La Qatargate pourrait-elle priver l’Europe d’une source précieuse de gaz ?

Pour le Qatar, le pragmatisme du gaz devrait rapidement l’emporter sur la morale des valises de petites coupures de Mme Kaili.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Edward Hopper-ish Gas Station By: Naotake Murayama - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Qatargate pourrait-elle priver l’Europe d’une source précieuse de gaz ?

Publié le 25 décembre 2022
- A +

Presqu’île insignifiante de désert sans aucune histoire jusqu’il y a peu, le Qatar est devenu au cours des dix dernières années l’un des leaders de la communication mondiale. Pour les Français, le Qatar est avant tout le sponsor emblématique qui porte depuis dix ans à grand frais le Paris Saint-Germain au faîte de la hiérarchie européenne. Il est aussi depuis peu la vitrine du football mondial avec l’organisation de la dernière Coupe du monde. Les deux idoles mondiales de la finale Messi et M’Bappé ne sont-ils pas les salariés Qatari les mieux payés du monde ? Comme les Émirats, le Qatar représente dans l’imaginaire collectif ce couplage de soleil, d’argent, de luxe et de technologie.

Toutefois, parallèlement à son image high tech et bling bling, la petite péninsule porte une réputation sulfureuse en termes de non-respect des droits humains (certains ont avancé le chiffre de 6500 morts liés à la construction des stades de la Coupe du monde mais ces chiffres restent très contestables) mais aussi quant à sa participation récurrente au financement du terrorisme islamique.

 

En dehors de toute position passionnelle un fait est incontestable : le Qatar est un paradis gazier.

Avec 177 milliards de mètres cubes en 2021 il est le quatrième producteur mondial de gaz (derrière les États-Unis, la Russie et l’Iran) mais surtout le premier producteur mondial de gaz naturel liquéfié (20 % de la production mondiale) à égalité avec l’Australie. Et faut-il le rappeler, depuis que l’Europe veut se délivrer du carcan gazier russe, le GNL est devenu l’une des denrées les plus recherchées du monde. Le Qatar est pour cette raison courtisé par la plupart des pays européens en manque de gaz !

Mais tout récemment une « affaire européenne » est venue perturber la valse diplomatique.

Plusieurs parlementaires européens dont la vice-présidente du Parlement, l’eurodéputée grecque Éva Kaili, ont été pris la main dans le sac. Leur lobbying pro qatari aurait été récompensé en petites coupures (près d’un million d’euros en liquide) saisies à Bruxelles par la police belge. Une affaire digne d’un 007 ou d’un OSS117 ! Sans désigner nommément le Qatar, la police belge soupçonne « un pays du Golfe d’influencer les décisions… du Parlement européen en versant des sommes d’argent conséquentes ou en offrant des cadeaux importants à des tiers ayant une position politique et/ou stratégique significative au sein du Parlement européen ».

En conséquence les députés européens ont suspendu les dossiers Qatari en cours notamment ceux concernant la facilitation d’obtention de visas ainsi qu’un accord sur l’aviation. Ils ont aussi réclamé, le temps de l’enquête, la suspension des titres d’accès des représentants d’intérêts qataris. Il revient désormais à la présidente maltaise du Parlement européen Roberta Metsola d’avaliser (ou pas) cette décision.

Le Qatar rejette de son côté toutes les accusations portées contre lui et « regrette les jugements fondés sur les informations inexactes révélées par des fuites sans attendre la conclusion de l’enquête ».

Chantage oblige, il a aussi indiqué par la voie diplomatique que « cela aurait un impact négatif sur les discussions en cours sur la rareté et la sécurité énergétiques mondiales ».

En d’autres termes, si l’Union européenne s’entêtait dans la procédure, le Qatar pourrait stopper toute livraison de GNL à un vieux continent qui en réclame toujours plus pour pallier les déficits de gaz russe et ce malgré une baisse de la consommation gazière due à un automne particulièrement clément. D’insignifiante, la petite péninsule Qatari est devenue un incontournable partenaire dont il faudra probablement s’accoutumer des frasques financières et islamiques sauf à accepter de payer encore plus cher son gaz et son électricité.

La tentative de la gauche bien-pensante de boycotter la Coupe du monde s’est conclue par un cuisant échec, les Français oubliant très vite les aspects négatifs et répondant massivement au positif : ils étaient près de 30 millions à supporter les bleus lors de la finale. Il en sera très probablement de même avec le Qatargate : le pragmatisme du gaz devrait rapidement l’emporter sur la morale des valises de petites coupures de madame Kaili.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Pas de panique, Scholtz le lèche botte de tous les dictateurs qui lui achètent les produits allemands va résoudre ce problème au niveau de l’Allemagne. La France va pour sa part sûrement pérorer comme un coq débile. Von der Layen va prendre ses instructions auprès de Scholtz pour résoudre ce problème au niveau européen.

  • Un juge belge s’est permis de mettre en prison une députée Européenne après qu’un commissaire de police belge a perquisitionné son domicile de Bruxelles en son absence alors qu’elle officiait à Strasbourg. Ils ont trouvé des sacs avec des billets de 50 et 20 euros, pensez vous que cette député Européenne soit si bête pour cachait de l’argent, qu’elle aurait reçu par des hommes d’affaires Qataries tout aussi stupide ! Franchement

    • En tant que députée européenne (Mais vous vous rendez compte ? EUROPÉENNE!!!) , elle se pensait sans doute à l’abri de ce genre de désagrément. Et l’argent liquide a l’avantage de ne pas laisser de trace.

      Ps: il aurait fallu écrire « …si bête pour cachER… ». De rien.

  • Je pense que les amerlocs sont derrière cette pagaille au niveau européen dans le but d’obtenir l’exclusivité du gaz , ils écartent un concurrent par ailleurs pas assez docile et trop près des Russes , les américains n’ont pas d’amis que des intérêts .

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Sur ce diagramme de RTE (site eCO2mix) on voit clairement les mécanismes en jeu du fait des énergies intermittentes. Mais il y a d’abord plusieurs constatations générales à en tirer.

 

Considérations générales sur l'électricité

La consommation reste faible, en particulier la deuxième quinzaine de janvier. Certes, le froid n’a pas été vraiment là. Les maxi à la pointe ont été d’à peine 80 GW. Tout laisse à penser que si les Français ont sans doute commencé à se restreindre c’est malheureusement surtout l’activité éc... Poursuivre la lecture

L’UE prépare à présent des directives et missions au-delà des frontières de la zone.

Le groupe répand ses bienfaits jusqu’au cœur de l’Afrique.

Rapporte Politico :

« Les projets-phare du Global Gateway de l’Europe visent à offrir aux pays en développement une alternative à la générosité stratégique du programme Belt and Road de la Chine, à travers lequel Beijing projette son autorité sur des voies commerciales, via le développement de ports, des projets dans l’énergie, et des réseaux de télécoms.

Les premiers proje... Poursuivre la lecture

À la fin de l'année dernière, un sommet important s'est tenu à Bruxelles entre l'Union européenne et le bloc commercial de l'ANASE, qui regroupe un grand nombre d'économies d'Asie du Sud-Est à croissance rapide. Ce bloc ayant également conclu un accord de libre-échange avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande en 2009, il revêt une importance majeure.

Malgré les efforts en cours, un véritable accord de libre-échange (ALE) entre l'UE et l'ANASE n'est pas attendu de sitôt. Le diplomate indien chevronné Gurjit Singh a souligné que les sanct... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles