Macron, le candidat d’un monde qui expire

Les nombreux ralliements à Macron de droite et de gauche peinent à masquer la vacuité de sa campagne et du parti majoritaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
discours Macron 09112021 source Elysée

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron, le candidat d’un monde qui expire

Publié le 30 mars 2022
- A +

Et pendant que les réseaux sociaux glosent (à raison et probablement pas assez) sur le #McKinseyGate, cette coûteuse irruption de cabinets de conseils privés utilisés pour monnayer de si judicieux conseils qui auront coûté plus de 2 milliards d’euros aux Français afin de – notamment – les obliger à boire leur café debout, la campagne électorale en vue du renouvellement présidentiel continue avec plus ou moins de bonheur et de pertinence alors que le pays continue joyeusement à s’embourber dans ses mauvaises habitudes collectivistes.

Alors que les promesses électorales alléchantes et plus ou moins farfelues s’empilent sur des professions de foi dont on sait déjà qu’elles ne seront pas lues (ou bien qu’elles n’intéresseront pas, ou bien qu’elles ne seront pas distribuées comme le veut maintenant la nouvelle tradition républicaine), on constate différents mouvements de troupes en ralliements aux uns et aux autres.

Dans cette course un tantinet sordide à l’échalote du pouvoir, on ne peut s’empêcher de noter l’obstination médiatique à nous relater tous les derniers ralliements pour le candidat Macron qui, si l’on s’en tient à ce que nous raconte la presse, semble ainsi récolter de belles prises.

En effet, après avoir dissous de fait le Parti socialiste en 2016 et 2017 en venant lui siphonner ses cadres, ne laissant à Anne Hidalgo qu’une chance réduite de dépasser le prix de l’essence à la pompe, le frétillant Macron semble capable de rameuter à lui tout ce que le pays compte de caciques plus ou moins représentatifs de tous les bords politiques, à l’exception bien sûr de ce que la presse qualifie d’extrême.

C’est ainsi qu’on découvre un vieux Rebsamen un tantinet poussiéreux, qui déclare sans se cacher porter son vote vers Macron.

Nous avons là sans grande surprise une illustration supplémentaire de ces représentants de la gauche nécrosée, prête à accepter absolument toutes les compromissions et toutes les torsions de leur idéologie tant qu’il s’agit de conserver le pouvoir quitte à rejoindre le « déclaré gagnant » avant le premier tour pour pouvoir ensuite réclamer l’une ou l’autre largesse.

Il en va donc de même pour d’autres « célébrités » oubliées de la politique, comme Marisol Touraine qui estime que le vote utile et responsable se trouverait chez Macron dont l’historique en matière d’utile et de responsable laisse songeur et alors même que l’historique de Touraine en matière de décisions judicieuses achève de solidifier l’ensemble de la décision.

L’ex-ministricule de Hollande est rejointe avec calcul par Élisabeth Guigou qui fait bien vite pareil et qui va plus loin puisqu’elle a même décidé de soutenir la campagne de l’actuel président.

Au passage, on peut décemment se demander ce qui constitue justement cette campagne : entre les non-meetings où le candidat n’est pas là, les remplissages de sièges par des concours aussi puérils qu’inspirant une certaine pitié et ne respirant décidément par la gagne, les bricolages improbables (et qui laissent une impression de gêne un peu poisseuse) sur Minecraft, rien ne semble vraiment aller dans ce qui devrait normalement porter les foules qui sont, pour rappel et selon certains sondages à l’alchimie la plus précise, à près de 30 % favorables à l’actuel locataire de l’Élysée.

Bref, Rebsamen, Guigou, Touraine, il manque encore quelques gros morceaux et lorsque Ségolène Royal s’y mettra, le bal sera complet à gauche.

Pour la droite, les transfuges de LR ne manquent déjà pas jusqu’au bras droit de Pécresse, Guillaume Larrivé, qui envisage dès à présent un ralliement à Macron. Pourtant, la campagne de sa patronne est de la même envergure et déclenche le même charisme d’abribus éteint que celle de Macron. Comme quoi…

Pas de doute en tout cas : Macron a réussi à attirer à lui… tous les déchets du Monde d’Avant, de la politique politicienne franchouillarde telle qu’on l’a toujours connue et qui s’étend depuis les remugles fétides des années 2000 jusqu’à l’actuelle « opposition » et ses actuels invertébrés.

Récupérant tout ce qui passe et ne sait pas avoir de vraie pensée alternative, cette aspiration par le vide montre surtout qu’il n’y a personne d’autre pour recueillir ces reliquats de l’ancien monde, les débris politiques de droite et de gauche dont les citoyens ne savaient déjà plus quoi faire il y a un, deux ou trois mandats et qui se déposent dans le débat électoral comme autant d’effondrilles de partis politiques surcuits et surinfusés.

En fait, après un quinquennat honteux, la startup nation s’est inexorablement muée en hospice du Vieux Monde, sorte d’EHPAD pour parti sous assistance médicalisée lourde.

Ces ralliements montrent à quel point Macron est devenu un véritable radeau de sauvetage des losers de droite et de gauche, qui ne font, une fois encore, qu’un petit calcul mesquin sur le mode « On sait de toute façon où se trouveront les places et le pognon, pas la peine de s’illusionner, rallions Macron. »

Cependant, toutes ces agitations pathétiques font vite oublier que le premier tour n’est pas fait, quoi qu’en disent des sondages aux marges d’erreur encore larges. Ainsi, Macron pourrait ne pas le passer. Oh, certes, ce n’est pas le plus probable, mais ce n’est pas impossible, tout comme il n’était pas le plus probable que Jospin ne soit pas au second tour en 2002.

À l’époque, il avait eu de mal à convaincre ses militants et ses sympathisants de voter, tant tout le monde l’avait présenté comme certain au second tour. Et le bonhomme ne déclenchait pas la moitié de l’irritation que Macron déclenche à présent. Douter qu’il parvienne au second tour n’est donc pas complètement lunaire et c’est une hypothèse intéressante : imaginez qu’il n’y soit pas.

Un second tour Zemmour/Marine Le Pen ou Zemmour/Mélenchon serait assurément un coup de tonnerre dans une France au bord de l’implosion, un retour de la politique de clivage après la soupe dépolitisée que Macron nous a vendue en 2017. Panique dans les rédactions. Horreur pour beaucoup.

Rassurez-vous, on rigole. Mais imaginez quand même et surtout n’oubliez pas : quels que soient les candidats au second tour, ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • c est vrai qu un second tour Melanchon/Le pen serait explosif. Mais a part couler plus vite la France, quel en serait le resultat ?
    meme si Macron genere un rejet d une partie de l electorat, une autre partie votera pour lui juste car il est le moins pire

    -2
    • ça fait quand même des années que l’on vote par défaut pour le « moins pire », enfin celui qui semble le moins pire, mais on constate à l’usage que c’est de pire en pire!
      Sommes nous encore dans une démocratie digne de ce nom quand les choix que l’on prétend nous autoriser n’en sont pas

      10
      • On a les candidats qu’on mérite…
        S’il n’y a que des guignols , c’est parce que les gens compétant savent qu’ils ne seront pas élus, alors ils ne se présentent même pas…

        Comme disait DeGaulle les Français sont des veaux ….

        • Doit-on comprendre alors que ceux qui ne vont pas voter sont des veaux qui veulent échapper à l’abattoir?
          Donc les candidats potentiellement compétents fuient, et les veaux d’électeurs fuient aussi!
          CPEF

          • Il faut comprendre que les passants qui répondent aux instituts de sondage et aux journalistes qui les interrogent sont des veaux militants, toujours prêts à encenser les critiques bêtes et méchant(e)s, à s’indigner en faisant du sentiment, mais jamais à reconnaître qu’ils ne savent pas, qu’ils n’ont donc pas de leçon à donner, et que ceux qui sauraient mieux qu’eux n’ont ni le don de les flatter dans le sens du poil ni celui de les faire beugler en choeur, donc aucune chance de les séduire.

            • La France est un pays où il est politiquement correct de chanter Miss Maggie et de préférer la décapitation à la capitation. Tout candidat potentiellement compétent ne serait donc pas politiquement correct et n’aurait aucune chance de parvenir à se faire élire. Nombre d’électeurs savent reconnaître l’incompétence, mais ne sauraient que rater la compétence, fut-elle une vache dans un couloir.

          • Et les veaux tant ils s’enfuient, les votants s’enfuient tout autant…

        • Les gens compétents qui se présentent n’obtiennent pas les parrainages.

  • Pas grave que le poudré soit réélu.. Ou un autre, cela fait belle lurette qu’ils ne décident plus rien et ne font que danser dans les medias. Et puis nous ne serons pas tout seuls au fond du trou…. Et peut être que le poudré est le moins pire des candidats… La chute sera plus rapide, moins de douleurs, on se laisse aller sans résistance, plouf

    -3
    • Macron et Hollande avant lui ont largement montré le pouvoir d’un président qui a l’assemblée derrière lui. Rappelons que Hollande a pu complètement transformer les régions, faire voter le mariage pour tous ou augmenter la durée des cotisations retraites sans aucune consultation et sans prendre en compte l’opposition. Macron a fait pire en bloquant le pays entier pendant 2 ans !

  • Mais non justement j’espère de tout mon coeur un match entre Le Pen, Zemmour, Mélenchon, quelque soit la combinaison au second tour !
    Et j’attends de voir avec impatience la réaction « du peuple démocratique » si l’un des 3 est élu, et/ou comment les journalistes et politiciens (Macron en premier) expliqueront pourquoi les sondages se sont foirés à ce point…
    Vivement le premier tour des élections, où je m’installerai confortablement dans mon canapé à 20h ! 😀

    • Idem. Déjà j’aimerais qu’on n’invite plus les « directeurs » des entreprises de sondages, vu leurs médiocres résultats aux élections précédentes (Jospin en effet, mais également les dernières régionales, avec le RN qui devait avoir 3 régions et… ben non).
      Et je me délecterais des réactions outrées de toute notre bien-pensance. J’aimerais bien que ce soit Zemmour, d’une part pour que ce soit celui avec lequel tous, sondages et journaleux, sont les plus malhonnêtes.
      Mais surtout parce que c’est lui qui porte le projet le plus cohérent pour notre pays.

      11
  • Les promesses électorales dans la boîte aux lettres, je n’en ai reçu que d’un seul candidat, le président sortant.
    Aucun autre candidat n’a fait de tract ? Ou bien c’est encore Adrexo qui a perdu les sacs ?
    En tout cas, ce joli tas de promesses et de fiction imprimé sur 24 pages de papier coloré, je le garde bien précieusement : on n’est pas à l’abri d’une pénurie de papier toilette dans les prochains mois.
    Surtout que celui-là a été produit avec mon argent !
    Pour un type soi-disant trop occupé pour annoncer sa candidature, il l’a quand même vachement bien préparée. Ne manque plus que le meeting à Bercy avec les fidèles adhérents LREM et des figurants aux textes écrits à l’avance, pour pouvoir passer en boucle les images de notre glorieux roi acclamé par la foule sur les gentils médias complaisants, et c’est plié pour les élections.

    • Hélas, ce papier-là n’a même pas la douceur requise pour mes fesses à moi.

    • Chez moi également, on n’en a reçu qu’un seul, mais c’est celui de la Marine, curieusement la seule candidate à se présenter uniquement par son prénom. J’ai bien lu le tract jusqu’au bout, nulle mention des mots « front national », ni « rassemblement national » non plus. Par contre, sur sa liste de promesses électorales, en premier lieu figure la promesse de donner 200 euros par mois à tous les citoyens de ce pays. On dit après que la Marine est classée à droite de la droite. On vit une époque formidable, non?

  • Les sondages le mettent à 30%. C’ est un peu comme dire: » les gars, pas la peine d’ y aller, c’ est plié ».
    Les abstentionnistes du premier tour auront tort sur toute la ligne.

    • Les premiers tours n’ont jamais révélé ni éliminé de potentiel président de bonne facture depuis des décennies. Qu’est-ce qui aurait changé cette fois ?

      • Désolé, « bonne facture » n’était peut-être pas le qualificatif qui s’imposait…

        • Effectivement, compte-tenu des dettes abyssales de son quinquennat, il est certain que « bonne facture » n’est pas franchement adapté !

  • Où est passée la politique ? Où sont les idées pour l’avenir du pays ? Tous les candidats sont des pères Noël qui distribuent des bonbons qu’ils n’ont même pas !
    Où sont les citoyens ? Je ne vois que des individus qui recherchent le meilleur guichet à prestations sociales pour travailler le moins possible en gagnant le plus possible…
    Nous n’avons que les candidats démagogues que méritent ces assistés gâtés d’un monde décadent qui s’épuise. Quand les taux auront remonté et que l’État sera en faillite, le réveil va être très dur : c’est sans doute une bonne chose, il n’y a que la difficulté qui soude un pays.

    • @Roven
      Bonjour,
      « Tous les candidats sont des pères Noël qui distribuent des bonbons qu’ils n’ont même pas ! »
      … et qu’ils iront piocher dans les poches des enfants plus tard quand ils devront les distribuer.

  • Je constate que la France est dans le même cas que l’Ukraine, le royaume de France avec ses rois et ses nobles qui pillent le pays et cela depuis 1960

  • Lequel des ces clowns pas drôles fera plus que l’abstention au premier tour ?
    On va encore avoir droit à « C’est la faute aux abstentionnistes ! » suivi du fameux « voter contre ».

  • « tous les déchets du Monde d’Avant »
    Vous êtes bien bon là : ce sont des déchets ultimes. Je ne veux pas contaminer mon compost. retour à l’envoyeur par DHL à ses frais…
    Cette France qui expire ne m’inspire pas…
    Si le radeau de la Macruse ❗

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles