Alexandre Douguine le dangereux idéologue derrière Poutine

Alexandre Douguine est aujourd’hui considéré comme le principal idéologue du Kremlin. Quels impacts ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aleksandr Dugin We have our special Russian truth - BBC Newsnight youtube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alexandre Douguine le dangereux idéologue derrière Poutine

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 avril 2022
- A +

Le descendant du KGB – avec les mêmes symboles et les mêmes personnes – est toujours au pouvoir au Kremlin, mais, du moins de l’extérieur, il est difficile de comparer la Russie moderne à l’Union soviétique.

L’un des aspects problématiques d’une telle comparaison serait l’absence apparente d’idéologie derrière le Moscou moderne. Au XXe siècle, il était clair que le bureau local du parti communiste était également une unité d’espionnage.

Dans le monde global, les services de renseignement russes, comme tous les autres, peuvent influencer n’importe quel mouvement politique – quel que soit son point de vue – tant que cela peut servir les intérêts de la Fédération. La Russie poutiniste utilise des aigles bicéphales néo-impérialistes, mélange les symboles tsaristes et soviétiques et aborde les contradictions de cette approche avec une certaine nonchalance.

Un pays postmoderne qui a récemment perdu toutes ses histoires – et dont les habitants sont formés à ne pas tenir compte de la vérité objective – peut finir par voir des entreprises nommées « La Couronne tsariste » produire des glaces baptisées « L’Union soviétique » – sans que cela ne surprenne personne. Dans ce cas, comment peut-on (à juste titre, d’ailleurs) comparer Poutine à Hitler ? Ce dernier avait une idéologie et des symboles clairs, et il était franc sur ce que son régime totalitaire représentait.

 

Le cas de Douguine

Poutine l’est aussi. Un homme du nom d’Alexandre Douguine, aujourd’hui considéré comme le principal idéologue du Kremlin, a créé un mélange troublant – et pas nécessairement cohérent – d’orthodoxie traditionnelle, de théories géopolitiques de l’eurasisme et de son propre mysticisme.

Il appelle à un monde avec plus d’un centre géopolitique et à l’union des chrétiens orthodoxes d’Eurasie contre le libéralisme occidental, compris à la fois sur le plan économique et social. Il veut créer un autre mode de vie pour les Slaves de l’Est (ou, pour aller droit au but, écrire esclaves), dans un État national post-soviétique sans le consumérisme engendré par des marchés inutilement libres et sans les étalages inappropriés de sexe dans la vie publique.

Cependant, son récit principal est motivé par la négation de tout ce qui est perçu comme occidental, et par l’envie de la position anglo-saxonne sur l’échiquier mondial1.

Ses appels à rétablir Moscou à la place juste qui est la sienne sur le réseau de pouvoir sont totalitaires au plus haut point, car ils partent du principe que le comportement humain est nécessairement dicté par l’idéologie globale de l’État.

 

Douguine contre l’Ukraine

Selon Douguine, l’ancienne Union soviétique appartient à Moscou. Le Belarus suit ce programme en étant un régime fantoche. Aux yeux de Poutine et de Douguine, l’Ukraine était censée suivre la même voie : avoir un président qui rende compte au KGB. Lorsqu’en 2014, Viktor Ianoukovitch a été chassé du poste de président – à la demande du peuple ukrainien – Poutine a commencé son attaque sur les fronts énergétique et informationnel. C’est alors que Douguine a ouvertement appelé à tuer les Ukrainiens.

Dans le discours que Poutine a préparé pour sa victoire sur Kiev, il a déclaré que l’Ukraine n’appartiendra jamais à l’Occident. Que les années 1991 – la chute de l’Union soviétique – ont été une tragédie géopolitique, mais que maintenant l’ordre va être ramené. C’est ainsi que Poutine veut qu’on se souvienne de lui – comme l’homme qui a inversé la chute tragique de l’Union soviétique. Même Ramzan Kadyrov, en s’adressant à Volodymyr Zelenskyy, le président ukrainien, lui a demandé de s’excuser auprès de Moscou : comment osez-vous rêver d’être un État souverain.

La guerre de l’information menée contre l’Ukraine est un cas d’école soviétique. Comme le culte de la guerre de 1941-1945 (La Grande Guerre Patriotique) perdure en Russie, accuser l’adversaire de toute sorte de fascisme ou de nazisme est une technique de propagande standard, immédiatement comprise et reconnue dans tout le bloc de l’Est. Par exemple, la même accusation a été lancée aux soldats de l’Armée de l’Intérieur polonaise qui, au début des années 1940, ont combattu Hitler et Staline à la fin des années 1940. Leur crime : ne pas s’être soumis au contrôle de Moscou.

Après 2014, il est facile d’obtenir des images de bombardements : la guerre est continue dans la partie orientale du pays, avec des victimes des deux côtés du conflit. Ajoutez à cela la symbolique du seul régiment Azov, créez des journalistes venus de nulle part et qui ne font que des reportages sur l’Ukraine orientale – et vous pouvez facilement vendre l’idée d’un génocide ukrainien. Ce qui est déconcertant, c’est que beaucoup croient à ces documents2.

 

Le problématique attrait des conservateurs

Soit dit en passant, un phénomène troublant et un succès inquiétant de l’agenda de Douguine est que de nombreux conservateurs semblent se laisser prendre à une autre marque de la propagande russe qui touche le soi-disant problème des valeurs familiales. Ils pensent que la Russie pourrait contrer ce qu’ils décrivent comme le marxisme culturel occidental.

Pendant ce temps, le taux d’avortement en Russie est le plus élevé au monde, les Russes européens ont rarement plus d’un enfant, et le pays se classe également en tête pour les homicides (en Europe) et les suicides (au niveau mondial)3. Deux tiers des Russes se déclarent athées, contre un tiers seulement aux États-Unis. C’est un pays troublé, traumatisé, où le respect de la vie humaine est bien moindre qu’en Occident.

Et pourtant, certains conservateurs semblent si mal à l’aise avec les manifestations modernes (et naturellement malheureuses de leur point de vue) de la liberté sexuelle qu’ils pensent pouvoir s’inspirer de la Russie.

En réalité, ils ne font que croire à de fausses dichotomies conçues par Alexandre Douguine. Certes, vous ne trouverez pas de parades gay, d’agitation libérale agressive à l’américaine ou de critique générale de la vie familiale normale en Russie, mais c’est parce que vous n’y trouverez guère de liberté d’expression (et en outre, les gays sont soit battus, soit – s’ils ont le malheur de vivre dans la Tchétchénie de Kadyrov – torturés et tués).

De toute évidence, il est facile de louer ce que l’on ne connaît pas si l’on ne connaît que ce que l’on critique. Il convient également de noter qu’une grande partie de ce que l’on appelle avec panache le marxisme culturel a été lentement introduite dans les institutions et la culture pop occidentales par nul autre que les agents d’influence du KGB.

Un exemple clair de manipulation par la division et la fabrication de conflits.

Nous devons nous rappeler que si les récits peuvent changer, les mécanismes de propagande et les intérêts de Moscou – pour l’instant – restent semblables à ceux du siècle dernier. Et avant d’examiner une affirmation, nous devons toujours nous demander à qui elle profite.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « et dont les habitants sont formés à ne pas tenir compte de la vérité objective »
    Vous parlez de la France ?

  • Je ne connais pas ce Douguine et il se peut même que vous ayez raison. Par contre, épargnez-nous les sempiternelles et stupides comparaisons entre Hitler et Poutine, quoique l’on pense de ce dernier. Ce genre de facilités, à peine dignes d’incultes, empêchent d’essayer de comprendre… et comprendre n’est pas excuser comme semblait le penser un premier ministre français (ou espagnol) de triste mémoire.
    Finalement, ce qu’il faut retenir de ce texte c’est la dernière phrase, « avant d’examiner une affirmation, nous devons toujours nous demander à qui elle profite. », qui est parfaitement exacte et frappée au sceau du bon sens.

  • Les peuples ne changent pas. Douguine est à sa place, Poutine aussi, ils auront leur mausolée aux côtés de Lénine. Il faudra un jour ou l’autre admettre que les russes n’ont rien d’européens, que l’Europe de l’Atlantique à l’Oural est une chimère, que leurs vrais cousins sont les chinois dont ils deviennent les serviteurs. Une fois remis à leur place, un peu morcelés car leur territoire est trop vaste et nombre d’ethnies ont vocation à jouir de leur liberté, nous pourrons commercer joyeusement avec eux. Ils nous vendront à défaut des matières énergétiques devenues obsolètes, du caviar et de la vodka. Et ils vivront dans un grand empire de la pêche et de la chasse. Terrible erreur des occidentaux depuis quelques siècles de prendre des sauvages pour des civilisés.

    -2
    • Il y a des exceptions partout ; mais apparemment le peuple russe n’a pas encore pris conscience de ce qui se passe , alors que le monde entier critique cette guerre et ces crimes

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles