Coupe du monde de football : la défaite du Maroc n’est pas celle de l’Afrique

La défaite de l’équipe du Maroc n’est pas plus celle de l’Afrique que la victoire des « pays du Nord », d’Europe, sur les « pays du Sud ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Sport Football (Crédits : Vramak, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Coupe du monde de football : la défaite du Maroc n’est pas celle de l’Afrique

Publié le 16 décembre 2022
- A +

Au lendemain d’une demi-finale attendue de la Coupe du monde de football, la défaite (par 2 buts à 0) de l’équipe du Maroc n’est pas plus celle de l’Afrique que la victoire des « pays du Nord », d’Europe, sur les « pays du Sud ».

On ne s’étendra pas ici sur les allégations soutenues de corruption dans le processus d’organisation des championnats internationaux de football, y compris de cette Coupe du monde exotique et controversée au Qatar, que renforcent les scandales actuels de conflits d’intérêts, de trafic d’influence et d’enrichissement illicite au sein de l’Union européenne. La série Netflix bien documentée FIFA : Ballon rond et corruption, éclairante sur le règne croissant de l’argent sans odeur dans le milieu du football professionnel depuis cinquante ans suffit à dégoûter tout public exigeant sur les valeurs supposées saines du sport.

Autre tendance, depuis l’Afrique on entend avec lassitude les nombreux et bruyants commentaires média politisés et idéologisés en provenance de la France sur cette Coupe du monde.

Les « décoloniaux » français, Français de souche renégats ou d’adoption ingrats, voudraient imposer dans ce feuilleton mondialisé le scenario d’une revanche imaginaire. La vengeance fantasmée des pays du Sud (Noirs et métissés) où ils ne vivent pas, contre ceux du Nord (Blancs) où ils ne s’intègrent pas ; des opprimés qu’ils n’ont jamais été contre d’anciens dirigeants dont ils ne retiennent que les excès ; des victimes d’un passé qu’ils invoquent indument contre leurs exploiteurs dont ils convoquent injustement les descendants au tribunal mémoriel. Les Français éclairés d’aujourd’hui intenteraient-ils un procès contre l’Italie, au titre de dommages infligés par l’Empire romain dont les bienfaits de la colonisation ont largement contribué au développement ?

Cette tentative idéologique de récupération et de manipulation s’appuie sur une vision simpliste, anhistorique et décontextualisée.

En effet, cette vision assimile le Maroc, pays du Maghreb, à l’Afrique. Or, le continent africain se définit avant tout par sa diversité politique, ethnique et culturelle. Le projet de panafricanisme reste plombé par des ambitions rivales, nationales et claniques.

Le roi Mohammed VI a fait sienne cette phrase de son père, Hassan II :

« Le Maroc est un arbre dont les racines plongent en Afrique et qui respire par ses feuilles en Europe ».

Or, depuis le ralentissement de la croissance économique en Europe, il mène une campagne très active de diplomatie politique et d’investissement économique sur le continent africain pour rejoindre la CEDEAO (Communauté Économique des Pays d’Afrique de l’Ouest), tout en maintenant des liens particuliers avec les pays du pourtour méditerranéen et une relation spéciale avec les États-Unis (le Maroc est le premier pays à avoir reconnu les Etats-Unis). Cette ambition dominante d’un puissant pays arabo-musulman souvent admiré et respecté en Afrique suscite toutefois une certaine crainte de domination auprès des populations d’Afrique noire, occidentale et centrale.

Lors de cette demi-finale, tandis que l’équipe du Maroc (composée exclusivement de Marocains de souche) était unanimement soutenue par les pays musulmans d’Afrique, du Golfe et d’ailleurs, de nombreux Africains d’Afrique noire soutenaient ouvertement l’équipe de France pour la raison politique évoquée et du fait de sa composition ethnique très métissée dans laquelle ils se reconnaissaient.

Dans La haine de l’Occident, essai publié en 2008, Jean Ziegler, ancien député socialiste de Genève et rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, confondait les termes « Occident, Nord, Blancs » pour cibler et justifier la « méfiance viscérale » des pays de l’hémisphère sud face à leur arrogance et à leur aveuglement, et « l’exigence de réparations » de leurs « crimes historiques ».

Soixante ans après les indépendances, cette rhétorique persistante et dépassée entre Nord et Sud exonère toute responsabilité des dirigeants et des peuples africains dans leur sous-développement chronique. On retiendra et soutiendra plutôt cet appel final et salutaire de Jean Ziegler :

« C’est dans leurs cultures autochtones, leurs identités collectives, leurs traditions ancestrales, que les peuples du Sud puiseront le courage d’être libres. ».

En attendant, on espère voir avant tout du sport de qualité dans la finale prochaine d’une Coupe du monde décidément très politisée.

 

Article mis à jour le 16/12/22 à 15h35.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Peu importe du moment que c’est la France blanche et chrétienne qui gagne !
    🤣

  • Je suis Français, je ne me sens pas habilité pour parler au nom et pour les compte des peuples des autres pays de l’UE, je parlerai donc en tant que Français uniquement. M. Jean Ziegler a entièrement raison « C’est dans leurs cultures autochtones, leurs identités collectives, leurs traditions ancestrales, que les peuples du Sud puiseront le courage d’être libres ». Ces « peuples du Sud » ne trouveront jamais leur liberté en espérant envahir et assujettir d’une manière ou d’une autre le « peuple Français du Nord » qui ne leur doit rien d’autre que le respect de leur altérité et de leur humanité. Mais là aussi, il faut qu’ils sachent, « les peuples du Sud » que le respect ça se mérite et ne s’acquiert pas au moyen de « coups tordus ». Il y a longtemps que ces « peuples du Sud » ont acquis leur indépendance, qu’en ont-ils fait ?

  • le titre est assez vague (, ça agace ( on peut prendre le parti de dire que c’ets la défaire de l’afrique..car etc..) ..le développement intéressant, mais pas si on est impermeable au discours victimaire classique;.

  • « La défaite du Maroc n’est pas celle de l’Afrique », pas plus que je ne me sens concerné par la victoire ou la défaite éventuelles de l’équipe française de football …

    • En effet. Même sans la moindre intention de regarder le match, il n’est pas inutile d’enquiller son portefeuille blindé dans son caleçon blindé pour ne pas subir des lendemains trop douloureux.

  • On parle ici, normalement, d’une équipe de Football. De rien d’autre.
    Ce n’est pas parce que l’Islam est une idéologie totalitaire, qui conditionne dangereusement des millions de djihadistes soumis, est aussi la religion officielle du Maroc, et Provoquant des actes de violence et de subversions partout dans une France en décomposition Macronienne, Que ce match concernerait en plus toute l’Afrique.
    Faut arrêter les Délires. La germination de guerre civile concerne la France.

  • 48 h avant le match, lors de son interview, le capitaine de l’équipe de Maroc a dit que si son équipe gagnait, ce serait la victoire du Maroc, de l’Afrique et du monde musulman. Et pas une seule fois il n’a évoqué que ce serait une victoire sportive.

    • ça fait plaisir de croiser des yeux ouverts.

    • bah…et si on lui demande pourquoi il peut dire cela… ( des marocain n’en ont rien à battre!!!! )??? c’est une volonté de pouvoir qui dépasse justement la dérisoire victoire sur le terrain!!! via le propos qui nationalisme chauviniste ou identitaire musulman…

      euh…la france a gagné des coupes du monde…….et il vous est apparu que « la france  » depuis est « victorieuse » hors du domaine dérisoire du foot!!!!!

      pas l’impression..

      c’est le propos bigot standard si tu n’es pas avec nous INCONDTIONNELLEMENT …tu es un traitre.. ben voyons…

      LE vrai sujet .. maintien de l’ordre en france…fin de la clémence envers la violence en groupe… ça vaut aussi pour la manifestation…les mafias..etc…
      toujours justifiée par la victimisation du groupe..qui « légitime » la violence contre le groupe oppresseur.. ben voyons..

      -3
      • est ce que le propos du libéralisme n’ets pas notamment de remettre à leur place tous les cuistres qui usent de la popularité pour piétiner votre liberté de penser?

        ce n’ets pas la france qui gagne ou perd… le sport spectacle est populaire et c’est à peu près tout…

        la popularité est s appréciable quand on en jouir..mais..rechercher la popularité comme le fait ce capitaine est possiblement odieux..

  • Le Maroc a franchi un premier échelon dans la hiérarchie des nations du football, il lui reste à confirmer lors de prochaines compétitions et cela passe aussi par la qualité des centres de formation. Jouer une demie-finale est déjà un résultat extraordinaire.Les délires des politiques ne sont que de l’exploitation de bas niveau.

    • Sans les politiques, que serait le football ?

      • Sur le plan technique et sportif un match de foot est digne d’intérêt, surtout en présence d’ athlètes de haut niveau,mais pas plus que pour d’autres sports collectifs pourtant plus spectaculaires mais qui ne suscitent jamais les débordements divers habituels……. faut-il le rappeler ?
        Ce type d’évènement occupe in fine une place démesurée sur le plan médiatique !
        Chercher l’erreur ?

        • Oui, sans les politiques, ce serait comme le volley. Et encore… Le foot en lui-même bafoue la plupart des valeurs sportives de respect des règles et de l’adversaire. On y apprend surtout à tricher en cachette de l’arbitre et à jouer la comédie pour essayer d’obtenir une décision favorable. Nul autre « sport » ne ressemble autant à la politique…

          • Et par-dessus tout ça le foot vous donne en étrenne :
            « L’Angoisse du gardien de but au moment du penalty »…….souvent contesté !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les tensions internationales actuelles ont accentué un débat qui existe depuis au moins une décennie entre deux visions du monde et des relations internationales : le monde unipolaire et le monde multipolaire. Quand les libéraux sont en désaccord en politique étrangère, cela s’explique souvent par un différend à ce sujet.

Cet article a pour but de montrer que le libéralisme est contraire au concept de monde unipolaire et qu’il va dans le sens du monde multipolaire.

 

Unipolaire vs multipolaire

Pour rappel, par « mond... Poursuivre la lecture

Montréal ville francophone
1
Sauvegarder cet article

Début 2015, dans La langue française : une arme d’équilibre de la mondialisation je dressais un panorama de la situation du français dans le monde, point d’appui pour les militants de la langue française et avec l’espoir de les multiplier.

Sept années ont passé, voyons comment la situation a évolué.

 

Les Français ont l’impression que leur langue est en recul

Ils constatent l’invasion des mots anglais dans leur environnement et l’usage de l’anglais à Bruxelles malgré le Brexit.

À l’inverse les études de l’OIF ... Poursuivre la lecture

Drapeau marocain du Maroc
0
Sauvegarder cet article

Avant de parler de l’éducation en tant que secteur public ou domaine relevant des responsabilités de l’État, il est incontournable d’évoquer sa dimension spirituelle. Elle est la voie de la vertu, le pouvoir de l’être humain d'agir sur sa vie et décider librement ce qu'il envisage pour son avenir. La gestion du secteur est attribuée exclusivement à l’État tandis que la responsabilité à assumer est partagée entre celui-ci, les parents, les élèves et les enseignants.

L’État est appelé à assurer une offre inclusive en qualité et en quanti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles