Cette étouffante union européenne

Les populistes français rejoignent leurs homologues européens dans leur critique d’une Union européenne devenue étouffante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
State of the EU MEPs debate about the EU’s most immediate challenges by European parliament (Creative commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette étouffante union européenne

Publié le 9 mai 2022
- A +

L’avantage d’une belle et grande union de la gauche, c’est qu’elle permet d’envisager un nombre important de députés aux prochaines législatives dont la campagne se met péniblement en place. Mais l’inconvénient, c’est qu’il a bien fallu trouver des idées à mettre en commun. Et parfois, les mélanges piquent.

On ne peut pas nier un certain talent à Mélenchon qui est parvenu à rallier sous la même étiquette une tripotée de partis politiques bigarrés et aux intérêts parfois divergents : après la gauche plurielle du début des années 2000 qui entendait présenter une sorte de socialisme rose-pastel, plus petit dénominateur commun des différents partis agglutinés en son sein, l’actuel leader de la France Insoumise propose donc une espèce de gauche gloubiboulga, résultat de l’étrange coagulation de partis pro-nucléaires mais anti-nucléaires, pro-laïcs mais communautaristes et pro-européens mais anti-européens, aux priorités clairement différentes voire antagonistes mais à l’envie d’accéder au pouvoir suffisamment forte pour que ces dissensions et ces antagonismes sachent se taire complètement. L’arrivisme permet toutes les audaces.

Néanmoins, pour parvenir à faire tenir cette émulsion aussi instable que l’huile et le vinaigre, il faut secouer très fort et ne pas laisser le temps à la sauce de reposer, bref, faire des compromis. Et s’il n’était pas question de remettre en cause l’Union européenne il y a encore quelques semaines de cela, l’éventualité de renverser la table n’est plus écartée.

Bien évidemment, comme tout ici est affaire de compromis, on ne le dira pas ainsi : au lieu de « retourner la table », on lui fera simplement « subir une rotation technique temporaire et maîtrisée » ou, dit autrement, on se ménagera des zones de désobéissance tactique, prévues par absolument aucun traité mais baste on s’en fout, c’est de la politique, votez, votez, votez, il en restera bien quelque chose.

Cette posture d' »Europe à la carte » pour les Insoumichons est intéressante à plus d’un titre.

D’une part et bien qu’ils s’en défendent avec véhémence, c’est finalement assez peu différent de ce que proposait une Marine Le Pen (qui s’est d’ailleurs commodément évaporée depuis le 25 avril) lorsqu’elle évoquait de renégocier les traités européens notamment pour remettre le droit national au-dessus du droit européen, à l’inverse de ce qui est mis en place actuellement.

Il est assez clair que Marine Le Pen n’aura jamais l’occasion de renégocier les traités, et qu’une remise en question comme celle qu’elle proposait revient ni plus ni moins à sortir plus ou moins franchement de l’Union telle qu’elle existe. Pour les propositions de Mélenchon, il en va de même : on voit assez mal comment il va pouvoir pousser sa désobéissance sans provoquer une crise politique européenne majeure qui aboutirait dans le meilleur des cas à des trains de sanctions et dans le pire à une sécession pure et simple.

D’autre part, au-delà de ces simples remarques sur la faisabilité réelle de ces propositions électorales (de toute façon, qui croit encore un politicien, de nos jours ?), force est de constater qu’en additionnant sur ce sujet européen les voix de la gauche gloubiboulga et celle de la droite nationaliste, on obtient une large majorité de votants ayant clairement montré leur euroscepticisme.

En somme, il apparaît que les Français ne sont d’ores et déjà plus majoritairement convaincus par l’Union européenne : il semble clairement exister à présent l’envie sinon de quitter l’Europe, au moins d’en remettre en question les principes de fonctionnement fondamentaux.

À ce titre, la future (et putative) majorité parlementaire de Macron sera sur ce sujet bien peu solide : il va devoir prétendre, devant les instances européennes, à une posture pro-européenne qu’il ne pourra asseoir sur une quelconque légitimité du peuple, ce dernier étant manifestement de plus en plus méfiant vis-à-vis de l’Europe et de ses institutions.

Or, cette tendance n’est pas propre aux seuls Français.

Les peuples polonais et hongrois semblent s’inscrire dans cette même approche rebelle, et s’agacent franchement face aux règles que la Commission tente d’imposer de plus en plus unilatéralement. Pour illustrer ceci, il suffira de prendre le dernier exemple en date concernant le pass covid, qui a été dernièrement prolongé jusqu’à l’été 2023 alors même que toutes les restrictions sont maintenant levées dans la plupart des pays européens.

Sentant les peuples renâcler aux règles de plus en plus contraignantes qu’elles édictent, les institutions européennes ne donnent cependant aucun gage d’assouplissement de leurs positions, au contraire : l’actuelle crise ukrainienne donne un véritable boulevard aux délires autoritaires de l’Union européenne qui continue de s’enfoncer dans l’idée folle de sanctionner la Russie alors même que ces sanctions se retournent contre l’Europe et laissent la Russie de marbre, amenant même le rouble au-dessus de son cours avant crise, et plaçant la monnaie européenne en difficulté face au dollar qui la grignote aussi.

Manifestement, la zone euro va droit vers de graves soucis, voire une explosion complète mais la réponse institutionnelle semble bloquée sur « toujours plus » de ce qui n’a pas marché.

Sans surprise, cette intransigeance idiote alimente en retour le ressentiment des peuples dans une espèce de cercle vicieux : la Hongrie rejette par exemple la proposition d’embargo sur le pétrole russe en réalité indispensable à l’économie européenne. On attendra la réponse européenne à ce refus qui se traduira probablement comme en avril par de nouvelles sanctions, accroissant les tensions internes, etc.

Superbe union européenne qui ne semble plus progresser maintenant qu’à coups de menaces et de coercitions, antithèse même du projet européen initial, qui aboutit à opposer de plus en plus violemment une Europe réaliste à une Europe idéologique, une Europe du Nord d’économie solide et d’excédents budgétaires à une Europe du Sud (dont la France fait partie) perclue de dettes abyssales et aux déficits croissants, d’une Europe des peuples qui aspirent à retrouver une vie normale sans restrictions idiotes contre une Europe de technocrates avides de pouvoir qui ne veulent rien lâcher.

Dans ce cadre et alors que les leaders politiques français de l’opposition accumulent les idées provocantes, on aura du mal à ne pas se remémorer l’exemple du Royaume-Uni, qui, sorti de cette union devenue étouffante, n’a pas du tout subi la catastrophe annoncée, au contraire…

Les prochains mois, les prochaines années ne seront pas seulement déterminants pour une France en pleine déconfiture mais aussi pour la zone euro puis, par extension, pour l’Union européenne qui pourrait bien ne jamais se remettre de l’entêtement ridicule de ses dirigeants.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Le gros problème à mon sens du rejet de l’Union Européenne par les français, c’est qu’il est basé sur l’idée complètement délirante que l’UE serait un machin poussé par une idéologie ultra-néo libérale extrême qui n’a d’autre but que de détruire notre superbe modèle social que le monde entier nous envie.
    Avec ça, on n’est pas rendus !

    12
  • Il faut pas exagerer. B Johnson vient de se prendre une claque electorale en GB, comme quoi le brexit c est pas un chemin de rose. Quant a la France, l EU nous a permit d eviter les delires etatistes (notamment en 82).
    En ce qui concerne l alliance PS-EELV-LFI elle est a usage electoral uniquement. Personne de censé ne croit que melanchon va gagner les legislatives. le but est simplement d avoir un max de deputé pour recompenser ses affiliés

    -4
    • Quel rapport entre une claque électorale et un choix comme le brexit ?
      Et qu’avons-nous évité en 82 qui n’aurait pas conduit à une réaction salutaire depuis ?

      10
    • Avatar
      Jusnaturaliste
      9 mai 2022 at 19 h 31 min

      Il me semble que la claque de BJ tient plus de sa gestion du Covid que du Brexit, cette claque est d’ailleurs largement méritée. En plus, celui qui a permis le Brexit, c’est plutôt Nigel Farage, BJ n’a fait que mettre en œuvre la volonté populaire.

    • L’Europe a certainement de bon cotés comme vous le soulignez.
      Mais vous ne semblez pas voir qu’elle en a aussi de très mauvais.

  • Je n’ai jamais voté de près ou de loin pour Van der Leyen , est pourtant j’ai l’impression d’être dirigée par elle. C’est pas cela l’Europe: c’est une Europe des Nations qui met en commun ce qui est bien et bon , pas une technocratie que personne ne se reconnait ( à part ceux qui empochent ).

    10
  • A props de la photo dUrsula ! ?
    Elle afait des Etudes de medecine, entre autre, elle a etudié aussi l’epidemiologie, et la medecine Publque. Sont Mari est medecin est travaille pour la plus puissante multinationale qui investit dans les vaccins ARN ! Ell a commandé au nom de l’europe pour plusieurs milliards de vaccins, au Patron de son Mari. Le terme conflit d’interet ici n’a plus aucun sens, on pourrait utiliser les ecritures mathématiques et parler de malhoneteté x 10 puissance 6 ?

  • L’Europe est en train de se saborder, non pas parce que les citoyens n’en veulent pas, mais parce ce que les instances dirigeantes se comportent en donneurs de leçons, en moralistes, ce qui n’est pas son rôle, voire en détenteurs du bien suprême. Ce n’est pas là sa mission, ce qui peut expliquer pourquoi certains pays renâclent et s’insurgent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture
Vladimir Poutine
0
Sauvegarder cet article

Le poutinisme français est un phénomène étrange, passionnant si l’on veut bien prendre la peine de l’observer et peut-être inquiétant pour l’avenir.

Quel que soit le forum politique online sur lequel vous avez l’habitude de vous rendre, vous les avez rencontrés : on trouve des pro-Poutine à peu près partout sur le champ de bataille du débat démocratique français, de la droite à la gauche, chez les conservateurs comme chez les révolutionnaires, chez les encartés comme chez les électrons libres, de tous âges, de toutes conditions sociale... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles