Sondages twitter : les médias face aux biais informationnel

Les médias ont pris une autre très mauvaise habitude : recourir régulièrement à des sondages twitter pour éclairer les débats sociétaux qu’ils abordent.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
twitter source https://unsplash.com/photos/k1xf2D7jWUs

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondages twitter : les médias face aux biais informationnel

Publié le 11 septembre 2022
- A +

Hormis le fait d’être en mesure de rédiger des articles de fond (sic) sur le simple tweet d’une personnalité – soit 280 caractères – ce qui est en soi assez étonnant pour ne pas dire époustouflant de talent rédactionnel, voire de génie dans la broderie, les médias ont pris une autre très mauvaise habitude : celle de recourir régulièrement à des sondages twitter pour éclairer les débats sociétaux qu’ils abordent, qu’ils soient politique, économique, etc. pour feindre d’avoir un aperçu à chaud de ce que pensent les Français.

Certes, les médias qui en usent et en abusent peuvent à l’envi répéter que ce ne sont que des sondages twitter. Le fait est qu’insidieusement, cela est traité sur les antennes qui y ont recours comme s’il s’agissait d’un élément reflétant peu ou prou l’opinion publique du moment, et c’est bien là où le bât blesse.

Ce procédé implique des résultats qui tutoient au mieux une non-information, au pire une désinformation acceptée.

Je m’en explique : certes tous les sondages intègrent une marge d’erreur, mais ils s’appuient sur un échantillon représentatif. Avec ce genre de sondages twitter sur tout et n’importe quoi, qui ont prétention à singer une démocratie participative, avec des réactions à chaud des Français, on ne peut décemment pas même parler de marges d’erreur… Évoquons plutôt un gouffre d’erreurs qui tutoient la désinformation acceptée.

La raison de mon assertion est fort simple. Ce genre de sondages est confronté à un quadruple biais qui les place ipso facto totalement hors du champ de la réalité et inepte au sens le plus littéral du terme : tout à fait absurde ou stupide. Et mes mots sont pesés et réfléchis !

 

Quatre biais informationnels qu’ils ne peuvent ignorer

Le premier biais : les twittos qui participent sont ipso facto acquis à la tonalité de la chaine et à son positionnement.

Le second biais : la nationalité des participants qui peuvent tout à fait être étrangers à la communauté nationale supposée être sondée.

Le troisième biais : l’utilisation de l’astroturfing, une contrefaçon des mouvements d’opinion en utilisant des bots, qui peuvent entrer en action, notamment lors de sondages politiques.

Le quatrième biais : la typologie des personnes qui sont sur twitter. C’est le plus tangible et le plus problématique que je vais vous exposer.

Il suffit de se pencher sur les chiffres pour se rendre compte de l’absurdité absolue de ces sondages qui, même si les médias s’en défausseront, façonnent insidieusement les opinions publiques. En France, Twitter est le cinquième réseau social avec environ 12 millions d’utilisateurs. Loin d’être négligeable, ce chiffre pourrait servir à accréditer une forme de représentativité, si et seulement si nous n’allions pas plus avant !

 

Au mieux une non-information, au pire de la désinformation

Pour sonner une fois pour toutes le glas de toute interprétation pouvant faire sens, la synthèse « Twitter : les chiffres essentiels France et Monde » publiée par Digimind qui s’appuie sur de nombreuses sources et études indiscutables (Étude Harris Interactive 2019-2020, Socialbakers – July 2020 Social Marketing Report France, etc.) pointe par exemple qu’en 2020, 60 % des utilisateurs de Twitter en France étaient des hommes, 40 % des femmes. En 2021, 66,5 % des utilisateurs de Twitter en France sont des hommes, 33,5 % des femmes.

Les utilisateurs par âge se répartissent ainsi :

  • 18-24 ans : 22 %
  • 25-34 ans : 25 %
  • 35-44 ans : 24 %
  • 45-54 ans : 20 %
  • 55-64 ans : 9 %

 

Nonobstant les catégories d’âges, où comme vous le noterez les 55-64 ans sont sous-représentés, ces données ne sont-elles pas sans appel tant la surreprésentation des hommes y est flagrante ? À moins naturellement que ce qui fonde une opinion publique soit exclusivement masculine et se passe de l’opinion des femmes qui il n’y a pas si longtemps n’avaient ni âme ni droit de vote !

Si nous nous fondons sur les chiffres que j’évoque, il est peu probable que la tendance s’inverse pour le seul critère de représentativité homme-femme et qu’elle puisse s’équilibrer en 2022. Tout comme il est fort peu probable que les nombreuses personnes pouvant être concernées par les débats ouvrent un compte twitter pour améliorer un tant soit peu une forme de représentativité.

Ces éléments conduisent à l’exemple ci-dessous :

À gauche le sondage Twitter avec 7870 participants.

À droite, un sondage Ifop réalisé « auprès d’un échantillon de 964 personnes, représentatif de la population française ».

Ces simples observations sont factuelles. Elles disqualifient les medias par le seul fait d’avoir recours à ces sondages qui ne sont pas à leur honneur.

Les médias ne devraient-ils pas prendre leurs responsabilités ? Il est compréhensible qu’au travers de ces derniers l’objectif premier soit de créer du lien avec leurs téléspectateurs, mais l’effet extrêmement pervers est que « l’information » au sens le plus noble du terme est bafouée, mise à terre !

Cette dernière ne mérite-t-elle pas d’arrêter de persister dans cette voie sans issue ? Les résultats ayant autant de valeurs que les micro-trottoirs, à savoir aucune, mais c’est là un autre débat.

 

 

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Autre biais et non des moindres ; Urbains « branchés »
    Quant aux Médias, de moins en moins informés (au sens noble du terme) ils se contentent de suivre la meute.

  • Pas vraiment de biais en fait : les auditeurs de cnews savent très bien que ceux qui répondent aux sondages Twitter de la chaîne ne sont pas les fidèles de France Info , inter, BFM, LCI etc… ce sondage leur permet de voir ( par exemple dans ce cas ) que les auditeurs de cnews préfèrent la liberté à la contrainte , c’est une indication. Quand au sondage IFOP fait avec un petit échantillon de gens , personne n’en connaît la méthodologie , les biais , etc… et la question posée : vaccination obligatoire des soignants suppose que les sondés ont été bien informés du fait que le vaccin dont il s’agit n’est pas supposé empêcher la transmission ( ce qui biaise énormément le sondage ) . Il aurait suffit qu’un journaliste avisé ( oxymore ?) lise les conclusions de l’avis de l’HAS de décembre 2020 pour savoir qu’il n’y avait eu aucune étude des labos concernant la transmissibilité . La question aurait donc dû être posée de cette manière : êtes vous favorables à l’obligation vaccinale des soignants sachant que ce vaccin n’a aucune garantie d’empêcher la transmission du covid . En fait le principal biais des sondages est surtout l’incapacité des médias en général à nous donner des informations fiables .
    PS : j’aime beaucoup h16. 😉

  • Qu’est-ce qu’on fera pas pour gagner son fric !
    Plus sérieusement, j’ai l’impression que le populo fuie quand on l’appelle au moment de voter… et après on fait semblant de s’offusquer des résultats. Les GAFAM, hormis leurs rôles de « puissances commerciales électroniques internationales « , dont Twiter fait partie en réalité, n’ont pas l’air « d’imprimer » beaucoup dans l’opinion qui commence à se lasser de leur flicage permanent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sale temps pour les entreprises de la tech.

Amazon, Meta (maison-mère de Facebook) et Twitter licencient en masse. Après la difficile semaine de Meta, qui a vu sa capitalisation boursière chuter considérablement, c’est Twitter qui s’est retrouvé dans le feu de l’actualité après son rachat par Elon Musk. Les deux remettent sur le tapis la question jamais résolue du leadership d’une entreprise. Musk est-il le vilain dirigeant décrit dans la presse, un entrepreneur autoritaire à l’ego surdimensionné qui est en train de détruire Twitter ? ... Poursuivre la lecture

Émoi (encore un) dans l’hémicycle : un député Rassemblement National aurait dépassé les bornes des limites et se serait vautré avec emphase dans les heures les plus sombres de notre histoire politique avec de vrais morceaux de racisme dedans. Pour ajouter l’insulte à l’injure, la presse s’est jointe à la mêlée pour y ajouter une dose de propagande.

La petite phrase défraye la chronique paresseuse des folliculaires médiocres : alors que Carlos Martens Bilongo, député France Insoumise d’origine congolaise, évoquait la question des migran... Poursuivre la lecture

elon musk
3
Sauvegarder cet article

En affichant son attachement à la liberté d’expression, Elon Musk a réveillé tous les censeurs progressistes et les régulateurs étatistes ou para-étatistes qui estiment que les médias doivent demeurer leur chasse gardée, préservée d’un grand public toujours perçu comme une menace.

Depuis le rachat chaotique de Twitter, régulateurs, politiciens et influenceurs se bousculent dans les médias pour mettre en garde contre le « dangereux libertarien » Elon Musk qui menace l’ordre moral numérique des élites progressistes.

 

Les... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles