Cuba après Fidel Castro : et maintenant ?

Alors que Ségolène Royal n’en finit pas de vanter la dictature si amie du tourisme qu’est le castrisme, petit retour sur le quotidien des Cubains, celui de la pénurie et de la pauvreté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cuba après Fidel Castro : et maintenant ?

Publié le 8 décembre 2016
- A +

Par Rodolphe Airelle, depuis Cuba.

Cuba après Castro. Et maintenant ?
By: Un divertimiento de @saulomol. Avatar: M. Eichele – CC BY 2.0

En 2018 Raul Castro cédera le pouvoir, sans que l’on sache encore qui lui succédera, ni par quel procédé celui-ci sera désigné. À Cuba, la démocratie semble encore un artefact bourgeois qui n’a pas sa place en terre castriste. Les fresques aux coins des rues et au bord des routes appelant à continuer la révolution socialiste sont là pour le rappeler. Et peu importe si Fidel lui même avait l’intention de conquérir le pouvoir par les urnes, avant le coup d’État de Batista.

Pour les Cubains donc, la vie ne va pas changer. Dans les galerias commerciales, des petites supérettes tristes où les rayons sont à moitié vides, les produits de première nécessité n’ont qu’une seule référence. Le gouvernement cubain choisit pour les Cubains ce qui est bon pour eux. Ces produits ne sont pourtant pas abordables pour tous, selon William, un Espagnol habitant Trinidad depuis près de 8 ans.

À Cuba, les seuls produits qui ne coûtent pas cher sont le riz, le rhum et le tabac. Pour l’électroménager, un seul modèle de robot mixeur ou de gazinière en magasin. Et si vous souhaitez vous acheter un réfrigérateur (chinois), il vous en coûtera l’équivalent de 600 dollars pour un modèle d’entrée de gamme (au mieux) selon les standards européens. Pour un petit téléviseur à tube cathodique, comptez 200 dollars.

L’échec du régime communiste cubain

Et ce, si ces produits sont disponibles. Le régime communiste contrôlant les produits qui entrent et sortent du territoire, les pénuries sont monnaie courante. Lorsqu’un restaurateur propose une douzaine de plats, il n’est donc pas rare que deux ou trois d’entre eux ne puissent être préparés.

Pour pouvoir espérer vivre confortablement, les Cubains ruraux n’ont pas beaucoup d’alternatives. Le gouvernement fixe les prix d’achats des productions agricoles, ainsi que les salaires. Une des victimes est l’industrie du café : autrefois réputée, celle-ci voit ses volumes de production chuter, car à 15 dollars par mois, les jeunes préfèrent abandonner les champs, partir à la ville et conduire les touristes en bicitaxi.

Hors le tourisme, point de salut

D’autres investissent dans des casemates pour en faire des casas particulares et ainsi accueillir les touristes qui souhaitent éviter les hôtels d’État. Mais hors de l’industrie du tourisme, point de salut. La fonction publique représente encore une large partie de la population active, et ceux qui y accèdent ne la choisissent pas pour ses opportunités de carrière : le salaire mensuel ne suffit pas, et le bagagiste de Viazul, la compagnie d’autocars d’État vous demandera un CUC (soit un dollar) pour charger votre valise en soute.

Ce n’est pas juste un pourboire, mais bien un paiement obligatoire pour pouvoir récupérer le reçu de son bagage. Les Cubains les plus chanceux, eux, se trouvent dans les cuisines des hôtels d’État, puisqu’ils ont accès aux réserves de nourriture qu’ils peuvent ainsi revendre aux casas particulares.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ségolène Royal est inhabituellement silencieuse.

À ce jour, pas un seul petit tweet sur les manifestations monstres qui ont secoué Cuba comme jamais le dimanche 11 juillet dernier. Elle qui, dépêchée par François Hollande aux obsèques de Fidel Castro en décembre 2016, voyait en ce dernier « un monument de l’histoire » qui avait permis aux Cubains de récupérer « leur territoire, leur vie, leur destin », n’a-t-elle rien à dire aux manifestants qui sont descendus par milliers dans les rues aux cris de « Liber... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles