Présidentielle : ralliements, quel espoir d’améliorer la démocratie ?

Les ralliements à Macron se multiplient depuis l’automne. Certains invoquent l’union nationale. Or, c’est l’insuffisance de la représentation démocratique et de la démocratie directe qui minent la confiance des citoyens. Dans quelle mesure ces ralliements peuvent-ils améliorer la démocratie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Screenshot 2022-04-07 at 13-50-08 (2) Adresse aux Français. - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : ralliements, quel espoir d’améliorer la démocratie ?

Publié le 8 avril 2022
- A +

Signe de la politique éternelle, les ralliements au candidat président se multiplient. Quel est leur sens ? Macron est en position de force dans ce quinquennat qui se termine dans l’agitation du monde. Une pandémie à peine maîtrisée, une invasion guerrière en Europe, deux évènements prédictibles, graves ont bouleversé le jeu. D’un côté d’anciens enjeux structurels, revenus, chaos migratoire, dette publique et adaptation au changement climatique et de l’autre le retour de la réalité brutale.

Un groupement de pays sans frontières défendues et sans armée est très vulnérable. La paix n’a jamais été le résultat du pacifisme. En toutes matières vitales ne jamais lâcher la proie pour l’ombre. L’énergie fossile de Poutine est une addiction. Le trafic de cette drogue nourrit sa guerre d’invasion.

Vae Victis

La formule que Brennus a prononcée après qu’il ait posé son glaive sur la balance indiquant le poids d’or que les Romains devaient apporter après leur défaite, s’applique en politique. Bien sûr nous sommes en démocratie, la loi de la majorité n’est pas ignorance des droits de la minorité. En France, la Constitution de la Cinquième République a instauré un pouvoir présidentiel puissant voire omnipotent. Les perdants sont écartés, sous représentés.

L’impuissance de l’opposition parlementaire n’est pas uniquement le résultat de la médiocrité. Il est difficile d’agir dans l’opposition. La crainte d’être dans le camp des perdants alimente la fuite vers la sécurité que constitue toute forme de ralliement. Autre élément qui explique cette tendance pléiotrope au ralliement, pour certains, la maison d’origine n’est pas sûre. Elle menace de s’effondrer sur rien car tout le monde ou presque a quitté le navire.

Illuc concurrite ad victorem

Ralliez-vous au vainqueur. L’autre face de la réalité pré-électorale c’est le ralliement précoce de ceux qui ne veulent pas se compter avant de négocier des postes. Rien de nouveau, compter ses voix peut être douloureux. Ce qui est surprenant, c’est l’argument de l’union nationale et de l’intérêt supérieur de la nation. Certes, le pays est immobilisé depuis des décennies par un modèle social de 1945. Certes, la croissance de l’économie marchande est faible et celle de la sphère publique forte. Certes, la guerre est en Europe.

Pour autant, est-ce que l’union nationale de ceux qui ont alterné au pouvoir depuis 60 ans va faire que les retraites des Français vont s’améliorer en équité et en soutenabilité ? Que l’assurance maladie va leur garantir de bien les soigner au lieu de redistribuer de l’argent au détriment des soins indispensables ? Que la justice va emprisonner les criminels ? Que l’armée française aura les troupes et les équipements nécessaires à la défense ultime, celle de notre Hexagone et de notre liberté ? Poser la question n’est pas de la rhétorique.

La malédiction du gagnant

Les théories traditionnelles de la démocratie suggèrent que la représentation politique des groupes exclus peut réduire leurs incitations à s’engager dans des conflits et conduire à une diminution de la violence. Cependant, cet argument ignore la réponse des élites établies lorsque (1) leurs intérêts sont menacés par la position politique des nouveaux acteurs politiques et (2) les élites ont un avantage comparatif dans l’exercice de la violence. American Journal of Political Science

Ne serait-ce pas le cas en France ? Et si les ralliements si nombreux étaient annonciateurs d’un prix trop élevé pour cette place ?

S’agissant des représentants parlementaires, le mode d’élection a instauré un apartheid de certains partis qui annule le suffrage universel. Concernant la démocratie directe, l’absence de référendum depuis 2005 traduit la peur de ce mode de scrutin. Les insurrections de bas grade comme le mouvement des Gilets jaunes qui a coûté 0,2 % de croissance, sont les véritables malédictions du vainqueur. Il est probable que malgré tous les ralliements au sommet, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Car ces ralliements ne feront guère pour les intérêts de la France et de la démocratie, ils ne rallieront pas les abstentionnistes, ils ne plaideront pas pour une équitable représentation des Français qui votent. Ils ne sont que des trajectoires d’individus et renforcent l’immobilisme. En revanche, le prochain président n’aura pas l’excuse de la guerre, elle est là. L’excuse d’une autre pandémie, il a appris. Si bien qu’il sera facile de mesurer sa nouvelle vigilance et ses intentions à la rapidité des changements politiques. En premier lieu, celui de la représentation parlementaire des Français et du recours à la démocratie directe pour éviter un nouveau scénario Delevoye et le faux happening des réunions participatives. La malédiction du vainqueur ou de ses ralliés qui auraient acheté trop cher cette élection ne peut être exclue.

Changer la France dépend plus d’une volonté que d’une union nationale d’ambitions. Car pour changer la France, il faut y consacrer beaucoup de passion, de force et de leadership. La haute fonction publique, les autres pouvoirs et même les ralliés seront un rempart solide contre ces trois vertus politiques.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Ces ralliements à Macron sont la négation de la démocratie, ce ne sont pas des ralliements de convictions mais des ralliements de carriéristes qui ne voient que les postes, il suffit de se rappeler de certains déclarations sur Macron avant les élections de certains devenus ministres

  • les électeurs doivent se prendre en main et empêcher Macron d’aller au deuxième tour, qu’il soit éliminer au premier tour à moins que les élections soit truqués comme 2017, il ne faut s’inquiétait pour les ministres et technocrates, ils proposeront leurs service à Le Pen, Zemmour, Mélenchon et Poutou

  • S’il venait à gagner ce serait une première. Aucun président sortant n’a réussi à gagner une présidentielle avec un gouvernement sortant de son propre parti. LREM a perdu toutes les élections intermédiaires.
    Les ralliements ne sont pas là parce qu’il est un gagnant mais parce que c’est la que certains perdraient le moins.

    -1
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

extrême droite
1
Sauvegarder cet article

Un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche a interrogé des Français six mois après la réélection d'Emmanuel Macron, sur leur choix s'ils votaient aujourd'hui.

 

"On refait le match" : l'extrême droite illibérale progresse

Même si Emmanuel Macron améliore modérément son score comparé aux résultats officiels de la présidentielle d'avril (29 % d’intentions de vote contre 27,8 %), et garde toujours la préférence des seniors, il ressort que Marine Le Pen enregistre d’une forte percée (30 % des voix contre 21,3 % des suffrages e... Poursuivre la lecture

Par Marie Neihouser, Felix-Christopher von Nostitz, Giulia Sandri et Tristan Haute.

 

Le vote en ligne est souvent évoqué ces dernières années comme une solution pour lutter contre la hausse de l’abstention. Emmanuel Macron avait par exemple prévu dans son programme de 2017 de généraliser le vote électronique d’ici 2022. Si la promesse n’a pas été tenue, le contexte de crise sanitaire et la distanciation sociale généralisée qui s’en est suivie tout autant que l’abstention massive de ces dernières années (26 % d’abstention a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles