L’illusion de la baisse constatée du chômage

La France tente de vaincre le chômage d’une manière très simple : en refusant de créer des emplois !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
magicien magie credits eva peris (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’illusion de la baisse constatée du chômage

Publié le 3 mai 2022
- A +

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que de 2,7 % (deux fois moindre) et le nombre de chômeurs s’élève à 5,53 millions. Pole Emploi s’attend à une baisse sans précédent en 2022 de ces chômeurs de catégorie A, ceux qui sont dits sans activité (ceux qui annoncent chercher un emploi et ne sont pas en dispositifs de formation ou ne travaillent pas quelques heures par semaine comme certains des chômeurs de catégorie B et C). Ces chiffres révèlent à nouveau la problématique bien connue du mal-emploi en France, et l’illusion- sauf à regarder dans le détail des catégories- du système statistique de Pole Emploi.

Le mal-emploi en France

Un exemple très simple suffira pour permettre au lecteur averti de réaliser l’importance de la circulation entre les catégories : sur le premier trimestre 2022, malgré la publicité autour de la baisse du chômage (de catégorie A), la catégorie B (où se trouvent ceux qui travaillent de manière partielle seulement, pour moins de 78 heures par mois) a augmenté de 2,2 % et la catégorie C n’a pas bougé.

Nous avons donc au bas mot 16 000 personnes passées de la catégorie A à la B, qui cherchent encore un emploi, mais qui font quelques heures (l’équivalent au maximum d’un mi-temps) de travail et sont donc sorties de la catégorie A.

Autre élément troublant : l’essentiel de la baisse de la catégorie A provient de la catégorie des moins de 25 ans. Le recul de 5 % cache des disparités conséquentes, entre par exemple une baisse de 10 % chez les moins de 25 ans et une chute de seulement 3 % chez les plus de 50 ans.

La plupart de ces moins de 25 ans qui auraient dû se retrouver sur le marché du travail normal sont apprentis, en temps partiel, ou dans des situations intermédiaires qui soit les éliminent complètement des statistiques de Pole Emploi soit les retirent au moins de la catégorie A pour les répartir entre les B et les C. Ainsi, depuis début 2020, l’essentiel de la baisse du chômage en France est dûe à la montée en puissance des dispositifs d’apprentissage. Ces derniers s’étendent maintenant à de nombreux diplômés de l’enseignement supérieur et à des BAC+5 qui étendent leur arrivée sur le marché du travail sur deux ou trois ans, alternant entre entreprises et fin d’études.

Mystification statistique et politique

En sept ans, les gouvernements français successifs auront donc réussi à mystifier la statistique du chômage et à faire sortir ce sous-emploi ou mal-emploi français de la statistique officielle. Alors que le demandeur d’emploi moyen constate, que sauf exception sur des métiers tendus, il ne vit pas dans un pays de cocagne où les emplois existeraient en traversant la rue, les pouvoirs publics entretiennent sa frustration en niant son problème et en le noyant dans la complexité statistique.

L’entrepreneuriat et l’auto-entrepreneuriat, enfin célébrés dans notre pays, sont aussi un moyen commode d’évacuer la question du chômage. Enfin, la démographie, avec l’arrivée à la retraite des classes d’âge les plus massives en nombre (et non remplacées du fait de la baisse de la fécondité), contribuera aussi à mécaniquement réduire le chômage, sans garantir de vrais débouchés intéressants à nos jeunes… La France tente de vaincre le chômage d’une manière très simple : en refusant de créer des emplois !

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Avatar
    jacques lemiere
    3 mai 2022 at 7 h 41 min

    foutues grandeurs macro économiques…

  • Quand je suis entré dans la vie active après le premier choc pétrolier en 1973, l’Etat bidouillait déjà les chiffres du chômage qui n’a cesser de gonfler au fil des ans! Et comme aucune réforme structurelle n’a été faite pour corriger les choses, bien au contraire!, ça serait bien miraculeux qu’il y ait une embellie conforme aux élucubrations et aux cocoricos de Paul EMPLOI!

  • L’auteur a entièrement raison la France refuse de créer des emplois, lorsque vous achetez une voiture de marque « Française », à 90% des cas elles ne sont plus fabriqués en France, la Sidérurgie n’en parlons plus, la chimie, le nucléaire; Alstom appartient aux USA etc…, heureusement il reste quelques sociétés tels que STMicroelectronics, laguiole, quelques grandes marques de vêtements, quelques grandes marques de maroquineries ces petites entreprises ne permettront pas de supprimer 4millions de chômeurs plus 6 millions subventionnés par la CAF, 3 millions par la MDPH, 20 millions par les caisses de retraites etc…

  • Ce qui reste déplorable c’est que les français, dans leur grande majorité, n’ont pas conscience de ces chiffres, de leur exploitation et de leur classification. Il faut dire que l’éducation nationale s’évertue à tout faire pour que les enfants n’aient aucune connaissance économique de base.

  • La bonne nouvelle de la baisse du chômage est de suite attaquée par des populistes de gauche et de droite ……avec des arguments de parfaite mauvaise foi.
    Quelques vieux bonnets de nuit ressassent leur nostalgie d une époque révolue et largement imaginaire 😁😁😁😁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pouvoir d’achat, qui a été au cœur de la campagne présidentielle, est-il un indicateur statistique fiable ? Deux auteurs, l’un plutôt inspiré par Marx et l’autre par Bastiat, se rejoignent pour critiquer la manière dont l’Insee calcule le niveau de vie des Français. Dans son essai sur la Lutte des classes en France au XXIe siècle Emmanuel Todd reprend la critique adressée par l’économiste libéral Philippe Herlin au mode de calcul du pouvoir d’achat des Français formulé par le célèbre institut étatique[1. Philippe Herlin, Pouvoir d’achat, L... Poursuivre la lecture

À l’heure où l’Union de la gauche reprend tous les poncifs anti-marché qu’elle a dans sa manche pour améliorer le bien-être social (comme le contrôle des prix, l’augmentation du salaire minimum, etc.), il est temps pour les lecteurs et moi-même de repartir à la découverte de théories d’auteurs abandonnés, inexploités, et pourtant très pertinentes, pour comprendre les problèmes de notre pays.

Nous parlerons donc aujourd’hui de la théorie classique du chômage, et de son plus grand défenseur, l’économiste William Harold Hutt.

Les e... Poursuivre la lecture

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles