Énergie : Macron, président de la disette

Les tenants de la théorie de la disette favorisent des intérêts particuliers contrairement aux partisans de la théorie de l’abondance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 10

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie : Macron, président de la disette

Publié le 7 septembre 2022
- A +

« Fin de l’abondance, des évidences de l’insouciance » a déclaré Emmanuel Macron lors de la réunion de rentrée du Conseil des ministres le 24 août 2022.

Extrait de l’allocution

 

Il en remet une couche le 5 septembre en déclarant que « la meilleure énergie, c’est celle qu’on ne consomme pas ».

Le meilleur voyage, c’est celui qu’on ne fait pas…

La meilleure viande c’est celle qu’on ne mange pas…

La meilleure eau c’est celle qu’on ne boit pas…

Le meilleur livre c’est celui qu’on ne lit pas…

Le meilleur impôt c’est celui qu’on ne paie pas…

(cherchez l’intrus).

Le président du « en même temps » est aussi un grand amateur de sophisme.

Il est très regrettable que les écrits de Frédéric Bastiat ne figurent pas au programme de l’ENA, cela nous éviterait beaucoup d’inepties.

Frédéric Bastiat est l’économiste le plus ignoré de France et le plus connu à l’étranger. Chaque année, 15 000 exemplaires de La Loi se vendent aux États-Unis et les écrits de Bastiat figurent aux programmes des plus grandes universités.

Dans les Sophismes économiques, écrit au XIXe siècle, Bastiat nous parle d’économie, des échanges qui rythment nos vies quotidiennes, mais il franchit allégrement les clôtures du champ économique. Il débouche sur l’essence de l’être humain : pourquoi avons-nous peur du manque, de l’inconnu, du changement… ? Pourquoi ce désir de protection contre nous-même ?

Le sophisme part toujours d’une vérité incomplète. Pour le démonter il faut donc compléter sa prémisse. Mais c’est encore insuffisant. Il faut aussi s’attaquer à une chaîne complexe de relations de cause à effet :

Nous ne pouvons nous en tenir à une cause et à son effet prochain. Nous savons que cet effet même devient cause à son tour. Pour juger une mesure, il faut donc que nous la suivions à travers l’enchaînement des résultats, jusqu’à l’effet définitif. Et, puisqu’il faut lâcher le grand mot, nous sommes réduits à raisonner.

Le premier texte des Sophismes s’intitule « Abondance – disette ». Il oblige à raisonner sur ce thème.

Bastiat y démontre que les hommes d’État aiment la disette, ils la soutiennent et l’organisent même sous la pression de ceux que Bastiat nomme les publicistes (on dirait aujourd’hui lobbyistes).

La Presse, le Commerce et la plupart des journaux quotidiens ne publient-ils pas un ou plusieurs articles chaque matin pour démontrer aux chambres et au gouvernement qu’il est d’une saine politique d’élever législativement le prix de toutes choses par l’opération de tarifs ?  Les trois pouvoirs n’obtempèrent-ils pas tous les jours à cette injonction de la presse périodique ?

Le sophisme est ainsi démonté :

On remarque qu’un homme s’enrichit en proportion de ce qu’il tire un meilleur parti de son travail, c’est-à-dire qu’il vend au plus haut prix. Il vend à plus haut prix en fonction de la rareté, de la disette du genre de produit qui fait l’objet de son industrie. On en conclut que quant à lui du moins, la disette l’enrichit. Appliquant successivement ce raisonnement à tous les travailleurs on en déduit une théorie de la disette.

Si on appliquait la théorie de la disette à l’abondance, on serait porté à conclure :

Quand un produit abonde, il se vend à bas prix : donc le producteur gagne moins. Si tous les producteurs sont dans ce cas, ils sont tous misérables : donc c’est l’abondance qui ruine la société. Et comme toute conviction cherche à se traduire en fait, on voit dans beaucoup de pays, les lois des hommes lutter contre l’abondance des choses.

Cette théorie est évidemment idiote si l’on pose en prémisse que « la richesse des hommes, c’est l’abondance des choses ».

Nous sommes tous potentiellement consommateur de tout. « Le consommateur est d’autant plus riche qu’il achète toutes choses à meilleur marché ; il achète les choses à meilleur marché en proportion de ce qu’elles abondent, donc l’abondance l’enrichit ; ce raisonnement étendu à tous les consommateurs conduirait à la théorie de l’abondance. »

En revanche, nous ne sommes pas chacun potentiellement producteur de tout.

Par conséquent, les tenants de la théorie de la disette favorisent des intérêts particuliers contrairement aux partisans de la théorie de l’abondance.

Pourquoi avons-nous abandonné l’énergie nucléaire dont l’abondance était garantie ? Pour des raisons électoralistes (glaner des votes écologistes) pour inonder des industriels de l’énergie renouvelable de subventions (capitalisme de copinage).

Frédéric Bastiat fut le premier à dénoncer le système d’accaparement par la ruse de la spoliation légale par l’État (« cette grande fiction selon laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ») au nom d’une prétendue solidarité (« la Fraternité légalement forcée »).

Il faudrait que chaque électeur mécontent puisse expédier Sophismes économiques et La loi à son député, sénateur, maire, et pourquoi pas à l’Élysée et Matignon pour qu’un peu de bon sens revienne dans les cerveaux de « la France d’en haut ».

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Pour un bel exemple de sophisme, avancé par tous les tenants de la nouvelle religion climatique, voir : https://www.youtube.com/watch?v=OaEi9b84lxg

  • Surtout du mensonge en Matiére de respnsabilté dans la destruction d’EDF et de la filière Nucléaire. C’est ça le vrai sujet.

    • Il faut ajouter un point essentiel, jamais évoqué par les médias et rarement par les détracteurs de macron; à savoir l’interdiction de recherche et d’exploitation des gaz et pétroles de schiste, jugés abondants en France. macron pendant 10 ans n’a fait qu’empêcher ou torpiller toute velléité d’agir dans ce domaine, quand il était conseiller ou ministre de Pignouf 1er et ensuite en tant que Président. Comme d’habitude pour des raisons bassement politiciennes (écolos-fascistes qu’il fallait se concilier).

      • oh vous savez le gaz….
        on me dit que les vendanges commencent en Moselle, et qu’il y a un gisement de gaz de houille, prêt depuis 5 ans à être mis en service, mais qu’il manque une signature.
        Tout ceci est bien curieux n’est-ce pas?
        Vous savez qu’il n’y a rien de plus idiot que d’associer sur un réseau, renouvelables et nucléaire, que à part coûter un pognon de dingue, cela n’a aucun bénéfice…enfin, peut-être qu’il y a des retombées secret défense, allez savoir?
        Car il ne me paraît pas soutenable qu’ils soient à ce point ignares sur le plan technique,ou bien comme pour le gaz de Moselle, personne ne leur en a parlé?
        On a beaucoup ri des avions renifleurs… Giscar était un petit,un besogneux, là on est passé dans la démesure

        • Associer gaz et ENRI n’est pas complétement idiot, mais il faut du gaz très bon marché pour garder un ensemble disons correct.
          Ce qui est complétement idiot c’est de développer les ENRI tout en bloquant le gaz alors que l’un ne peut marcher sans l’autre….

          • vous n’avez pas compris mon propos.
            certainement, les ENR impliquent d’investir dans des capacités pilotables, .Les centrales thermiques répondent mal à cette obligation, forte inertie, dégradation des composants par des variations continues de charges.
            C’est pourquoi, les ENR, nécessitent de construire en parallèle des capacités disponibles immédiatement cad des centrales au gaz.. que l’on n’a pas(classer le gaz en énergie »verte » est le comble de la mauvaise foi)
            mais le nucléaire non plus n’est pas pilotable par essence, certes les ingénieurs français sont les seuls à faire du suivi de charge avec les centrales nucs, mais cela reste dangereux, et on se demande si les petits ennuis de la moitié de nos centrales ne résultent pas des contraintes impossées par ces variations con,tinues de charge.
            Le nucléaire se suffit à lui-même(depuis 30 ans),le réseau est étudié pour, cela reste imbattable en prix, cela ne produit pas de CO2
            Pourquoi diable faut-il en parallèle investir un pognon de dingue dans des ENR, qui, et un article de Mr. l’ingénieur Pellen dernièrement sur ce site l’explique de façon incontestable,ne servent strictement à rien?
            Comme il n’ya pas de réponse raisonnée , on ne peut que se poser des questions « complotistes »

            • Oui Désolé, associer ENRI et nucléaire n’est pas une bonne chose, sauf peut être un peu de PV dans la limite de la variabilité jour Nuit.

              Ce que je voulais dire c’est que si vous vous ne croyez pas au réchauffement climatique, et que vous êtes prêt à payer plus pour polluer plus, un mix ENRi + Gaz est envisageable, et au tarif actuel du gaz les ENRi emmènent maintenant un avantage.

              « Pourquoi diable faut-il en parallèle investir un pognon de dingue dans des ENR »

              Pour calmer les écolos qui préfèrent détruire la planète avec une surexploitation de la biomasse, des contraintes sur les usagers qui feront mécaniquement exploser les émissions de GES… plutôt que l’on ait recours au nucléaire. ( Chaque point de vue ce respecte, on est en démocratie. Moi ce qui me gêne c’est l’absence de cohérence entre le discours et les solutions prônées) .

  • Bah, plus l’énergie est chère, plus les taxes qui lui sont proportionnelles sont élevées. Bruno va pouvoir se gaver et nous expliquer que grâce à sa saine gestion il a contenu au mieux le déficit.
    Vive l’inflation élevée, vive la gauche qui supprime le nucléaire et vive les Français qui votent à gauche pour que nos enfants aient des dettes dès leur naissance.

  • Mr Macron, se plairait-il à faire souffrir « les gens qui ne sont rien » serait-il tenter de généraliser la spoliation, de l’organiser par l’intermédiaire de la loi qui deviendrait un instrument de convoitise et de rapacité. En ce qui concerne les centrales nucléaires sont-elles en bon état, en mesure de fonctionner normalement, combien vont elles couter avant leurs mises en services, qui sont les principaux lobbys anti nucléaires. Une remarque je comprends l’attitude de Mr Macron, en Algérie, il s’est fait traité d’e…..é par la foule présente, ils étaient tous Algériens et sans que la police ne bouge, je ne me rappelle pas que les Russes l’ai insulté comme cela

  • Le meilleur président c’est celui qu’on renvoi se rhabiller

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles