NASDAQ et CAC 40 à plus de 5.000 points

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bourse (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

NASDAQ et CAC 40 à plus de 5.000 points

Publié le 15 juillet 2015
- A +

Par Jacques Garello
Un article de l’aleps

Bourse  (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)
Bourse (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)

 

À part les bourses chinoises, en baisse de plus de 13 £ il y a deux semaines, c’est l’euphorie chez les boursiers. Bien que 5.000 points n’aient rien de commun à Paris et à New York, le CAC 40 français et le Nasdaq américain ont dépassé ce seuil. Pour Paris c’est un retour aux bonnes affaires après quelques flottements dus à la Grèce (du moins le dit-on), pour le Nasdaq c’est un record historique : c’est le plus haut niveau de cotation depuis l’an 2000. Cela peut-il signifier que « tous les signaux sont au vert » ? Certainement pas.

Le Nasdaq et le pari sur la technologie

Comme son nom l’indique en partie (Nasd), le Nasdaq a été créé par les agents de change américains (National Association of Securities Dealers). À la différence de la bourse de New York (New York Stock Exchange), les agents de change ne travaillent que sur des actions, et plus particulièrement sur des actions de sociétés trop petites pour être cotées au NYSE. C’est l’apparition de ces startups qui a encouragé les boursiers à introduire des sociétés faiblement capitalisées mais investissant dans des secteurs tout nouveaux de haute technologie. Comme le note le commentaire des Échos (du lundi 22) : « Il n’y avait qu’un PC par foyer, pas de smartphones ni d’objets connectés, les réseaux internet étaient lents et coûteux, l’e-commerce balbutiant. Aujourd’hui il y a une vraie croissance, de vrais profits. Ce ne sont pas des promesses comme en l’an 2000, mais une réalité. »

En 2000 l’indice Nasdaq était à 5.132, il est aujourd’hui à 5.143. Dans un cas, c’était un pari sur l’innovation, aujourd’hui c’est le succès du pari qui porte l’indice à ce niveau. En effet les startups sont devenues parfois des firmes géantes, mais n’ont pas quitté le Nasdaq pour le Nyse, et les nouvelles entreprises évoluant en haute technologie préfèrent toujours aller vers le Nasdaq.

Nasdaq et conjoncture américaine

Pour autant, la conjoncture économique américaine est-elle à l’image des résultats du Nasdaq ? Le premier trimestre de l’année n’a pas été bon aux États-Unis, le taux de croissance a fléchi, mais les chiffres sont maintenant meilleurs. Pourtant l’incertitude pèse sur la monnaie américaine. La plus- value du dollar (renforcée par la dépréciation volontaire de l’euro) a gêné certains exportateurs et l’inflation qui a été exportée dans les pays détenteurs de dollars a freiné l’expansion mondiale. On continue donc à s’interroger sur la politique qui va être menée par la Fed.

La présidente de la Réserve Fédérale Janet Yellen tarde toujours à faire connaître ses intentions. Une légère augmentation des taux (mauvaise nouvelle pour le Trésor américain) pourrait intervenir si la Fed pensait que tout risque de rechute des États-Unis durement touchés par la crise était écarté. Mais la Fed, comme tous les keynésiens d’outre-Atlantique, demeure persuadée que la sortie de crise n’a été possible que grâce à l’injection massive de dollars dans l’économie, alors qu’elle a été due à une bonne nouvelle, la baisse du prix de l’énergie utilisée par les États-Unis et exportée dans le monde entier, mais aussi à la flexibilité des entreprises américaines. Il est donc possible que le Nasdaq continue sa progression, même en cas de hausse des taux (qui amènerait des arbitrages actions-obligations).

CAC 40 et conjoncture française

Les considérations précédentes s’appliquent aussi au CAC 40 dans la mesure où les résultats des grandes sociétés françaises ou étrangères cotées à Paris sont largement tributaires de la conjoncture mondiale. C’est ailleurs qu’en France que les profits sont réalisés.

Certes il y a aussi une composante européenne, le miraculeux « accord » avec la Grèce a poussé l’indice vers des sommets désertés depuis quelques semaines.

Les résultats obtenus par les entreprises françaises sont-ils de nature à consolider cette hausse ? En dépit de multiples déclarations (rarement dans la bouche des entrepreneurs) sur la reprise de la confiance et sur les bienfaits de la loi Macron (qui n’a pas encore franchi la barrière du Sénat), les réformes de fond sont peu visibles. Tout le monde souhaite un assouplissement du droit du travail, mais rien n’est prévisible dans l’immédiat, les retraites (régime général ou complémentaires) sont toujours en voie d’explosion, les tensions sociales (enseignants, paysans, marins, routiers) sont quotidiennes, l’étau fiscal ne s’est pas desserré et le décor de fond est un chômage de plus en plus inquiétant.

En fait, la santé du CAC, comme de beaucoup de places européennes, est surtout due à l’arrosage monétaire de la Banque Centrale Européenne. Les liquidités abondent mais elles débouchent difficilement sur des investissements privés productifs en France. Bien évidemment l’INSEE met en valeur une faible hausse de ces investissements, qui autoriserait une croissance de 1,2% sur l’année ; mais on peut se demander s’il ne s’agit pas de faire plaisir à Michel Sapin, qui a déclaré « C’est bien parce que notre politique commence à produire ses effets qu’il faut continuer à la mettre en œuvre avec détermination ».


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les QE menés par la FED et depuis peu par la BCE, n’alimentent que les marchés financiers, ces derniers avaient précédemment emboité le pas du trading haute fréquence, se voient en plus gavés d’argent.
    En résumé, aucune surprise ni indicateur fiable quant à l’état de nos sociétés en observant les mouvements boursiers, les marchés financiers étant totalement déconnectés de toute réalité.

    • Il est indubitable qu’il y a effet Cantillon sur les marché financiers (surtout de la dette souveraine, cela dit, grâce à la réglementations), mais ce n’est qu’une part (pratiquement impossible à séparer du reste) de la hausse.

      Sinon, le trading haute fréquence n’a aucun rapport avec la choucroute… C’est rigolo comme le média (qui n’y comprennent rien) ont réussi à faire auprès du grand public et des « décideurs » (qui n’y comprennent rien) un monstre très très dangereux de ce qui n’est jamais qu’une accélération de la liquidité et finalement plutôt bénéfique pour qui y réfléchit (et qui arrive à bouger aussi vite… ce qui pourrait expliquer : les banques à la ramasse vilipendent la technique plutôt que de s’y mettre).

      • C’est amusant de constater que vous n’imaginiez pas une seconde que je puisse me faire une idée d’une situation. Seriez vous le seul à pouvoir analyser ?

        Le THF est une extension des marchés qui ponctionne ces derniers. Considérant ce qu’est l’action d’investir et que cet investissement est confié à des algorithmes qui passent des milliards d’ordres en quelques millisecondes, ou se trouve la corrélation avec l’investissement ?
        Les seules « études » menées sur le sujet ont été faites par les acteurs de ces pratiques qui vont jusqu’à dire que sans cela les marchés n’existeraient plus. Ben voyons.

        Vous parlez de réfléchir ? Alors considérez que lorsque Goldman Sach (pour ne citer qu’eux) affiche un taux de réussite >99% sur une année pleine de trading, considérant ce résultat, dites vous qu’ils ne participent pas au marché, ils le créé… et comme ce sont de grand altruistes, ils le font pour le bien général, c’est ça ?

        La défense des acteurs du THF qui tend à dire qu’ils sont indispensables et agissent pour le bien général est le révélateur de l’imposture.

        En réaction aux dérives et incidents, nombreux, constatés dans la pratique du THF, les acteurs eux mêmes réclament maintenant plus de transparence et de réglementation ! afin de continuer à se partager un gâteau plus que conséquent.
        Point significatif, les acteurs du THT s’accordent à dire que les marchés sont truqués, la résultante est l’émergence d’initiatives telles que l’équilibrage des ordres, ainsi, quel que soit l’algorithme ou la proximité des serveurs des marchés, de tels systèmes mettent tout le monde à la même vitesse.
        Ne perdez pas de vue que tous ces acteurs ont des clients et que ces derniers subissent les collatéraux du THF, le manque total de transparence étant l’élément majeur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexis Vintray.

Alors que depuis 2000 le CAC 40 évoluait sous son record historique, il a battu record sur record avant-hier et hier (3 et 4 novembre 2021). Même si l'économie mondiale repart, on peut s'interroger sur le fait que la bourse soit ainsi au plus haut dans un contexte qui reste anxiogène. Alors faut-il prendre ses bénéfices ? Pas si simple...

Le CAC 40, un indice sans dividendes

Le premier point à garder à l'esprit est que le rendement d'une action provient de l'évolution de son cours, mais aussi des dividendes v... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles