Pourquoi et comment investir dans la bourse japonaise

Qu’est la bourse japonaise et pourquoi il est intéressant d’investir dans l’économie de ce pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tokyo Stock Exchange by DocChewbacca (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi et comment investir dans la bourse japonaise

Publié le 19 juin 2022
- A +

Dans cet article, nous allons voir ce qu’est la bourse japonaise et pourquoi il est intéressant d’investir dans l’économie de ce pays.

 

Qu’est-ce que la bourse japonaise ?

La bourse japonaise est un marché financier où les investisseurs peuvent acheter et vendre des actions. Cette bourse est la troisième la plus importante au monde, en termes de capitalisation boursière, derrière la NYSE (la bourse de New York) et le NASDAQ (une autre bourse américaine).

La bourse japonaise est gérée par l’entreprise Japan Exchange Group.

Pour déterminer la capitalisation boursière d’une entreprise, il faut multiplier le nombre de titres en circulation par le cours de l’action. Par exemple, si une entreprise met en circulation 1000 actions à un cours de 50 euros, alors la capitalisation sera égale à 50 000 euros.

Au sein de la bourse japonaise, on retrouve deux indices boursiers très importants qui sont le Nikkei 225 et le Topix.

Le Nikkei 225 est le plus ancien indice japonais et regroupe les 225 plus grandes sociétés japonaises cotées en bourse. Tandis que le Topix regroupe près de 1500 grandes entreprises japonaises.

À savoir que pour le Nikkei 225, tout comme le Dow Jones, sa pondération n’est pas proportionnelle aux capitalisations boursières des entreprises qui le composent. Sa pondération est calculée en fonction du prix des actions.

Par contre, pour le Topix, sa pondération est bien calculée par rapport aux capitalisations boursières. Ce mode de calcul est mieux adapté pour déterminer la valeur réelle de toutes les entreprises de l’indice.

De plus, la bourse japonaise est ouverte du lundi au vendredi. Elle ouvre de 9 heures à 11 heures, puis de 13 heures à 15 heures, heure locale. Le fuseau horaire de Tokyo est UTC+9.

En France métropolitaine, nous sommes à UTC+2. Donc si vous passez un ordre de bourse depuis Paris, il faudra prendre en compte les 7 heures de décalage horaire en été et 8 heures de décalage en hiver.

 

Pourquoi investir dans la bourse japonaise ?

Sur ces dix dernières années, entre 2011 et 2021, l’indice japonais Topix a performé à hauteur d’environ 13 % par an. Ce rendement est l’un des plus élevés au monde.

Une fois de plus, il se situe juste derrière l’indice américain S&P500 qui regroupe les 500 plus grandes entreprises américaines.

Ensuite, vous le savez sûrement, mais le Japon est réputé être l’un des pays les plus innovants au monde. En effet, sur le continent asiatique, avec la Corée du Sud, ces deux pays sont ceux qui investissent le plus dans la recherche et le développement.

Autre raison, les actions japonaises sont plutôt sous-évaluées par rapport à leurs homologues européens et américains. En effet, le prix d’une action japonaise se paye environ 16 fois ses bénéfices futurs, contre 21 fois pour la moyenne mondiale.

En bourse, cet indicateur correspond au Price Earning Ratio (PER). Cet indicateur se trouve facilement sur internet et est très utilisé par les investisseurs. Ainsi, plus le PER d’une action est élevé, plus elle se paye chère.

Enfin, pour soutenir l’économie du pays, la banque centrale japonaise (appelée également BoJ) achète des actions en grande quantité depuis la crise sanitaire de 2020. Cela a pour conséquence directe de faire monter le prix des actions.

À l’heure où j’écris cet article, la BoJ détient plus de 5 % de toutes les actions japonaises.

 

Comment investir dans la bourse japonaise ?

Pour investir sur la bourse japonaise, vous devrez tout d’abord ouvrir un compte-titres ordinaire (CTO) chez un courtier en ligne.

Puis, vous pourrez faire ce que l’on appelle du stock picking, c’est-à-dire sélectionner vos actions une par une, en investissant dans des sociétés comme Toyota, Sony ou encore Nintendo, pour n’en citer que que trois. Mais cette méthode d’investissement requiert pas mal de connaissances en bourse et est assez chronophage.

Donc, il existe une alternative plus simple qui est d’investir via des Exchange Traded Funds (ETFs). Les ETFS sont des paniers d’actions qui répliquent un indice boursier, comme le Nikkei 225 ou encore le Topix.

En investissant dans un ETF, vous diversifiez votre investissement sur des centaines voire des milliers de sociétés et vous profitez de la croissance d’une zone géographique complète.

Concernant le Japon, vous pourrez acquérir les ETFs via un compte-titres ordinaire. Cependant, sachez qu’il existe aussi quelques ETFs qui répliquent les indices japonais et qui sont éligibles au Plan d’Épargne en Actions (PEA).

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Les chiffres que j’ai pour les P/E ratios au 9 juin ne sont pas aussi convaincants que ceux de cet article.
    All Country World -> 15.2, Japan P/E -> 13, France P/E -> 12, US -> 17.7, … (cf. publication Yardeni Research)
    D’autre part, le soutien de la BoJ est pour moi un aspect plus inquiétant qu’autre chose, et la capacité d’innovation japonaise me paraît sérieusement émoussée. J’espérais que cet article me détromperait, ça a l’air vain comme espoir.

    • Je me suis fais la même réflexion, il y a des articles curieux sur CP et celui-ci en fais partie.
      Le Japon n’apparaît plus dans le top des pays les plus innovants. Enfin si il construit des ponts qui n’enjambent rien, une fois construit pour les rendre utiles on dévie les cours d’eau !

      • Les Japonais ont toujours eu un côté incompréhensible à ceux qui viennent d’une autre culture, mais ça ne les empêchait pas d’avoir des idées originales et de savoir les mettre en pratique. Un pont doit enjamber un cours d’eau, donc s’il ne le fait pas, c’est très japonais de dévier une rivière pour rétablir l’ordre des choses. Dans certains cas, cette vue inversée des problèmes sont en fait un gros atout. Après tout, combien de responsables se sont-ils fait seppuku à Flamanville ?

        • …cette vue inversée des problèmes et ce respect absolu de l’ordre des choses sont…

        • Oui l’esprit insulaire si marqué au Japon. Bien que le Japon soit « occidentalisé » il n’en reste pas moins très japonais.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les banquiers centraux sont en réunion sous le soleil du Portugal cette semaine… Ils ne pouvaient pas sûrement pas l’annuler et ainsi faire des économies d’énergies, ce qui est réclamé à la population : « L'effort [pour économiser l’énergie] doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte » écrivent des zombies dans Le Journal du Dimanche. Mais les dirigeants avaient besoin de se voir et de s'embrasser. Ne se mettent-ils pas en danger d’une contamination ? Ont-ils porté le masque à tout moment ? Ces manquements-là ne sont rien pa... Poursuivre la lecture

Le fabricant de véhicules électriques Tesla a indiqué vouloir réaliser une division du nominal de son action (stock split) de 3 pour 1. La résolution sera proposée lors de l’assemblée générale des actionnaires du 4 août.

Dans le document remis à la SEC le 10 juin, on peut lire que :

Le succès de Tesla dépend de sa capacité à attirer et retenir des talents grâce à un système de rémunération attractif. À la différence de ses concurrents, Tesla offre la possibilité à ses salariés de percevoir des actions. Depuis le dernier split de ... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles