Bienvenue en Amérique : comment un entrepreneur transforme l’éducation des réfugiés

Immigrée elle-même, Luma Mufleh a décidé d’agir en créant la première école américaine conçue pour les besoins spécifiques des enfants réfugiés et immigrés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Tim Mossholder on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bienvenue en Amérique : comment un entrepreneur transforme l’éducation des réfugiés

Publié le 25 juin 2022
- A +

Par Kerry McDonald.

 

Comme tant d’autres entrepreneurs, Luma Mufleh a repéré un problème et a trouvé une solution. En 2004, lorsqu’elle a commencé à entraîner une équipe de football composée de jeunes garçons réfugiés dans la banlieue d’Atlanta, elle a rapidement compris que les écoles publiques locales qu’ils fréquentaient s’en désintéressaient. Ils passaient dans la classe supérieure sans savoir lire et écrire et sans être capables de maîtriser le contenu académique qui leur était présenté. Ils étaient également en difficulté sur le plan social.

Dans cet épisode du podcast LiberatED, elle m’a confié :

« Les élèves étaient intimidés et on se moquaient d’eux à cause de leur nom ou parce qu’ils ne savaient rien. C’était vraiment difficile à regarder. »

Immigrée elle-même, ayant grandi en Jordanie et étant fille et petite-fille de réfugiés syriens, Mufleh a décidé d’agir en créant la première école américaine conçue spécifiquement pour les besoins spécifiques des enfants réfugiés et immigrés. En 2007, elle a lancé la Fugees Academy, une école privée sans frais de scolarité, avec six élèves réfugiés et un enseignant, installée dans le sous-sol d’une église à Clarkston, en Géorgie. La première Fugees s’est rapidement développée, est devenue une école privée accréditée et fonctionne désormais comme une école à charte de Géorgie.

En 2018, Mufleh a développé la Fugees Academy en ouvrant un deuxième site à Columbus, dans l’Ohio. Là, les élèves réfugiés et immigrés fréquentent l’école sans frais de scolarité grâce au programme de bons d’études de l’État. « Nous n’existerions pas sans le libre choix de l’école« , déclare Mufleh, expliquant au cours de notre conversation que les politiques de liberté scolaire devraient être simplifiées pour les rendre plus accessibles à davantage d’étudiants.

Dans le nouveau livre puissant de Mufleh, Learning America : One Woman’s Fight for Educational Justice for Refugee Children, elle raconte en détail son histoire personnelle : son arrivée aux États-Unis, sa rencontre fortuite avec des enfants réfugiés, et l’adoption de l’esprit d’entreprise américain.

Elle écrit :

« Il n’y a jamais eu de grand plan. Il n’y a pas eu un moment où je me suis dit : « C’est ce que je fais maintenant, je dirige une école pour les réfugiés« . J’ai vu des enfants privés d’éducation, des familles en difficulté malgré leur adresse américaine convoitée, et j’ai fait ce que je pouvais pour améliorer leur vie. Aucune école que j’ai trouvée ne prenait en compte les besoins spécifiques de ma communauté. Il était plus facile et plus efficace de le faire moi-même. J’avais grandi dans une culture si étouffante et restrictive. En Amérique, la liberté que j’avais de résoudre le problème que je voyais devant moi était un privilège irrésistible. »

Mme Mufleh a des conseils à donner aux futurs entrepreneurs de l’éducation qui envisagent de se lancer. « Faites-le« , insiste-t-elle dans le podcast de cette semaine. « Il y a des problèmes. Nous ne pouvons pas prendre le temps de réfléchir, réfléchir et réfléchir encore. Parfois, la solution la plus simple est juste en face de vous. »

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • De telles écoles privées ciblant les réfugiés sont absolument nécessaires en France, vu que l’État est manifestement incapable d’assurer l’assimilation.

    • Avatar
      jacques lemiere
      25 juin 2022 at 12 h 50 min

      c’est même pire..du fait du cadre , de l’obligation, de la raideur , du mépris de l’intelligence des gens, vous avez un rejet de l’education d’état par ceux qui ont les plus grands besoins « d’aide »..
      de façon rigolote, tout ce qui est supposé justifié le contrôle étatique _en gros former les citoyens _ échoue…. le radicalisme religieux monte, le racisme revient, le civisme disparait, et l’inégalité sociale explose..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Alexandrie
4
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Notre huitième Centre du progrès est Alexandrie aux troisième et deuxième siècles avant J.-C., lorsque la Grande Bibliothèque a fait de la ville la capitale intellectuelle du monde. Au cours du IIIe siècle avant J.-C., une institution d'enseignement et de recherche appelée Musaeum (littéralement, "sanctuaire des Muses"), d'où nous tirons le mot musée, a été construite à Alexandrie. La Grande Bibliothèque d'Alexandrie faisait partie du Musaeum. Bien que les estimations varient considérablement, la bibl... Poursuivre la lecture

Rite républicain auquel plus personne ne croit, le bac continue d’occuper les marronniers de début juillet. Le score de réussite frôle les 100%, sans que les vrais problèmes de l’éducation ne soit abordés.

Depuis la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer, le bac ne s’est jamais déroulé dans des conditions normales. Cette année encore, certaines épreuves intermédiaires ont été reportées. Le grand oral a pourtant eu lieu, durant lequel l’élève récite cinq minutes durant un texte qu’il a eu plusieurs mois pour préparer. Les scores de ré... Poursuivre la lecture

Charles Pépin est un écrivain et philosophe dont j’ai eu l’occasion de lire plusieurs ouvrages, toujours écrits dans un style simple et abordable, pleins de bon sens, tout à fait agréables à découvrir et utiles à la réflexion.

Ici, il revient avec un essai au titre engageant, Les vertus de l’échec. Un thème, comme il le montre lui-même, très bienvenu lorsqu’on connait les difficultés spécifiquement françaises à admettre les multiples leçons que l’on peut en tirer et le fait que ces échecs peuvent tout à fait être porteurs et se transfo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles