Le salaire minimum contre la productivité

La politique du salaire minimum est enveloppée d’un langage noble qui nuit surtout aux personnes qu’elle est censée aider.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Workers by Graham Burton(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le salaire minimum contre la productivité

Publié le 19 août 2022
- A +

Par Michael Peterson.

Ce n’est un secret pour personne que les lois sur le salaire minimum réduisent l’emploi des travailleurs peu qualifiés, en particulier pour les jeunes qui cherchent un premier emploi. Les propres projections du Congressional Budget Office (CBO) indiquent des pertes substantielles d’emploi hebdomadaire en cas d’augmentation du salaire minimum national. Des milliers d’études cherchent à déterminer les effets des hausses du salaire minimum sur l’emploi, avec des résultats mitigés.

La plupart des études trouvent toujours des effets négatifs importants sur l’emploi lorsque des lois sur le salaire minimum sont adoptées. Pourtant, après la signature par le président Biden d’une loi sur le salaire minimum fédéral de 15 dollars, et compte tenu de l’inflation incontrôlée provoquée par les dépenses publiques massives pendant et après la pandémie, les appels à de nouvelles hausses de salaires persistent.

Il est donc important d’analyser le salaire minimum sous tous les angles possibles. L’un de ces angles consiste à examiner ce qui arrive à la productivité des travailleurs lorsque des lois sur le salaire minimum sont adoptées.

Pour ce faire, nous examinons souvent ce qui arrive aux travailleurs ayant des niveaux de qualification différents lorsque le salaire minimum est augmenté.

Comme nous l’avons mentionné, les travailleurs peu qualifiés sont les plus touchés par les hausses du salaire minimum, car les entreprises réduisent l’emploi de leurs salariés les moins productifs. En revanche, les travailleurs moyennement qualifiés en bénéficient souvent car ils sont les plus susceptibles de remplacer leurs homologues peu qualifiés, relativement plus chers. Comme les travailleurs hautement qualifiés jouent moins le rôle de substituts, leurs effets sur l’emploi sont plus ambigus.

Une étude de Terry Gregory et Ulrich Zierahn évalue l’impact d’une loi de 1997 sur le salaire minimum en Allemagne sur le secteur de la construction. Ils constatent que les employeurs ont embauché moins de travailleurs hautement qualifiés en raison de la baisse des revenus (baisse de la productivité) des entreprises.

Ils observent également que le flux de travailleurs hautement qualifiés entrant dans l’industrie a diminué de plus de 9 %, ce qui est supérieur à l’augmentation de 0,5 % de la main-d’œuvre moyennement qualifiée. Ce résultat indique des effets dynamiques négligés sur l’offre de main-d’œuvre peu et hautement qualifiée, qui peuvent réduire la productivité à des niveaux encore plus bas.

 

Une autre étude réalisée par Joseph J. Sabia révèle que les lois sur le salaire minimum n’ont aucun effet significatif (positif ou négatif) sur le produit intérieur brut (PIB) des États. Toutefois, dans les industries peu qualifiées comme le commerce de gros et l’industrie manufacturière, il découvre une baisse légère à significative de la productivité par rapport aux industries hautement qualifiées comme la finance ou l’immobilier.

Dans l’ensemble :

« Les résultats de cette étude indiquent peu de gains de productivité globale résultant des augmentations du salaire minimum, et certains éléments indiquent que le PIB des secteurs peu qualifiés par rapport à celui des secteurs très qualifiés peut baisser en réponse aux augmentations du salaire minimum ».

Le choc de productivité est le plus important à court terme, ce qui suggère que les salaires minimums ne peuvent pas stimuler de brusques poussées de croissance de la productivité.

Certaines études observent en effet des augmentations de la productivité chez les travailleurs individuels. Malheureusement, ces études ne portent que sur les effets statiques des hausses du salaire minimum pour un groupe particulier – généralement les travailleurs peu qualifiés. Certains économistes attribuent aux salaires d’efficience la source des gains de productivité consécutifs aux augmentations du salaire minimum. Le salaire d’efficience est l’idée qu’un salaire plus élevé se traduit par un meilleur moral des employés, un taux de rotation plus faible et une meilleure réserve de candidats, ce qui augmente la productivité des travailleurs directement touchés par l’augmentation de salaire.

Les salaires d’efficacité sont également interprétés comme améliorant la productivité des travailleurs, car les travailleurs peu qualifiés craignent la perspective d’un licenciement. Mais toute politique fondée sur la peur d’être licencié donne des résultats malsains à long terme. Dans tous ces cas, les analyses fixent leur regard sur un groupe de travailleurs et négligent les effets dynamiques des lois sur le salaire minimum.

Par exemple, les économistes Jonathan Meer et Jeremy West utilisent un modèle dynamique pour tester les effets du salaire minimum sur la croissance de l’emploi. Ils découvrent que « le salaire minimum réduit l’emploi sur une période plus longue que ce qui a été précédemment examiné dans la littérature. » L’impact négatif du salaire minimum sur l’emploi et la productivité s’amplifie une fois que l’analyse est élargie pour inclure un horizon temporel plus long.

Un article d’Isaac Sorkin énonce diverses méthodes statistiques pour déterminer les effets à long terme du salaire minimum sur les résultats de la croissance de l’emploi. Sorkin montre que lorsque le salaire minimum est permanent – comme lorsque le salaire minimum est indexé sur l’inflation – les effets négatifs sur l’emploi dépassent de loin ceux observés lorsque le salaire minimum est temporaire. Sorkin attribue ces effets au fait que les employeurs entament le processus précoce de substitution du travail au profit du capital, ce qui réduit la croissance de l’emploi pour les moins bien lotis.

Le dernier angle qui reçoit moins d’attention est l’interaction entre les travailleurs peu qualifiés et les travailleurs hautement qualifiés. Dans un article de l’Institute of Labor Economics (IZA), Abdurrahman Aydemir décrit la complémentarité entre les immigrants peu et hautement qualifiés sur la productivité des travailleurs autochtones :

« L’immigration de travailleurs peu qualifiés réduit les revenus des travailleurs peu qualifiés et améliore la productivité des travailleurs hautement qualifiés et du capital dans leur pays d’accueil ».

Il en va de même pour les travailleurs hautement qualifiés.

 

Alex Nowrasteh, directeur des études de politique économique et sociale du Cato Institute, illustre comment les immigrants peuvent accroître la productivité des travailleurs autochtones. Il cite une étude de Giovanni Peri et Mette Foged :

« Les immigrants ont incité les travailleurs danois et les autres Européens nés dans le pays à occuper des postes à forte intensité de communication au sein des entreprises… En conséquence, les salaires danois ont en fait augmenté après 5 ou 6 ans, car les travailleurs danois sont devenus plus productifs. »

Si les avantages mutuels entre les niveaux de compétences relatifs des travailleurs s’appliquent dans le contexte de l’immigration, ils devraient également s’appliquer à la politique nationale en matière de salaire minimum. En d’autres termes, des travailleurs relativement plus qualifiés peuvent devenir moins productifs lorsque des travailleurs peu qualifiés sont licenciés en raison d’une politique de salaire minimum.

Par exemple, imaginez ce qui pourrait arriver à un mécanicien automobile qui doit passer plus de temps à classer des documents ou à fixer des rendez-vous lorsque la réceptionniste devient trop chère pour être maintenue dans la masse salariale. Ou encore, réfléchissez à ce qui pourrait arriver à la propriétaire d’un restaurant qui devra assumer davantage de tâches de service maintenant qu’elle ne peut plus se permettre de payer le préposé à l’accueil ou le cuisinier qui nettoie les tables.

Un marché du travail faussé est mauvais pour la productivité, car il empêche les travailleurs les plus pauvres d’acquérir sur le tas des compétences qui font progresser leur carrière, tout en privant les travailleurs hautement qualifiés de la main-d’œuvre peu qualifiée qui les rend plus efficaces.

La politique du salaire minimum est enveloppée d’un langage noble qui nuit surtout aux personnes qu’elle est censée aider.

Comme Don Boudreaux et le regretté Walter Williams l’ont écrit un jour dans le Wall Street Journal :

« Toutes les bonnes intentions des champions de l’augmentation du salaire minimum ne font rien pour remédier à ces conséquences néfastes… Une politique compatissante exige que nous réfléchissions avec nos cerveaux et non avec nos cœurs sans tact. »

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

La « grande démission » n’arrête pas de faire couler de l’encre. Dans Les Échos du 8 septembre, Jean-Marc Vittori, s’appuyant sur les données de la Dares (ministère du Travail), affirme qu’un million de Français ont abandonné leur CDI en six mois, « 20 % de plus qu’avant l’épidémie ».

 

« Attention, vos salariés deviennent des mercenaires »

Reprenant les propos des chercheurs de la Dares, Vittori souligne que ce taux de démission « est élevé mais pas inédit ». Rien qu’... Poursuivre la lecture

5
Sauvegarder cet article

Le Secrétaire national du Parti communiste français (PCF) Fabien Roussel a clairement décidé de jouer les trublions au sein de la toute nouvelle toute fragile union de la gauche. On savait déjà qu’il n’hésitait pas à se moquer des obsessions écoféministes hallucinées de Sandrine Rousseau, s’affichant volontiers en train de savourer un splendide steak grillé ou lui rétorquant récemment à propos de la polémique sur le virilisme coupable du barbecue qu’il n’avait que faire des discours sur « le sexe des escalopes » !

Comme si une telle hé... Poursuivre la lecture

argent public
2
Sauvegarder cet article

Il a été décidé récemment en France d’augmenter le salaire minimum. Après avoir connu une augmentation de 0,9 % début 2022, le Smic est désormais porté à hauteur de 1603,12 euros brut par mois, contre 1589,47 euros brut en 2021. Ce que l’on appelle un salaire minimum est évidemment le montant minimum de salaire imposé par les gouvernants à toutes les entreprises.

On considère en général cette mesure comme souhaitable car on estime que les entrepreneurs auraient tendance à imposer des salaires trop faibles, ce qui génèrerait évidemment ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles