Les irresponsables

L’actualité est bâtie pour que jamais les politiciens ne soient renvoyés à leur lourde responsabilité dans les problèmes des Français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 11
energie solaire eolienne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les irresponsables

Publié le 21 septembre 2022
- A +

Facétie du climat pardon de la météo, voilà qu’en moins de deux semaines, nous sommes rapidement passés de la salade niçoise à la raclette : d’un coup, les températures sont tombées et, avec elles, l’intérêt immédiat de certains pour un dérèglement climatique qui n’en finit pas de revenir tous les ans avec une régularité quasi-saisonnière.

Rassurez-vous cependant : les baveux de plateaux télé ont très rapidement adapté leur discours et, peu embarrassés par leur mémoire limitée à quelques minutes, ne voient donc dans ce changement météorologique rapide qu’une raison de plus d’affoler le spectateur sur le thème « On va tous mourir de froid » quand, seulement quelques jours auparavant, les mêmes nous expliquaient sans rire qu’« on va tous mourir de chaud ».

Et au-delà de cette adaptation somme toute modeste à une réalité qu’on ne peut pas trop nier, l’actualité reste mollement cantonnée dans les mêmes boucles répétitives de propagande plus ou moins grossière, oscillant à pas cadencé entre le conflit russo-ukrainien, la pénurie énergétique à venir, les abominables dégâts de l’homme blanc occidental sur le climat, la faune, la flore et les autres civilisations et une politique nationale consternante de vacuité.

Les ministres se relaient devant les mêmes hommes-troncs compassés pour débiter les mêmes âneries avec cette conviction qui montre qu’ils sont ou bien de parfaits abrutis, ou bien de parfaits menteurs cyniques (le cumul n’étant pas rigoureusement impossible non plus) pendant que, dans le même temps, l’opposition parlementaire est inexistante, évaporée depuis quelques mois dans le néant intersidérant de la politique française.

Des fulgurances discutables de quelques élus encore sur le pont pendant que le reste de l’Assemblée est en vacance(s) permettent de rappeler qu’ils existent encore (mais pour combien de temps ?). Et lorsque Jean-Luc Mélenchon ne dépose pas des plaintes ridicules, il émet, perdu dans sa réalité alternative, des petits gargouillis de Premier ministre en cohabitation qui dirige fièrement un gouvernement de frétillantes Tuches ministérielles pour des lendemains qui sifflotent.

Devant cet état des lieux particulièrement nul, le chroniqueur normal ne peut que constater l’abaissement permanent des termes du débat social, économique ou politique dans le pays.

À l’analyse, tout se passe comme si les nouvelles qui s’amoncelaient n’étaient construites que pour éloigner les citoyens de toute prise de conscience des enjeux réels de la situation courante, de les entourer dans un coton d’imbécilités plus ou moins douillettes ou d’informations outrancières qui – certes – déclenchent des émotions mais surtout, ne permettent aucune réflexion : dans cette marmite de l’instantané au bruit permanent, il semble impossible de faire fermer son caquet à la classe jacassante pour enfin se concentrer, dans l’apaisement d’une réflexion de moyen ou long terme, sur les problèmes graves qui secouent le peuple (pauvreté, insécurité, déclassement, illettrisme…).

Pire encore : les médias, premiers pourvoyeurs de cette actualité officielle, font absolument tout pour amplifier les bruits et détourner l’attention dans une sorte de « Don’t look up« , ce film tragicomique dépeignant un déni imputrescible devant une catastrophe inévitable. En pratique, l’actuelle fanfreluche informationnelle ne serait pas très différente si les journaux télévisés étaient par exemple soudainement lardés de petits clips de chatons faisant des bêtises amusantes : ce serait juste plus visible, et moins efficace pour polariser les foules, mais pas différent dans le fond.

Plus efficacement, ces médias ont donc remplacé les chatons par des niaiseries politiques accessoires, quelques remarques politiquement correctes sur le temps qu’il fait, ce que pensent « les gens » (blob mou et fourre-tout d’une opinion générale indéfinissable, balancée à coups de sondages bâtis sans plus le moindre souci de représentativité), et, de temps en temps, l’indispensable désignation d’un coupable ou d’un méchant dans une sorte de quart d’heure de haine assumée qui trouvera toujours un Goldstein qu’on va pouvoir haïr à bon frais.

Mais de questions pertinentes sur les responsables des malheurs qui frappent les Français, point.

Ainsi et par exemple, pas un journaliste, pas un politicien, personne ne semble vouloir tenir rigueur à Édouard Philippe, Élizabeth Borne ou Emmanuel Macron d’avoir mis la France dans la situation énergétique actuelle, à la merci de la moindre vague de froid. Et lorsqu’un Macron nie toute responsabilité, lorsqu’une Borne fait exactement de même, lorsqu’un Philippe entérine « droit dans ses bottes » un bobard évident, personne ne moufte et si les journaux le pouvaient, ils colleraient plutôt des gifs animés de chatons :

Le fond du problème est visible et tient en deux aspects.

Le premier est, bien sûr, la veulerie moyenne des journalistes : déjà évoquée à plusieurs reprises et notamment dans un précédent billet, elle n’est plus à démontrer. Après tout, ils sont majoritairement payés par l’État (et donc les politiciens qu’ils devraient critiquer ou analyser) ou par des magnats dont l’intérêt est justement de conserver de bons liens de connivence avec ces politiciens. De nos jours, le journaliste a précisément pour mission de conserver l’attention des auditeurs, des spectateurs et des lecteurs focalisée sur des thèmes connus, balisés et dont les retombées (psychologiques notamment) sont connues et bénéfiques pour leurs employeurs.

Pour eux, « Don’t look up » n’est pas un film, mais un modus operandi.

La seconde raison de cette irresponsabilité est que les politiciens sont maintenant, au contraire des passoires thermiques qu’ils entendent taxer à mort, complètement isolés : moelleusement entourés de Bénis Oui-Oui, de cabinets de conseil grassement payés et de gardes du corps – qui ont, eux, le droit de port d’arme, n’est-ce pas – ils ne sont plus confrontés au peuple et ne seront plus (ou quasiment plus) jamais amenés à rendre des comptes. Dans la vie, il n’y a pas de repas gratuit, sauf pour eux et à nos frais.

Pire encore : au fil des ans, ils ont été choisis pour être irresponsables c’est-à-dire que le parcours politique a été tranformé en parcours du vainqueur à la course d’irresponsabilité. Leurs mensonges ne leur sont plus jamais renvoyés au museau, par personne. Leurs affaires louches ne leur valent pas honte, opprobre et ostracisation, au contraire. Leurs âneries ne leur valent pas moquerie mais au contraire, ils sont encensés pour elles ou des batteries de « fact checkeurs » leur viendront en aide.

Une politique d’irresponsables ne peut mener qu’à la ruine de tout un peuple. Ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Bon, il y a des jours où j’aimerais voir H16 à la tête de notre « start-up nation », au moins, on rigolerait !
    Évidemment, on ne connaît pas encore son programme politique…

  • J’aurai bien aimé rentrer dans le lard de h16, lui renvoyer à la gueule tout un tas d’arguments pour contredire son argumentaire décliniste, lui dire que l’espoir est la seule cause qui se doit d’être défendue, blablabla… mais si je m’étais comporté de la sorte, je n’aurai fait que valider le fond de son article et qui plus est j’aurai été à l’encontre du constat similaire que je peux porter sur mon pays depuis trop longtemps… la fin des haricots est pour bientôt et il va peut-être falloir songer à changer de restaurant !

  • Bravo pour cette analyse, hélas parfaitement objective.
    Si nous n’étions pas au bord du gouffre, nous pourrions en rire.
    Qu’elles sont dérisoires et ridicules les paroles de notre président, permanent du spectacle, lorsqu’il déclarait la guerre au Covid, suscitant l’admiration béate de tous les chroniqueurs !
    Qu’ils auraient été utiles tous ces milliards gaspillés dans le « quoi qu’il en coûte », lui aussi encensé par tous les médias !
    Heureusement, notre première ministre, qui a le sens de l’à-propos, nous propose un plan à la hauteur des enjeux, je veux parler du plan vélo bien sûr…

  • N’oublions aussi la responsabilité des mettons d’EDF, qui dénoncent bien tardivement ces politiques mortifères que l’état et les politiques ont imposé à EDF, les syndicats aussi qui savent faire grève pour le moindre prétexte, mais pas quand l’avenir de leur société et celle de l’approvisionnement de la la France ( en faitc’est ils s’ensortiront coûtent car il y aura toujours l’argent des autres pour payer leur salaire et leur retraite). Sauf qu’on va bientôt manquer d’argent des autres si les entreprises ferment faute d’énergie pour les faire tourner

  • eh!!! si on faisait pas toutes ses actions courageuses, ce serait climatiquement et environnementalement parlant pire!!

    Sans la courageuse action du gouvernement, on peut estimer que la temperature globale moyenne de surface u serait 0,000001°C plus élevée déjà avec son lot de conséquence et des animaux qui sont aujourd’hui vivants seraient peut être morts.. tandis que des animaux méchants qui ne sont pas là seraient peut être ici…

    H16 a le sang du climat sur son clavier.. et c’est pas bien.

    on va sauver la planète!!!

  • Effectivement Edouard Philippe a raison, la cause principale de la situation actuelle n’est pas la fermeture de Fessenheim. Ce qu’il ne dit pas, c’est que la cause principale c’est le confinement (donc son gouvernement) qui a entrainé un retard considérable des opérations de maintenance des centrales chez EDF et ses sous-traitants, de sorte qu’à présent ils sont obligés de mettre brutalement à l’arrêt la moitié du parc.

    • Il a acté la fermeture de Fessenheim ; c’est donc un des nombreux maillons de la chaîne qui a détruit notre capital énergétique.

  • Malheureusement ce sont les français eux-mêmes qui se choisissent des irresponsables pour diriger le pays. Généralement, on a ce qu’on mérite.

    • Quand on ne choisit pas, ça se passe finalement mieux. Les dirigeants qui ne peuvent se prévaloir de l’approbation du suffrage populaire se montrent plus prudents, n’est-ce pas. Une certaine Ursula, par exemple…

    • Choisir implique qu’on ait le choix…

      Y en a qui critiquent la Russie, certainement avec raison, mais je ne suis pas convaincu que ce soit mieux chez nous…

    • @Hug
      Bonjour,
      « Malheureusement ce sont les français eux-mêmes qui se choisissent des irresponsables pour diriger le pays. »
      Non ! Seul J. Chirac a obtenu plus de 51% des voix des citoyens inscrits en 2002. Aucun autre ne les a atteints dans toute la Vème République. A la dernière présidentielle, Macron a obtenu 18 772 819 voix sur les 48 752 500 citoyens inscrits, soit 38,5%. Je vous laisse vérifier les scores des députés de votre département où vous verrez qu’ils ne représentent pas grand monde au final.

      « Généralement, on a ce qu’on mérite. »
      La France ne mérite pas cette clique de tocards ! ILs sont là car les règles des élections présidentielles et législatives font qu’ils peuvent être là puisqu’elles nient le principe de base de la démocratie : pour être élu(e) le(la) candidat(e) doit obtenir 51% des voix sur l’ensemble des citoyens. C’est le Peuple qui choisit ses représentants d’où le fait de la majorité absolue (51%).

  • C’est tristement vrai !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Fleury-Le Gros. Un article de The Conversation

Une proposition de loi vient d’être votée par le Sénat pour faire évoluer les conditions de mise en jeu de l’irresponsabilité pénale pouvant conduire un délinquant à échapper à toute condamnation.

Le gouvernement vient concurremment de présenter au Conseil d’État un projet de loi destiné à limiter l’irresponsabilité pénale lorsque l’abolition du discernement résulte d’une intoxication volontaire. Ces démarches font suite à la vive émotion engendrée par l’affaire Sarah Hal... Poursuivre la lecture

Par Sabine Sultan Danino.

L’arrêt rendu par la chambre criminelle de la Cour de cassation le 14 avril 2021 a suscité indignation et incompréhension : il n’y aura pas de procès dans l’affaire Sarah Halimi.

https://www.youtube.com/watch?v=FWS6_R2NxNQ

La plus haute juridiction de l’ordre judiciaire a rejeté le pourvoi formé par la famille de Mme Halimi contre la décision rendue en 2019 par la cour d’appel de Paris, qui avait déclaré l’auteur irresponsable pénalement sur la base de trois expertises, selon lesquelles il avait... Poursuivre la lecture

technostructure
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Le dernier numéro de l’émission « La librairie de l’éco », animée par l’excellent Emmanuel Lechypre, présentait en première partie deux ouvrages qui ont retenu particulièrement mon attention et m’inspirent cette chronique.

Parmi les ouvrages aux analyses auxquelles je souscris pleinement, nous trouvons L’horreur politique d’Olivier Babeau. La mécanique perverse qui engendre celle-ci conduit à un État obèse et largement inefficace. Et ce d’autant plus que l’horreur politique est doublée – et même dominée – pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles