Les centres du progrès (13) : Florence (art)

Véritable moteur de la Renaissance, Florence a non seulement fait revivre les connaissances perdues des textes gréco-romains, mais a également révolutionné l’art.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by brooklyn on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres du progrès (13) : Florence (art)

Publié le 2 octobre 2022
- A +

Par Chelsea Follett
Un article de HumanProgress

Aucune ville n’illustre peut-être aussi parfaitement l’idée de progrès que Florence à la Renaissance. Connue comme « le joyau de la Renaissance italienne », et parfois comme « le lieu de naissance de la Renaissance », Florence a été au cœur de trop de développements révolutionnaires pour les mentionner tous. La ville a contribué à des avancées significatives dans les domaines de la politique, des affaires, de la finance, de l’ingénierie, des sciences, de la philosophie, de l’architecture et, surtout, de l’art. Florence a produit des projets artistiques historiques tout au long de la Renaissance italienne (1330-1550 ap. J.-C.), en particulier au cours du XVe siècle, l’âge d’or de la ville. La contribution des Florentins au progrès de l’humanité est d’autant plus étonnante qu’une pandémie a tué la moitié de la population de la ville au XIVe siècle.

Aujourd’hui, Florence est la capitale de la région italienne de Toscane. La Toscane, connue pour sa beauté naturelle et architecturale, est peut-être la région la plus photographiée d’Italie. Florence est également la ville la plus peuplée de Toscane, avec plus de 300 000 habitants et 1,5 million de résidents dans sa grande région métropolitaine. Avec sa longue histoire et ses paysages saisissants, Florence est une destination touristique populaire qui mérite souvent de figurer sur les listes des plus belles villes du monde. Le centre historique de Florence est un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Florence est également un centre clé de l’industrie de la mode en Italie.

Cela tombe bien, car l’histoire de la montée en puissance de Florence a commencé avec le tissu.

Plus précisément, le tissu en laine. La Toscane regorge de moutons et de pâturages, et pendant des siècles, la ville a produit de la laine sur place. Mais vers 1280, les Florentins ont commencé à importer de la laine d’Angleterre. La laine anglaise était de meilleure qualité. La rivière de Florence, l’Arno, permettait de nettoyer de grandes quantités de laine importée.

Florence jouissait d’une position commerciale centrale entre l’Est et l’Ouest. Certains marchands florentins ont réalisé que leur ville était parfaitement située pour combiner la laine de première qualité d’Angleterre avec les meilleures teintures d’Asie, ce qui permettait d’obtenir des tissus en laine d’un luxe unique. Le tissu de laine florentin a rapidement été très demandé dans toute l’Europe. Au XIVe siècle, un tiers de la population de Florence travaillait dans l’industrie de la laine.

Le commerce international a donc mis Florence sur la voie de la réussite dans le domaine du tissu. L’essor de l’industrie textile de la ville a donné naissance à une classe marchande nombreuse et riche. Au fur et à mesure que les Florentins s’enrichissaient, de nouvelles innovations financières et bancaires ont contribué à la prospérité de la ville.

À mesure que la richesse de Florence augmentait, ses habitants avaient besoin d’échanger des quantités de plus en plus importantes de florins (c’est-à-dire la monnaie de la ville de 1252 à 1533 après J.-C.). C’est ainsi que Florence est devenue la première ville depuis des siècles à produire en masse de la monnaie en pièces d’or. Les banquiers florentins sont rapidement devenus des experts renommés en matière d’évaluation des pièces, et le florin est devenu la monnaie la plus fiable d’Europe.

En outre, Florence est devenue la première cité-État dont les banquiers ont facturé des intérêts sur les prêts.

Historiquement, la plupart des banquiers européens ne facturaient pas d’intérêts, car cela était considéré comme un péché appelé usure. Cependant, accorder des prêts sans facturer d’intérêts est risqué et généralement peu rentable. C’est pourquoi, pendant de nombreuses années, les Juifs ont été parmi les seuls Européens à pouvoir se lancer dans le prêt d’argent sans faire faillite. Mais les banquiers chrétiens de Florence ont trouvé une échappatoire grâce à un peu de comptabilité créative : ils ont présenté les intérêts comme un don volontaire de la part des emprunteurs ou comme une compensation pour le risque pris par les prêteurs. (Ceux qui ne payaient pas les frais techniquement volontaires étaient souvent mis sur la liste noire des banques de Florence et incapables d’obtenir de futurs prêts).

La perception d’intérêts permettait aux banquiers florentins de rendre le crédit largement disponible de manière rentable et donc durable. Non seulement cela mettait les prêts à la portée de nombreux Florentins, mais les banquiers de Florence sont rapidement devenus les prêteurs de choix pour les riches et les puissants de toute l’Europe, y compris la royauté et le pape. Les services financiers des banquiers comprenaient également la facilitation du commerce en fournissant aux marchands des lettres de change qui leur permettaient de rembourser leurs dettes alors qu’ils se trouvaient dans une ville différente de celle de leurs créanciers – un concept familier à quiconque a déjà envoyé un chèque moderne. Les banques de Florence y parvenaient en ouvrant des bureaux ou des succursales dans différentes villes. Les banquiers florentins ont également perfectionné la comptabilité en partie double.

Grâce à son commerce lucratif de tissus et à son industrie bancaire innovante, Florence est rapidement devenue la ville la plus riche d’Europe pendant la Renaissance. Cette richesse a amélioré la vie quotidienne des habitants de la ville. Par exemple, Florence est devenue la première ville d’Europe à paver ses rues en 1339.

La richesse de la ville ne s’est pas traduite uniquement par une amélioration des conditions matérielles, mais aussi par un changement dans la façon de penser des gens. L’humanisme et le classicisme sont alors en vogue. L’humanisme était un mouvement intellectuel axé sur les réalisations humaines et la jouissance des plaisirs de la vie, tels que les beaux jardins et l’art. L’humanisme contrastait fortement avec la croyance antérieure, largement répandue, en l’ascétisme. La classe moyenne et supérieure de Florence, en pleine expansion, s’adonnait de plus en plus à des activités intellectuelles, telles que l’étude de l’histoire et des textes romains classiques, ce qui lui a permis de retrouver des connaissances perdues dans de nombreux domaines. Il est logique que le sens littéral de Renaissance soit « renaissance ». Par exemple, en étudiant les anciens écrits romains, l’artiste Raphaël (1483-1520 ap. J.-C.) a réussi à recréer un pigment bleu rare inventé par les anciens Égyptiens.

Les Florentins considéraient leur ville comme la nouvelle Rome.

Cela s’explique en partie par le fait qu’ils ont remis en pratique une grande partie du savoir des anciens Romains qui était tombé en désuétude. Comme les anciens Romains, les Florentins de la Renaissance estimaient également que leur ville incarnait une république idéale, garantissant la liberté individuelle et le droit à la participation politique à une partie de la population. Cependant, comme la Rome républicaine, Florence n’était pas une véritable démocratie mais une oligarchie. La république était également tristement célèbre pour ses intrigues politiques.

Le système politique relativement inclusif de Florence, l’appétit classique pour le savoir, la joie de vivre humaniste et la liberté offerte par la prospérité croissante se sont combinés pour donner naissance à l’idéal de « l’homme de la Renaissance ». De nombreux Florentins se sont efforcés d’acquérir des compétences étendues dans des domaines tels que l’art, la littérature, l’histoire, la philosophie, la théologie, les sciences naturelles et le droit. L’éducateur Pietro Paolo Vergerio (vers 1369-1444), qui a étudié à Florence entre autres, a écrit le traité éducatif le plus influent de l’époque. Ce traité, intitulé « On the Manners of a Gentleman and Liberal Studies » (sur les manières d’un gentilhomme et les études libérales), publié en 1402 ou 1403, a contribué à créer le concept d’une formation polyvalente en arts libéraux.

Florence a été la première ville-État italienne à accueillir un centre d’apprentissage – l’université de Florence – fondé en 1321 et transféré à Pise en 1473. L’érudit Giovanni Boccaccio, dont on se souvient surtout aujourd’hui pour avoir écrit le Décaméron (un recueil d’histoires également connu sous le nom de l’Umana commedia ou la Comédie humaine), a contribué à faire de l’université une des premières capitales de l’humanisme de la Renaissance. Avec l’érudit Francesco Pétrarque (1304-1374), dont la redécouverte des lettres de Cicéron est parfois considérée comme le point de départ de la Renaissance italienne, Bocaccio a popularisé l’écriture en langue vernaculaire plutôt qu’en latin. Le plus grand poète de Florence, Dante Alighieri (vers 1265-1321), a écrit son poème narratif, la Divine Comédie, qui est encore largement considéré comme la plus grande œuvre littéraire italienne, en langue vernaculaire. Cette œuvre était si populaire dans toute l’Italie qu’elle a contribué à faire du dialecte toscan local la version standardisée par défaut de l’italien, remplaçant les autres dialectes régionaux.

Bien que moins instruites que les hommes, les femmes de la Renaissance issues de familles aisées recevaient une éducation classique et parfois artistique. Un exemple notable est celui de Sofonisba Anguissola (vers 1535-1625), une noble italienne qui a étudié la peinture sous la direction du célèbre artiste Michel-Ange (1475-1564). Bien qu’il ait passé la majeure partie de sa vie à Rome, Michel-Ange se considérait comme un Florentin (il a travaillé à Florence dans sa jeunesse). Anguissola a atteint le succès professionnel, et est devenu le peintre officiel de la cour du roi d’Espagne. Ses réalisations ont ouvert la voie à d’autres femmes européennes pour qu’elles poursuivent des carrières artistiques sérieuses.

L’essor de Florence ne s’est pas fait sans difficultés. Dans les années 1300, la pandémie de peste bubonique a balayé l’Italie. En 1348, la pandémie avait atteint l’intérieur de l’Italie, y compris Florence, et revenait périodiquement dans la ville. On estime que la maladie a tué environ la moitié de la population de Florence. Une perte de vie aussi étendue a entraîné d’intenses perturbations économiques et sociales. Pourtant, même au lendemain de cette tragédie, Florence a continué à innover et à créer. Au XVe siècle, la ville est entrée dans son âge d’or. Les citoyens ont versé leurs fortunes dans le mécénat artistique et l’Église catholique a également financé de nombreux projets artistiques. Le pape Jules II (1443-1513 ap. J.-C.), en particulier, était connu pour son mécénat artistique. La famille de banquiers la plus riche de Florence, les Médicis, est également devenue célèbre pour son soutien financier aux artistes de la Renaissance.

Florence regorgeait de génies.

Si vous pouviez vous promener dans la ville au XVe siècle de notre ère, vous pourriez tomber sur le polymathe Léonard de Vinci (1452-1519 de notre ère). Né et élevé à Florence, De Vinci était la quintessence de l’homme de la Renaissance, dont les carnets couvraient des sujets allant de l’anatomie à la cartographie et de la peinture à la paléontologie.

Vous auriez pu également rencontrer l’artiste mentionné plus haut, Raphaël, considéré comme l’un des trois grands maîtres de la Renaissance, avec De Vinci et Michel-Ange.

Vous pourriez saluer le sculpteur Donatello (1386-1466 ap. J.-C.).

Vous auriez rencontré peut-être le jeune Niccolò Machiavel (1469-1527), qui a travaillé comme fonctionnaire dans la République florentine, a écrit le célèbre traité Le Prince et est souvent considéré comme le père de la philosophie politique et des sciences politiques modernes.

Vous auriez pu rencontré par hasard l’explorateur et marchand Amerigo Vespucci (1454-1512), qui a donné son nom aux Amériques.

Vous seriz peut-être passé devant l’atelier d’art dirigé par l’artiste et homme d’affaires Andrea del Verrocchio (1435-1488), qui a servi de mentor à plusieurs des meilleurs artistes de la ville, dont Da Vinci. L’atelier de Verrocchio a également contribué à cultiver l’atmosphère de compétition de Florence dans le développement de nouvelles techniques artistiques.

Vous auriez pu croiser le chemin de Filippo Brunelleschi (1377-1446 après J.-C.), souvent appelé le premier ingénieur moderne et le père de l’architecture de la Renaissance, qui a conçu la cathédrale emblématique de Florence.

Ou peut-être seriez-vous tombé sur Sandro Botticelli (vers 1445-1510), une autre légende artistique florentine.

Alors que l’art européen s’était dégradé au cours du Moyen Âge et de l’Âge des ténèbres en de simples figures caricaturales, la Renaissance a non seulement ressuscité le style de sculpture hyperréaliste et proportionnel des Grecs et des Romains de l’Antiquité, mais est allée plus loin en développant des techniques de peinture extraordinairement sophistiquées.

Les artistes florentins ont perfectionné la proportionnalité et le raccourcissement (raccourcissement des lignes pour créer l’illusion de la profondeur). En outre, ils ont développé les « quatre techniques » canoniques de la Renaissance italienne : le cangiante, le clair-obscur, le sfumato et l’unione. Le sfumato est une manière d’estomper subtilement les contours pour donner l’illusion de la tridimensionnalité. Le clair-obscur est une méthode de contraste entre la peinture claire et la peinture foncée pour donner une impression de profondeur. La Cangiante crée l’illusion des ombres en utilisant une palette de couleurs limitée, et l’Unione est une technique de transition des couleurs qui produit des effets spectaculaires.

En résumé, les procédés et techniques des artistes florentins ont jeté les bases de la peinture occidentale traditionnelle, et leurs méthodes sont toujours utilisées après des centaines d’années.

Les Florentins ont produit un grand nombre des peintures et autres œuvres d’art les plus appréciées de l’histoire. Parmi celles-ci, citons La naissance de Vénus, Primavera et Vénus et Mars de Botticelli ; la sculpture David et les œuvres d’art de la basilique Saint-Pierre et de la chapelle Sixtine, comme La création d’Adam de Michel-Ange ; L’école d’Athènes (mentionnée dans notre septième épisode des centres du progrès) de Raphaël ; et La cène et La vierge des rochers de De Vinci.

La Joconde, un portrait du début du XVIe siècle réalisé par Vinci et représentant la femme d’un marchand florentin, est aujourd’hui le tableau le plus visité au monde. Située au musée du Louvre, elle attire environ 8 millions des 10 millions de visiteurs annuels du musée.

La prospérité et les créations artistiques de Florence ne font pas l’unanimité.

Le progrès est rarement sans controverse. Une réaction anti-humaniste et pro-ascétique menée par le frère radical Girolamo Savonarola (1452-1498 ap. J.-C.) a brièvement jeté Florence dans la tourmente. Savonarola encourageait ses disciples à détruire des peintures, des instruments de musique, des vêtements raffinés, des bijoux, des livres humanistes (comme les œuvres de Boccace) et d’autres possessions prétendument coupables. Les brûlages massifs de ces objets étaient appelés « bûchers des vanités ». Le mouvement de Savonarole, parfois considéré comme un précurseur de la Réforme protestante, a fini par le faire excommunier par le pape et exécuter par ses adversaires politiques. Les bûchers des soi-disant vanités de Florence ont cessé, et de nombreux chefs-d’œuvre artistiques de la ville ont survécu jusqu’à aujourd’hui.

Les innovations dans le domaine du commerce, des affaires et de la banque ont contribué à la richesse de Florence, et les Florentins ont consacré des sommes énormes au mécénat d’artistes. Comme l’a noté l’écrivain Eric Weiner, « le génie coûte cher ». Les marchands et les banquiers de la ville étaient aussi essentiels à la prospérité de Florence que les artistes qu’ils finançaient. À leur tour, ces artistes ont mené des expériences extraordinaires en matière de créativité et ont produit certaines des réalisations artistiques les plus remarquables au monde. Véritable moteur de la Renaissance, Florence n’a pas seulement fait revivre les connaissances perdues des textes gréco-romains, mais a aussi révolutionné l’art d’une manière qui allait définir la peinture occidentale. Florence est également un symbole de résilience face à une pandémie.

Pour ces raisons, la Florence de la Renaissance mérite sans aucun doute d’être notre treizième Centre du progrès.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je pensais que plus personne n’osait encore parler de « dark ages » pour le haut moyen-âge, un concept exprimé par Pétrarque dans les années 1330, réitéré au 18° siècle et depuis complètement discrédité, ni dire que Florence avait révolutionné l’art, alors que toute l’Europe avait vu une explosion de nouvelles techniques, en particulier en peinture avec les primitifs flamands, sans abandonner des formes sophistiquées de sculpture, comme l’ange au sourire, datant de 1240.
    Ce que Florence avait réussi, c’est, grâce à la richesse de ses marchands, le génie de ses banquiers et l’amour des arts de ses dirigeants à attirer de très nombreux artistes et intellectuels dans une ville-état qui était la plus aboutie de son époque.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-deuxième Centre du progrès est Manchester pendant la première révolution industrielle (1760-1850). Parfois appelée "la première ville industrielle", Manchester a incarné les changements rapides d'une époque qui a transformé l'existence humaine plus que toute autre période de l'histoire. Manchester a été l'une des premières villes à connaître l'industrialisation. Sa métamorphose n'a pas été facile car elle impliquait des conditions de travail et de vie bien inférieures à celles auxq... Poursuivre la lecture

C’est devenu une tradition. Chaque nouvelle conférence internationale sur le climat est précédée d’un intense brouhaha écolo-médiatique visant à dénoncer la criminelle inaction des États face au risque imminent de fin du monde du fait du réchauffement climatique anthropique provoqué par l’utilisation persistante des énergies fossiles.

La COP27 qui s’est tenue ce mois-ci à Charm el-Cheikh n’a pas dérogé à la règle (ici, ici), mais elle fut néanmoins l’occasion d’une nouveauté militante aux allures de pandémie : le lancer de broyats alim... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett

Notre vingt-et-unième Centre de progrès est Bologne, où est situé la première université (telle qu'elle est communément reconnue) qui se trouve être aussi la plus ancienne en activité dans le monde aujourd'hui. L'université de Bologne, dont on dit traditionnellement qu'elle a été fondée en 1088, a été la première institution à décerner des diplômes et à promouvoir l'enseignement supérieur à la manière d'un collège ou d'une université moderne.

Aujourd'hui, Bologne est la septième ville la plus peuplée d'Italie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles