Les centres de progrès (16 ) : Amsterdam (ouverture)

Pendant l’âge d’or néerlandais, Amsterdam a été un centre précoce de la mondialisation, illustrant l’ouverture aux idées, aux personnes et aux biens étrangers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Gaurav Jain on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres de progrès (16 ) : Amsterdam (ouverture)

Publié le 24 octobre 2022
- A +

Par Chelsea Follett
Un article de HumanProgress

Notre seizième Centre du progrès est Amsterdam entre la fondation de la République néerlandaise en 1581 et l’invasion militaire française de 1672.

Pendant l’âge d’or néerlandais, Amsterdam a été un centre précoce de la mondialisation, illustrant l’ouverture aux idées, aux personnes et aux biens étrangers. Au XVIIe siècle, les Néerlandais ont ouvert un réseau commercial mondial avec l’Extrême-Orient et ont gagné une part croissante du commerce mondial. La ville était également remarquablement tolérante en ce qui concerne les libertés religieuses et intellectuelles. Les philosophes controversés et les réfugiés religieux ont trouvé un refuge sûr dans la ville. Amsterdam a servi de siège à la première société multinationale du monde, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, qui a été fondée en 1602. Amsterdam peut s’attribuer le mérite d’avoir abrité la première bourse moderne, qui fonctionne sans interruption depuis le début du XVIIe siècle et qui est communément considérée comme le plus ancien marché de valeurs mobilières au monde. Alors que les innovations commerciales et financières enrichissaient la ville, Amsterdam est également devenue un leader mondial dans le domaine des sciences et des arts.

Aujourd’hui, la ville portuaire d’Amsterdam est la capitale des Pays-Bas, mais pas le siège du gouvernement du pays, qui se trouve à La Haye. C’est également la ville la plus peuplée des Pays-Bas. La ville est surnommée la « Venise du Nord » en raison de ses nombreux canaux datant du XVIIe siècle, qui sont reconnus comme un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les fortifications de la ville construites entre 1883 et 1920, connues sous le nom de Ligne de défense d’Amsterdam, constituent un autre site du patrimoine mondial de l’UNESCO. La ville est célèbre pour sa vie nocturne et ses nombreux sites historiques et musées tels que le musée Van Gogh. Le palais royal néerlandais se trouve également à Amsterdam, bien que la famille royale actuelle ne l’utilise pas comme résidence principale. La ville reste le centre commercial des Pays-Bas et l’un des principaux centres financiers d’Europe. Amsterdam est également l’une des villes les plus multiculturelles du monde, avec au moins 177 nationalités différentes représentées parmi ses résidents. Ce degré extraordinaire de multiculturalisme fait depuis longtemps partie du tissu de la ville.

Le nom d’Amsterdam provient des origines de la ville, un village de pêcheurs qui a vu le jour au XIIe siècle dans une zone plate et basse, près d’un barrage sur la rivière Amstel. Une partie d’Amsterdam se trouve sous le niveau de la mer, sur des terres que les Néerlandais ont réussi à récupérer des lacs, des marais et de la mer du Nord.

Selon l’écrivain suédois Joakim Book :

« Pendant des siècles, les habitants des côtes atlantiques ont creusé et endigué des zones lorsque la marée descendait, asséchant progressivement les marais salants et étendant les terres […] Aujourd’hui, plus d’un tiers du territoire de cette nation prospère d’Europe du Nord se trouve sous le niveau de la mer […] Les Néerlandais disposent de l’un des systèmes anti-inondation les plus sophistiqués au monde« .

Aujourd’hui encore, les Néerlandais comptent parmi les meilleurs ingénieurs hydrauliques du monde, et l’American Society of Civil Engineers a placé les systèmes de protection des eaux du pays sur sa liste des sept merveilles du monde moderne.

Historiquement, Amsterdam n’était pas seulement un centre d’ingéniosité, mais aussi de tolérance et d’ouverture. Pendant les guerres de religion en Europe, Amsterdam était un refuge pour les protestants de toutes sortes, y compris les huguenots français. La ville était fière d’accorder la liberté de conscience (geweten) à tous les résidents, ce qui était conforme aux croyances de la faction calviniste régnante de la ville.

La tolérance de la ville ne répond pas aux normes modernes, bien sûr. Les manifestations publiques du catholicisme sont illégales et les églises catholiques doivent répondre à des critères très restrictifs et rester cachées à la vue du public. Mais à une époque où l’intolérance religieuse pouvait être mortelle et où même les différentes dénominations protestantes s’opposaient souvent amèrement les unes aux autres, Amsterdam a adopté une approche relativement ouverte. Les Amstellodamois ont accueilli et courtisé des étrangers compétents et riches de diverses croyances, considérant les intellectuels et les marchands ayant des relations internationales comme des membres précieux de la société. Ils ont agi ainsi à une époque où de nombreux autres pays européens devenaient plus insulaires et intolérants sur le plan religieux.

Amsterdam est devenue une métropole cosmopolite animée, sa population ayant doublé pour atteindre environ 50 000 habitants entre 1570 et 1600. En 1600, un tiers des Amstellodamois étaient nés à l’étranger. Amsterdam était également le centre de la communauté juive néerlandaise. La révolte contre les Espagnols, qui a conduit à la fondation de la République néerlandaise et donné le coup d’envoi de l’âge d’or du pays, a également entraîné un afflux de Juifs ibériques en quête d’une plus grande liberté religieuse. Amsterdam a rapidement accueilli des réfugiés juifs de la guerre de Trente Ans (1618-1648) et de la guerre cosaque-polonaise (1648-57). Aujourd’hui encore, l’un des surnoms de la ville est Mokum, un terme yiddish qui signifie lieu ou refuge. (Des siècles plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, Anne Frank et sa famille se sont cachées des persécutions nazies dans une maison du canal d’Amsterdam construite au XVIIe siècle). La tolérance d’Amsterdam a permis à la ville de se développer. Dans les années 1660, vers la fin de l’âge d’or néerlandais, la population de la ville atteignait 200 000 habitants. C’est à peu près la même population que celle de Madison, dans le Wisconsin, aujourd’hui. Pour comparaison, la plus grande ville de l’époque était probablement Constantinople ou Pékin, qui comptaient toutes deux plus de 700 000 habitants.

Amsterdam a été au cœur de l’âge d’or néerlandais, lorsque les Pays-Bas sont passés d’une petite nation obscure au bord de la mer du Nord à l’un des pays les plus influents du monde. En fait, Amsterdam a été appelée la « capitale de l’âge d’or ». On peut donc dire que l’essor des Pays-Bas a résulté d’une expansion économique rapide et continue centrée sur Amsterdam.

Parmi les principales exportations néerlandaises figuraient le fromage et le poisson de la mer du Nord, comme le hareng. En 1602, plusieurs sociétés commerciales néerlandaises rivales ont uni leurs forces pour former la première société multinationale du monde, dont le siège est à Amsterdam. La Compagnie néerlandaise des Indes orientales a facilité le commerce avec l’Inde moghole pendant la période de proto-industrialisation de cette dernière. La société importait des biens tels que des textiles et des soies, assurait le transport maritime et se diversifiait dans diverses autres activités commerciales. En raison de sa complexité, elle a été qualifiée de proto-conglomérat. La Compagnie néerlandaise des Indes orientales a également été désignée comme le prototype ou le précurseur de la société moderne. Cette mégacorporation était à la fois un employeur transcontinental et un pionnier de l’investissement direct étranger. La création de la société a sans doute été un épisode clé de l’avènement du capitalisme moderne. Il convient de noter que la société était également liée de manière effroyable à la traite des esclaves néerlandaise et à l’expansionnisme colonial. L’esclavage était encore courant dans de nombreuses sociétés à l’époque, et les colons néerlandais ne faisaient pas exception.

L’ouverture d’Amsterdam au commerce s’étendait au-delà des biens et services traditionnels. Les Amstellodamois négociaient également des actions. Il est vrai que Bruges abritait la première bourse, où des banquiers italiens en voyage échangeaient des titres dans l’auberge de la famille Van der Buerse (d’où le mot bourse est dérivé) au début du XVe siècle. Toutefois, la plupart des spécialistes s’accordent à dire que c’est à Amsterdam que l’on doit la première bourse au sens moderne du terme. La Compagnie néerlandaise des Indes orientales a créé la Bourse d’Amsterdam en 1602, et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales est devenue non seulement la première société moderne, mais aussi la première société au monde à être cotée en bourse.

Le commerce maritime sur de longues distances était une entreprise risquée, les marchandises voyageant d’Asie en Europe étant susceptibles d’être perdues dans des naufrages ou volées par des pirates. La bourse permettait de répartir les risques (ainsi que les dividendes) du commerce international entre un large groupe d’investisseurs. Lorsqu’un voyage se terminait par un naufrage, aucune entité n’avait à supporter le coût total de la perte. Lorsqu’une expédition était couronnée de succès, de nombreux investisseurs en profitaient. Les actionnaires ont rapidement acquis la capacité de transférer leurs actions à des tiers et, au milieu du XVIIe siècle, la bourse florissante a inspiré la formation de « clubs de commerce » autour d’Amsterdam. Ces clubs se réunissaient dans des cafés ou des auberges de la ville pour discuter des transactions et cultivaient une communauté croissante de négociants. Les Pays-Bas ont malheureusement été le théâtre de la première grande bulle financière spéculative, lorsque les prix des contrats de bulbes de tulipe sur le marché à terme ont atteint des sommets sans précédent avant de s’effondrer en 1637.

L’historien français Fernand Braudel a contesté l’opinion largement répandue selon laquelle Amsterdam a été la « première bourse moderne », mais a admis que la bourse d’Amsterdam avait une importance historique :

« Ce qui était nouveau à Amsterdam, c’était le volume, la fluidité du marché et la publicité qu’il recevait, ainsi que la liberté spéculative des transactions« .

En somme, la quantité d’activités commerciales qui s’y sont déroulées était sans précédent.

Amsterdam devient de plus en plus prospère grâce à son rôle de centre financier et d’acteur clé du commerce international. Alors que la République néerlandaise devient l’un des pays les plus riches du monde, les Néerlandais investissent dans la science et l’art. C’est à cette époque que les Néerlandais ont inventé la microbiologie, découvert Titan, la lune de Saturne, et inventé l’horloge à balancier. L’âge d’or néerlandais a également donné naissance à certains des peintres les plus appréciés de l’histoire, tels que Rembrandt (1606-1669), qui travaillait à Amsterdam, et Vermeer (1632-1675), qui vivait à Delft mais recevait des fonds artistiques des Amstellodamois, dont le négociant en soie et collectionneur d’art Hendrick Sorgh (1666-1720).

La tolérance réputée d’Amsterdam a attiré des penseurs d’avant-garde comme le philosophe français René Descartes (1596-1650) et le « père du libéralisme » anglais John Locke (1632-1704), qui y ont trouvé refuge pendant un certain temps. L’atmosphère de la ville a également donné aux Amstellodamois de souche, comme le philosophe Baruch Spinoza (1632-1677), la liberté intellectuelle d’explorer leurs idées. Amsterdam était disposée à imprimer de nombreux livres controversés que d’autres villes européennes ne voulaient pas publier, ce qui a incité divers intellectuels étrangers – comme le philosophe politique anglais Thomas Hobbes (1588-1679) – à faire imprimer leurs livres dans la ville néerlandaise.

L’âge d’or néerlandais a pris fin brutalement en 1672, communément appelée Rampjaar ou « année du désastre », lorsque la guerre franco-néerlandaise a éclaté.

Les troupes françaises et leurs alliés ont presque envahi les Pays-Bas et causé de grandes destructions. Les Néerlandais n’ont réussi à arrêter l’avancée de Louis XIV qu’en inondant intentionnellement leur propre pays. Les Hollandais avaient développé un système défensif ingénieux appelé la Dutch Water Line. La Dutch Water Line pouvait rapidement inonder le pays et transformer les Pays-Bas en quelque chose de proche d’un ensemble d’îles. Les Néerlandais avaient déjà utilisé l’inondation intentionnelle comme tactique militaire depuis la guerre d’indépendance néerlandaise (1568-1648), mais la Dutch Water Line a porté le concept à un niveau supérieur. Les Néerlandais ont délibérément inondé leur pays d’une couche d’eau trop profonde pour permettre à une armée d’invasion d’avancer à pied, mais trop peu profonde pour que les bateaux puissent la traverser. L’inondation a paralysé les mouvements à travers les Pays-Bas et a stoppé l’invasion française.

Aucune ville n’illustre mieux les avantages de l’ouverture sociale et de la mondialisation précoce que la ville d’Amsterdam, à l’époque de l’âge d’or néerlandais. En accueillant des personnes, des marchandises et des idées étrangères, ce qui n’était au départ qu’un petit village de pêcheurs est devenu une capitale mondiale prospère de la philosophie, de la science et de l’art. Le commerce à grande échelle, les nouvelles structures d’entreprise, les innovations dans le domaine de la finance et de l’ingénierie et l’acceptation de réfugiés intellectuels et religieux ont contribué à la réussite d’Amsterdam. Pour ses innombrables réalisations révolutionnaires et l’attitude d’ouverture sous-jacente qui les a rendues possibles, l’Amsterdam du XVIIe siècle est à juste titre notre seizième Centre du progrès.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Passionnant ! Et si Louis XIV s’était abstenu d’agresser un pays florissant, d’Artagnan n’aurait pas perdu la vie dans cette guerre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
logo anarchie
2
Sauvegarder cet article

On associe régulièrement le libertarianisme, l’aile la plus radicale de la philosophie libérale, aux idéologies de droite ou encore au mouvement conservateur américain. Historiquement et politiquement, l’association n’est pas dépourvue de fondements. Comme l’a très bien rappelé Sébastien Caré dans son essai de 2010 intitulé Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d'un mouvement asocial, si le mouvement libertarien aux États-Unis s’est construit en s’autonomisant du conservatisme moderne à partir de la fin des années 1960, il s’enracine d... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett

Notre vingt-et-unième Centre de progrès est Bologne, où est situé la première université (telle qu'elle est communément reconnue) qui se trouve être aussi la plus ancienne en activité dans le monde aujourd'hui. L'université de Bologne, dont on dit traditionnellement qu'elle a été fondée en 1088, a été la première institution à décerner des diplômes et à promouvoir l'enseignement supérieur à la manière d'un collège ou d'une université moderne.

Aujourd'hui, Bologne est la septième ville la plus peuplée d'Italie... Poursuivre la lecture

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles