Les vœux affligeants d’Emmanuel Macron

Après les cinq années perdues du premier mandat d’Emmanuel Macron, nous sommes bien entrés dans les cinq années perdues du second quinquennat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les vœux affligeants d’Emmanuel Macron

Publié le 6 janvier 2023
- A +

Un article de l’Iref-Europe

 

Voilà de longues années que nous analysons les vœux de nos présidents de la République successifs. Et depuis lors, nous avons employé le terme « affligeant » quel que soit le titulaire de la fonction. Notre article pour cette année ne se distinguera pas des précédents.

 

Satisfecit pour 2022 !

Rappelons que les vœux du 31 décembre ont commencé à être politisés avec François Mitterrand. L’exercice a depuis lors consisté à se féliciter des brillants résultats de l’année en cours, prélude aux projets non moins resplendissants de l’année à suivre. Les vœux du 31 décembre 2022 prononcés par Emmanuel Macron s’inscrivent dans la tradition.

Le chef de l’État commence par se congratuler de sa mirifique présidence en 2022, emplie de succès que tout le monde a pu contempler, tant sur le plan intérieur que sur les plans européen et international, avec notamment plus de règlementation et d’impôts, une croissance soutenue, une inflation maîtrisée et un chômage au plus bas. Il est vrai que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et que, hormis quelques affidés et flatteurs en cours, nul ne pourrait se rengorger. Emmanuel Macron n’ose tout de même pas parler dans cette partie de son discours de la dette publique…

 

La « refondation » renouvelée pour 2023

Après cet utile rappel des victoires passées et en cours, notre président offre sa vision pour 2023 -car un « grand homme » sous la Ve République a toujours une grande vision-, en continuité avec ses allocutions antérieures : refonder la France « par notre travail et notre engagement », anaphore qui apparaît dans la partie centrale de son discours.

Une analyse lexicale, fût-elle superficielle, n’est pas inutile. D’un côté, les mots négatifs : corporatisme, discriminations, division. De l’autre, les mots ou les expressions positifs, dans l’ordre des plus cités aux moins cités : travailler, unité, collectif, solidaire, nation, égalité, protection, refonder, transformer, écologique, planification écologique, productif, services publics. Le terme « liberté » est mentionné une seule fois et encore vers la fin du texte.

Comment va s’effectuer la « transformation » chère à Emmanuel Macron ?

Le terme d’État n’est jamais utilisé, ce qui est rare chez lui, mais les mots de France ou de nation, plus encore le « nous » s’y substituent. Les années précédentes, c’était le « moi je » qui régnait mais en cette période de majorité relative à l’Assemblée nationale, il est sans doute préférable d’éviter cette locution. Le point essentiel est la « consolidation de nos régimes de retraite par répartition » et la transmission du « modèle social » français, la « refondation de nos grands services publics ». Traduisons : rien ne changera au fond, aucune véritable réforme ne sera lancée.

Heureusement, notre État providence continue de veiller : il n’est pas question de mettre fin « au quoi qu’il en coûte » puisque le tombereau de gratifications, de secours et autres subventions continuera de s’abattre sur notre pays. L’homme politique débonnaire, le monarque républicain, l’implacable visionnaire lance expressément aux assistés que nous sommes : « Vous aurez des aides » !

 

Des finances publiques à la dérive

Quant aux finances publiques, la « société plus juste sur le plan social » se traduira par « pas plus d’impôts » -donc nullement par moins d’impôts alors même que notre pays est champion ou vice-champion du monde des prélèvements obligatoires. Elle ne se traduira pas « en léguant plus de dette » aux générations futures- donc nullement par moins de dette publique. Pas un mot bien entendu de la décroissance du budget de l’État. Autrement dit, la prétendue « refondation » macronienne est vouée à l’échec et elle doit se comprendre comme une politique d’affichage, à l’image du macronisme.

Nous pouvons donc prédire, malheureusement avec beaucoup d’assurance, qu’après les cinq années perdues du premier mandat d’Emmanuel Macron, nous sommes bien entrés dans les cinq années perdues du second quinquennat. C.Q.F.D..

 

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • A titre personnel, j’attends toujours une manifestation concrète, pour ne pas dire un résultat tangible, de l’intelligence supérieure de ce personnage, tant vantée à longueur d’articles et de plateaux de télévision.

    • Pour moi, une preuve de son intelligence est le fait d’avoir réussi à arriver là où il est sans l’aide d’un parti politique.

      • Et si c’était plutôt une absence d’intelligence des électeurs ?

        • Non ce n’est pas un manque d intelligence plutôt un un manque de connaissance.
          Jamais l éducation nationale vous parle de libéralisme ou si peux.
          Par contre pas de problème pour ce qui est des penseurs du partage,des méchants capitalistes ect cela ne fait pas défaut.
          Maintenant ce n’est certainement pas la seule raison.
          J en suis bien conscient.

      • @Pierre Allemand
        Ce n’est pas de l’intelligence, c’est de l’habileté. Nuance…

      • non, il n’a pas réussi sans l’aide d’un parti : le parti qui l’a poussé est invisible. Il n’en est que la marionnette.

      • Sans l’aide d’un parti politique? Vous êtes sérieux? Que faites-vous de tous ceux qui l’ont mis en orbite? Il a créé son mouvement qui avait aussi tout d’un parti puis, dans la foulée créé son propre parti !

  • Vu mon âge, je ne verrai sans doute pas les résultats de la fabuleuse transition écolo énergétique que ce gugusse nous promet pour environ vers les années 2050. Cependant, bien que non croyant, si je devais me réincarner dans un ado pré-pubère boutonneux, au moins que ce soit quand, après cette date, Macron aura débarrassé le plancher et qu’après avoir touché le fond, nous soyons en train de remonter vers la lumière et les lendemains radieux qui chantent ( si débarrassés des socialos écolos bien sûr).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Depuis Einstein, la théorie de la relativité a rejoint l’univers des métaphores pseudo-analytiques des sciences sociales. Aujourd’hui abondant, cet univers fait passer des images pour des raisonnements, et des procédés stylistiques pour des démonstrations intellectuelles solides. Souvent, ce sont des vues de l’esprit. Si elles n’étaient assises que sur du vent, ce ne serait pas un problème.

Mais ces petits jeux avec les concepts scientifiques ne reposent pas uniquement sur des ambitions littéraires. Ils sont fréquemment les instruments... Poursuivre la lecture

Bercy nous inonde de chiffres généreux, mais à chaque nouvelle promesse nous vient une question : comment la financer ? La réponse est simple : par la dette. C’est-à-dire avec l’argent des prochaines générations.

Il serait fastidieux d’entrer dans le détail de tous les montants avancés, mais certains sautent aux yeux.

 

L'urgence budgétaire plutôt que climatique

Ainsi, Bruno Le Maire annonce fièrement que la dette n’augmentera pas et que notre déficit public passera sous la barre des 5 % du PIB en 2024.

En ré... Poursuivre la lecture

Un article du Risk-Monger

Première partie de cette série ici. Seconde partie de cette série ici. Troisième partie de cette série ici. Quatrième partie de cette série ici.

 

Depuis la période de dialogue entre parties prenantes dans les années 1990 et au début des années 2000, les militants écologistes se sont engagés dans la démarche réglementaire pour tenter de l’influencer.

Et cela a fonctionné pour les victoires faciles (recycla... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles