Économie, chômage, sécurité : en finir avec la méthode Coué

 Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique. Notre gouvernement est adepte de cette méthode.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Sinking by Arseni Mourzenko(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Économie, chômage, sécurité : en finir avec la méthode Coué

Publié le 29 mai 2022
- A +

Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique.

Notre gouvernement est adepte de cette méthode dans tous les domaines et pour lesquels nous avons droit à l’autosatisfaction de la majorité de ses acteurs.

 

Économie

À la tête d’un ministère très étendu Bruno Le Maire est le champion.

L’industrie

Pour lui, elle se relève grâce aux mesures que le gouvernement à engager durant ce quinquennat.

Il s’agit plutôt de mesurettes qui vont certes dans le bon sens mais qui sont largement insuffisantes et n’ont pas permis d’inverser la descente aux enfers du tissu industriel manufacturier puisque sa part dans le PIB a encore baissé, elle est passée en dessous des 10 %.

En 2021 la production industrielle a diminué de 4,5 % par rapport à février 2020 et a encore perdu 0,9% en février 2022 !

Pire, la valeur ajoutée créée qui permet à une entreprise d’investir est passée de 250 milliards d’euros en 2000 à 275 milliards en 2018 soit + 10 %. Pendant le même temps l’Allemagne passait de 480 milliards en 2000 à 770 milliards en 2018 soit + 60 %.

Le déficit

La maîtrise du déficit du pays ne semble pas inquiéter notre ministre, malgré l’affirmation d’un retour de celui-ci en dessous de 3 % en 2027, il est encore de 161 milliards en 2021 soit 6,5 % du PIB. Chacun sait qu’il ne devrait pas baisser significativement avec les dépenses supplémentaires générées par les aides au maintien du pouvoir d’achat et surtout à l’engagement du pays dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Le gouvernement sait pertinemment que l’objectif de 4,8 % cette année, basé sur une croissance de 4%, est impossible à atteindre.

La dette

Elle est le résultat de plus de quarante ans de déficit, atteint déjà des sommets avec 2813 milliards en 2021 soit une hausse de 165 milliards par rapport à l’année précédente.

Compte tenu de la conjoncture difficile nous devrions atteindre les 3000 milliards en fin d’année. Là aussi le retour aux 60 % annoncés relève purement du fantasme.

Les impôts

Bruno Le Maire affirme qu’ils diminuent, mais pourquoi les prélèvements obligatoires sont-ils passés de 43,8 % en 2019 (source Insee) à 44,5 % en 2021 ?

Baisser les impôts d’un côté pour les augmenter ailleurs est de la tromperie !

Balance commerciale

Malgré la volonté du ministre de retrouver une balance commerciale positive d’ici 10 ans, celle-ci a atteint un déficit historique de 84,7 milliards en 2021. Les prévisions pour 2022 sont supérieures à 100 milliards.

 

Chômage

Élisabeth Borne nommée Premier ministre du second mandat de M. Macron, a été sa ministre du Travail, de l’emploi et de l’insertion.

Baisse historique du chômage à 7,3 % contre 8 % en 2020 : dans le principe on ne peut qu’applaudir, mais en regardant dans le détail la réalité est tout autre.

En effet, le nombre de chômeurs inscrits a baissé de 4 % sur un an (du premier trimestre 2021 au premier trimestre 2022 source « journaledunet.com «) passant de 2 844 900 à 2 721 300 soit 123 600 inscrits en moins.

Pendant la même période l’augmentation du nombre de personnes en formation, qui sortent d’office des statistiques chômage, a été de 190 000 (718 000 en 2021 en augmentation de 36 % par rapport à 2020).

La réalité est donc que le chômage n’a pas diminué en 2021 mais augmenté de 66 400 !

Ceci sans compter les 50 000 fonctionnaires supplémentaires embauchés en 2021.

 

Sécurité et justice

Selon le ministre de l’Intérieur, « la délinquance générale a baissé ». Il s’agit des sources de l’année 2020 donc avec le confinement. Depuis, les statistiques sont nettement à la hausse contredisant ses affirmations.

Évolution de la délinquance en 2021 :

  • Violence sexuelle…………….. + 33 %
  • Escroqueries…………………… + 15 %
  • Trafic de stupéfiant………….. + 13 %
  • Atteinte aux personnes…….. + 12 %
  • Atteinte aux biens……………. + 5 %

 

La justice française est devenue de plus en plus laxiste, les peines sont trop souvent inappliquées par faute de place dans les prisons… à cause du non-respect des engagements du gouvernement à ce sujet.

 

Éducation

Les trois priorités du mandat de Jean-Michel Blanquer rappelées lors de sa passation de pouvoir au nouveau ministre de l’éducation : bonheur, excellence, République.

Force est de constater un échec : le bonheur des élèves est contestable, l’excellence est contredite par les tests PISA et la République a été malmenée (décapitation et agressions de professeurs et grandes écoles sous influence)

 

Santé

La pandémie a mis en lumière un système de santé publique à bout de souffle, gangréné par une administration hors sol et contre-productive, mettant ainsi fin à notre certitude d’avoir le meilleur système de santé au monde, formule encore et toujours rabâchée.

 

Conclusion

Dormez bien, l’État s’occupe de tout et surtout croyez nos dirigeants sur parole lorsqu’ils vous l’affirment.

Mais les faits sont là et ne sont malheureusement pas encourageants : faiblesse économique endémique, lâcheté devant l’héritage financier laissé à nos enfants, obstination à vouloir travailler toujours moins sans en assumer les conséquences, défense sacrifiée à notre bien-être.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Sous prétexte de venir en aide à la population en distribuant des chèques à tout va, notre technocratie a bâti un État qui prélève la moitié de la richesse nationale (notamment en transférant les impôts directs vers des droits indirects, moins sensibles) pour la redistribuer en achetant des voix : qui tient les cordons de la bourse tient les assistés en servage. Parallèlement, la Parlement n’existe plus, les godillots sont priés de voter et de se taire. Napoléon au moins nous a laissé le code civil, notre petit coq sans aucune vision pour le pays laissera nos administrations les plus chères du monde à vau l’eau.

  • Heureusement que l’Afrique aide la France pour 480 Milliards d’euros chaque année, qui permet d’atténuer la dette globale du pays et donner un certains train de vie aux hauts fonctionnaires styles M Castex qui va voter dans son village en jet privé comme un milliardaire

    -2
    • Les échanges commerciaux entre les pays africains et la France sont accessible au moyen des statistiques douanières. Par exemple, en 2019, le solde des échanges se monte à 3,4 milliards d’euros pour un chiffre total d’exportations de l’Afrique vers la France de 29,4 milliards d’euros (source : https://www.facebook.com/agenceecofin/photos/a.861426740583092/3489061231152950/?type=3).
      Les 489 milliards d’aide (généreuse) à la France de la part de l’Afrique doivent probablement l’être sous la forme de valises de billets clandestines…
      Plus précisément, le PIB total de l’Afrique était de 1743 milliards de dollars en 2018, ce qui signifie que la réalité de cette aide de 489 milliards d’euros annuels (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27Afrique) est à peu près aussi crédible que la récente invasion de la lune par les martiens…
      Il faut éviter de citer des chiffres fantaisistes et sans source : les lecteurs de Contrepoints aiment bien pouvoir vérifier…

  • Les « coué », c’est nous, on n’a que ce que l’on mérite, un grand merci à l’éducation nationale de nous empêcher de voir clair malgré les lunettes « gratuites ». On a réélu la même bande d’a…. Bruitis! M’étonnerait que la France ne s’enfonce pas avec son coq dans le fumier avec grand renfort de cocoricos des masses médias, toutes fonctionnarisees à grands coups de subventions publiques.

  • c est bien d en finir avec « tout va tres bien madame la marquise » mais que proposer ?
    la reconstruction de l industrie francaise prendra des dizaines d annees (en admettant qu on en ai la volonté. le francais prefere investir dans le parpaing). Et pourquoi des jeunes francais accepterons d etre payés nettement moins qu en allant travailler a l etranger ? Il faudrait tailler a la serpe dans les transferts sociaux afin de rentre le travail payant. mais comment faire avec alors que les boomers representent 50 % des depenses et sont l electorat clé de Macron (les actifs ont voté majoritairement le pen)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Doug French.

L'économiste autrichien moyen dirait que la Réserve fédérale crée de l'argent à la pelle, avec pour preuve les variations de l'indice des prix à la consommation de 8,6 % selon le Bureau of Labor Statistics ou de plus de 15 % selon le calcul de shadowstats.com de John Williams, basé sur la façon dont le gouvernement calculait l'IPC en 1980. Il est certain que le dollar américain n'est au mieux que la chemise sale la plus propre du panier à linge des devises.

Mais le dollar de l'oncle Sam continue de se renforcer ... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles