Liberté économique : la France derrière le Kazakhstan

Le dernier classement de liberté économique du Fraser Institute montre que la France est mal classée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
TheAlias-libertés(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liberté économique : la France derrière le Kazakhstan

Publié le 8 septembre 2022
- A +

La France serait-elle moins libre que des pays comme le Kazakhstan ou la Malaisie ? C’est ce que considère le dernier classement de liberté économique du Fraser Institute, le principal centre de réflexion libéral canadien.

L’Institut Fraser produit un rapport annuel sur la liberté économique dans le monde en collaboration avec le Réseau de liberté économique, un groupe d’instituts de recherche et d’éducation indépendante dans près de 100 pays et territoires. Il s’agit de la première mesure mondiale de la liberté économique, qui évalue et classe les pays dans cinq domaines : taille de l’État, structure juridique et sécurité des droits de propriété, accès à une monnaie saine, liberté de faire du commerce international et réglementation du crédit, du travail et des affaires.

Le rapport de cette année, basé sur les données de 2020 (les plus récentes disponibles), tient également compte de l’effet des restrictions liées au covid.

 

La France : le pays le moins libre des pays occidentaux

Dans ce classement, la France se positionne à la 54e place, entre des pays comme le Kazakhstan et la Malaisie (ex aequo à la 49e place) et la Slovaquie (54e place aussi), la Mongolie (56e) et la Hongrie (57e).

Tous les pays d’Europe de l’Ouest se trouvent au-dessus de la France. Les plus mauvais étant l’Italie (44e) et la Belgique (46e). Quant au Canada et aux États-Unis, ils se trouvent dans le top 15 du classement : 7e pour les Américains et 14e pour les Canadiens.

 

Les petits pays plus libres économiquement ?

Sur les 20 pays les plus libres, la majorité est contituée de petits pays avec une population inférieure ou égale à 10 millions. Il peut s’agir d’une coïncidence. Mais un élément d’explication peut aussi être que ces pays n’ont pas la capacité politique et militaire d’imposer leur puissance dans le monde. De ce fait, leur moyen de se démarquer est d’attirer des entrepreneurs. Le fait que Singapour soit seconde et la Suisse troisième va dans ce sens.

En Europe, les 20 pays les plus libres après la Suisse, sont : le Danemark, l’Estonie, l’Irlande, la Lituanie, la Lettonie, la République tchèque, les Pays-Bas, la Roumanie et l’Islande.

 

L’ex-bloc soviétique : le meilleur et le pire

Un certain nombre de pays de l’ancien bloc soviétique sont ainsi représentés dans la tête du classement. En plus des pays déjà cités, la Géorgie (15e) et la Bulgarie (23e) se démarquent.

Toutefois, certains pays ont des résultats moins prestigieux. La Hongrie et la Slovaquie ont des résultats médiocres, et la Pologne à la 80e place dépasse à peine la Biélorussie qui se situe à la 82e place. L’incapacité du gouvernement polonais à faire des réformes économiques classe le pays à la dernière place de l’UE en la matière.

Mais il y a pire : la Russie se trouve à la 94e place. Un score inférieur à l’Inde (89e), mais supérieur à la Chine (116e). Quant à l’Ukraine, elle se situe à la 126e place soit le pays le moins libre du continent européen et de l’ex-URSS (Asie centrale incluse).

La très bonne place de la Géorgie aussi soumise à une forte influence russe (cf. les territoires contrôlés par l’armée russe d’Ossétie et d’Abkhazie) et celle de Taiwan (24e) montre toutefois qu’il est possible d’avoir une économie libre tout en ayant comme voisin la Russie ou la Chine.

 

L’étude peut être lue ici

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • L’entrepreneur est un profiteur qui veut asservir les travailleurs. Seul l’état est juste. On peut je pense résumer ainsi la pensée des Français et de leur gouvernement. Une pensée 100% communiste telle qu’on la voyait à l’époque soviétique.
    Donc ne laissons pas à l’entrepreneur/profiteur de possibilité de se développer. Un chômeur et un RSAiste est un électeur captif. Un entrepreneur est un électron libre : qu’il aille entreprendre ailleurs !

  • S’il n’y avait que les libertés économiques qui étaient quasiment aux abonnés absents en France (qui a mon avis sont corrélées avec les libertés politiques) mais ce sont toutes les libertés individuelles fondamentales qui sont en péril, il ne faut pas oublier que nous habitons un pays dans lequel nous étions obligés, il y a peu, de nous faire une autorisation à nous-même personnellement tout seul pour nous donner l’autorisation de sortir ou comment faire intérioriser individuellement la peur et l’autorisation administrative (« The Cerfa Style »), je ne sais pas si vous voyez le niveau de débilité que nous avons atteint ?

  • Il fallait naître en France comme moi dans les années 40/50 pour avoir l’esprit joyeux et le champ libre. Encore fallait-il subir l’Armée, une haute autorité qui avait le pouvoir de vous soumettre à l’Etat de Guerre contre l’Algérie et qui disposait de tribunaux militaires pour punir les récalcitrants. Mais pour le reste, en dehors du bloc Soviétique, on pouvait voyager librement, s’établir où on voulait et entreprendre avec enthousiasme!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Excellente surprise pour cette rentrée : La Nouvelle Lettre, publication libérale animée par l’infatigable Jacques Garello dans le cadre de l’Aleps depuis 1981, fait peau neuve. Branchée sur l’actualité comme sur la défense des principes authentiques du libéralisme, La Nouvelle Lettre s’attache à offrir au lecteur un son de cloche différent de l’ensemble de la presse subventionnée.

L’ambition de Jacques Garello à travers cette publication est transparente : il s’agit de montrer que le programme libéral est une alternative crédible aux ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles