Darwin à Sciences po : de la biologie à l’économie, le darwinisme est partout

La théorie de la sélection naturelle ne fait plus intervenir un Dieu créateur comme facteur explicatif de la nature, la théorie d’Adam Smith ne met plus l’État au centre de la création de richesses au sein du monde social.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8
darwin source https://unsplash.com/photos/AN4S8NGQ-Mw

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Darwin à Sciences po : de la biologie à l’économie, le darwinisme est partout

Publié le 20 juillet 2022
- A +

Un séminaire sur Charles Darwin et le genre animé par Leonardo Orlando et Peggy Sastre sur le campus de Reims de Science po Paris a été annulé abruptement.

Le prestigieux établissement invoque le manque de scientificité des enseignements proposés, mais c’est plutôt « l’évoféminisme » de Peggy Sastre qui pourrait avoir scandalisé des experts maison peu habitués à l’intrusion de la biologie dans le pré carré des sciences sociales.

 

Darwin inconnu

C’est que Darwin reste assez peu connu du grand public, qui lui associe spontanément un certain nombre d’idées ou de théories plus ou moins inquiétantes et nauséabondes. Qui dit darwinisme dit souvent compétition pour la survie, ou encore loi du plus fort ou déterminisme biologique, voire racisme. Rares sont les voix capables de rappeler que le principal legs du célèbre scientifique, la théorie de l’évolution par sélection naturelle, fait consensus parmi des scientifiques qui ont pu tester et vérifier sa véracité par les moyens les plus modernes à disposition.

Pour Jerry A. Coyne, professeur en génétique évolutionniste à l’université de Chicago, l’esprit essentiel de la théorie moderne de l’évolution est assez facile à comprendre. La vie sur Terre a évolué progressivement en commençant par une espèce primitive – peut-être une molécule auto-réplicative – qui a vécu il y a plus de 3,5 milliards d’années. Elle s’est ensuite ramifiée au fil du temps, donnant naissance à de nombreuses espèces nouvelles et diverses. Le mécanisme de la plupart (mais pas de toutes) des changements évolutifs est la sélection naturelle1.

 

L’évolution au quotidien

Pour Matt Ridley, qui lui est journaliste scientifique après avoir enseigné la zoologie à l’université, l’évolution est partout. Elle dépasse très largement le fonctionnement des systèmes biologiques pour pénétrer l’intégralité des pratiques sociales et culturelles humaines. Il a rappelé dans son essai The Evolution of Everything (2015) que même les idées de Darwin ne sont pas nées du jour au lendemain : elles s’inscrivent dans un courant plus large de réflexion biologique, mais aussi culturelle propre au XIXe siècle.

Ridley rappelle que la réflexion de Darwin baigne dans la philosophie des Lumières écossaises, qui a donné au monde David Hume et Adam Smith. Après s’être embarqué sur le Beagle pendant 5 ans pour un voyage d’exploration scientifique, Darwin va mettre au clair ses idées en lisant une biographie d’Adam Smith, et en relisant l’essai de Thomas Malthus sur la population.

Comme l’observe Ridley :

« Le biologiste évolutionniste Stephen Jay Gould est allé jusqu’à dire que la sélection naturelle doit être considérée comme une extension analogique de l’économie de laissez-faire d’Adam Smith. »

 

Charles Darwin et Adam Smith

En d’autres termes, pour Ridley, Adam Smith est à l’économie ce que Charles Darwin est pour la biologie. Ce que découvre Smith dans La Richesse des nations (1776) est un mécanisme bien connu des théoriciens de l’ordre spontané du marché. L’ordre du marché, et de la société en général, n’est pas le produit d’une intelligence particulière ordonnant et planifiant l’intégralité des interactions entre les hommes, mais de l’action coordonnée de tous les individus dessinant ainsi des régularités et des pratiques auto-engendrées.

La théorie de la sélection naturelle ne fait plus intervenir un Dieu créateur comme facteur explicatif de la nature et de ses transformations, la théorie d’Adam Smith ne met plus l’État au centre de la création de richesses au sein du monde social. C’est désormais l’échange volontaire et spontané de biens et de services entre individus encadré par la division du travail et la spécialisation des tâches qui explique désormais la création de richesses.

Darwin continue à faire peur, y compris dans le milieu universitaire. Il est pourtant un auteur clef pour mieux comprendre le monde qui nous entoure, de la biologie à la culture, en passant par l’économie. Peut-être serait-il temps que Science po prenne l’évolution au sérieux ?

 

  1. Jerry A. Coyne, Why evolution is true, Oxford Univ. Press, 2009.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • A la fois quelle surprise ! Sc Po a toujours été spécialisée en défense de tous les totalitarismes , de toutes les idéologies les plus stupides. Comme leur approche ne repose sur rien d’autre que de la fascination pour la dernière transgression qui trotte , ils défendent leur nouveau veau d’or avec l’acharnement des gardiens du temple d’antan. Et Dieu dans tout ça ? il se désole .

  • Miss Peggy annulée ? Cochon qui s’en dédit !

  • Darwin n’a pas tué le Dieu créateur. L’assassin, c’est Nietzsche.
    Mais Darwin n’est pas blanc comme neige. Il est fortement soupçonné d’avoir porté un coup fatal à Lamarck.

  • ce qui le frappe quant à moi, c’est plutôt qu’en dépit que les gens comprennent le darwinisme ils le pervertissent souvent..parce qu’ils ont besoin de sens..

    • Oui, je le dirais autrement, on donne un sens (à posteriori) à nos comportements. La biologie/psychologie agit tandis que notre conscience interprète. Parfois, assez rarement, c’est l’inverse, d’où l’idée (optimiste) d’un libre arbitre déterminant. D’ailleurs c’est parce que les féministes les plus engagées sont totalement piégées par leur biologie, que leur conscience est aveuglée à ce point.

  • C’est amusant de constater que Darwin après avoir été une icône incontestable de la gauche progressiste (qui pensait pouvoir ainsi vaincre le Christianisme) est devenu un diable pour cette même gauche (qui ne peut plus si facilement justifier le wokisme etc. face à l’évolutionnisme).
    Comme souvent pour ces gens les sciences, les arts, les personnes même, n’ont d’intérêt et de valeur qu’un temps, et si elles « sont utiles à la cause ». Un peu comme le peuple jadis raison d’être de la gauche et désormais odieux et disqualifiant comme l’insulte « populiste » le montre bien.

  • « la théorie de l’évolution par sélection naturelle, fait consensus parmi des scientifiques qui ont pu tester et vérifier sa véracité par les moyens les plus modernes à disposition. » Sérieusement ? Les bras m’en tombent des mains ! C’est un peu comme lire « tous les scientifiques s’accordent sur le réchauffement climatique ». Sur Contrepoints, ça pique un peu…

    -1
    • La fin de la phrase fait toute la différence : la théorie a été soumises aux tests et n’a jusqu’à présent pas pu être invalidée.
      La même approche pour le « réchauffement climatique anthropique » conduit à son invalidation à tous les vagues tests possibles : chaque prévision se plante dans les grandes largeurs.

  • L’evopsy n’est ni plus ni moins scientifique que n’importe quelle théorie psychosociale.
    La réalité, c’est que c’est probablement, complémentaire avec les théories supposées concurrentes

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jen Maffessanti. Un article de la Foundation for Economic Education

 

La saison 2 de The Witcher, une série de fantasy diffusée sur Netflix, a été lancée le 17 décembre 2021 alors que sa première saison a battu des records de contenu en streaming. The Mandalorian sur Disney+ venait tout juste de détrôner Stranger Things en tant que série en ligne la plus demandée, mais The Witcher n'a pas tardé à détrôner The Mandalorian de la première place.

The Witcher, avec Henry Cavill, est l'adaptation d'une série de livres ... Poursuivre la lecture

Interrogez n’importe qui ayant quelques connaissances en économie sur Adam Smith, et on vous dira probablement que le grand économiste est le symbole du capitalisme débridé et déshumanisé, avec sa fameuse « main invisible », qui semble nous transformer en machines à la merci d’un mécanisme qui nous échappe, et sa promotion de l’égoïsme. C’est l’idée que j’en ai moi-même eu pendant longtemps. Et pourtant, cette vision ne reflète pas ses écrits qui ont au contraire promu le marché comme une institution vivante gouvernée par une éthique. Compte ... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Laye, Barthelemy Blanc[1.Barthelemy Blanc est financier à la BERD.] et Adrien Faure[2. Adrien Faure est étudiant en théorie politique et philosophie à l’Université de Genève.].

Cet article est l'analyse originale qui a servi de fondement à un article paru dans l’Opinion le 13 mars 2017  (« Pour un libéralisme populaire ») par les mêmes auteurs.

Beaucoup de points de vue s’élèvent aujourd’hui pour faire émerger un libéralisme qui se veut populaire. C’est-à-dire une pensée de la liberté qui ne serait pas vue comme un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles