Droit de grève : les usagers ne sont pas des otages

Sans vouloir interdire le droit de grève il faut en supprimer les dérives néfastes et mettre fin à ce qui s’apparente à la prise en otage des usagers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-06-13 at 16-52-13 Grève et vols annulés à l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droit de grève : les usagers ne sont pas des otages

Publié le 14 juin 2022
- A +

Comme souvent, une poignée de mécontents se permet de bloquer tout un secteur. Le 9 juin, les personnels au sol de Paris Aéroport étaient en grève pour protester contre leurs conditions de salaire.

 

Le droit de grève dans la Constitution

Depuis le 27 octobre 1946, le droit de grève est pleinement reconnu à l’alinéa 7 du préambule de la Constitution :

Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

Il est tout de même interdit à certaines professions : surveillants de prison, CRS, magistrats judiciaires et militaires.

Il est également limité dans le domaine du contrôle aérien, de l’audiovisuel public, du secteur nucléaire, de l’hôpital, de l’éducation nationale et celui des transports publics.

Pour le transport, la loi du 22 août 2007 impose un service minimum afin « d’éviter que soit porté une atteinte disproportionnée à la liberté d’aller et venir ».

Tout est donc dans l’interprétation du mot disproportionné.

Bloquer une centaine de vols pour une revendication salariale des personnels au sol, comme ça été le cas d’Aéroport de Paris, parait en effet disproportionné alors qu’après la grave crise covid ayant fragilisé le secteur, un effort de tous doit être la règle.

Si l’État n’avait pas appliqué le « quoiqu’il en coûte » ces personnels auraient tout simplement perdu leur emploi. Alors un peu de décence messieurs les grévistes.

Pas toujours bien défini en France, le droit des usagers souvent otages de syndicalistes politisés doit être traité en priorité par nos gouvernants. Il existe de nombreux abus dans le domaine du transport humain ou de marchandise pour lesquels par exemple le zèle d’une poignée de dockers marseillais perturbent tout un secteur économique avec des conséquences désastreuses pour toute l’économie du pays.

 

Réglementer le droit de grève

Sans vouloir interdire le droit de grève il faut en supprimer les dérives néfastes et mettre fin à ce qui s’apparente à la prise en otage des usagers. Les manifestations des grévistes doivent être circonscrites au seul domaine qui les concernent.

Il y a en effet une disproportion entre l’augmentation réclamée, même si celle-ci peut être justifiée, et les dégâts économiques qui peuvent être catastrophiques si l’on fait le compte du coût total pour la collectivité.

Un blocage des transports le jour de départ en vacances pénalise en effet une majorité des Français privée d’une partie de leurs congés, sans compter la perte de chiffres d’affaires pour les professionnels du secteur qui supportent déjà le côté saisonnier de leur métier.

Dans le secteur privé les grévistes en sont conscients et, sauf dans le cas de fermeture d’usine, ne sont pas aussi destructeurs de leur outil de travail. Ce n’est malheureusement pas le cas dans le service public ou parapublic.

 

Quelques mesures simples à adopter rapidement

Interdire toute forme de prise en otage de personnes ou groupe de personnes en l’absence de lien avec les revendications exprimées.

Mettre sur le même niveau le droit de grève et le droit au travail et par conséquence interdire les blocages d’entreprises.

Étendre la limitation du droit de grève aux acteurs privés ou publics qui, par leurs actions, peuvent perturber outrageusement un secteur économique ou culturel.

Rendre les syndicats responsables pécuniairement des dégradations du bien public ou privé lors de manifestations, ce qui les obligerait à mobiliser un service de sécurité interne.

Interdire toutes les manifestations dans les zones touristiques qui donnent une image très négative du pays et font fuir ceux qui permettent d’équilibrer une balance des paiements actuellement dangereusement déficitaire.

Comme en Allemagne, donner la priorité à la négociation préalable.

 

Conclusion

Qu’elle soit physique ou mentale, la violence en France s’est banalisée. Dans un pays démocratique mais aussi responsable, toute démonstration violente doit être jugulée et réprimée si nous voulons conserver une certaine cohérence entre les droits et les devoirs qui semblent de plus en plus bafoués.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • En fait c’est la notion de droit de grève qui doit être abolie. Il y a d’autres moyens pour négocier son contrat que la violence (strike). On peut négocier individuellement ou avec un syndicat, et changer d’employeur si besoin. C’est une violence dans le droit fil de la lutte des classes et autres socialismes.

  • Le gréviste doit effectivement perdre toute rémunération et être responsable financièrement des coûts autres que ceux de la simple interruption du service occasionnés par la grève. Par exemple, le syndicat doit payer pour les dégâts matériels et humains, ou un service de sécurité pour les empêcher.
    Et bien sûr, les cotisations syndicales ne doivent plus donner lieu à crédit d’impôt. L’idée générale est de passer par le portefeuille, il est bien plus facile de faire accepter et respecter de telles mesures de bon sens que des interdictions, et au final ça a la même efficacité, voir plus.

  • Il me semble que commencer par rendre la CGT hors la loi serait un bon début, parce que franchement, depuis qu’ elle sévit celle là, elle a coûté combien à la France pour « défendre » les droits d’ une poignée de mafieux bolcheviques?

  • Suivons l exemple edifiant de M Thatcher qui a patiemment réunit tous les éléments pour pouvoir affronter les syndicats en position de force et sortir victorieuse par KO : une loi très drastique d encadrement du droit de grève votée au parlement britannique, s assurer le concours de très nombreuses forces de police pour limiter l impact des grévistes, diviser les syndicats, préparer des moyens pour contourner les effets de la grève vis à vis des usagers……
    Cette stratégie très construite, nous montre qu avant d affronter les syndicats, il faut avoir travailler en profondeur le sujet.
    Depuis le début des années 80, les britanniques ont été débarrassé de toutes ces grèves inutiles qui avaient conduit le RU à la banqueroute avec l arrivée du FMI !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

 

Pessimistes, anti-capitalistes, conservateurs et verts, prenez note : nous sommes beaucoup plus paisibles maintenant que nous ne l'avons jamais été.

Steven Pinker est un vulgarisateur scientifique, spécialiste de la psychologie expérimentale et des sciences cognitives. Il vient tout juste de publier aux USA un nouveau livre portant sur l'histoire des violences humaines (meurtres, massacres, génocides, etc.), et leur déclin relatif. Dans un article sur New Scientist, il veut frapper les esprits en nous annonçant que nous n... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de couvrir des épisodes de grande violence, il semble que les médias aux États-Unis ont opéré un virage à 180° depuis le tournant du siècle. Avant, il semblait qu’on ne voyait que des Noirs à la Une partout. Mais maintenant, l’écrasante majorité de cette couverture est réservée aux Blancs.

Deux fusillades récentes (et d’autres massacres récents) illustrent ce point.

Il y a tout d’abord l’infâme fusillade de Buffalo, perpétrée par un jeune homme très instable mentalement. À l’instar d’une autre fusillade au M... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles