Elon Musk dit les raisons de son rachat de Twitter

Elon Musk a offert des commentaires plus approfondis sur sa motivation à acquérir Twitter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Sheyene Gerardi spacex ELon Musk BY Telenovela Foro (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elon Musk dit les raisons de son rachat de Twitter

Publié le 30 octobre 2022
- A +

Par Elizabeth Nolan Brown
Un article de Reason

« L’oiseau est libéré. » Le rachat de Twitter par Elon Musk est désormais officiel, et le PDG de Tesla et homme le plus riche du monde a déjà commencé à apporter des changements. Musk aurait licencié certains des principaux cadres de l’entreprise de médias sociaux.

Le New York Times rapporte :

« Jeudi soir, M. Musk a conclu son accord de 44 milliards de dollars pour acheter le service de médias sociaux. Il a également commencé à faire le ménage, avec au moins quatre cadres supérieurs de Twitter – dont le directeur général et le directeur financier – qui ont été licenciés jeudi. »

Selon le Washington Post :

« Twitter devrait également devenir privé vendredi, en dissolvant son conseil d’administration actuel et en mettant fin à la négociation publique de ses actions. »

Musk s’est publiquement engagé à apporter un certain nombre de changements, notamment en restaurant le compte de l’ancien président Donald Trump et en rendant le site plus ouvert aux points de vue divergents.

Hier, Musk, qui a critiqué la façon dont Twitter a censuré la liberté d’expression, a tweeté « the bird is freed ».

Musk a également offert des commentaires plus approfondis sur sa motivation à acquérir Twitter, déclarant la raison principale :

« Il est important pour l’avenir de la civilisation d’avoir une place publique numérique commune, où un large éventail de croyances peut être débattu de manière saine, sans recourir à la violence […] Il y a actuellement un grand danger que les médias sociaux se divisent en chambres d’écho d’extrême droite et d’extrême gauche qui génèrent plus de haine et divisent notre société. Dans leur quête incessante de clics, une grande partie des médias traditionnels ont alimenté et nourri ces extrêmes polarisés, car ils pensent que c’est ce qui rapporte de l’argent, mais, ce faisant, l’opportunité de dialogue est perdue. C’est pourquoi j’ai acheté Twitter. »

Musk a déclaré qu’il n’était pas là pour l’argent mais « pour essayer d’aider l’humanité ».

Il a promis de ne pas laisser Twitter devenir un « paysage infernal où tout peut être dit sans conséquences ! »

Il sera intéressant de voir comment Musk parviendra à trouver la limite entre la liberté d’expression et le paysage infernal. Les plateformes de médias sociaux peuvent certainement faire mieux qu’au cours des dernières années, car la pression exercée par le gouvernement et les activistes s’est accompagnée de la répression d’un nombre croissant de contenus. Mais si de nombreuses plaintes concernant la modération du contenu peuvent certainement être attribuées à la pression politique, une partie du problème découle simplement des difficultés rencontrées pour tenter de contrôler un niveau d’activité d’une ampleur stupéfiante.

Comme l’a écrit Mike Masnick sur Techdirt l’année dernière :

« Il est parfois difficile de faire comprendre aux gens l’importance de l’échelle lorsque nous parlons de l’impossibilité de modérer le contenu à grande échelle. C’est énorme. Et c’est pourquoi, chaque fois qu’une décision de modération de contenu vous déplaît ou que vous n’êtes pas d’accord avec elle, vous devez réaliser qu’elle n’a rien de personnel. Elle n’a pas été prise parce que quelqu’un n’aime pas votre politique. Cela n’a pas été fait à cause d’un programme fou. Cela a été fait parce qu’une combinaison de milliers de personnes à travers le monde et d’une intelligence artificielle encore sommaire prennent un nombre insensé de décisions chaque jour. Et elles ne cessent de s’accumuler, de s’accumuler et de s’accumuler. »

Cela peut ne pas être vrai dans des cas très médiatisés, comme avec Trump, ou l’histoire de l’ordinateur portable de Hunter Biden, etc. Mais en général, une grande partie de ce qui est attribué à une action délibérée et à de l’animosité est bien plus probablement un produit de la technologie, de l’erreur humaine ou de différences non idéologiques dans le jugement humain se produisant aux niveaux inférieurs de la chaîne de pouvoir de Twitter.

Musk peut facilement régler les cas les plus médiatisés, mais le reste sera beaucoup plus difficile.

Et son objectif déclaré de faire de Twitter « la plateforme publicitaire la plus respectée au monde » pourrait également entrer en conflit avec l’objectif d’en faire un havre de liberté d’expression. Les entreprises sont notoirement frileuses quant au contenu qui apparaît autour de leurs publicités et tentent depuis longtemps d’exercer un contrôle sur les plateformes médiatiques traditionnelles (comme les magazines et les chaînes de télévision) si le contenu ne leur plaît pas.

Quoi qu’il en soit, je suis enthousiaste – même si je ne suis pas très optimiste quant à ses chances de réussite – à l’idée de voir Musk tenter d’apporter des changements à grande échelle sur Twitter.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’on regarde la presse de grand chemin, la semaine écoulée fut parcourue des mêmes atermoiements énergétiques que d’habitude, des sempiternelles pleurnicheries politiques et sociales que la France connaît depuis trop longtemps et qui l’engluent dans un surplace maintenant problématique. En revanche, du point de vue des réseaux sociaux, la même semaine fut au contraire riche d’enseignements…

Si l’on suit un peu l’actualité balayée par un Twitter décidément très différent de ce qu’il fut il y a encore un mois, difficile de voir un lie... Poursuivre la lecture

Par Jacob Sullum.

 

Twitter a récemment annoncé qu'il n'appliquerait plus son interdiction des "fausses informations liées au Covid-19", une catégorie définie de manière floue allant des affirmations de faits manifestement fausses aux déclarations vraisemblables ou vérifiables jugées "trompeuses" ou contraires aux "conseils de sources faisant autorité en matière d'information sur la santé publique mondiale et locale".

Le changement de politique remarqué pour la première fois par les utilisateurs environ un mois après... Poursuivre la lecture

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles