11e Week-end de la liberté : le rendez-vous libéral à ne pas manquer

Le cercle Bastiat, organise du 23 au 25 septembre 2022 à partir de 12 heures le « seul congrès libéral en France » au Best Western Hôtel Sourceo à Saint-Paul-lès-Dax.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Frédéric Bastiat (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

11e Week-end de la liberté : le rendez-vous libéral à ne pas manquer

Publié le 8 septembre 2022
- A +

Le cercle Frédéric Bastiat, animé par l’infatigable Patrick de Casanove, organise du 23 au 25 septembre 2022 à partir de 12 heures le « seul congrès libéral en France » au Best Western Hôtel Sourceo au cœur des Landes, à Saint-Paul-lès-Dax.

« Rendez-nous la liberté ! » tel est le mot d’ordre du Congrès de cette année. La France affiche un taux record de dépenses publiques, de prélèvements fiscaux, qui se double malheureusement depuis deux ans d’une dérive autoritaire des pouvoirs publics.

L’heure est grave, et c’est le libre-arbitre qui disparaît au profit d’une mise sous tutelle étatique liberticide :

« Le libre arbitre disparaît. Les individus sont contrôlés. Non pas contrôlés au sens de surveillés. Depuis l’arrivée massive du numérique c’est déjà fait, avec des moyens multiples, peu coûteux, sans que les gens s’en rendent compte ; mais contrôlés au sens de maîtrisés, dominés, soumis à une volonté extérieure. Comme un pilote contrôle son avion, son drone. Les individus sont chosifiés, leur personnalité est niée. »

Au gouvernement de la liberté succède le gouvernement par la peur, qui par la panique sanitaire, l’alarmisme climatique ou encore la guerre en Ukraine étend son contrôle sur nos existences et détruit notre économie.

Interviendrons comme conférenciers des analystes familiers des colonnes de Contrepoints et d’ailleurs, comme Pierre Schweitzer sur internet, Claude Goudron sur l’entreprise, Jacques Garello sur le « vaccin libéral » qu’il propose à notre France bien malade, Yorick de Mombynes sur le Bitcoin, François Facchini sur la liberté d’acheter ou encore Pierre Garello, Philippe Fabry sur l’Europe démocratique. Avec 12 intervenants, ce week-end, organisé avec le concours de l’Aleps, de Contrepoints, de l’École de la liberté et de l’Institut pour la justice, promet d’être le laboratoire d’idées libérales de la rentrée.

Le cercle Frédéric Bastiat s’attache depuis 1990 à faire connaître l’œuvre de l’économiste libéral Frédéric Bastiat et à propager sa philosophie de liberté, d’initiative et de responsabilité individuelles face à l’État cette « grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ».

Pour plus de renseignement sur le 11e week-end de la Liberté, cliquez ici

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles