Les libertariens face à une guerre défensive en Ukraine

Quelle posture les libertariens devraient avoir face à une guerre défensive en Ukraine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Volodymyr Zelensky by U.S. Embassy Kyiv Ukraine (Creative Commons CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les libertariens face à une guerre défensive en Ukraine

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 avril 2022
- A +

La guerre est la plus grande tragédie de l’humanité. Si quelqu’un – au nom de manigances géopolitiques- tue consciemment un innocent, il est un criminel de guerre, et les criminels de guerre sont toujours au même niveau éthique – zéro.

Il est également évident qu’à l’ère de la politique mondiale, chaque empire tentera d’influencer les décisions stratégiques dans les lieux stratégiques. Les décisions de l’OTAN qui ont abouti à bombarder Belgrade ne sont pas moins criminelles que celles de Poutine, et Moscou ne peut manifestement pas être la seule force manipulatrice de l’Europe moderne. Je ne cherche en aucun cas à établir des comparaisons holistiques du mal, car elles sont impossibles.

Des comparaisons peuvent cependant être faites. Et certaines guerres sont différentes des autres.

Prenez la Première Guerre mondiale : les forces européennes montées les unes contre les autres ont pu cesser le feu et échanger des vœux de Noël pendant la fameuse trêve. Elles étaient au même niveau d’éthique. Le simple fait d’appeler les deux camps à cesser la guerre pouvait fonctionner.

Avancez de 5 ans jusqu’à la guerre polono-soviétique. Dans ce cas, l’agresseur était évident. Les Soviétiques, qui voulaient établir leur domination sur l’Europe entière, ne reculaient devant rien. Il s’agissait d’un exemple classique de guerre défensive, l’un des camps étant guidé par une idéologie totalitaire. Il en va de même pour la Seconde Guerre mondiale… et pour l’hypothétique Troisième Guerre mondiale.

Dans ces trois derniers cas, il existe une différence éthique entre les deux camps qui se battent. D’ailleurs, un simpliste « cessez la guerre » est aussi naïf que de demander au cambrioleur d’arrêter de cambrioler votre maison. Et indépendamment de la stratégie militaire qui peut ou non être choisie par l’OTAN – un homme moral a l’obligation de condamner l’agresseur.

De même, certains gouvernements sont différents des autres. Oui, par définition, tous volent et tuent et un rothbardien de principe est obligé de les qualifier de mauvais. Cependant, ce mal est graduel.

Il n’est pas nécessaire d’expliquer que les mensonges, les meurtres et les abus et les atteintes à la liberté commis par la Corée du Nord, la Chine ou la Russie sont d’un tout autre niveau que les mensonges, les meurtres et les atteintes à la liberté commis par les États-Unis, le Japon ou la Norvège. Il n’est pas non plus nécessaire d’expliquer pourquoi la fuite dans le Berlin de l’après-guerre était toujours orientée de l’Est vers l’Ouest.

Le problème des arguments réalistes de l’école géopolitique de John Mearsheimer – ceux qui expliquent le monde par les sphères d’influence des grands empires – est qu’ils ne tiennent pas compte de la volonté des peuples. Oui, en définitive, ce sont l’OTAN, la Russie ou la Chine qui ont les cartes en main. Et pourtant, en 1999, la Pologne a décidé d’adhérer à l’OTAN après un référendum, et en 2014, les Ukrainiens ont décidé de chasser Ianoukovitch. Les résultats de ces élections n’ont pas eu besoin d’être influencés par l’Ouest : l’expérience de l’Est a suffi. D’une certaine manière, l’expansion de l’OTAN semble être la plus bienveillante des expansions de l’histoire moderne.

La préférence démonstrative dit tout. Dans un monde rempli de choix imparfaits, s’associer à l’Occident libéral et consumériste signifie toujours relativement plus de liberté et de dignité humaines que de rester dans le monde illusoire du KGB moderne et d’Alexandre Douguine. Et cette perte de pouvoir sur les esprits humains est ce qui a déclenché leur agression.

Ce qu’il faut faire et ne pas faire de l’argumentation libertarienne face à l’agression

Le fait d’être un néo-aristotélicien, un rothbardien, ou simplement, de manière générale, un individualiste, rend impossible l’émission d’arguments sur la politique préférée en temps de guerre défensive. En effet, tous ces arguments – par nécessité – doivent être utilitaristes ?

Nous échangeons un certain nombre de vies contre un autre, et nous ne sommes jamais certains du résultat. Nous quantifions l’inquantifiable – la vie et la dignité humaines – et proposons l’impensable. Il n’est pas étonnant que certains des enfants qui sommeillent en nous se manifestent en disant « arrêtez la guerre ».

Il n’est pas non plus étonnant que les humains veuillent assurer leur propre illusion de sécurité. Mon but n’est pas de plaider pour une quelconque stratégie militaire, mais d’expliquer, avec l’image de la Russie que je viens de peindre, un autre type d’argument, qui est le suivant.

Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort

Cette citation est si profondément ancrée dans la nature humaine qu’elle ne change pas avec le type d’armes dont nous disposons. Pour donner une version moderne de la citation, Józef Mackiewicz, le premier Polonais à découvrir les fosses communes d’officiers polonais près de Katyn, condamné à mort par le parti communiste pour avoir dénoncé ce qu’il avait vu, a déclaré :

« Avoir la moitié de l’humanité tuée dans une guerre nucléaire n’est pas une catastrophe – avoir la moitié de l’humanité vivant sous le système communiste l’est. »

Si nous accordons davantage de valeur à la liberté qu’à la vie, nos arguments contre la guerre devraient être plus nuancés que la simple peur d’une menace.

Et pourtant, beaucoup semblent n’argumenter qu’à partir de ce point. Lire que l’OTAN n’aurait pas dû intervenir en 1956 ou en 1968 dans le bloc de l’Est est troublant – non pas en raison de la stratégie militaire choisie, mais en raison du manque de soutien moral et de respect pour la souffrance humaine qui semble accompagner la formulation de cet argument.

La plupart de ceux qui se vidaient de leur sang dans les rues préféraient la prochaine guerre mondiale avec une chance de restaurer leur dignité plutôt que de devoir gâcher leur vie et celle de leurs enfants, et d’attendre plusieurs générations pour guérir des abus totalitaires. Cela valait-il la peine de les sacrifier sur l’autel d’une illusion de sécurité ? N’avaient-ils pas de droits naturels du simple fait de leur lieu de naissance ?

Et Zelenskyy crie désespérément « donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort » en demandant la création d’une zone d’exclusion aérienne (NFZ) au-dessus de l’Ukraine. Même si la mise en œuvre de cette zone n’est peut-être pas une bonne idée d’un point de vue stratégique, Zelensky devrait être soutenu moralement et non condamné pour avoir lancé cet appel.

Que pourrait-on faire alors ?

Il se pourrait qu’une réponse sévère de l’OTAN – à la limite de la menace nucléaire – catalyse un coup d’État au Kremlin et finisse, au moins temporairement, par désamorcer le conflit. Cela pourrait aussi signifier une escalade. Nous ne pouvons pas le dire, et mon but n’est pas d’utiliser des arguments utilitaires ou de plaider pour des stratégies douteuses.

Si nous allons au cœur du problème, seule la Russie peut mettre fin à la guerre. L’ancienne Union soviétique est une grande plaie mal cicatrisée qui s’infecte davantage chaque année où le FSB est encore au pouvoir. Poutine ne cessera pas de poursuivre son fantasme géopolitique. Il peut être éliminé par un jeu de pouvoir au sommet des structures du FSB, mais leurs schémas violents finiront par revenir.

La seule solution permanente consiste à renverser le régime soviétique, cette fois-ci de manière appropriée et approfondie. Envoyez les fonctionnaires dans les colonies pénitentiaires auxquelles ils appartiennent, ouvrez les archives, condamnez les 105 dernières années de terreur permanente, effacez la couleur rouge sang du drapeau russe. De nombreux Russes font déjà partie de ce mouvement, utilisant le drapeau blanc-bleu-blanc comme drapeau d’une nouvelle Russie libre (Flag of the Wonderful Russia of the Future – whitebluewhite.info). Ils doivent atteindre une masse critique de personnes avec leur message – un rêve impossible comme solution à un problème impossible.

Il existe une initiative en Pologne qui consiste à laisser en ligne des critiques amicales sur les entreprises russes afin d’informer les gens en Russie sur la guerre. Ils ne peuvent pas obtenir ces informations d’une autre manière – dans la Russie d’aujourd’hui, vous pouvez être arrêté pour avoir simplement tenu une feuille de papier vierge dans la rue. Il y a un énorme travail à faire à la base, et à mes amis américains, je veux assurer que la principale façon dont je veux que vous interveniez est de vous joindre aux forces d’éducation.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Poutine a déjà utilisé la menace nucléaire en cas d’intervention de l’OTAN, la seule manière de mettre un terme à cette guerre, c’est d’ouvrir le dialogue avec la Russie apparemment l’Ukraine de Zemlinsky, Joe Biden et la CIA sont contre et qui passe à la caisse, les travailleurs de la misère, les sans dents, les gilets jaunes, les migrants, les SDF, les retraités qui touchent moins de 1000 euros/mois qui ne sauront plus se chauffer et manger à cause de l’Europe, de Van Der Leyen, de Christine Lagarde, Macron etc…, cette année les restos du cœur et autres aides caritatives ne vont pas chômés

    • Avatar
      LasciatemiCantare
      12 avril 2022 at 13 h 46 min

      « Poutine a déjà utilisé la menace nucléaire en cas d’intervention de l’OTAN »
      Et Poutine doit être au courant que l’OTAN est parfaitement capable de répliquer avec un arsenal bien supérieur.

      « la seule manière de mettre un terme à cette guerre, c’est d’ouvrir le dialogue avec la Russie apparemment l’Ukraine de Zemlinsky, Joe Biden et la CIA sont contre et qui passe à la caisse »
      Vous êtes sérieux quand vous dites ça, alors que depuis le début Poutine bloque toute négociation en lançant ultimatum sur ultimatum ?

  • Sur le même thème, on peut s’appuyer sur les idées de von Mises pour l’après-guerre :

    «Les grandes lignes d’un programme de reconstruction économique ukrainien d’après-guerre se trouvent dans une série de monographies, d’essais et de conférences que Mises a donnés au début des années 1940. Les impôts doivent être faibles, prévisibles et non dissuasifs. Les droits de propriété doivent être sûrs, protégés et libres de toute intervention et de toute réglementation de la part du gouvernement. La politique de l’envie et la soumission politique à des groupes d’intérêts particuliers doivent être bannies, afin que les entrepreneurs à la recherche de profits puissent être libres de produire ce que les consommateurs veulent.»

    https://www.libinst.ch/?i=von-mises-ukraine-guerre–fr

  • Cela commençait bien mais c’est parti en sucette: non il n’y a pas de guerres différentes des autres, il n’y a pas de niveau d’éthique des belligérants parce que l’éthique et la vérité sont les premières victimes des guerres. Et l’exemple de 1914 est particulièrement mal venu: il n’y a pas eu de trêve mais une cessez-le-feu par les combattants eux-mêmes, cela a même semé la panique dans les états-majors des deux camps qui ont craint que les soldats décident eux-mêmes de cesser cette guerre inepte. Et il y eu aussi des massacres de civils durant cette guerre, par exemple le sac de Dinant du 21 au 28 août 1914 du fait de la soi-disant présence de francs-tireurs, déjà un mensonge de « false flag ».
    Et non, l’OTAN peut aussi mettre fin à la guerre en respectant – pour une fois – la parole donnée. La solution négociée de l’Ukraine bénéficiant de l’art.5 sans troupes étrangères sur son territoire est parfaitement sensée mais c’est l’OTAN qui pousse l’Ukraine à refuser. SI Hollande puis Macron, ainsi que Merkel avait respecté leur parole de garant des accords de Minsk et fait pression sur l’Ukraine pour qu’elle les applique, il n’y aurait même pas eu de guerre !!!

    13
  • Yakafaucon.. Pour une fois je ne voudrais pas être à la place de Macron. C’est dire.

    • Je ne voudrais pas être à la place de Macron, mais j’ai une idée assez claire de ce que j’aurais fait si j’y étais, et ça n’a rien à voir avec ce qu’il fait.

  • Quelles ont été les guerres qui ont cessé grâce à des pourparlers sans laisser une des parties lésée ?
    J’ai lu que la Première Guerre Mondiale n’était en fait pas finie car un armistice ne met pas fin à une guerre.

    Pour reprendre une citation de Piero San Giorgio : « Les forts ne négocient pas avec les faibles ; ils négocient avec les forts. »
    L’U.E, L’O.N.U et l’OTAN se retrouvent en position du faible, et montrent ainsi toute l’inutilité de leur importance autant que la vacuité de leurs promesses de sécurité qu’aucune entité politique ne peut garantir bien qu’elles soient allègrement financées par les Peuples.

    « D’ailleurs, un simpliste « cessez la guerre » est aussi naïf que de demander au cambrioleur d’arrêter de cambrioler votre maison. »
    Un cambrioleur chez soi alors qu’on est présent est une menace. On ne lui dit pas d’arrêter de cambrioler, on le somme de fou.re le camp, avec un appui dissuasif car potentiellement létal, autrement l’intrus /envahisseur s’en moquera, d’autant plus s’il est accompagné.

    • Quand on suit une logique d’affrontements, les guerres sont fréquentes et inévitables. Si on veut mettre fin à une guerre, il faut 1. ne pas prendre le parti d’un des belligérants contre l’autre, et 2. trouver une solution qui soit, pour les deux parties, moins inacceptable que la continuation de la guerre. La paix haineuse et armée ne peut que dégénérer en guerre. La recherche de celui qui serait le plus coupable et la tentative d’intimidation à son encontre est une attitude de haut magistrat auto-proclamé. C’est une position aussi flatteuse que contre-productive. A condition, bien sûr, qu’on ne préfère pas la guerre à la paix, une préférence qui semble devenue majoritaire sur les réseaux sociaux…

      • @MichelO
        Bonsoir pour être clair et net, je suis contre la guerre. Je suis pour la défense quand il y a une attaque.

        « La paix haineuse et armée ne peut que dégénérer en guerre. »
        La paix désarmée et mielleuse (car tolérante au possible, ou « Il ne peut plus rien nous arriver d’aaaaffreux maintenant !’) ne peut que conduire à la soumission.

        Quand la guerre est là, c’est que la parlotte a échoué. « les lois se taisent au milieu des armes » dit Ciceron, attendre des lois ou des législateurs une juste assistance est vain, et une certitude d’y laisser des plumes.

        • Je sais, je crois avoir compris votre position, mais je ne suis toujours pas d’accord. Car le contraire de la paix armée et haineuse n’est pas la soumission abjecte, mais le doux commerce des échanges gagnant-gagnant. Et quand la guerre est là, c’est que les parlottes ont échoué à construire et entretenir ce doux commerce, et qu’il est urgent de les reprendre sur d’autres bases. A moins que vous ne préfériez, comme beaucoup aujourd’hui, la mort glorieuse à la vie effacée et heureuse, la gloire spirituelle au bonheur matériel. Le problème, c’est d’entraîner ceux qui comme moi préfèrent la vie effacée et heureuse dans les rêves de gloire. La vie effacée, elle, se passe très bien d’y entraîner les bravaches belliqueux.
          La défense quand il y a une attaque, c’est la preuve d’un échec. Ca peut se produire, mais c’est une sanction de ne pas avoir correctement fait, avant, les dissuasions qui auraient évité l’attaque. Des dissuasions qui peuvent comprendre, marginalement, la force des armes, mais surtout la démonstration des avanies qui s’abattraient sur l’attaquant et des bénéfices que tous (gagnant-gagnant, rappelez-vous) tirent de la situation pacifique.
          Vous avez pris l’exemple d’un cambrioleur, mais les problèmes à résoudre ne sont pas ceux du cambriolage. Ils sont ceux du jugement de Salomon alors qu’il n’y a pas de juge reconnu pour jouer le rôle de Salomon. Si au lieu d’un cambrioleur, c’est votre ex qui vient enlever son enfant, que faites-vous de votre arme ? Ne regrettez-vous pas d’avoir trop peu parlotté et d’en être arrivés là ?

  • Quand une catastrophe arrive, il faut chercher à s’en sortir le moins mal. Point !

    C’est avant qu’il fallait faire des analyses moralo-géopolitico-libertarienne. J’ai l’impression qu’on brasse beaucoup de vent pour éviter de parler d’avant et d’après.

  • Les USA « un autre niveau », l’OTAN « bienveillante »… LOL !

  • Il n’est pas nécessaire d’expliquer que les mensonges, les meurtres et les abus et les atteintes à la liberté commis par la Corée du Nord, la Chine ou la Russie sont d’un tout autre niveau que les mensonges, les meurtres et les atteintes à la liberté commis par les États-Unis, le Japon ou la Norvège.

    Bah si.
    Je voudrais par exemple qu’on m’explique pourquoi l’invasion de l’Irak, de l’Afghanistan, les bombardements de civils serbes c’est « acceptable » mais que l’invasion de l’Ukraine et les bombardement de ces mêmes serait « inacceptable ».
    Je voudrais qu’on m’explique pourquoi quand l’Ukraine bombarde les « républiques autonomistes » du Donbass et tue 14 000 personnes (sur pas beaucoup) en quelques années, personne ne bronche, pourquoi quand l’Arabie Saoudite bombarde le Yemen, personne ne moufte, mais quand (officiellement) en réaction à ces bombardements la Russie s’en prends à l’Ukraine en ciblant surtout des objectifs militaires (particulièrement au début), c’est diabolique et tout le « monde » (médiatique, diplomatique, bien pensant comme il faut) s’enflamme.
    En libertarien je suis contre les guerres, toutes les guerres qui sont des manigances gouvernementales au détriment des individus. Je pense que la seule solution à la guerre c’est le business, libre et sans entraves (donc pas sur le modèle UE ou US… )

    Quand les biens et capitaux ne passent plus les frontières, les soldats les remplacent (ou les « migrants » qui ne valent souvent pas mieux)

    Donc je voudrais qu’on m’explique, à la lumière de ce dernier point comment des « sanction économiques » œuvrent pour la paix (et au passage qu’on m’explique que les « réparations » imposées à l’Allemagne après 1918 n’ont rien à voir avec l’effondrement de Weimar, la montée du national socialisme des travailleurs allemands et in fine la seconde guerre mondiale : la plus grande boucherie de l’histoire a enfanté de la seconde plus grande boucherie… grâce aux sanction économiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Russie Kaliningrad OTAN
1
Sauvegarder cet article

Par Cindy Regnier.

Le déclenchement de la guerre en Ukraine, et l’intensification des tensions entre la Russie d’une part et l’OTAN, l’UE et, tout récemment, la Lituanie d’autre part, ont placé au cœur de l’actualité l’exclave russe de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie.

Mi-juin 2022, en application des sanctions imposées par l’UE, Vilnius bloque le transit de charbon, de métaux et d’outils technologiques alimentant la région (oblast) de Kaliningrad depuis la métropole. Ces marchandises constituent la moitié des... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Nombreux sont ceux qui ont lu qu'une crise alimentaire était imminente et que la pénurie de céréales suscitait de vives inquiétudes. La principale raison de cette éventuelle crise est l'invasion de l'Ukraine.

Cependant, ce n'est pas tout à fait le cas.

De nombreux pays dans le monde connaissent un important déficit en céréales, qui sont essentielles pour nourrir le bétail. Le principal coupable est l'intervention croissante des États, qui a fait grimper les coûts en flèche même en période de faibles pr... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles