Pandémie : l’excuse parfaite pour justifier la xénophobie

Au nom de la protection du peuple, on rend impossible l’accès au pays pour les étrangers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pierrO-barbelés-(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pandémie : l’excuse parfaite pour justifier la xénophobie

Publié le 14 juin 2022
- A +

Avant l’arrivée des vaccins, les gouvernements avaient pour ainsi dire fermé leurs frontières à double tour pour « protéger » le peuple. Mais maintenant que les pays relativement libéraux ont finalement abandonné la plupart de leurs restrictions internes, on pourrait croire qu’il serait plus facile de voyager et/ou d’émigrer. Oh mon tendre fils de l’été…

La levée des restrictions n’est qu’apparente. Au Japon par exemple, les touristes peuvent effectivement venir s’ils acceptent une surveillance digne de Big Brother. Si leur pays n’est pas sur une liste bleue, ils doivent obligatoirement être mis en quarantaine, quel que soit leur statut vaccinal ou viral.

Les chanceux sur la liste bleue devront obligatoirement avoir à faire avec une agence ou un guide de voyage qui suivra leurs moindres déplacements pour s’assurer du respect des règles, notamment le port constant du masque. Et ce, même si le ministère de la Santé croit qu’il peut être retiré si la distanciation physique est respectée. Les touristes seront également découragés de la fréquentation des lieux bondés et des espaces fermés.

Bref, cette nouvelle « liberté » de voyager se compare à ce que les socialistes considéraient comme économie de marché dans l’Allemagne des années 1930 : une façade. On croirait parler de Cuba, où seules les personnes avec les bons permis peuvent travailler dans le secteur du tourisme. Il serait intéressant de savoir si un quelconque lobby a fait pression pour la promulgation de ces mesures infantilisantes.

 

Bloquer l’étranger nuit à l’économie

Les restrictions nippones vont très certainement nuire à l’économie du pays. Qui, hormis les hommes d’affaires, voudraient voyager de la sorte ?

Parallèlement, les États-Unis aussi ont des restrictions et des délais face à l’immigration qui nuisent à leur économie. Ils sont tels que les postulants pour la résidence permanente – la mythique carte verte – sont souvent obligés de retourner dans leur pays d’origine en attendant que l’on s’occupe de leur cas.

Depuis que j’ai obtenu cet emploi au Texas il y a presque trois ans, j’ai vu cette situation de près. En effet, plusieurs collègues ont dû démissionner car leur visa a expiré et ils ont dû quitter le pays.

J’imagine que plusieurs nationalistes se frottaient les mains de voir partir ces « voleurs d’emplois ». Oh, je ne nie pas qu’une personne née aux États-Unis peut suffisamment maitriser une langue étrangère. L’homme de mon équipe qui s’occupe de l’allemand est Américain mais a passé une bonne partie de son enfance en Allemagne ; idem pour un ancien collègue américain qui a grandi au Japon.

Mais combien d’Américains de descendance européenne peuvent bien maitriser l’hindi ? Le mandarin ? L’arabe ? Pour toutes ces langues, la quasi-totalité de ceux qui s’en occupent viennent d’un pays la parlant.

Résultat : plusieurs équipes manquent de main-d’œuvre et les projets s’en trouvent retardés. Et ce seulement pour mon employeur. Pour le pays au complet, une étude de 2020 estime que les restrictions de Trump ont coûté quelque 100 milliards à l’économie parce qu’elle est privée de personnes hautement qualifiées. L’excuse de la pandémie n’était qu’un voile xénophobe pas subtil du tout.

Bref, comme l’a si bien dit Milton Friedman : Rien n’est plus définitif qu’une mesure gouvernementale temporaire. S’étant presque permis les pleins pouvoirs durant la pandémie, la plupart des États « libéraux » ont été très lents à relâcher leurs restrictions – s’ils les ont relachées. Au Canada, les non- vaccinés ne peuvent toujours pas prendre de transport interprovincial.

Quant aux restrictions internationales, elles ne sont pas près de partir, malgré ce que la science® en dit. Alors la prochaine fois qu’un politicien prétend la suivre, riez-lui au visage.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « Bloquer l’étranger nuit à l’économie »
    Certe, mais si l’economie française va mal, il est dificile de croire que c’est par pénurie de clandestins ! ?
    Et il semblerait que l’exces d’adeptes de certains Rites ait des repercutions facheuses sur la vie et la securité de quelques victimes.
    Mais stop je dois deja etre xenophobe !

  • Et bien votez Nupes cher ami, ils vont régler le problème.

  • Pour rester dans l’exemple de l’indiviualité sur ce sujet qui fait reference a des pays, des etats, des nations. Entre le fait d’inviter une persnne dans sa maison et le fait d’en ètre chassé par des squatteurs, il y a une infinité de nuances. Comment font les xenophobes des divers pays pour se rencontrer et assouvir leur haine des intellos bobos, Veganes, Lgbtq, Woke, antiraciste de naissance, Ecolo-Revelés, Antifas, Transgenristes …
    L’Homme normal doit etre eliminé seul les sans Gluten doivent survivre.

  • Trump n’est plus au pouvoir depuis 1 an et demi. Je vous mal comment il pourrait être responsable des règles actuelles contre les étrangers.
    Et oui il semblerait que Biden soit xénophobe…

  • L’auteur a bien de la chance d’être passé (jusqu’ici) au travers des mailles des variants . Ecrirait-il le même article s’il sortait d’une longue hospitalisation avec des séquelles ?
    La surveillance du poliovirus à Paris et en France est renforcée (on en parle peu…), probablement à cause des gentils étrangers venus en tout illégalité de pays mal vaccinés pour renforcer bien sûr notre économie. Celle-ci a tout intérêt à se renforcer plutôt avec un Français ou un étranger compétents et vaccinés. Je ne vois pas le rapport avec la xénophobie, ou alors le sens des mots a changé et dans ce cas je suis fier d’être un nouveau xénophobe.

    • effectivement, pas un mot. Mais on nous bassine avec la variole du singe, qui ne touche et ne se transmet que dans des populations très particulières, comme le SIDA … et pour un nombre de cas dérisoire, quelques centaines sur plus de 7 milliards d’habitants sur la planète. Le lavage de cerveau continue, il a si bien marché avec le covid, pourquoi s’en priver ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles