’est vrai que de parler d’une guerre qui ne nous concerne pas et qui est un prétexte après une crise sanitaire monté de toute pièces, pour ruiner notre économie afin de la transformer pour faire plaisir aux gourous de Davos, vous est souhaitable pour faire oublier au peuple la période atroce à tout les points de vue , qui l’attends : Chômage, ruines, misères travaille jusqu’à la mort, voici les vrais problèmes que nous devront combattre!! pas ceux d’une guerre qui nous est étrangère et qui est instrumentalisé par l’oligarchie du wef!

                • Avatar
                  LasciatemiCantare
                  11 janvier 2023 at 21 h 05 min

                  « après une crise sanitaire monté de toute pièces, pour ruiner notre économie afin de la transformer pour faire plaisir aux gourous de Davos »
                  Entendons-nous bien, je méprise notre gouvernement et toutes les actions liberticides qu’il a entreprises pour le Covid.

                  Mais quand je lis que tout ça n’est pas le résultat d’une incompétence crasse mais d’un complot mondial, je pense que je ne vais pas perdre plus de temps à lire vos commentaires.

            • « je vous rappelle que la Russie est une démocratie à la différence de certaine qui disent l’être. »

              (…fou rire inextinguible dans l’ensemble de la salle…)

              • comparez avec le macronistan cher ami, ou l’ Apartheid a sévi l’année dernière, ou la répression a fait des centaine de blessés et des morts, royaume d’un homme qui impose ses vues ultra libéral bafouant une histoire multimillénaire et ruinant des gens au nom d’un mondialisme barbare. Oui la salle rit, mais elle rit à votre car vous êtes pathétique.

                • Évitez décidément les pilules rouges, “MorpheusRedPill”, car elles sont hallucinatoires…

                  Quant à votre langue, notamment « ultra-libéral », c’est le vocabulaire en carton de ceux qui n’y connaissent strictement rien. Faites l’effort de lire les articles du site sur lequel vous déposez vos petits commentaires bourrés de moralisme à trois balles, tout en bénissant les pilonnages de Vlad’.

                • @MorpheusRedPill
                  Bonjour
                  « royaume d’un homme qui impose ses vues ultra libérales »
                  Hahahaha ! Macron ultra libéral !!

                  Dites, vous trouvez que l’invasion de la Pologne par A.H était justifiée ? Je dis ça parce que la recette est la même.
                  Vous le dites vous-même : il était question de « russophones’ en 2014, pas de Russes. L’ukrainien et le russe sont assez proches tout de même.

            • « la Russie est une démocratie » ! On croit rêver ….

            • une démocratie où le leader fait assassiner l’opposition? nos valeurs c’est le respect de la liberté individuelle..devant la volonté de la majorité!!!

          • D.F. assure grave, je trouve.

            « La paix c’est écouter l’autre, prendre en compte ces intérêts comme les notres, écouter les populations. » Sors de ce corps, Ségolène Royal !

          • @D.F.
            Rappelez-nous ce qui s’est passé depuis 2014. La France, garante de la paix, a armé Volod avec l’OTAN pour qu’il puisse imposer à ceux auxquels l’accord de paix promettait l’autonomie une occidentalisation des plus forcées et des plus violentes. Alors oui, cette paix-là ne fait pas rêver. Peut-être pourrait-on faire mieux ? En tout cas, quand on a suivi Hollande pour aboutir à des dizaines de milliers de morts, on évite de chercher à continuer à tout prix.
            Et vous, qui défendez la guerre, l’avez-vous rejointe sur le terrain ?

            • « Et vous, qui défendez la guerre, l’avez-vous rejointe sur le terrain ? » La question du teenager. Passé un certain âge, on ne la pose plus.

              (En ce qui me concerne, j’ai rejoint la guerre sur le terrain. Pas celle-là, mais pas moins barbare. Ça ne m’a pas rendu pacifiste.)

            • Avatar
              LasciatemiCantare
              11 janvier 2023 at 11 h 18 min

              Et la Russie a continué, de son côté, à armer allègrement les régions autonomes d’Ukraine.

        • Merci pour ce commentaire enfin réaliste! Je vous rejoins en tout points.

          -1
        • Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé.
          Winston Churchill

        • Avatar
          LasciatemiCantare
          11 janvier 2023 at 11 h 12 min

          Qu’est-ce que vous nous chantez ? Quels accords ? Vous nous ressortez les Accords de Minsk alors que PERSONNE ne les a respectés : ni l’Ukraine, ni les régions séparatistes d’Ukraine, ni la Russie qui a allègrement armé les régions séparatistes.

    • Dommage que vous n’ayez pas l’intelligence de vous rendre compte qu’une guerre d’agression ne peut se terminer que par le retrait des troupes d’occupation après leur défaite militaire. J’imagine que vous auriez dit en 1940 qu’il fallait faire la paix avec « Monsieur Hitler » … c’est d’ailleurs ce qu’a fait un certain Maréchal … ça ne lui a pas porté chance.

      • Merci, Lucchini. Il fallait que quelqu’un se dévoue pour rappeler aux Ouin-Ouin que deux et deux font quatre.

        • Chez moi, les Ouin-ouin désignent les Suisses, ils n’ont pas besoin de conseils en arithmétique (moi non plus) et sur les questions de guerre non plus.

      • Dommage que vous n’ayez que le point Godwin comme référence historique. Commencez par définir vos termes. Qu’est-ce qu’une guerre d’agression ? Que sont des troupes d’occupation, si la population civile les accueille avec des fleurs ? En quoi, selon vous, une guerre, ses morts et ses destructions, est-elle préférable à la paix ? En 40, oui, je me serais enfui face à une idéologie insupportable, et qui n’a rien à voir avec celle de la Russie d’aujourd’hui. Ensuite, aurais-je bombardé Dresde, Berlin et Hambourg ? Certainement pas.
        Votre intelligence supérieure peut-elle expliquer pourquoi il fallait refuser la paix en mars dernier ? Tout le monde s’accorde à dire que le retour à une application réelle des accords de Minsk aurait satisfait la Russie et les indépendantistes Est-ukrainiens, mais que les Occidentaux n’en ont pas voulu.

        • « Commencez par définir vos termes. » La tactique universelle des trolls. Non, cher ami, nous ne sommes pas assez bêtes pour tomber dans votre piège : achetez-vous plutôt un dictionnaire.

          -3
          • Merci, des dictionnaires j’en ai. La tactique des trolls est d’ailleurs à ma connaissance de remplacer les arguments raisonnés par des conseils méprisants, mais troll ou pas, quelle importance par rapport à des milliers de morts ?

      • « Dommage que vous n’ayez pas l’intelligence de vous rendre compte qu’une guerre d’agression ne peut se terminer que par le retrait des troupes d’occupation après leur défaite militaire. »
        Amusant, ça! Vous prônez donc la défaite de l’OTAN et le retrait de ses troupes d’agression ?

    • faire la paix n’est jamais un but de guerre…quel fut le but de cette guerre?
      pour l’Ukraine c’ets clair il est FACILE à la Russie de proposer la paix..sauf que..

      non, il y a des choses qui se règlent par la violence..
      la majorité des russes ne voulaient pas la guerre, le majorité ukrainiens ne voulaient pas la guerre.. POUT INE…a fait ce choix et il a fait le choix de faire de l’occident un « ennemi « à la grande joie de l’otan et de l’ue..un ennemi..c’est pratique..

  • Heureusement qu’il est précisé que les publications n’engagent que l’auteur … je lui conseille d’enlever ses œillères et de regarder la réalité en face.
    Ce n’est pas la défense Russe qui combat à Bakhmout mais le PMC Wagner .
    Il n’y a qu’un son de cloche ici comme cette citation d’un soit disant officier ukro:  » Le niveau d’entraînement individuel et collectif des Wagner est faible, le contrôle de la situation dans leurs groupes d’assaut est immédiatement perdu sous notre feu, leurs pertes pendant les attaques sont élevées. Nos soldats repoussent leurs vagues d’assaut, nous gardons confiance.  » Cette phrase également résume bien un article de propagande au final: « Car, chez les Ukrainiens, on est fier d’être courageux, on lutte pour sa survie, on aime son armée et on soutient encore en masse Zelensky. Chez les Russes, le désespoir envahit progressivement les pensées » .Les rôles sont inversés … il serait préférable d’aller sur place ou de se renseigner avec des sources fiables voir impartiales.
    Cette ville a été fortifié pendant 8 ans par les kieviens comme l’a été le reste du front Est de l’Ukraine grâce aux pseudo accords de Minsk dont on sait aujourd’hui qu’ils n’avaient servi qu’au régime corrompu de kiev de devenir une tête de pont de l’otan, de continuer à massacrer les population russophone des oblasts de l’Est.
    Bakhmout est la porte ouverte sur la route de Slaviansk et vers la rive ouest du Dniepr. Sa perte imminente par les kieviens signifiera à terme la perte de la guerre. Les pertes en hommes sont considérable pour les kievien d’un ratio de 8 contre 1 pour le PMC Wagner. Le régime corrompu de kiev continue malgré tout à s’acharner à sacrifier ce qui reste de sa jeunesse encouragé par les troupes de l’otan qui sont bien présentes sur place . Aujourd’hui la tactique désespérée des kieviens est de bombarder les villes des oblasts de l’Est grâce au LRM et autres armes livrés par l’occident et comme les stocks de l’otan sont quasiment épuisés la fin de cette guerre est proche, ce n’est qu’une question de temps et de température car dès que le générale hiver aura repris ses droits, vos certitudes s’écrouleront comme la défense de Bakhmout.

    • Raison de plus pour faire la paix le plus tôt possible.

    • BIEN DIT On trouve donc dans cette vision de l’auteur de l’article la totalité de la désinformation débile que nous sert un occident aux abois qui a perdu tout contact avec la réalité: on pourrait dire que c’est le contraire exact de ce qui est dit ici qui est vrai.  » Totalement d’accord avec votre analyse, on est submergé par les Trolls anti-Russe. »

      • Avatar
        LasciatemiCantare
        11 janvier 2023 at 21 h 20 min

        C’est drôle, ce qu’on lit plutôt dans cet espace de commentaires, ce sont des trolls pro-russes, qui citent allègrement nombre de faits… non sourcés.

    • Exactement !!! Je vous suis dans vos propos auquel j’ajoute que Vladimir ne s’est pas levé un beau Matin et comme il s’ennuyait il as décidé cette opération .militaire…
      c’est drôle mais on dirait que ça ne gêne pas certains commentateurs de voir l’Europe s’effondrer économiquement pour les beaux yeux de l’OTAN .
      Franchement j’en ai rien à faire de l’Ukraine comme les autres massacres dans le monde ne nous ont pas gêné.

    • Pleinement d’accord avec vous. Cet « article » fleure bon la grossière propagande atlantiste, avec les barbares russes dont seule la sauvegerie et le mépris de la vie humaine compenserait l’incompétence et les pertes massives, c’est risible et digne d’une vidéo de tytelman. La réalité est tout autre, même pour des observateurs occidentaux engagés aux coté de Kiev sur le terrain qui ont su garder un minimum d’objectivité (ex: Lindybeige). Si les pertes russes sont importantes et bien réelles (inévitable dans un conflit de ce type), celles de Kiev sont catastrophiques au point de solliciter de constantes re-mobilisation, devenant indécentes vu les tranches d’ages et des personnes mobilisées. Le « hachoir à viande » évoqué correspond plutôt aux effets de l’artillerie russe, et les cadavres abandonnés aux pratiques ukrainiennes vu le nombre de « manquants ».

      C’est seulement à l’issue du conflit qu’on pourra avoir une vision plus objectives des pertes respectives, et il sera important d’écouter toutes les voix, n’en déplaise à certains, pas seulement des atlantistes. En attendant, je continuerais à écouter des canaux comme « The Duran », ou des voix comme Scott Ritter et Douglas Macgregor pour avoir un réel contrepoint 😉

      • Les trolls pro russes s en donnent à cœur joie
        Comment peut on être poutinolatre et s affirmer libéral ????
        Les contradictions des populistes sont effatantes
        Ils sont en plein délires paranoïaques

  • Bien dit:  » l’Occident n’a pas d’autre choix que d’aider Kiev et son peuple en armes à résister à l’offensive, jusqu’à extinction complète de la dynamique poutinienne et des méthodes abjectes de Prigojine. »
    Oui, et la plus grande majorité des Etats – y compris ceux qui par intérêt économique ne se rallient pas aux sanctions – ont bien compris l’enjeu et condamné par deux fois l’invasion de l’Ukraine et la violation de la Charte des Nations Unies. Cette dernière, en particulier en son article 51, autorise explicitement le « droit naturel de légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas où un Membre des
    Nations Unies est l’objet d’une agression armée, jusqu’à ce que le Conseil de sécurité ait pris les mesures nécessaires pour maintenir la paix et la sécurité internationales. Les mesures prises par des Membres dans l’exercice de ce droit de légitime défense sont immédiatement portées à la connaissance du Conseil de sécurité et n’affectent en rien le pouvoir et le devoir qu’a le Conseil, en vertu de la présente Charte, d’agir à tout moment de la manière qu’il juge nécessaire pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales. » Or c’est la Russie poutinienne, membre du Conseil de sécurité, qui viole la paix (le fait que d’autres l’ont fait par le passé n’est pas une justification pour s’y adonner). Je le rappelle au lecteur-commentateur qui pourfend « l’Ouest ». Si « l’Ouest » et d’autres (encore aujourd’hui) ont été coupables et naïfs c’est d’avoir fait confiance et s’être rendus partiellement dépendants (gaz; démilitarisation RFA; complaisances; connivences; pour certains: importation de blé…) d’un dirigeant tel que poutine.

    • vous avez regardez un map monde ces derniers temps? à l’occasion coloriez en rouge les pays qui ont soutenu l’embargo imposé par les états uniens et que les européens on bêtement suivi.
      Réfléchissez … vous ne trouvez pas que pour un états unien démocrate ultra libéral et progressiste, le rapprochement ces dernières années des européens et des Russes mettant en périls les liens créés de fait depuis la fin de la seconde guerre mondial, n’était pas prétexte à déclencher cette folie? le but étant bien évidement après avoir placé des dirigeant à leur bottes, de détruire ce liens qui commençait à les incommodé au plus haut point! et ça a marché! grâce à une presse aux ordre, à une propagande ignoble, ils vont réussir leur coup! mais au final qui va trinquer? vous en parlerez avec les millions de gens qui vont perdre leur emplois , leur entreprise, leur vie tout ça pour faire le jeux d’une minorité dont votre idole, pathétique vedette jouant avec ses attributs du piano, est corrompu jusqu’à la moelle ! référez vous au panamas paper si vous en doutez.

      -1
  • D’ abord la bataille de Artemovsk/Bakhmut – Soledar (avec Seversk comme « poste » à côté) n’ à commencé que début juillet, après celle de Severodonesk – Lusichang . Et, pour ce qui est de l’ agresseur, je vous conseille le livre de Xavier MOREAU, « Ukraine, pourquoi la France s’ est trompée » (éditions du Rocher) . J’ invite même l’ auteur de cet article à s’ informer sur le régime actuel qui dirige l’ Ukraine . Et poser vous la question : qui est Stepen BANDERA ? Des centaines de milliers de juifs Russo-Ukrainiens pourraient vous en parler, s’ ils étaient encore vivant !

    • Xavier Moreau ? Sérieux ? Vous nous recommandez de lire XAVIER MOREAU ??? Mais ce mec est la plus grosse tanche francophone de toute la guerre ! Il s’est systématiquement trompé sur tout, jusqu’au grotesque ! Voyez la vidéo ci-dessous, elle est imparable ! Que vous accordiez du crédit à ce mec fout en l’air toute votre message.

      https://twitter.com/Skal27641825/status/1610928746608959488

      -3
      • « Quand on veut tuer son chien, on dit qu’ il a la rage » . Xavier MOREAU a quasiment tout prévu les événements, à part celui de Balaklaia/Izioum/Koupiansk (7-13 septembre) . Par contre, il avait anticipé le retrait de Kherson, vu les menaces Ukrainiennes sur le barrage, en amont.
        Autrement, on peut aussi citer Michel SEGAL, « Ukraine histoire d’ une guerre », éditions Autres Temps (paru début 2015) . Il a « la rage » lui aussi ?

  • Petite inexactitude dans l’article : la Russie a effectivement conquis des grandes villes ukrainiennes, et en contrôle encore à ce jour.
    Kherson, Melitopol, Mariupol, sans compter les villes du Dombass (Donetsk, Luhansk…). Dans cette liste, seule Kherson est revenue sous contrôle ukrainien à ce jour.

    • Ni Kherson, ni Melitopol ne sont « contrôlées », comme vous dites. Quand à Marioupol, elle a été entièrement rasée : drôle de contrôle.

      -1
      • « Quand on veut tuer son chien, on dit qu’ il a la rage » . Xavier MOREAU a quasiment tout prévu les événements, à part celui de Balaklaia/Izioum/Koupiansk (7-13 septembre) . Par contre, il avait anticipé le retrait de Kherson, vu les menaces Ukrainiennes sur le barrage, en amont.
        Autrement, on peut aussi citer Michel SEGAL, « Ukraine histoire d’ une guerre », éditions Autres Temps (paru début 2015) . Il a « la rage » lui aussi ?

      • Melitopol est bien sous contrôle Russe, comme Berdyansk et Marioupol . Toute la façade de la Mer Noire.

      • Ce sont les nazis d’Azov qui sont responsables de ce qui s’est passé à Marioupol a vouloir se refugier au sein des civils! Au final ils ont été délogé des bunkers situé sous l’usine d »Azovstal qui elle a été rasé! en parlant de villes rasées, vous étiez aussi en verve quand l’Otan a bombardé Belgrade? quand les états uniens on assassiné 500 000 civils lors de leur bombardement en Irak avec leur guerre imaginée? et l’Afghanistan, la Lybie etc.. on en parle?

  • Tout pue l’anti-russe primaire dans ce papier ; bien au-delà de l’idée que Poutine voudrait établir une URSS.2. Comme quoi il ne suffit pas de lire Soljenitsyne pour percevoir le tragique merveilleux de l’âme russe.
    Les gentils Ukrainiens (pays corrompu jusqu’à la moelle comme le montre la série qui rendit célèbre son pitre-président, celui qui joue du piano avec sa b.te) ramassent leurs morts, pas les Russes, je croyais que seul Korii pouvait être minable à ce point ! Les pertes russes sont considérables, mais ce sont les cimetières ukrainiens que l’on voit sur les vidéos, pourtant ce ne sont pas les « Chaines Telegram » de Russes critiques sur leur pays qui manquent. Puisque que nous parlons de morts parlons de l’étape d’avant : ces vidéos ukrainiennes de conscrits récalcitrants que l’on arrête dans les rues de LLiv ou de Kiev, sont-elles fausses ? L’âge des prisonniers fait par les Russes est-il inventé ? Wagner, c’est bien sur problématique mais pour des libéraux que l’armée soit « concurrentielle » n’est-ce pas dans l’ordre des choses ? Et puis en Irak ou ailleurs n’y-a-t-il pas plus d’un tiers de « contractuels » dans les opérations des États-Unis ?
    Bakhmout ne sert à rien, ben voyons, ce n’est jamais qu’un noeud essentiel de communications, que le verrou majeur de cette partie du front, la prise de Soledar, signe la fin de la bataille pour Artemovsk nom soviétique), si les Russes continuent à faire la guerre pour de vrai (ce qui n’était pas le cas avant Novembre) il se pourrait qu’au printemps la ligne de front englobe Sloviansk et Kupiansk, soit la partie ou la langue et la culture Russe sont archi-majoritaires ; la prochaine bataille sera pour le contrôle de Siversk.
    Pour la seule voie vers la paix, lire cet article, qui bien qu’écrit il y a deux mois, était prémonitoire de la situation militaire : https://lesouverainiste.wordpress.com/2022/11/19/quelle-paix-en-ukraine/

  • Beaucoup de bêtises dans cet article qui ne donne qu’un point de vue unilatéral OTANesque : un jour l’auteur comprendra peut-être que les occidentaux ne disent plus la vérité depuis longtemps et que les anglo saxons notamment sont les rois de la manipulation.
    La réalité, c’est que les ukrainiens se font massacrer (c’est là tout le drame) et que les russes sont prudents et qu’ils avancent méthodiquement dans un terrain extrêmement difficile.
    Mais le reconnaître signifie la fin du narratif anglo-saxon.
    D’un point de vue militaire, on peut se poser la question de l’intérêt d’attaquer si frontalement une position aussi bien fortifiée, plutôt que de l’encercler et en faire le siège ?
    Quant aux détenus engagés par Wagner, cela a toujours existé dans toutes les armées, et je ne suis pas sûr que les ukrainiens n’en fassent pas autant.

    • Vous faites très fort, vous : vous allez plus loin que les éléments de langage du Kremlin. Standing ovation pour votre dévouement à la cause de Vladimir.

      « je ne suis pas sûr que les ukrainiens n’en fassent pas autant » Et moi, je sais pourquoi vous n’en êtes pas sûr : parce qu’ils n’en font pas autant. Vous connaissant, si vous aviez le moindre indice, vous nous en feriez des tartines.

      -2
      • non, vous ne savez rien.

      • Non, il a vu juste . C’ est toi qui fait fort en reprenant la dialectique otanesque . Au fait, dès 2015, le Centre Simon Wiensenthal s’est inquiétait du nazisme Ukrainien – à fort juste titre, visiblement, car Foward vient de montrer qu’ à elle seule, l’ Ukraine surclassé en monuments fachos l’ ensemble des 27 ! C’ est dure la dénazification qui s’ impose !

  • Article à la limite de la propagande…

    On commence par un procédé de déshumanisation des russes (des Orcs, des rashists) digne des commentateurs Ukrainiens.
    « des cadavres – russes, car les Ukrainiens ramassent les leurs » –> peut-être même que les Russes mangent les cadavres…
    On rappelle Stalingrad, car il faut bien montrer que POUTINE = HITLER. Et que l’Ukraine est le valeureux défenseur du monde libre.

    Après avoir déshumanisé Wagner comme il faut ), on parle de la tactique russe digne de la guerre 1914. La source : un officier du renseignement britannique (sans blague… c’est fiable ça ?). Donc on enverrait à l’abattoir des anciens soldats expérimentés et professionnels de Wagner au lieu des réservistes ?
    Combien de morts côté ukrainien à Bakhmut ? Certains parlent de 500 morts par jour, et d’officiers qui auraient demandé à reculer le front et abandonner Bakhmut.
    Combien côté russe ? Difficile de comparer, en fait.

    On enchaîne avec ce paragraphe lunaire :
    « Si le Kremlin s’acharne à la conquérir, c’est parce qu’il enrage de ne pas avoir réussi, en presque un an, à mettre la main sur la moindre ville ukrainienne. Pas une seule ! Le ratage est permanent côté russe, le sentiment d’humiliation grandit dans les médias, les oligarques tremblent pour leurs fortunes, l’économie étouffe, la colère de la rue monte comme une marée (il n’y a plus qu’un quart des Russes pour soutenir l’« opération spéciale ») »
    Pourquoi oublier Marioupol ?
    Ratage permanent selon quelle stratégie ?
    La colère de la rue ? Si on ne l’a même pas vu sur TF1, c’est qu’il ne se passe rien…

    Et on finit sur ça :
    « Car, chez les Ukrainiens, on est fier d’être courageux, on lutte pour sa survie, on aime son armée et on soutient encore en masse Zelensky. »
    A l’inverse des russes, les Ukrainiens sont top. Ne parlons surtout pas de la corruption, des armes qui disparaissent, et des mercenaires européens. Ne parlons pas du bombardement de l’hôpital de Donetsk il y a un mois.

    L’article est foireux en soi, mais SVP :
    CITEZ VOS SOURCES ! Mettez des hyperliens !

    • Il cite sa source : « Sergio Miller, officier du renseignement britannique, témoigne dans l’excellente revue militaire Wavell Room ». À un moment, faut savoir se servir de Google Search, au lieu de s’énerver. Il m’a fallu 10 secondes pour trouver son article. Ça va mieux ?

      https://wavellroom.com/2022/12/15/the-battle-for-bakhmut/

      • Et je pense que la source est peu fiable.
        Et vous avez les références pour toutes ces affirmations (notamment le sondage sur le soutien des russes) ?
        « le sentiment d’humiliation grandit dans les médias, les oligarques tremblent pour leurs fortunes, l’économie étouffe, la colère de la rue monte comme une marée (il n’y a plus qu’un quart des Russes pour soutenir l’« opération spéciale) » »

      • Témoigne ? « Affirme », voire « spécule »…

    • « Pourquoi oublier Marioupol ? »
      Marioupol est rasée. C’est une fierté, pour vous ?

      « Ratage permanent selon quelle stratégie ? »
      Selon la stratégie de Poutine : être accueilli en libérateur et prendre l’Ukraine en dix jours. Il faut qu’on vous fasse une animation en 3D, pour que vous compreniez à quel point il s’est planté ?

      -4
      • Beaucoup de poutinolâtres sont décidément des idéologues maladifs qui, lorsqu’on leur montre les massacres & pilonnages commis par leur idole et les migrations de masse qui s’ensuivent, ne pourront vous répondre qu’une seule chose, à savoir que l’idéologue, c’est vous ! Une palanquée de sinistres clowns, fascinés par le pouvoir impérial et son exécution archaïque, dont même la fonction de conseiller municipal dans un village perdu pourrait représenter sur le long terme un certain risque pour les populations locales…

      • Et vous, qui connaissez la stratégie de Poutine mieux que Poutine lui-même, pourquoi avoir attendu si longtemps pour nous l’exposer ?

      • Marioupol est rasée. Oui, et ? C’est une ville importante prise par l’armée russe. Donc l’auteur ment.
        La stratégie de Poutine n’a jamais été celle que vous mentionnez, sinon il n’aurait pas engagé si peu de forces au début de l’offensive. Il est clair que son but était de forcer des négociations, ce qui n’a pas été une réussite.
        Quelle est la stratégie de Poutine actuellement ? Personnellement, je n’en sais rien.

        • Exactement. C’est clairement par la volonté occidentale que les négociations de mars ont capoté. Poutine avait sous-estimé la volonté et surtout l’intérêt des dirigeants occidentaux à la poursuite de la guerre. Maintien d’un fervent supporter de l’UE comme Zelensky au pouvoir, banc d’essai irremplaçable pour les armes modernes de « vraie guerre » de l’OTAN, bouc émissaire idéal pour les difficultés économiques résultant de l’incompétence franco-Allemande, occasion rêvée pour les USA d’affaiblir le rival européen, renforcement des pouvoirs personnels par la situation de crise, Poutine n’avait probablement pas imaginé que les peuples européens se laisseraient manipuler aussi facilement par leurs dirigeants. Le problème est qu’aucune explication alternative crédible n’a été proposée à ma connaissance.
          Quelle stratégie actuellement pour Poutine ? On peut imaginer qu’il veuille obtenir à peu près la même chose qu’au début : une frontière proche de la limite linguistique avec des états tampon, vassaux de son côté, démilitarisé pour l’Ukraine kievienne. Le moyen pour y arriver est de réduire à néant l’économie, les infrastructures, et les hommes en âge de travailler côté kievien. L’industrie d’armement russe tournant à plein régime, les armes et munitions arrivant à gros débit au front, tandis que la logistique occidentale est poussive et aléatoire, avec des cadeaux inadaptés au théâtre d’opérations comme des véhicules à roues pas vraiment tous terrains, on voit mal l’hiver, et encore moins le printemps, passer sans un retour à la table des négociations.
          Les deux gros problèmes, dont on peut se demander si Poutine les mesure correctement, sont 1. l’absence de garant crédible pour la paix (ni ONU, Chine, Turquie, ne sont crédibles ou candidats) et 2. la dramatique sous-estimation générale de ce que représente la reconstruction d’un pays infiniment plus dévasté que ne l’était l’Europe en 45.

          • Je ne pense pas que le but initial de Poutine était de détruire l’Ukraine ou sa population « militarisable ». Poutine est un « soft » en Russie, et même considéré comme un faible pour avoir laissé faire le coup Maiden de 2014 et les actions antirusses qui ont suivi. Poutine pouvait accepter une ukraine penchant coté occidental (ce qui n’est pas le cas de tout le monde en Russie), en revanche l’OTANisation de l’ukraine avec la menace stratégique pour flotte de la mer noire et l’installation de missiles étaient inacceptables et Poutine pour sa survie politique était contraint à réagir. La même ligne rouge avait déjà été franchie ave la georgie, et la Russie na l’a pas occupé durablement en 2008, elle s’est retiré une fois l’essentiel des équipements OTAN détruit. Elle n’avait pas non plus renversé le pouvoir. Je pense que l' »opération spéciale » en Ukraine visait le même objectif, mais l’OTAN a tenu compte de la leçon georgienne et le pari de Poutine d’obtenir rapidement des négociations en position favorable après un effet de sidération n’a pas fonctionné. On est parti pour une guerre longue et difficile où l’ensemble de l’ukraine va être sacrifiée pour affaiblir l’armée russe, et puis l’OTAN utilisera ensuite la Pologne.

        • Il voulait conquérir Marioupol, faute d’y parvenir, il l’a rasée. Il voulait conquérir l’Ukraine comme Tonton Staline, faute d’y parvenir il rêve de l’exterminer: dans sa fureur infantile il risque bien d’y parvenir puisqu’il a le bouton rouge ad hoc.
          En face, on a très démocratiquement refusé de respecter ses minorités, ça ne peut pas bien se terminer.
          S’accrocher aveuglément à un cadeau empoisonné, comme la Crimée de Krouchtchev, n’était pas un très bon pari, la reprendre par la force non plus.

          -2
          • « il a le bouton rouge ad hoc » Sauf que c’est un vieillard isolé, fatigué et lâche. C’est notre chance.

            -8
            • Le cri du clown le soir par-dessus les roseaux… votre commentaire est ridicule

            • S’il est isolé, malade et fatigué il n’a plus rien à perdre personnellement donc le bouton rouge lui ouvre une sortie tentante. Un officier de tir rationnel et courageux peut résister mais je suppose que ce sont plutôt des fanatiques que le despote a nommés à ce genre de poste.

              -6
          • Vous aussi, vous savez rudement bien ce que voulait Poutine. C’est une tournure d’esprit, ou ce sont des infos privilégiées ? Dans le second cas, merci de nous faire part de vos sources.

    • Les images diffusées par les « musiciens » sur le nettoyage (désolé c’est l’affreux terme) de Soledar sont abominables, c’est l’enfer que décrivaient les Ukrainiens (sans images) mais pour leurs soldats.
      Les images d’assauts sont également difficilement soutenables, manifestement les Russes avaient l’avantage tactique et un moral plus fort.
      Il semble aussi que la précision de leurs tirs devient terrifiante, drone avec caméra sophistiquées et parfois munitions guidées.

  • « l’Occident n’a pas d’autre choix que d’aider Kiev et son peuple en armes à résister à l’offensive »
    Oui, soutenons les banderistes 🙂 dirigés par l’élite la plus corrompue d’Europe.
    Franchement, Pascal, c’est la paille et la poutre là ! C’est tout autant pourri et décadent d’un coté que de l’autre et si on était moins cons ici on ne s’en mêlerait pas : Azov serait à cours d’armes et de personnel et l’Ukraine aurait perdu la guerre depuis longtemps mais au moins les massacres auraient cessé.

  • L’auteur de cet article semble bien informé,il devait nous parler du sabotage des pipelines NordStream.
    Je suis étonné du silence de l’ensemble des médias sur ce sujet,qui pour moi n’est pas un simple detail.

  • Je trouve que la propagande Russe est mieux faite ( ils ajoutent un peu de doute dans leurs affirmations. )
    Je rajoute juste 2 citations ( de mémoire )
    La guerre : le massacre de gens qui ne se connaissent pas pour le profit de gens qui se connaissent mais ne se massacre pas .
    P. Valéry
    On croit se battre pour une patrie , et on meurt pour des industriels
    A.France .

    Mes pensées vont aux pauvres soldats Russes et Ukrainiens qui se font massacrer pour les raisons ci-dessus citées .
    Quand à la paix , ce sera quand les US l’aurons décidé ( et seulement si la Russie est en position de force ).
    Ne nous déchirons pas pour une guerre qui ne nous regarde pas et retrouvons notre capacité à organiser la paix plutôt qu’à devenir cobelligérant ( vassaux) . Vive De Gaulle .

  • Je me suis arrété là: « Les pertes, surtout côté russe, sont monstrueuses. » Je ne vois pas sur quoi ce base le « surtout »…sinon sur de la propagande.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le rapportent les médias, les dirigeants ont réponse à tout. Prix du carburant faibles ? Ils les remontent avec des taxes. Trop élevés ? Ils donnent des aides.

La Dépêche :

« L'indemnité carburant de 100 euros, disponible depuis lundi 16 janvier, a déjà été demandée par plus de 825 000 foyers uniquement lors de cette première journée. Cette aide concerne 50 % des ménages les plus modestes, qui disposent d'un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021. »

Vous prenez la voiture ? Obtenez donc un chèqu... Poursuivre la lecture

Par Dominique Colas.

Au moment de son démantèlement en 1991, l’Union soviétique comptait des milliers de statues représentant son fondateur, Vladimir Lénine (1870-1924). Les quinze républiques constitutives de l’Union, devenues autant d’États indépendants, ont adopté à l’égard de ces monuments des politiques très différentes, qui en disent long sur leur vision politique et historique – ou, du moins, sur celle de leurs dirigeants. On le constate tout particulièrement en examinant les cas, opposés ici comme sur bien d’autres points, de l... Poursuivre la lecture

Rassemblement national Russie présidentielle pro-russe
6
Sauvegarder cet article

Parmi les nombreuses étrangetés qui signalent le conflit en cours, une des premières à avoir frappé l’opinion mondiale a été l’interdiction faite aux Russes de le qualifier de « guerre ». C’était, annonçait le Kremlin, une « opération spéciale », terme qui ne signifiait rien de précis et auquel personne en Occident n’accorda de crédit, mais dont l’usage fut rendu obligatoire en Russie, au point que ceux qui l’ont dénoncé ont fini en prison pour longtemps. L’armée russe déferlait sur le sol ukrainien, elle tuait, détruisait, occupait, son inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles