Rishi Sunak décevra probablement les partisans des marchés libres

Après 50 jours, Liz Truss est sortie du poste de Premier ministre du Royaume-Uni et Rishi Sunak y est entré.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-10-27 at 15-17-39 Rishi Sunak's first address as UK prime minister - BBC News - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rishi Sunak décevra probablement les partisans des marchés libres

Publié le 28 octobre 2022
- A +

Par .

 

Cinquante jours seulement après avoir perdu contre Liz Truss lors d’une élection à la direction du parti conservateur, Rishi Sunak se retrouve tout de même Premier ministre du Royaume-Uni.

Le Parti conservateur avait initialement rejeté Sunak en raison de ses politiques fiscales en tant que chancelier de l’Échiquier et du rôle qu’il aurait joué dans la chute de l’ancien Premier ministre Boris Johnson. Mais après la tourmente financière qui a suivi le « mini-budget » de Truss, les députés conservateurs l’ont chassée du pouvoir, créant ainsi une nouvelle voie pour Rishi Sunak vers Downing Street.

Dans la compétition hâtive qui a suivi, la plupart des médias conservateurs se sont rangés derrière Sunak en raison de ses avertissements, jugés prémonitoires, sur les effets financiers d’un gouvernement Truss. Johnson a alors décidé de ne pas se présenter et Penny Mordaunt, la seule autre candidate déclarée, s’est retirée après avoir lutté pour passer le seuil de nomination. Sunak a donc été couronné sans opposition lundi dans un retour des plus improbables.

 

Rishi Sunak VS. Liz Truss

Sunak avait été nommé chancelier par Johnson en février 2020 en tant que ministre des Finances plus malléable pour le Downing Street de Johnson et Dominic Cummings. Pendant les premiers stades de la pandémie, il est devenu le chancelier le plus populaire depuis 15 ans en arrosant d’argent les travailleurs attachés aux entreprises fermées par un énorme programme de furlough.

Sa relation avec la base s’est toutefois dégradée au cours des deux années suivantes. Il a d’abord présenté des plans visant à augmenter le taux d’imposition des sociétés de 19 à 25 % pour financer les dépenses liées à la pandémie passée. Il a ensuite rompu l’engagement qu’il avait pris dans son manifeste de ne pas augmenter les impôts des particuliers en augmentant de 1,25 % chacune des taxes de sécurité sociale des employés et des employeurs britanniques. Parallèlement au gel des seuils de l’impôt sur le revenu, la charge fiscale résultant de son action devait atteindre son niveau le plus élevé depuis 70 ans.

La propre démission de Sunak du Cabinet a ensuite contribué à précipiter l’éjection de Johnson. L’ancien chancelier avait une vidéo soignée pour sa candidature prête à être diffusée dès le départ de Boris. Les membres du parti conservateur ont senti un coup de couteau planifié et au fur et à mesure que la campagne pour la direction du parti se développait, sa politique fiscale impopulaire est devenue le principal clivage avec Truss.

Elle s’est engagée à abandonner la hausse de l’impôt sur les sociétés proposée par Sunak et à annuler les augmentations de l’impôt sur la sécurité sociale. Sans réduction compensatoire des dépenses, Sunak a fait valoir que cela risquait de faire grimper les coûts d’emprunt du gouvernement britannique, ce qui se traduirait par une hausse des taux hypothécaires. Truss a gagné le débat mais a depuis perdu l’argument.

Son « mini-budget » a tenu ses promesses fiscales, mais est allé beaucoup plus loin que prévu. Elle et son chancelier ont effrayé les marchés en réduisant également deux taux d’imposition sur le revenu et plusieurs taxes de moindre importance, et en subventionnant un gel des prix unitaires de l’énergie pour les ménages pendant deux années entières. Chacune de ces mesures avait des justifications microéconomiques, mais les marchés se sont emballés devant l’ampleur des emprunts supplémentaires et l’incertitude de leur répercussion sur les taux d’intérêt. Le fait que le gouvernement de Mme Truss ait refusé d’autoriser l’Office for Budget Responsibility à établir des estimations de l’impact de ces mesures sur les déficits n’a rien arrangé.

La livre est devenue très volatile et les coûts d’emprunt du Royaume-Uni ont grimpé en flèche, comme l’avait prédit M. Sunak, surtout après que le chancelier de M. Truss, Kwasi Kwarteng, a promis que d’autres réductions d’impôts seraient accordées. Certains fonds de pension exposés au risque de rendement des obligations ont failli faire faillite, nécessitant une intervention d’urgence de la Banque d’Angleterre. Les taux hypothécaires ont fortement augmenté. Les sondages d’opinion des conservateurs ont chuté.

Mme Truss a fait marche arrière sur plusieurs promesses fiscales afin de rétablir la confiance du marché, alors que les députés conservateurs ont clairement indiqué qu’ils ne toléreraient aucune réduction importante des dépenses compensatoires. Les rendements obligataires sont devenus dépendants de l’évolution de la politique britannique, chutant à chaque fois qu’un signal de conservatisme fiscal était donné. Mme Truss a fini par faire marche arrière, renvoyant son chancelier et permettant à son remplaçant, Jeremy Hunt, d’abandonner presque toutes les réductions d’impôts, à l’exception de l’inversion de la sécurité sociale, tout en ne s’engageant à appliquer la politique énergétique universelle que jusqu’en avril. Le parti s’est réapproprié la réduction du déficit.

 

Sunak, Premier ministre

Et c’est ainsi que Rishi Sunak se retrouve Premier ministre, alors qu’il n’a fait aucune promesse politique au cours de cette campagne plus récente et plus courte. Le nouveau Premier ministre est un conservateur fiscal convaincu et n’a pas peur d’augmenter les impôts pour y parvenir.

Il rend régulièrement un hommage rhétorique aux marchés libres, mais lors de la campagne de leadership avec Truss, il a plaidé en faveur d’une politique commerciale axée sur les producteurs et d’un renforcement des lois déjà strictes du Royaume-Uni en matière d’aménagement du territoire. Ceux qui espèrent qu’il maintiendra les plans non réalisés de Truss pour des politiques de déréglementation, non fiscales et axées sur l’offre risquent d’être déçus.

Le changement de leader sera-t-il politiquement payant ? Les conservateurs s’attendront à un coup de pouce, mais Sunak est le genre de conservateur que les chroniqueurs qui ne voteraient jamais conservateur disent respecter. Est-ce qu’un jet-setter super fortuné sera bien accueilli pendant une crise du coût de la vie à laquelle il a contribué en tant que chancelier ? Le jury n’a pas encore délibéré.

 

 

Traduction Contrepoints

Sur  le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • De toute façon réduire les impôts sans réduire les dépenses ne sert à rien. La différence est empruntée sur les marchés financiers, qui provient soit de l’épargne des citoyens (ce qui revient in fine à une taxe, ou à une taxe dans le futur l’emprunt est remboursé), soit par la planche à billet, ce qui crée de l’inflation. Si les conservateurs s’opposent à toute réduction des dépenses, alors ils ne sont pas libéraux.

    • De là à en conclure qu’il faut augmenter impôts ET dépenses…
      Il faudrait au contraire être un peu innovant. Le premier problème est le coût de l’énergie, et il peut facilement être réduit plutôt que faire l’objet de boucliers tarifaires, en GB comme ailleurs, qui plombent sans remède les dépenses. Comment ? En imposant la paix en Ukraine et en rapportant les sanctions… Accessoirement, ça sauverait quelques milliers de vies ukrainiennes et russes.

      • En laissant le squatter occuper votre chambre …

        -1
        • Si ma fille choisit un mec et demande qu’il loge avec elle dans sa chambre chez moi, je ne l’appelle pas « squatter », même s’il a d’autres idées que celles que j’aurais voulu inculquer à ma fille. Et si des milliers de vies sont en jeu, je réfléchis à deux fois avant de lui tirer dessus.
          Sinon, ceux qui sont pour la guerre feraient bien d’en accepter les conséquences.

      • La paix et l’absence de sanctions sont quand même bien des conditions sine qua non au libre marché !

  • Ca y est ! Les Anglais ont aussi trouvé leur Macron.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce doit être un effet de la pensée complexe jupitérienne qui veut ça, une pensée complexe dont je suis à l'évidence complètement dépourvue, mais le fait est que selon mon point de vue, les déclarations élyséennes, toujours très enflammées, toujours très littéraires, se succèdent avec une belle cadence sans vraiment coller logiquement les unes aux autres.

Ceci avec le risque non négligeable de voir se poursuivre inlassablement la hausse de la dette et des dépenses publiques françaises que le FMI, après beaucoup d'autres organismes, vien... Poursuivre la lecture

Après le bref passage de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique, le Parti conservateur britannique continue de lutter, accusant un retard de 15 points de pourcentage sur l'opposition travailliste dans les sondages d'opinion. Il est intéressant de noter que Boris Johnson et Liz Truss ont lancé un défi à l'autorité du nouveau Premier ministre Rishi Sunak en rejoignant une rébellion conservatrice soutenant les parcs éoliens pour faire face à la crise énergétique.

Le journaliste britannique de GB News, Tom Harwood, a déploré la... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles