Les médias nous baratinent de plus en plus

Chaque jour les médias pondent de nouveaux mensonges ce qui détruit un peu plus la faible confiance du peuple dans ces institutions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 11

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les médias nous baratinent de plus en plus

Publié le 24 août 2022
- A +

Juillet et août, mois douillettement placés sous la chaleur de l’été, sont traditionnellement propices aux sujets d’actualité plus légers : les petits reportages balnéaires succèdent normalement aux recettes de salades et autres barbecues goûtus tandis que le farniente gagne doucement les salles de rédaction. Manque de chance, cette année n’a pas permis aux journalistes de se reposer réellement et c’est sans doute à cause d’une fatigue évidente que le déchaînement de propagande à laquelle ils se livraient jusqu’à présent avec gourmandise devient maintenant parfaitement grossier et évident pour la plupart.

Il est vrai que la situation internationale s’y prête fort bien et que la multiplication des sujets graves n’aide pas au repos des esprits : problèmes énergétiques, hystérie climatique, inflation galopante et après une crise sanitaire qui avait déjà beaucoup contribué à monter les uns contre les autres sur des motifs de plus en plus futiles et artificiels, le conflit russo-ukrainien donne une nouvelle occasion aux propagandistes des deux camps de s’exprimer sans la moindre retenue.

Dans une guerre, il est certes attendu que les informations seront toutes à prendre avec des pincettes. Il n’en reste pas moins que certains médias font des efforts que d’autres ne tentent même plus, la fin semblant justifier tous les moyens avec désinvolture et en avant Ginette.

C’est le cas par exemple de France2 qui nous aura gratifiés, lors de ce qui est présenté comme un reportage depuis la centrale nucléaire de Zaporijjia, d’une magnifique illustration de ce à quoi peut aboutir une propagande décontractée sans aucune remise en question.

Selon la journaliste du service public de propagande étatique, un missile russe n’aurait pas explosé sur le toit de la centrale (jusqu’à présent aux mains des Russes) ; nullement étonnée que les militaires russes tentent ainsi de détruire une centrale dont ils ont le contrôle depuis plusieurs mois au risque de déclencher un incident nucléaire majeur, le reportage présente alors les images… d’une cheminée abimée comme étant les restes d’un missile. Plus c’est gros, plus ça passe. Mais plus ça se voit aussi :

Cet exemple aussi grotesque que ridicule n’a pas semblé beaucoup défriser les médias français qui sont rapidement passés à autre chose (karting en prison, canicule, les sujets ne manquent pas). Ne vous attendez donc pas à d’épais fact-checking de la part des suspects habituels (Libération, Le Monde et autres thuriféraires des pouvoirs en place) : circulez, il n’y a rien à voir, rien à commenter, rien à critiquer et surtout aucune prise de recul ne sera nécessaire. De toute façon, le narratif officiel est fixé, il n’est absolument pas question ni de l’amender, ni de le nuancer ou d’apporter de l’information. Ici, le but est d’accompagner les grandiloquences du président Macron dans sa fuite en avant nihiliste et belliqueuse et c’est tout.

Malheureusement, comme mentionné au début de ce billet, le souci avec cette attitude est que l’aspect factice et propagandiste de ces messages officiels est maintenant évident et à mesure que les carabistouilles grossières s’accumulent, il devient de plus en plus difficile pour ne pas dire impossible de croire, même un peu, la réalité alternative que nous dépeignent la presse et le gouvernement : une part croissante du peuple sait maintenant que l’une et l’autre tordent les faits, mentent autant qu’ils le peuvent et ont bel et bien un agenda qui ne peut s’embarrasser de la vérité ou d’une simple prise de précautions élémentaires et dont l’alignement avec les désirs et besoins de ce peuple est si faible qu’on est en droit de se demander s’ils n’en deviennent pas les ennemis objectifs…

La conséquence est aussi tragique qu’évidente : cette propagande de plus en plus visible entraîne un effondrement complet de la confiance qui forme normalement le ciment de toute société fonctionnelle, notamment par un effondrement de la confiance dans les médias. C’est en tout cas ce qui ressort des enquêtes régulières qui ont lieu, comme par exemple celle de Gallup récemment publiée et qui montre que jamais les médias (télévision ou presse) n’ont reçu aussi peu de crédit ou n’ont inspiré aussi peu confiance depuis les années 1970.

Or, indéniablement, son érosion puis sa disparition complète entraîne l’évaporation de toute légitimité des règles, lois et contraintes que le gouvernement veut imposer ; la disparition de la confiance se nourrit du constat de ces mensonges grotesques répétés, de l’évidence d’une coterie qui prétend faire un travail de vérification alors qu’il ne s’agit que d’un groupe d’entre-soi, d’individus qui se vérifient les uns les autres, qui appartiennent tous aux mêmes cercles et aux mêmes « bulles », qui se font confiance les uns les autres, et qui surtout excluent les outsiders ou la moindre pensée dissidente, la moindre nuance, la moindre discussion ou la moindre remise en question.

Progressivement, le peuple se rend compte de cette supercherie, et se place de plus en plus en dehors de ces bulles auto-alimentées d’un fact-checking en plein autosuçage frénétique. Et de leur position extérieure, un nombre croissant d’individus constate toute l’hypocrisie du théâtre d’ombres que le gouvernement et la presse leur jouent en croyant, dur comme fer, qu’ils y adhèrent encore tous, obligatoirement.

Oh, certes, il est encore loin le moment où la majorité sera consciente de ces mensonges et, surtout, entendra faire savoir qu’elle en a assez, qu’il est temps de revenir à un discours réaliste et nuancé, et de réaligner pouvoirs politique et médiatique avec les besoins et les envies du peuple ; et certes oui, il pourrait s’écouler encore des mois, des années peut-être avant de parvenir à ce réalignement.

Néanmoins, chaque jour qui passe, chaque nouvelle idiotie, chaque nouvelle grotesquerie entraîne l’extraction spontanée d’individus hors de ces réalités alternatives construites par ces aigrefins, et chaque individu qui vient grossir les rangs de l’ « équipe réalité & nuance » ne fera plus jamais le chemin inverse.


—-
Sur le web

Partager sur:
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction
Dossier spécial :
Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Ah, ignorance, quand tu nous tiens…. pourquoi le journalisme se contente seulement de rapporter ? où sont les investigateurs ? la chasse au buzz face aux réseaux sociaux, toujours très rapide ?

    • Ce ne sont pas des journalistes, mais des chiens de garde, uniquement chargés de rassembler le troupeau. Mais même là ils sont incompétents.

  • On a beaucoup fustigé les utopies. Il est temps de parler des légendes : légende de l’information, légende de la démocratie, légende du progrès, légende de l’égalité, légende de l’art, légende de la science. Pour endormir les peuples, racontez leur des légendes.

  • Le coup du missile russe est bien une fumisterie : c’est comme ça qu’on nomme l’industrie des tuyaux de poêle.
    Entendu il y a quelques jours sur France 3 région Centre : « le canal de Briare est fermé à la navigation en raison de la sécheresse, ce n’était pas arrivé depuis 2019 » !
    Ce n’est pas le redevance qu’il fallait supprimer mais bien l’audiovisuel public qui n’est pas de meilleure qualité que les chaines privées tout en nous vendant autant de pub…

  • Vu la manipulation des esprits organisée à l’école dès le plus jeune âge, ce n’est pas demain que les Français vont devenir réalistes sur les causes de leur paupérisation : il vaut mieux haire la finance et vivre à peine au dessus du SMIC comme un français que l’aimer et vivre richement comme un Suisse. C’est exactement ce qui est enseigné par l’éducation nationale.

  • Les médias se répètent tous tels des perroquets. Cet acharnement à ne pas sortir de la doxa hexagonale est incompréhensible au pays de Descartes. La peur de quoi : se faire virer de la rédaction ? Le poids du chantage ?
    Deux exemples :
    l’expression répétée à l’infini : « le-réchauffement-climatique-dû-aux-activités-humaines »
    ou encore « les incendies-illustration-du-réchauffement-climatique »
    Sur ce dernier point, on peut noter que c’est le piège habituel de cet été : à l’occasion des incendies en France, on a souvent entendu le lien entre les incendies et le réchauffement climatique. Ce rapprochement est peut-être instinctif mais il est physiquement faux. La chaleur est certes un facteur aggravant mais les incendies sont avant tout directement liés à la sécheresse, elle-même due à des faibles précipitations en France ces derniers mois. Or le réchauffement climatique s’accompagne d’une accélération du cycle de l’eau, d’une plus grande évaporation des océans, de plus fortes précipitations sur les terres. Et inversement un refroidissement s’accompagne de faibles précipitations et de sécheresses. L’été 2021 a été pluvieux et il a donc bien été la conséquence du récent réchauffement climatique, d’ailleurs en palier depuis 2016. Actuellement nous sommes dans une période transitoire et divers phénomènes se mélangent, rendant toute interprétation hasardeuse. L’hiver austral n’a jamais été aussi froid et enneigé depuis 15 ans, des records de froid et de neige sont battus partout en Argentine, Chili, Nouvelle Zélande, Australie. La cordillère blanche des Andes est très étendue en ce milieu d’année. Les médias n’en parlent pas alors que la température moyenne terrestre totale est en légère baisse. S’il y a eu moins d’évaporation c’est parce que le cycle solaire actuel, le cycle 25, est à son plus bas niveau d’activité. Pour les initiés, le grand minimum solaire d’Eddy pointe peut-être déjà  son nez. Sans aller jusque là, après un réchauffement il y a un refroidissement et celui-ci semble montrer les premiers signes, malgré les apparences si l’on se cantonne à l’Europe de l’ouest cet été de façon un peu locale et chauvine comme n’ont cessé de la faire nos bons médias. Même dans l’hémisphère nord en juillet, au dessus de la ligne de fluctuation entre le chaud et le froid, qui passe sur la France cet été, la mer gelée du détroit de Béring n’a jamais été aussi étendue depuis 10 ans. Idem pour les glaces du Groenland qui se sont fortement rechargées , contre toute attente (du moins chez certains catastrophistes qui s’en tiennent aux modèles et oublient de regarder les faits), ou encore des records de neige en Alaska en plein été !
    Nos médias se demandent-ils si notre prochain hiver sera froid comme l’hiver actuel dans l’hémisphère sud ? Voilà une vraie question qu’ils pourraient se poser… Mais non, pas de courage, pas d’esprit curieux sur ce qui se passe ailleurs, pas d’esprit critique. Il faut aller visiter les médias étrangers, quelle tristesse…

    14
    • citation: « le cycle solaire actuel, le cycle 25, est à son plus bas niveau d’activité ».
      Il était annoncé très faible mais il démarre sur les chapeaux de roues et n’obéit pas du tout aux injonctions de la NASA:
      https://www.swpc.noaa.gov/products/solar-cycle-progression

      Cela prouve au moins une chose, c’est qu’on ne sait pas encore le prévoir même si on commence à comprendre son influence sur notre climat.
      En attendant l’hypothétique minimum d’Eddy (après 2030?), profitons bien du CO2 qui fait pousser les salades sans nous faire cuire.

    • Bonjour,
      Je trouve votre analyse, bien que contre-intuitive, extrêmement intéressante. Afin de pouvoir la répéter, pourriez-vous sourcer certaines informations, notamment la sécheresse qui serait la source d’un refroidissement, car on a aussi parlé de canicules cet été qui implique bien des températures au-dessus de la moyenne?
      Je vous remercie d’avance.

      • Il ne faut pas tout mélanger, malgré la bonne vieille habitude médiatique. La climatologie et son fameux réchauffement s’étend sur des dizaines et centaines de milliers d’années. Les variations thermiques annuelles, voire hebdomadaires, sont du domaine de la météorologie. On ne peut sauter de l’une à l’autre dans le but de conforter une hypothèse, sauf à abandonner toute référence scientifique et s’installer délibérément avec Madame Irma et sa boule de cristal.

  • Que la confiance dans les media s’effondre est une excellente nouvelle.
    Mais cela ne suffit pas en raison du théorème de Jules César:
    « Homines id quod volunt credunt »
    (Les hommes croient ce qu’ils désirent)
    (Guerre des Gaules Livre III, alinea XVIII)
    On ne peut en effet vendre que ce qui plaît, que l’on soit politicien, sociologue ou même scientifique, alors que la vérité est insupportable.

  • Il y a aussi dans l’ info mainstream une occultation des infos qui fâchent. Vous avez entendu parler du quasi lynchage d’ un touriste espagnol à Santorin par une bande de jeunes de banlieue invités à passer de belles vacances tous frais payés, ce qui, vous en conviendrez, n’ est pas donné à tout le monde? Au lieu de ça, vous avez sans doute eu droit au ton ému de la journaliste stagiaire qui nous relate la mort d’ un jeune en moto lors d’ un rodéo nocturne à Marseille. Snif, une chance gâchée, quelle tragédie.

    10
  • Comme dit souvent Charles Gave: En France, il y a deux sortes de journalistes : les bons journalistes, et ceux qui ont un emploi.

  • Vous avez raison h16. Pour ma part, je ne regarde plus la télévision puisque les radotages sont monnaie courante que ce soit aux infos ou sur les plateaux prétendus d’analyse. Quant aux autres programmes, ils sont tous pratiquement nus aussi sauf quelques vraiment rares pépites de vieux films. Beaucoup, il faut l’avouer sont plutôt désolants. Je préfère lire différents journaux français et étrangers sur mon ordinateur car ils m’apportent des éclairages divers et j’écoute de la musique.

  • Après une longue pause télévisuelle, j’ai regardé hier la fin du JT de TF1 (soir). Il y a une séquence pendant laquelle le présentateur fait appel à une jolie blonde qui va répondre à quelques questions que se posent les Français.
    Ce jour là, ça parle logement, location et passoire thermique. Ca se met tout de suite du côté du locataire, sous-entendant que le propriétaire est surement une enflure, alors qu’une bonne partie de l’audience doit être multipropriétaires.

    La France, ce pays de pauvres.

  • Encore un article fabuleux. Merci h16.
    Le chemin entre le début de la défiance envers l’information officielle et la remise en question de tout ce qu’on nous inculque est long. Par exemple, beaucoup de Français un tant soit peu attaché à la liberté et un tant soit peu curieux ont assez rapidement ouvert les yeux sur l’absurdité destructrice de la politique covidiste du gouvernement, mais parmi ces mêmes gens, beaucoup continuent à croire en l’effet de serre, en l’inégalité culturelle entre les sexes et autres innombrables fadaises. En fait il nous faut tout réapprendre dans tous les domaines (sciences dites de la nature, histoire, géographie, économie, politique…) ce qui demande beaucoup de temps.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don