L’Ukraine contre-attaque… jusqu’où ?

Dans de nombreux forums politiques, les représentants officiels de l’Ukraine affirment que leur but est la victoire complète contre la Russie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Volodymyr Zelensky by U.S. Embassy Kyiv Ukraine (Creative Commons CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Ukraine contre-attaque… jusqu’où ?

Publié le 18 septembre 2022
- A +

Par Cyrille Bret.

Six mois après le déclenchement de l’« opération militaire spéciale » russe en Ukraine, le 24 février 2022, le gouvernement de Kiev a engagé, fin août-début septembre, une contre-offensive dans le sud et le nord du pays. Dans la région méridionale de Kherson et dans la zone nord-orientale de Kharkiv, les soldats ukrainiens ont commencé à reprendre du terrain aux troupes russes. Remarquées pour leur rapidité, leur agilité et leur efficacité, ces deux contre-attaques inquiètent en Russie, rassurent en Occident et suscitent l’espoir en Ukraine.

En effet, les troupes russes ont quitté les villes de Balakliia, Izioum et Koupiansk dans l’est du pays. L’armée ukrainienne semble ainsi inverser la tendance : désormais, les armées russes sont en difficulté dans la région de Donetsk, pourtant sous contrôle des séparatiste pro-russes.

Malgré les succès tactiques qu’elles semblent promettre, ces initiatives suscitent toutefois plusieurs questions : pourquoi maintenant, et pourquoi précisément dans ces zones ? Comment l’Ukraine parvient-elle à bousculer les forces armées russes, en pleine réorganisation ? Surtout, cette contre-attaque présage-t-elle d’une reconquête complète des 20 % du territoire ukrainien occupés par la Russie ?

 

Saisir l’opportunité de la « rentrée diplomatique »

Les deux mouvements ont été lancés à un moment essentiel du calendrier stratégique international et régional. En effet, l’action sur Kherson a été déclenchée au moment de la commémoration de la fête nationale ukrainienne, le 24 août, et juste avant la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Prague, le 31 août (le fameux Gymnich). L’avancée dans la région de Kharkiv a démarré quelques jours plus tard.

Il était essentiel pour la présidence Zelensky d’éviter l’érosion de son soutien populaire à l’intérieur et de manifester sa détermination à l’extérieur. Élu le 21 avril 2019 pour cinq ans, le président Zelensky aborde en effet le dernier tiers de son mandat : face aux risques d’usure à l’intérieur et de « fatigue » à l’extérieur, il se devait de prendre l’initiative.

Son projet est également de parvenir à des résultats militaires tangibles avant la 77ᵉ session de l’Assemblée générale des Nations unies, qui aura lieu du 20 au 26 septembre 2022. L’Ukraine veut s’y présenter non seulement comme victime de la Russie mais également comme État souverain capable d’assurer sa sécurité, pour peu qu’il bénéficie des soutiens internationaux nécessaires.

L’enjeu de cette Assemblée générale des Nations unies sera triple pour Kiev :

  • premièrement, rallier des soutiens au-delà du camp occidental, car l’Ukraine dépend très largement des financements extérieurs (Banque mondiale, FMI, Union européenne, États-Unis) pour continuer à fonctionner ;
  • deuxièmement, essayer d’isoler davantage la Fédération de Russie, puisque les politiques de sanctions sont peu suivies en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud ;
  • enfin et surtout, faire reconnaître sa détermination à recouvrer son intégrité territoriale dans le temple des États-nations, l’ONU. En février 2022, le but de la Russie était en effet de faire apparaître l’Ukraine comme un « État failli » à l’identité nationale illusoire et au gouvernement incapable. Les deux contre-offensives qui viennent d’être lancées réduiront la portée de ces éléments de langage de Moscou.

 

Quels que soient leurs résultats militaires (durables ou fugaces, concrets ou symboliques), ces initiatives militaires démontrent que l’Ukraine a bien survécu, comme État et comme nation, à l’invasion russe. Avec ces contre-attaques, l’Ukraine saisit à pleines mains l’opportunité de la « rentrée diplomatique ». Reste à évaluer les chances de succès et, surtout, la finalité de ces actions.

 

Un « Valmy ukrainien » ?

Ces opérations ne répondent pas seulement à un timing soigneusement pensé, elles se déploient aussi dans des champs géographiques et à travers des modes d’action hautement symboliques. Dans les deux opérations, c’est en effet le « peuple en armes » (une armée qui compte environ 40 % de conscrits) de l’Ukraine qui reconquiert des régions essentielles du territoire national. À bien des égards, ces batailles sont comparables, dans leur portée politique, avec celle de Valmy où, le 20 septembre 1792, l’armée populaire française avait défait les troupes étrangères.

Dans les deux actions se manifestent les ressorts qui ont permis aux forces armées ukrainiennes de répliquer à la tentative de conquête russe : rapidité, agilité, utilisation des informations de terrain et mobilisation de soldats motivés. Les troupes ukrainiennes tirent en effet parti de leurs blindés pour fondre rapidement sur des nœuds logistiques essentiels de l’armée russe au nord ; pour mener la campagne du Donbass au sud-est de Kharkiv ; et enfin, au sud, près de la Crimée, pour bloquer les troupes russes qui continuent à se diriger vers la région d’Odessa. Encore une fois, les forces armées ukrainiennes ont mis en évidence la fatigue des troupes russes, le niveau discutable de leurs équipements et la qualité médiocre de leurs tactiques.

Par-delà leur intérêt tactique, les zones dans lesquelles les troupes ukrainiennes agissent ont une valeur politique et symbolique essentielle pour les opinions ukrainienne comme russe. Contre-attaquer dans la région de Kherson, c’est, pour les Ukrainiens, tout à la fois essayer de reprendre une des villes les plus importantes conquises par l’armée russe, bloquer l’avancée russe vers la région essentielle d’Odessa (sud-ouest) et surtout tenter de débloquer un verrou vers la Crimée. Longuement préparée, cette opération n’est pas une « action surprise » à proprement parler car Kiev a toujours affiché son refus d’abandonner le sud du pays.

En revanche, la contre-offensive conduite dans le nord du pays a, quant à elle, fait jouer au maximum l’effet de surprise. Là encore, la zone a une valeur majeure à de multiples points de vue : proche de la Russie, peuplée d’un grand nombre de russophones, capitale économique du nord du pays, la ville de Kharkiv (Kharkov en russe) est un enjeu fondamental pour la Russie : si le gouvernement de Kiev réussit à renforcer ses positions dans cette région, Moscou pourrait devoir se résoudre à abandonner l’idée, sérieusement envisagée, consistant à l’annexer ou à y créer un État fantoche.

Reste à savoir si ces batailles déboucheront sur des victoires (Valmy) ou sur des points de fixation meurtriers (Verdun).

 

La paix ou la victoire ?

Ces contre-offensives manifestent de façon éclatante la détermination des Ukrainiens à sauver leur État, à défendre leur territoire et à préserver leur souveraineté. Mais elles sont circonscrites dans l’espace et dans leurs résultats. Elles posent donc avec acuité la question de la finalité stratégique que poursuit l’Ukraine.

Dans de nombreux forums politiques, les représentants officiels de l’Ukraine affirment que leur but est la victoire complète contre la Russie. Et ils considèrent tout compromis d’armistice et de paix comme une véritable « trahison » de l’idée nationale ukrainienne.

Autrement dit, leur objectif stratégique est de reconquérir non seulement les zones prises par les Russes depuis le 24 février 2022 mais également les régions sécessionnistes (Républiques autoproclamées de Lougansk et Donetsk) et les zones annexées (Crimée) depuis 2014.

Ces objectifs sont-ils militairement et économiquement réalistes ? L’Ukraine est-elle en capacité de mener une contre-offensive de grande ampleur pour reprendre le cinquième de son territoire actuellement occupé par les troupes de la Fédération de Russie ? Si elle est dans son droit au regard des normes internationales, l’Ukraine doit-elle s’engager résolument dans un conflit nécessairement très long pour reconstituer son territoire ? En conséquence, les soutiens de l’Ukraine doivent-ils également assumer cet objectif de « victoire » ? C’est la position que plusieurs voix influentes défendent aux États-Unis.

L’Ukraine doit-elle plutôt chercher un rapport de force militaire suffisamment favorable pour engager ensuite des négociations ? Doit-elle donc multiplier les contre-offensives pour conduire ensuite une Russie épuisée à la table des négociations ? Et les soutiens de l’Ukraine doivent-ils la soutenir dans cette stratégie comme la France et l’Allemagne l’envisagent mezza voce ?

Si les succès tactiques actuellement constatés se confirment et se multiplient, les autorités ukrainiennes seront placées devant un véritable dilemme : la victoire complète à très long terme ou la paix insatisfaisante à moins longue échéance.The Conversation

Cyrille Bret, Géopoliticien, Sciences Po

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La finalité ukrainienne ne serait-elle pas le maintien au pouvoir de Zelensky le plus longtemps possible grâce à l’aide occidentale la plus conséquente possible ? Que pourrait-elle être d’autre ?
    Mais deux des principaux alliés ukrainiens sont en train de s’effriter : la météo et l’ONU. Chacun peut évaluer les difficultés qui se posent en hiver pour chacun des deux camps. En revanche, je suis surpris de ne pas trouver de commentaires sur la perte d’influence de l’ONU, en train de se transformer en ONG comme les autres. L’Asie et l’Afrique y sont plus ou moins hostiles, elle est plus que jamais un machin à la botte des Américains. Et les Américains, après les élections de mi-mandat, seront-ils prêts à assumer encore longtemps dans la crise le rôle de maître du monde démocrat(iqu)e ? La peur que la paix ne se fasse sans eux (et leur ONU) et à leurs dépens grâce à la Chine et à l’Inde les fera-t-elle réagir ?

  • Selon moi, les troupes ayant participées à cette contre-attaque sont issues des garnisons de l’OTAN, entraînés, formés, équipés puis commandés par des logisticiens américains. C’est ce que semblent rapporter plusieurs reporters indépendants sur les boucles Telegram. À cette heure, je ne sais plus véritablement qu’en penser, tant cette guerre fait la part belle aux propagandistes d’un camp comme de l’autre. Sachons juste discerner la TERREUR des ukrainiens morts selon moi pour rien, au jeu des nations. D’autre part, il serait intéressant de faire taire Zelinsky ou l’art d’industrialiser une guerre puis s’occuper des vraies questions : trouver un accord pour mettre fin à cette sale guerre dont certains s’emploient à théoriser toutes les nouvelles doctrines de la peur, à commencer par le triste Macron et ses palabres marketing qui voudraient, un peu à l’image de ce qu’est l’antiracisme, nous amener nous, blanc occidental, à se le boucler pour tout gober. Bref, la main sur le cœur oui, nous endoctriner « sale » = non.

  • Intéressant de se poser la question « que veulent les Ukrainiens ?  » ou « que veut Zelensky ? » alors que la vraie question est « Que veut Poutine ? »
    Si (au conditionnel) il a cru pouvoir placer des états fantoches sur certaines parties de l’Ukraine, il doit maintenant se rendre compte qu’en dehors du Donbass, la population est trop hostile pour réussir, l’Ukraine n’est pas la Tchétchénie. Il ne peut donc pas contrôler l’Ukraine.
    Il ne veut pas détruire l’Ukraine (sinon ce serait fait depuis longtemps), un peuple qui comme la Hongrie pourra se rallier sur un temps long à sa civilisation, et non à la civilisation occidentale.
    Il ne veut pas laisser l’OTAN s’installer en Ukraine, c’est pour ça qu’il y a la guerre.

    On est donc partis sur une guerre de moyenne intensité, qui va s’étaler sur des années. La fin du conflit sera soit un dirigeant russe post-Poutine qui estime que le territoire géographique ukrainien n’est plus vital, soit un dirigeant ukrainien qui acceptera de neutraliser son pays.

    • S’éterniser ? L’Ukraine n’échappe au défaut de paiement que grâce à des aides occidentales. Ces aides peuvent-elles s’éterniser, dans le contexte actuel ?

  • Les discours auto-justifiant cités ici ne sont que de la poudre aux yeux progressiste à destination des opinions occidentales européennes manipulées par les USA. La question est « que veut Biden? » et que veut l’Amérique ?

    De fait une stratégie trentenaire d’isolation et d’affaiblissement systématique de la Russie vient de se faire surprendre et aussi d’échouer complètement. L’Amérique a été brutalement mise en face d’un mur que 8 mois d’échecs dans une guerre qui est d’abord économique rend maintenant dangereuse pour tout le camp occidental.
    Les affaires militaires dans ce domaine sont parfaitement secondaires et ce qu’on voit est en fait un affrontement stratégique entre masses de ressources accumulées, disponibles ou non, opérantes ou non.
    L’état des choses est aujourd’hui particulièrement inquiétant.
    D’abord, les sanctions contre la Russie, bien que pénibles à supporter et handicapantes à moyen terme, n’ont pas donné d’effets ni dissuasifs ni même stratégiquement effectives, et cela bien au contraire: monnaie, revenus des hydrocarbures, isolement international, la Russie a échappé à ce qui été prévu.
    Ensuite, la coupure du gaz à l’Union Européenne, qui apparemment ne fut absolument pas anticipée, va produire des effets extrêmement graves cet hiver en Europe. Le camp occidental va donc obligatoirement se diviser et l’Amérique déjà seule à alimenter de facto l’Ukraine en armes (les Européens n’ont tout simplement plus les moyens de livrer) va rapidement devoir examiner les suites de l’affaire. Et on ne voit manifestement pas, ni la reconquête militaire de l’Ukraine occupée, ni l’ effondrement économique et politique de la Russie.

    Alors ? Les Américains vont ils vraiment se satisfaire d’une Europe exsangue en récession pour longtemps, d’échanges mondiaux qui se mettent à abandonner le dollar à toute vitesse, d’une Chine libre de ses actions qui arbitre le monde, d’un monde Indien éberlué par la folie des blancs qui va commencer à gamberger ?
    En novembre prochain, il va se passer des choses.

  • De quelque manière qu’elle se termine – ou pas – cette guerre est déjà perdue pour la France qui n’aura bientôt plus que les discours pour s’éclairer, se chauffer (ne parlons pas des perspectives de ses entreprises!). L’Europe, càd en gros, l’Allemagne, court aussi depuis pas mal de temps à sa perte, l’ennemi russe étant le nouveau virus providentiel pour justifier la crise. Préparons nous à percer un trou de plus dans nos ceintures!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ryan McMaken.

 

Au cours des deux dernières semaines, la Pologne et les États baltes ont tous fermé leurs frontières à la plupart des Russes qui cherchent à les franchir, en particulier ceux qui voyagent avec un visa de tourisme. L'interdiction des voyageurs russes (jusqu'à présent) ne restreint pas l'entrée en Pologne et dans les pays baltes des Russes provenant d'autres pays de l'espace Schengen. Cependant, depuis samedi dernier, la Finlande s'oriente également vers une interdiction des voyageurs russes et va plus loi... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine a donc annoncé la mobilisation. Il n’avait pas le choix. L’armée russe est sur le point d’être désintégrée, s’il n’est d’ailleurs pas déjà trop tard. La situation en Ukraine est un réel cauchemar pour ses troupes qui subissent revers après revers depuis 7 mois que dure l’expédition spéciale. Une opération qui peut d’ailleurs être qualifiée de spéciale surtout parce que spécialement mal préparée par excès de confiance et spécialement mal servie par une succession d’erreurs et de retards sur les événements.

Les meilleure... Poursuivre la lecture

Vendredi, Contrepoints proposait un article intitulé « Les sanctions contre le Kremlin sont justifiées d’un point de vue libéral ».

Curieux, je me suis demandé comment ces sanctions pourraient trouver une quelconque justification libérale. Et malheureusement, je dois dire que la lecture de l’article n'a pas apporté de réponse à ma question. Bien au contraire, les arguments que j’y ai lu sont à mon avis symptomatiques d’un profond désaccord sur la nature du libéralisme. En ne s’intéressant qu’aux conséquences collectives et hypothétique... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles