Élections présidentielles : 2022 pourrait être pire que 2002

L’effondrement de la candidature Macron lors des élections présidentielles pourrait avoir un certain nombre de conséquences.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Présidentielle2022 Lassalle Le Pen Rousselle (credits FMas)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections présidentielles : 2022 pourrait être pire que 2002

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 avril 2022
- A +

 

La surprise de 2002 avec la présence au second tour des élections présidentielles de Jean Marie Le Pen pourrait-être encore plus grande cette année.

En effet un scénario peu probable, mais toujours possible serait problématique si nous assistions à un écroulement de la candidature Macron.

Situation à ce  jour

La candidate LR s’enfonce dans les sondages, même s’il faut toujours les prendre avec précaution. Mme Pécresse, il est vrai dénigrée par Nicolas Sarkozy, est en dessous de 10 %. Elle peut remonter mais n’atteindra pas le deuxième tour. Nous ne devons plus nous faire d’illusion, la droite a fait élire plusieurs fois des candidats de gauche, Jacques Chirac en faisant battre VGE, Nicolas Sarkozy peu combatif face à François Hollande et François Fillon face à Emmanuel Macron.

Comme lors de la précédente présidentielle, un candidat semble au contraire grimper rapidement dans les sondages pour atteindre 16 % à ce jour. Il faut lui reconnaître une campagne presque sans faute.

Marine Le Pen a creusé l’écart avec Éric Zemmour qui s’essouffle et paye très cher son soutien, avant la guerre, à Poutine.

Le scénario du pire

Reste le candidat président Emmanuel Macron encore très haut dans les sondages mais qui semble fébrile devant ce qui ressemble à un début de régression.

Le danger pourrait venir d’une campagne éclair virulente des anti Macron qui semblent se mobiliser avec des arguments pouvant faire mouche. J’en citerai deux :

La vente catastrophique d’Alstom à General Electric qui a fait perdre beaucoup d’argent, d’emplois et de brevets avec comme apothéose finale son rachat partiel au double du prix de vente de l’époque !

L’appel à des cabinets de conseil privés dont McKinsey. Dans l’esprit d’une partie des électeurs on frise le délit de favoritisme.

Si d’ici dimanche ces thèmes sont repris par une majorité de medias, les effets pourraient être violents.

Un résultat surprise au premier  tour

Dans ce scénario il ne serait pas impossible de voir Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon au deuxième tour.

Un choix compliqué nous attendrait avec pour résultat probable un écroulement à très court terme de notre économie.

Les conséquences seraient un vrai défi pour la France et pour l’Europe.

Je n’ose y penser !

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Les finances de la France sont en très mauvais état avec Macron (dette énorme, déficit commercial, mammouth étatique, … , et pas que. Cela ne justifierait-il pas de changer de dirigeant ?

    • Il vient en plus d’annoncer vouloir « indexer les retraites sur l’inflation ». Cette raclure est vraiment d’une démagogie rarement vue en France. C’est monstrueux comme proposition envers les actifs et pour les finances. Avec une proposition pareille il est plus que jamais nécessaire de le dégager du pouvoir.

    • Sûrement pas pour une candidate qui a ruiné son parti et qui est mise en examen pour détournement de fonds public. Sans compter son allégeance à v. Poutine ce criminel de guerre.
      D’ailleurs Et les 19 eurodéputés du parti d’extrême droite qui siègent à Strasbourg n’étaient pas présent le jeudi 7 avril , lors du vote des sanctions contre la Russie, ils confirment ainsi leur vassalisation à Poutine…Elle veut le retrait du commandement intégré de l’OTAN «sans crainte des sanctions américaines» + «alliance avec la Russie sur la sécurité européenne» + «fin des coopérations avec l’Allemagne» (p.10 : https://mlafrance.fr/pdfs/projet-la-defense.pdf). une folie…

  • Avatar
    jacques lemiere
    7 avril 2022 at 7 h 45 min

    SI on est un démocrate…on accepte le résultat… et on reconnait la légitimité institutionnelle de l’élu.. tant qu’il reste dans les clous constitutionnels..
    Le problème du pays semble être non pas les candidats mais les convictions de la majorité du peuple.

    On peut aussi avoir un débat sur la constitution…et ses défauts, d’unpoint de vue libéral…avec un manque de contre pouvoirs..

    mais sinon on fait quoi? on fait de l’hidalgo qui se réjouissait que des règles arbitraires puissent empêcher la candidature de zemmour ou mélenchon?

    Le problème du pays est l’etatisme.. les candidats le reflètent.

    10
  • Avatar
    Laurent Lenormand
    7 avril 2022 at 7 h 58 min

    Depuis 40 ans, le « barrage aux extrêmes », le « vote utile », le « front républicain » et autres balivernes ont eu pour conséquence le maintien au pouvoir d’une caste censée incarner le compromis, la modération, etc.
    Cette caste, dont la Macronie est l’ultime avatar (« radeau de sauvetage des losers de droite et de gauche », comme disait ce cher h16 récemment), se croit détentrice d’un droit quasi divin à gouverner pour l’éternité. Elle a pourtant mené le pays à ruine, vendu les fleurons de notre industrie, aboli l’indépendance nationale, instauré un régime de ségrégation « sanitaire » et de surveillance généralisée.
    Cette caste va donc dégager. Et à leur place, je vérifierais bien la validité de mon passeport…

  • Mélanchon est pire que Le Pen, il faut absolument faire barrage à ce bateleur de foire qui n’arrête pas de monter grâce aux faibles d’esprit à qui il fait miroiter son programme, principalement tout prendre aux riches pour donner aux pauvres comme il dit.
    Cependant pour lui est riche celui qui a un revenu supérieur à 2000/2500€ par mois donc ce seront encore les mêmes qui paieront.
    Vous avez tout à fait raison de parler alors d’un écroulement de notre économie à très court terme, sans parler d’une perte de crédibilité à l’international qui ne peut que nous être fatale

    • Parce qu’actuellement on est crédible?

      • On n’est pas du tout crédible, j’en conviens, mais avec Mélenchon (avec un « e », cf Austrasie) on va toucher le fond et il sera très dur de s’en relever, on a déjà eu un aperçu en 1981 avec un autre président

  • Melanchon au 2e tour c’est peu probable. Par contre un vote le pen barrage contre macron combiné à une forte abstention des melanchonistes au 2e tour c’est probable

    • J’avoue avoir du mal dans les candidats actuels à isoler celui qui serait le moins dangereux pour le pays.
      Avec le choix qu’on nous propose, le fauteuil vide serait de loin le meilleur choix, mais malheureusement c’est pas possible…

    • Si vous pouviez arrêter d’écrire Mélenchon avec un A.

  • Sans oublier la question de son patrimoine qui font peser un lourd soupçon de parjure dans ses déclarations de patrimoine.
    Mais c’est la faute aux partis classiques en déliquescence qui ont réussi l’exploit de dégouter les électeurs par leurs pratiques de copinage. Et c’est valable dans tous les pays occidentaux

  • Je comprends vos craintes mais je comprends moins votre jugement sur les « électeurs qui verraient un délit de favoritisme dans l’affaire McKinsey ».
    C’est évident que cette affaire est scandaleuse mais les vrais responsables ne sont pas les électeurs qui en ont pris conscience.
    Quant aux médias, il est grand temps qu’ils exercent leur fonction de contre pouvoir et nous informent objectivement, ce qui n’a pas été souvent le cas depuis 2 ans.
    On a appris seulement hier qu’une enquête du PNF était ouverte depuis une semaine…
    Oui le programme de Mélenchon est suicidaire mais croyez-vous que le bilan de Macron soit défendable ?
    Je ne parle même pas de son programme qui évolue plusieurs fois par jour…
    La gabegie Covid, dont plus personne ne parle, est un désastre et démontre l’incompétence, voire l’irresponsabilité de ce gouvernement.
    J’ai beau chercher, je n’arrive pas à trouver la moindre trace de génie dans la politique vaccinale imaginée par McKinsey.
    Plus personne ne croit à l’efficacité de cette vaccination, les effets secondaires sont nombreux mais on continue quand même.
    Pour revenir au scrutin de dimanche, il est probable qu’il ouvre une grave crise politique, quel qu’en soit le résultat.
    Si Macron est réélu, il retrouvera rapidement son arrogance naturelle et les colères populaires seront nombreuses.
    Ce ne sont pas des combines dignes de la 4ème république, comme les nombreux ralliements de gauche et de droite qui vont nous redonner confiance dans nos institutions.
    Pour finir sur une note positive, un 2ème tour Le Pen/Mélenchon aurait tout de même un intérêt et pourrait perturber les consciences bien pensantes : à qui devra t’on faire barrage ?

    • « Si Macron est réélu, … les colères populaires seront nombreuses. »
      C’est un euphémisme. Il sera élu comme en 2017 par à peu près 15% à 17% des français en âge de voter qui auront voté pour lui au 1er tour. Bonjour la légitimité. Et comme la situation économique sera catastrophique, il devra prendre des mesures très impopulaires qui seront refusées par 85% des français adultes.

  • Vous oubliez aussi l’affaire sur le patrimoine caché de Macron qui s’ajoute dessus.
    Fillion a été liquidé pour beaucoup moins que ça…

  • Actuellement, tous les pouvoirs français appartiennent à la même idéologie, et cette idéologie est toujours plus destructrices des libertés fondamentales, que cela soit pour des prétextes de santé, d’écologie, ou pour vaincre un méchant (le russe orthodoxe est d’ailleurs bien plus désigné qu’un musulman du Proche-Orient ou qu’un athée chinois).

    La seule manière de les stopper, c’est de revenir à un partage des pouvoirs: il faut sanctionner les élus actuels et partager les pouvoirs aux candidats hors système. Ce faisant, les contrepouvoirs pourront à nouveau fonctionner, et une MLP ou un JLM, qui sur le papier paraissent au moins aussi nocifs qu’EM, auront dans les faits moins de possibilités d’exercer leur nocivité que si EM est reconduit avec à nouveau tous les pouvoirs.

  • L’idéal serait probablement 5 années sans Président de la République, redonnant ainsi du pouvoir aux assemblées et la possibilité de restructurer pouvoirs et contre-pouvoirs (Conseil Constitutionnel et Conseil d’Etat ne remplissent plus leur rôle).
    Aucun des douze candidats ne satisfait aux capacités nécessaires à tenir ce rôle.

  • Pardon, mais que faut-il conclure de l’article? … Qu’il vaut mieux que Macron rempile, finalement? … Eh bien, non. Au premier tour, on choisit (Rafik Smati, ajouté au stylo Sur le bulletin), au 2e, on élimine (Emmanuel Macron)!

  • MLP promet maintenant un gouvernement de quasi union nationale. Vrai ou faux, elle prend date.

    • – les promesses n engagent que ceux qui les croient
      – meme si le FN gagne la presidentielle ils sont incapable de gagner les legislatives (meme si notre « diversité » fait campagne pour eux en multipliant les exactions)
      – si par miracle elle reussit a gagner les presidentielles ET legislatives, comment va t elle faire pour gouverner avec des ministres et deputés qui n ont aucune experience et certains aucune competance (trouver assez de candidats pour toutes les circonscriptions imposera de pas etre trop selectif). Elle pourra certes compter sur des transfuges (ciotti ? Woerth ?) mais est ce son interet de recruter des traitres qui vont a la gamelle et qui n hesiteront pas a la trahir ?

      -2
      • Trouver des ministres et députés compétents. On a dit exactement la même chose de Macron il y a 5 ans. On a dit aussi la même chose lors de la percée de la NVA en Belgique il y a quelques années.

        Dans les deux cas, on a visiblement trouvé les compétences suffisantes : Macron n’a pas fait vraiment pis que ses prédécesseurs et la gestion NVA n’a pas mis la Belgique et le Flandre par terre.

        Donc les compétences… Et puis s’il en manque, il reste toujours McKinsey & Compagnie.

        -1
  • L’écroulement démocratique, économique et social de la France a commencé il y a presque un demi siècle, mais EM en aura été le fossoyeur. Dehors !

  • Dans tout les cas , aller voter , reviens a choisir entre la peste et le choléra , on pourrais rajouter Ebola et encore autant de maladies qu’il y a de candidats
    Dur d’avoir envie de se lever dimanche pour aller voter contre un ,ou des programmes et pas plutôt pour des idées qui nous permettrais de vivre les uns avec les autres sans avoir envie de nous taper dessus ou de piquer dans la poche du voisin

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles