L’économiste qui avait prédit la censure d’aujourd’hui

L’économiste Ronald Coase, lauréat du prix Nobel, a écrit en 1974 un article qui prédisait implicitement la popularité croissante de la censure au sein de la classe intellectuelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Screenshot 2022-04-15 at 14-38-48 Elon Musk talks about his Twitter use on 60 Minutes in 2018 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économiste qui avait prédit la censure d’aujourd’hui

Publié le 13 juin 2022
- A +

Par Peter Jacobsen.

Après l’acceptation de l’offre d’achat de Twitter par Elon Musk, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a dévoilé des plans pour adopter un conseil de gouvernance de la « désinformation ». L’achat par Musk n’est pas définitif, et ledit conseil de gouvernance est maintenant en pause, mais la réaction à ces événements a été révélatrice.

On pourrait s’attendre à ce que les professionnels du marché des idées s’inquiètent de voir une autorité étatique contrôler la parole. Curieusement, de nombreux groupes ayant historiquement défendu la liberté d’expression contre de telles interférences semblent lents à réagir, ou même absents.

Les membres de l’industrie du journalisme ont réagi négativement au soutien bruyant de Musk à la liberté d’expression. Son achat serait « dangereux » et son engagement en faveur de la liberté d’expression conduirait à ce que des personnes soient « réduites au silence ».

De son côté, l’Associated Press a attaqué Musk pour son soutien à la liberté d’expression, affirmant que ce soutien était incompatible avec le fait qu’il ait critiqué des personnes dans le passé.

Cette affirmation de l’Associated Press en a déconcerté plus d’un, car la critique est évidemment compatible avec la liberté d’expression.

Le magazine Time a exprimé son opposition à Musk sous un autre angle, en essayant de dénigrer son obsession de tech bro pour la liberté d’expression.

Les rédacteurs de CNN ont rédigé le titre suggestif suivant : « Twitter s’est concentré sur les « conversations saines ». Elon Musk pourrait changer cela ».

Dans The Conversation, Filippo Menczer, professeur d’informatique et de sciences de l’information à l’université de l’Indiana, soutient que l’idée de John Milton d’un marché des idées non censuré est dépassée et appelle à un « arbitrage » des médias sociaux. Et bien sûr, cet arbitrage n’est pas de la censure. Pourquoi pensez-vous cela ?

Un autre professeur écrivant pour The Conversation, Jaigris Hudson, soutient que la pression exercée par Elon Musk en faveur de la liberté d’expression rendra celle-ci moins libre, car si le langage cru est autorisé, certaines personnes cesseront de parler. Cet article, mis en parallèle avec celui du Washington Post et le tweet de l’Associated Press, souligne le fait que la liberté d’expression est confondue avec l’absence de critique.

Nina Jankowicz, bureaucrate en chef du service gouvernemental de désinformation « en pause », souhaite également que Twitter prenne une autre direction. Pourquoi ne pas autoriser les comptes vérifiés à modifier les Tweets des personnes qui utilisent la liberté d’expression de manière trop dangereuse ? se demande-t-elle.

Bien qu’il ne soit pas rare que des bureaucrates militaires de haut niveau comme Jankowicz souhaitent la censure, les universitaires et les journalistes défendent depuis longtemps l’importance d’un marché des idées non censuré. Pendant longtemps, les universités et les journaux ont été considérés comme des lieux où les moyens et les fins controversés pouvaient être débattus publiquement. « La vérité sortira » était l’ultime défense de ces institutions contre les appels à la censure.

Cette défense du marché des idées était si universelle au sein de la classe intellectuelle professionnelle qu’elle a incité l’économiste Ronald Coase (1910-2013), lauréat du prix Nobel, à écrire un article pour tenter d’expliquer pourquoi il en était ainsi. Et, en utilisant ce même article, nous pouvons voir que Coase a implicitement prédit la favorabilité croissante de la censure parmi la classe intellectuelle professionnelle.

 

Le marché des biens contre le marché des idées

Dans un article de 1974, Ronald Coase, professeur d’économie et tenant de la chaire Clifton R Musser à la faculté de droit de l’université de Chicago, s’est penché sur une énigme intéressante. Les intellectuels professionnels déploient d’énormes efforts pour mettre en évidence les raisons pour lesquelles le marché des biens et des services nécessite une réglementation. Dans le même temps, ces mêmes intellectuels ont souvent soutenu que le marché des idées devrait être libre de toute réglementation.

Alors, pourquoi cette asymétrie ?

Pour répondre à cette énigme, Coase a d’abord écarté deux explications populaires mais erronées de ce paradoxe.

La première explication est que les marchés de biens et de services peuvent présenter des défaillances. Par exemple, si les acheteurs et les vendeurs d’essence n’ont pas à payer pour la pollution que l’essence génère, ils achèteront et vendront trop aux dépens de ceux qui subissent la pollution.

Cependant, le problème de cette explication est évident. Il peut également y avoir des défaillances sur le marché des idées. Même s’il est vrai que la meilleure idée gagnera, il est évident qu’elle ne gagnera pas toujours immédiatement. La pollution du marché des idées, comme la désinformation, est également possible.

En d’autres termes, le marché des idées présente également des défaillances. Sur la base de ces critères, les deux types de marchés devraient être réglementés – ou aucun.

La deuxième explication erronée de la raison pour laquelle les intellectuels professionnels défendent le marché des idées contre la réglementation est que le discours non réglementé est nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie. Cette explication semble correcte à première vue, alors qu’est-ce qui ne va pas avec elle ?

Eh bien, le marché des biens et des services est également nécessaire au bon fonctionnement d’une démocratie. Comme le dit Coase :

Pour la plupart des gens dans la plupart des pays (et peut-être dans tous les pays), la fourniture de nourriture, de vêtements et de logement est bien plus importante que la fourniture des ‘bonnes idées’, même si l’on suppose que nous savons ce qu’elles sont.

Ainsi, le fait que les bonnes idées soient nécessaires au bon fonctionnement de la démocratie ne peut expliquer pourquoi le marché des idées ne devrait pas être réglementé, puisque les intellectuels professionnels sont favorables à la réglementation des biens et des services qui sont également nécessaires au bon fonctionnement de la démocratie.

L’asymétrie demeure.

Coase termine son essai en résolvant le paradoxe. Pourquoi les intellectuels professionnels défendent-ils le marché des idées contre la réglementation, mais pas le marché des biens et services ?

Le marché des idées est le marché sur lequel l’intellectuel exerce son métier. L’explication du paradoxe est l’intérêt personnel et l’estime de soi. L’estime de soi conduit les intellectuels à magnifier l’importance de leur propre marché. Il semble naturel que les autres soient réglementés, d’autant plus que de nombreux intellectuels se considèrent comme les responsables de la réglementation.

Ainsi, le marché des idées est le marché contrôlé par les intellectuels. Ils considèrent leur marché comme une vocation supérieure et plus importante. Le marché des biens et des services, à leurs yeux, est à la fois moins important et plus corrompu.

 

Les masses s’emparent du marché des idées

Comment l’explication de Coase permet-elle de prévoir les appels croissants à la censure sur le marché des idées ?

Rappelez-vous l’explication donnée par Coase. Les intellectuels professionnels considéraient que le marché des idées était au-dessus de toute réglementation parce qu’ils contrôlaient le marché.

Mais les temps ont changé depuis que Coase a écrit son article en 1974.

L’internet a révolutionné le paysage du marché des idées. Il n’est plus vrai que les personnes les plus crédibles ont le plus d’influence sur le marché des idées. Ces dernières années ont été marquées par la domination du marché des idées par les créateurs sur YouTube, les podcasts et, plus récemment, Substack.

Maintenant que le marché des idées n’est plus dominé par le monde universitaire et l’industrie du journalisme, les membres de ces groupes n’ont plus les mêmes incitations à empêcher la réglementation de l’industrie.

En fait, comme dans de nombreuses industries, il peut être dans l’intérêt des titulaires de réglementer la concurrence. Après tout, si les gens obtiennent leurs nouveaux sujets de Joe Rogan et non de CNN, cela nuit aux résultats de CNN.

Ainsi, bien que Coase n’ait pas prévu la décentralisation du marché des idées dans son article, la logique de son document donne une prédiction claire. Si ceux qui tiennent les rênes du marché des idées perdent leur emprise, les appels à la réglementation ne manqueront pas de suivre. Et c’est exactement ce que nous voyons.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Avatar
    jacques lemiere
    13 juin 2022 at 7 h 11 min

    et les scientifiques publics… ????

    quand on un statut et pas de scrupules n essaye de détruire la concurrence..

  • Liberté d’expression = langage « cru » ?
    C’est nouveau ça… Ca promet !

  • Excellent article !

    C’est un concept auquel je n’avais jamais pensé. Cela rejoint le phénomène plus largement décrit en économie, consistant pour les entreprises, en général de grande taille, à se positionner en faveur d’un accroissement de la pression réglementaire ayant attrait à leurs activités. Cela peut sembler paradoxal à première vue puisque les entreprises militent donc en faveur de contraintes appliquées à elles mêmes … mais aussi à leur concurrents ! C’est au final un intéressant moyen de tuer dans l’œuf une concurrence émergente, concurrence qui faute d’une taille et de ressources suffisantes n’est pas capable de satisfaire toutes les exigences règlementaires, et dont en conséquence le développement est bloqué.

    L’analogie marché des idées / marché des biens est donc tout à fait à propos, et explique de manière convaincante ce « surprenant » revirement des intellectuels concernant la liberté d’expression.

  • La liberté d’expression est menacée ?
    Avant cette menace le marché des idées étaient détenus par les universitaires et les médias traditionnels, ce marché était délimité par la connaissance académique, la technologie et les besoins importants en capitaux. Par rapport à tous les composants d’une société c’était un espace de liberté d’expression réduit puisque tout le monde n’y participait pas. Aujourd’hui les progrès technologiques permettent un élargissement de cet espace de liberté d’expression. Pour c’est donc plus de liberté d’expression. Les tenants traditionnels de la liberté d’expression ne souhaitent ni plus ni moins un retour à la situation préalable. Il serait ainsi plus juste de dire que ce qui est menacé c’est l’élargissement de la liberté d’expression. Au moins sur cet aspect, pour les autres aspects lire la suite..

    Réglementation par les détenteurs d’un marché ? Bien sûr les détenteurs étant les vendeurs et les acheteurs. Dans une démocratie la réglementation est le fruit des groupes de pression. Là aussi les groupes de pression étaient limités aux gros capitaux ou aux traditions sociales et politiques. Les progrès de la technologie de l’information ont multiplié les groupes de pression donc la diversité des requêtes.

    On assiste donc assez logiquement à une progression similaire des interventions publiques par les réglementations. Le politique par l’Etat étant le moyen pour chaque groupe de parvenir à défendre ses intérêts. L’accumulation finit par produire de l’incohérence.

  • Approche très intéressante sur le fondement de la liberté d’expression. En complément, il serait intéressant de s’interroger d’une part sur la/les manipulation(s) des esprits (« fabrique du consentement ») et leur impact sur la capacité des personnes influencées d’encore s’exprimer librement, et d’autre part sur la neutralité de l’autorité qui détermine les critères de limitation de la liberté d’expression.

  • Je sais bien que, cet article étant gratuit, on ne peut pas décemment être trop sourcilleux, mais une phrase comme « si les gens obtiennent leurs nouveaux sujets de Joe Rogan et non de CNN » ne veut rien dire en français. En anglais, peut-être. Du moins je l’espère. Mais la conclusion « Si ceux qui tiennent les rênes du marché des idées perdent leur emprise, les appels à la réglementation ne manqueront pas de suivre. Et c’est exactement ce que nous voyons. » est parfaitement limpide, ce qui suffira amplement à notre bonheur.

  • La découverte de la vérité est un processus par essai-erreur.
    La censure, c’est s’interdire de corriger des erreurs.
    Dans un monde d’infobésité, de rapidité. Les processus de vérification de l’information représente une charge stratosphérique et il y aura beaucoup d’erreurs.

    • La censure suppose aussi que l’accession au pouvoir rend saint l’homme qui est alors présupposé mauvais.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
tiktok
1
Sauvegarder cet article

Un article de la Foundation for Economic Education (FEE).

Pour des millions de personnes aux États-Unis et dans le monde, TikTok est devenu la dernière folie. Créer ses propres vidéos et les partager avec d'autres n'a jamais été aussi facile. Des créateurs de contenu qui étaient totalement inconnus il y a quelques mois sont devenus des superstars, et leurs fans et eux-mêmes en apprécient chaque minute.

Mais tout le monde n'est pas content.

Dans une lettre adressée le 24 juin aux PDG de Google et d'Apple, Brendan Carr, com... Poursuivre la lecture

Par Doug French.

L'économiste autrichien moyen dirait que la Réserve fédérale crée de l'argent à la pelle, avec pour preuve les variations de l'indice des prix à la consommation de 8,6 % selon le Bureau of Labor Statistics ou de plus de 15 % selon le calcul de shadowstats.com de John Williams, basé sur la façon dont le gouvernement calculait l'IPC en 1980. Il est certain que le dollar américain n'est au mieux que la chemise sale la plus propre du panier à linge des devises.

Mais le dollar de l'oncle Sam continue de se renforcer ... Poursuivre la lecture

Le fabricant de véhicules électriques Tesla a indiqué vouloir réaliser une division du nominal de son action (stock split) de 3 pour 1. La résolution sera proposée lors de l’assemblée générale des actionnaires du 4 août.

Dans le document remis à la SEC le 10 juin, on peut lire que :

Le succès de Tesla dépend de sa capacité à attirer et retenir des talents grâce à un système de rémunération attractif. À la différence de ses concurrents, Tesla offre la possibilité à ses salariés de percevoir des actions. Depuis le dernier split de ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles