Comment le contrôle des armes à feu pourrait nuire au secteur de la santé mentale

Les personnes souffrant de maladies mentales sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes de la violence armée que d’en être les auteurs. Si nous voulons réellement réduire les décès par arme à feu, la santé mentale est un excellent point sur lequel concentrer notre attention.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Maxim Potkin ❄ on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment le contrôle des armes à feu pourrait nuire au secteur de la santé mentale

Publié le 2 juillet 2022
- A +
Par Hannah Cox.

Cette semaine, le Sénat américain a commencé à débattre sur le contrôle des armes à feu que ses partisans ont qualifié de projet de loi de compromis.

Au début du mois, les démocrates ont annoncé qu’ils avaient obtenu suffisamment de soutien républicain pour que le projet de loi soit adopté par le Sénat (bien que la Chambre des représentants dispose d’une large majorité démocrate, une grande partie du programme de la gauche a été bloquée sous la présidence de Joe Biden en raison d’une majorité très mince au Sénat qui nécessite le soutien d’au moins 10 sénateurs républicains pour surmonter un filibuster).

Les mesures sur le contrôle des armes à feu comprennent plusieurs éléments :

des incitations pour les États à adopter des lois sur les signaux d’alarme, une répression des « achats par procuration »(straw purchases), la fin de la « faille du petit ami« , des investissements dans la santé mentale et la prévention du suicide, ainsi que dans l’intervention et la guérison en cas de crise et de traumatisme, une obligation étendue de s’enregistrer en tant que revendeur d’armes à feu agréé au niveau fédéral et un renforcement des vérifications des antécédents pour les 18-21 ans souhaitant acheter une arme.

En cas d’adoption de la loi, le NICS (l’entité chargée des vérifications des antécédents au niveau fédéral) devrait appeler les forces de l’ordre de l’État et locales pour rechercher tout casier judiciaire scellé ou tout événement lié à la santé mentale, ainsi que les agences de l’État chargées de ces questions, avant que les 18-21 ans puissent acheter une arme.

Si les partisans de cette législation sont vraisemblablement bien intentionnés, ils sont surtout mal inspirés.

Et si rien n’indique que ces points de l’ordre du jour permettraient réellement de prévenir la violence ou de sauver des vies, de nombreuses preuves indiquent qu’ils dissuaderaient les personnes vulnérables de chercher un traitement de santé mentale.

En ce qui concerne le projet de loi, Psychology Today déclare :

« Bien sûr, l’augmentation du financement des programmes de santé mentale est cruellement nécessaire. Mais les défenseurs de la santé mentale craignent également de renforcer le faux amalgame entre la violence armée et la maladie mentale. Bien que la croyance populaire veut que les personnes atteintes de troubles mentaux sont plus susceptibles de commettre des actes de violence, les données montrent qu’elles sont plus susceptibles d’être victimes de crimes violents que d’en être les auteurs. »

Soixante groupes nationaux de défense de la santé mentale ont également rédigé récemment une lettre condamnant l’amalgame entre la violence armée et les problèmes de santé mentale :

« Les tentatives de relier la maladie mentale aux fusillades de masse sont une diversion qui inflige d’énormes dommages en détournant l’attention des solutions qui pourraient réellement prévenir de tels événements. Cela perpétue un faux récit qui encourage la stigmatisation et la discrimination à l’égard des millions d’Américains qui vivent avec des problèmes de santé mentale et qui sont plus susceptibles d’être victimes de violence que d’en être les auteurs. »

Le président-directeur général de Meridian Health Services, Hank Milius, a également écrit récemment un article d’opinion pour Yahoo ! Finance :

« La violence armée est un problème de santé publique, mais le fait de la relier à la santé mentale ne fait qu’ajouter à la stigmatisation de celle-ci. Il existe certainement des cas de violence armée commise par des personnes fragiles mentalement. Mais suggérer qu’il y a une cause et un effet en liant inextricablement les deux construit un faux récit. »

Milius a également réitéré les points de discussion de Mental Health America :

« La maladie mentale n’est pas un facteur prédictif de la violence envers les autres, mais un facteur prédictif du suicide. Les décès par arme à feu associés à la maladie mentale sont presque toujours des suicides. La majorité des personnes atteintes de troubles psychiques ne sont pas violentes. Si la maladie mentale était éliminée, la violence par arme à feu en Amérique ne diminuerait que de 4 %. »

Soixante pour cent des décès par arme à feu aux États-Unis sont attribués à des suicides, note NPR. Donc, si nous voulons réellement en réduire le nombre, la santé mentale est un excellent point sur lequel concentrer attention et ressources.

Mais alors que ce projet de loi offre une expansion des services… ou du moins un financement pour les services… de nombreux éléments de ce projet conduiraient probablement à une diminution du nombre de personnes cherchant de l’aide.

Comme le soulignent Milius et Psychology Today, les personnes souffrant de maladies mentales sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes de violence armée que d’en être les auteurs. Cela dit, lorsqu’une personne atteinte de psychose ne reçoit pas les soins ou les médicaments dont elle a besoin, la violence peut survenir. Nous devons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour encourager les personnes atteintes de maladie mentale à demander de l’aide.

Cependant, ce projet de loi va dans le sens contraire. Il met en danger la confidentialité des soins de santé des jeunes adultes et met en péril leur capacité à se défendre. Si une jeune femme craint que le fait de demander de l’aide pour des problèmes d’anxiété ou des pensées suicidaires puisse l’empêcher d’acheter une arme à feu et de se défendre lorsqu’elle aura 18 ans et vivra seule, la réalité est qu’une partie non négligeable de la population choisira probablement la voie la plus sûre et renoncera aux soins.

Le Dr Laura Streyffeler, conseillère en santé mentale agréée, déclare :

« Je pense que si nous commençons à faire du diagnostic de santé mentale un moyen pour les patients de perdre leurs armes à feu, je pense que ce qui va se passer, c’est qu’ils vont cesser de chercher de l’aide. »

De plus, les lois sur les red flags instrumentalisent les problèmes de santé mentale pour des personnes n’ayant absolument aucune indication de violence. Il n’est pas acceptable de conditionner les droits d’une personne à sa santé, ce que font les lois sur les red flags. Bien que le langage utilisé diffère d’un État à l’autre, l’essentiel est que les personnes qui vous connaissent peuvent alerter la police sur des comportements qu’elles considèrent comme instables et qui peuvent ensuite être utilisés pour confisquer les armes à feu de quelqu’un. Les comportements inclus sont assez arbitraires, subjectifs et vaguement définis. Quelqu’un n’aime pas votre politique et pense que vous êtes un théoricien de la conspiration ? Est-ce que cela indique une maladie mentale ? Quelqu’un est contre les armes à feu et croit que le simple fait de posséder une arme fait de vous une menace ? Vous voyez le tableau. Ces lois pourraient facilement être utilisées contre des personnes qui ne sont pas du tout malades mentales, mais nous savons qu’elles seront certainement utilisées contre toute personne ayant des antécédents de maladie mentale.

Les libertés civiles ne devraient jamais pouvoir être retirées sans une procédure régulière, une prépondérance de la preuve et un procès. Les lois sur les red flags ignorent ces conditions et rendent vulnérables ceux qui recherchent des services de santé de base.

La réalité est que la plupart des tireurs de masse ne sont pas des malades mentaux, du moins pas de manière diagnostiquable. Il s’agit plutôt de jeunes hommes isolés, en colère et qui ont des droits civiques.

En outre, selon un reportage de Vice :

« Une nouvelle étude financée par le ministère de la Justice sur toutes les fusillades de masse – des meurtres de quatre personnes ou plus dans un lieu public – depuis 1966 a révélé que les tireurs ont généralement vécu un traumatisme dans leur enfance, une crise personnelle ou un grief spécifique, et un scénario ou des exemples qui valident leurs sentiments ou leur fournissent une feuille de route. Et puis il y a la quatrième chose : l’accès à une arme à feu. »

Ce sont des signes de violence future contre lesquels nous pouvons certainement être sur nos gardes – et les personnes ayant des armes à feu chez elles ont la responsabilité de s’assurer que leurs armes sont sûres et sécurisées – mais faire de la santé mentale un bouc émissaire pour les fusillades n’est pas la réponse.

Au contraire, le paquet de mesures sur le contrôle des armes à feu diabolise et caricature des personnes innocentes, et rend une population déjà vulnérable plus susceptible d’être abusée. Il met également trop de pression sur notre système de santé mentale qui croule déjà sous le poids de la fourniture de services de soin de base aux personnes atteintes de maladies mentales quantifiables. La communauté psychiatrique ne peut pas faire le travail de la police en plus de tout le reste.

L’économiste français Frédéric Bastiat a dit un jour :

« Dans la sphère économique, un acte, une habitude, une institution, une loi produisent non seulement un effet, mais une série d’effets. Parmi ces effets, le premier seul est immédiat ; il apparaît en même temps que sa cause ; il est vu. Les autres effets n’apparaissent qu’après coup ; on ne les voit pas. Il n’y a qu’une seule différence entre un bon économiste et un mauvais : le mauvais économiste se limite à l’effet visible ; le bon économiste tient compte à la fois de l’effet qui se voit et de ceux qui doivent être prévus. »

Il est facile d’appliquer la description de Bastiat dans le cadre de ce nouveau paquet de contrôle des armes à feu, s’il est adopté. Les législateurs croient qu’ils résolvent un problème, ce qui se voit, sans tenir compte de toutes les répercussions et implications négatives qui suivront, ce qui ne se voit pas.

Ce n’est pas une politique publique intelligente, ce qui est dommage car de nombreuses personnes réfléchies et bien informées proposent des réformes qui pourraient réellement cibler la violence tout en préservant la liberté individuelle et en veillant à ce que les populations vulnérables ne soient pas davantage lésées.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La ville de New York fut jadis l’orgueil de son pays et une influence sans pareille – dans certains pays, dire qu’on vient de NY veut simplement dire qu’on vit aux États-Unis.

Mais comme trop d’États à tendance démocrate, l’Empire State a connu un fort déclin et n’est plus que l’ombre de lui-même. En fait, c’est l’un des endroits ayant franchi le cap de « l’inversion ultime » d’Ayn Rand : le gouvernement fait ce qu’il veut et les citoyens doivent implorer sa permission.

Ça a crevé les yeux lors d’une récente décision de la Cour ... Poursuivre la lecture

On viole les droits constitutionnels des gens au nom de leur sécurité.

Les fusillades sont une triste réalité qui semble unique aux États-Unis. Et à chaque fois qu’elles se produisent, les sirènes (généralement démocrates) implorent le Congrès de « faire quelque chose ». Même si cela implique de violer les droits fondamentaux des individus.

Généralement, les républicains résistent au charme. Mais pas cette fois-ci.

Plusieurs sénateurs du parti de Trump se sont rangés du côté du parti de Biden pour imposer des restrictions... Poursuivre la lecture

Par deux fois en l’espace de quelques jours, des policiers en patrouille ont tiré sur des automobilistes se soustrayant à des contrôles (refus d’obtempérer). Que dit la loi sur l’usage des armes par les forces de l’ordre ?

Les textes et la jurisprudence limitent strictement l’emploi de leurs armes par les forces de l’ordre.

La Loi n°2017-258 du 28 février 2017 a créé l’article L435-1 du Code de la sécu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles