USA : la polarisation politique prend le pas sur l’éducation publique

Le choix de l’école permettrait aux familles d’échapper aux batailles scolaires en quittant le champ de bataille.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Eleve en salle de classe (Crédits BiblioArchives - LibraryArchives, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

USA : la polarisation politique prend le pas sur l’éducation publique

Publié le 26 août 2022
- A +

Par

Ce n’est un secret pour personne que les écoles publiques sont des champs de bataille sur les préjugés en classe et les préférences politiques. Les conflits s’intensifient au fil du temps, au détriment des élèves comme des enseignants. De nombreuses familles ont une solution : elles veulent quitter l’école afin de pouvoir diriger l’éducation de leurs enfants sans avoir à se battre sur l’idéologie et les procédures. Mais les partisans de la ligne dure du contrôle gouvernemental tentent d’empêcher leur sortie. Ceux qui bloquent les portes des écoles doivent être écartés pour que les enfants puissent apprendre.

« Les clivages partisans s’élargissent, les perceptions de la qualité de l’école diminuent« , peut-on lire dans le titre des résultats de la dernière enquête d’opinion publique réalisée par Education Next de l’université de Harvard. « En utilisant les données de l’enquête Education Next de 2007 à 2022, nous révélons que la différence moyenne d’opinion entre les deux grands partis s’est accrue sur de nombreux points que nous avons suivis au fil des ans. Deuxièmement, nous assistons à l’émergence de nouvelles questions qui reflètent des clivages partisans exceptionnellement importants. Au cours des deux dernières années, nous avons introduit des questions sur les réponses des écoles à la pandémie et des débats récents sur la manière d’enseigner le rôle de la race dans le passé et le présent de l’Amérique. Contrairement à de nombreux sujets liés à la politique de l’éducation que nous avons explorés dans les itérations précédentes de l’enquête, les positions des répondants sur ces questions semblent correspondre plus directement à leur identité partisane. »

Les auteurs David. M. Huston, Paul E. Peterson et Martin R. West affirment :

« Dire que la politique de l’éducation est de plus en plus partisane ne signifie pas qu’elle l’est exclusivement. »

Mais parmi les plus grandes divisions, on trouve des clivages très partisans sur la réponse Covid-19 et les interprétations controversées de l’histoire.

Le rapport relève :

« Environ 65 % des démocrates sont favorables à l’obligation de porter un masque facial dans les écoles, 15 % y étant opposés. Chez les républicains, la répartition est essentiellement inverse : 19 % sont en faveur et 63 % sont contre. 54 % des démocrates pensent que leurs écoles locales n’accordent pas assez d’importance aux questions raciales, contre 10 % des républicains. Parallèlement, 51 % des républicains pensent que l’on accorde actuellement trop d’importance aux questions raciales, contre 9% des démocrates. »

Les auteurs ajoutent :

« Malgré la longue histoire de la communauté des politiques de l’éducation qui tente de garder les pressions politiques à distance, l’opinion publique sur les questions d’éducation semble être de plus en plus entraînée dans le puissant courant de partisanerie de la politique américaine contemporaine. »

Sans surprise, une étude de la RAND réalisée plus tôt cette année a révélé que la réaction au Covid-19 et « l’intrusion de questions et d’opinions politiques », y compris le traitement des questions raciales, sont des facteurs de stress majeurs liés au travail.

« Les éducateurs qui ont déclaré être harcelés sur des questions politisées ont connu des niveaux de bien-être inférieurs et des perceptions plus mauvaises du climat de leur école ou de leur district ; ils étaient plus susceptibles de citer la politisation de leur profession comme une raison d’envisager de quitter leur emploi. »

Il n’est pas étonnant que des désaccords irréductibles sur ce qui doit être enseigné et sur les conditions d’enseignement aient poussé de nombreux éducateurs au bout du rouleau. Ne serait-il pas logique de cesser d’enfermer des personnes aux préférences incompatibles dans les mêmes institutions et de les laisser choisir les approches éducatives qui conviennent à leurs enfants ?

Hé ! C’est un point sur lequel les gens sont d’accord sur tout le spectre politique.

L’enquête d’Education Next a révélé que la perception des Américains à l’égard des écoles publiques a baissé depuis 2019 :

« Le soutien aux écoles à charte est remonté à 45 % après des planchers de 39 % en 2017 et de 41 % en 2021. De même, le soutien aux bons d’achat universels (50 %) et aux bons d’achat pour les familles à faible revenu (48 %) s’est redressé par rapport à ses niveaux de 2021 (45 % et 43 %, respectivement). Pendant ce temps, les bourses d’études pour les familles à faible revenu financées par des crédits d’impôt, qui bénéficiaient d’un soutien de 55 % en 2017 et de 56 % il y a un an, bénéficient désormais du soutien de 61 % des Américains.[…] 54 % des Américains sont favorables à l’idée de permettre aux parents de scolariser leurs enfants à domicile, contre 45 % en 2017. »

Toutes les réformes éducatives possibles gagnent du soutien tandis que les écoles publiques traditionnelles perdent de l’estime. Beaucoup de ces réformes indiquent clairement que le financement de l’éducation est destiné aux étudiants, et non aux institutions gérées par le gouvernement. Elles font en sorte que l’argent suive les enfants dans leurs cours, où qu’ils soient. Par exemple, l’Arizona a récemment élargi les comptes d’épargne-études (ESA) afin que les familles puissent choisir comment utiliser une partie des impôts qu’elles paient.

Selon le Goldwater Institute de l’Arizona, qui a plaidé en faveur de l’adoption de cette mesure :

« Les familles recevraient plus de 6500 dollars par an et par enfant pour l’école privée, l’enseignement à domicile, les « pods d’apprentissage », le tutorat ou tout autre type de service éducatif qui répondrait le mieux aux besoins de leurs élèves. »

Davantage d’argent est disponible pour les enfants ayant des besoins particuliers.

Personne n’est obligé de participer ; les Arizoniens peuvent laisser leurs enfants dans les écoles publiques traditionnelles sans faire le moindre effort. Néanmoins, le programme est populaire.

Voici ce qu’on peut lire sur la page de demande du compte de bourses d’études Empowerment du département de l’Éducation de l’Arizona, en date du 21 août :

« IMPORTANT ! En raison d’un volume élevé, vous pouvez recevoir un message d’erreur lorsque vous essayez de créer un compte ADE Connect. Veuillez réessayer plus tard. »

Cette échappatoire à un système scolaire public pour lequel les gens ont de moins en moins de respect et de patience peut enthousiasmer le public mais est inacceptable pour les défenseurs des anciennes institutions.

Save Our Schools Arizona se plaint que « Les bons de l’ASE retirent encore plus d’argent à nos écoles déjà sous-financées » et estime que les fonds destinés à l’éducation appartiennent aux bâtiments et aux employés du gouvernement, et non aux enfants qui cherchent à s’instruire et dont les familles paient des impôts. L’organisation finance une campagne de pétition visant à annuler l’expansion de l’ESA.

Peut-être que les militants anti-choix aiment les conflits. S’ils réussissent, ils piègeront les familles qui ne peuvent pas se permettre de payer des frais de scolarité en plus des impôts dans des institutions qu’ils ne respectent pas, qui montrent tous les signes de continuer à être des champs de bataille politiques et culturels, et dans lesquelles certains enseignants se sentent obligés de démissionner en raison de désaccords sans fin. C’est la garantie d’un avenir fait d’escalades de conflits qui nuisent à l’apprentissage et créent des environnements désagréables pour tous. À en juger par leur comportement, les militants anti-choix sont cruellement attachés à encourager le combat en classe.

C’est pourquoi les militants anti-choix doivent perdre, afin que les enfants et les familles puissent gagner. Dans un pays où les gens sont de plus en plus en désaccord sur une foule de questions, les écoles contrôlées par le gouvernement sont destinées à être des champs de bataille tant que nous tenterons de forcer des personnes aux opinions divergentes à les partager. Plutôt que de se contenter de conflits partisans et de perceptions de baisse de qualité, nous pouvons échapper aux batailles scolaires en laissant les gens quitter le champ de bataille.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Inversement, la multiplication de réseaux parallèles ( parfois peu scientifiques : créationnistes, flatearthistes, wokistes, etc… ) ne me paraît pas être le gage d’un futur paisible pour les States

  • Le choix de l’école: le contraire de la laïcité !

    -2
    • Quelle laïcité ?
      Communisme et écologisme gratuits et obligatoires…

    • La laïcité consiste en le libre exercice de ses convictions religieuses, et, toujours selon ce principe de neutralité, aucun culte ou dogme doit être privilégié en particulier.
      Le choix est contraire à la laïcité ?
      lol

  • Le choix de l’école: le contraire de la laïcité !

    -2
  • Ça devient comme en France où les sans dents doivent envoyer leurs enfants à l’école publique écouter la bonne parole pendant que le ministre de l’éducation (ainsi que les autres ministres) envoie les siens dans le privé pour éviter le bourrage de crâne et leur assurer un vrai avenir.
    Et après on dit que les démocraties s’effondrent ! Pas étonnant quand elle se font comme les dictatures….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Alors que les écoles indépendantes et l’école à la maison se développent partout dans le monde, la France a fait le choix de dire non aux alternatives à l’Éducation nationale. C’est ce qui ressort de la dernière analyse proposée par « Créer son école » lors de la tenue de sa conférence de rentrée du 7 septembre 2022.

Avec la crise du Covid-19, le recours à l’école à la maison s’est développé partout dans le monde. Aux États-Unis, le taux de homeschooling est passé de 3,5 % à 10 % de 2019 jusqu’à aujourd’hui. En Grande-Bretagne, la croi... Poursuivre la lecture

Par Kerry McDonald.

 

L'innovation disruptive commence généralement en marge, avec quelques utilisateurs intrépides qui adoptent un nouveau produit ou service. Soutenue par les nouvelles technologies, une innovation de rupture touche le grand public lorsqu'il est prouvé que sa qualité est aussi bonne, voire meilleure, que celle des modèles plus établis.

Selon l'auteur et investisseur Michael Horn, un exemple classique d'innovation disruptive est Airbnb, qui a commencé en marge de la société en tant qu'outil pour dorm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles