Guerre en Ukraine : le soft power russe malmené en France

S’il y a bien une bataille décisive que Poutine a d’ores et déjà perdue, c’est bien celle de la guerre des idées et du soft power en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Procession orthodoxe à Jérusalem en 2011 (Crédits : Beautiful Faces of Palestine, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Guerre en Ukraine : le soft power russe malmené en France

Publié le 3 avril 2022
- A +

Par Louis Du Breil.
Un article de Conflits

La réaction univoque de l’Occident face à l’invasion de l’Ukraine a révélé la pauvreté du jeu de cartes culturelles dont Vladimir Poutine disposait en Europe. Les quelques réseaux d’influence sur lesquels il pouvait compter en France – quand ils ne sont pas déjà fermés – risquent de faire face à de sérieuses difficultés dans les années à venir.

Il reste pourtant probable qu’une partie irréductible de Français continuent à voir dans le Kremlin le souffre-douleur de la diplomatie américaine et surtout le porte-voix des « valeurs traditionnelles » auxquelles ils croient. Le régime autoritaire de Poutine s’est en effet imposé dans la guerre des idées comme le héraut du conservatisme et de l’illibéralisme.

Quel soft power pour la Russie ?

La coordination des activités d’influence de la diplomatie russe avec celles d’une multitude d’acteurs non-étatiques ou paraétatiques se rattache à une définition élargie du soft power. Ce concept ayant été façonné pour désigner la force d’attraction culturelle américaine, l’historienne Marlène Laruelle préfère parler pour la Russie d’un « soft power de niche1 » qui cible des populations susceptibles d’accueillir favorablement le discours particulariste de Moscou.

À partir des années 1990, les nouvelles élites russes engagent un renouvellement du discours officiel pour pallier la faillite idéologique du régime soviétique. Dans un premier temps, l’objectif est de ne pas retomber dans les mêmes erreurs de la perestroïka et de remobiliser le peuple russe derrière un répertoire moins idéologique. Avec l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000, cette orientation vers un réalisme revendiqué s’impose par le retour d’une triple centralité : celle de Moscou sur le reste du pays, celle du Kremlin sur la vie politique intérieure, celle de la Russie sur la scène mondiale2.

Ensuite, le Kremlin comprend avec la révolution Orange (2004) qu’il ne peut pas se permettre de ne rien opposer au soft power libéral de l’Occident qui risque de lui rafler la mise dans l’espace postsoviétique. La guerre en Géorgie (2008) et les manifestations en Russie contre les élections législatives de 2011 sont les deux derniers tournants qui amènent le gouvernement russe à proposer une contre-offre idéologique à la démocratie libérale3.

La bannière du conservatisme

Pour incarner cette alternative aux régimes libéraux occidentaux, et dans l’optique d’imposer progressivement un monde multipolaire contre l’hégémonie américaine, la Russie a renouvelé son soft power en l’enracinant dans son particularisme culturel.

Dans cette optique, elle commence à promouvoir le conservatisme ou plutôt les valeurs dites « traditionnelles », c’est-à-dire antilibérales et antioccidentales4. Investissant massivement l’espace médiatique et culturel, cette nouvelle doctrine a l’avantage de maintenir le lien de confiance entre la population russe et le pouvoir fort du Kremlin en limitant la propagation du libéralisme politique. Poutine prône d’ailleurs un récit national délibérément large afin de s’adresser au plus grand nombre : éloge de la gloire soviétique sous Staline et Brejnev, de la culture religieuse orthodoxe et du tsarisme avec l’autocratie comme référentiel politique, du monde slave et de l’Eurasie5

À l’étranger, les cibles de ce soft power sont d’abord les populations des ex-républiques soviétiques via la mise en place d’un appareil médiatique offensif et d’un nouveau réseau d’instituts culturels (création de Russia Today en 2005, de la fondation Rousskiï Mir pour la préservation et la diffusion de la langue russe en 2007, de la fondation Gortchakov de soutien à la diplomatie publique en 2010 et de l’agence de presse multimédia internationale Sputnik en 2014)6.

S’ajoute à cette nouveauté une perception disproportionnée du soft power russe par les analystes occidentaux. Tout part d’un article de 2013 écrit par le CEMA russe Valery Gerasimov qui explique que « Le rôle des moyens non militaires pour atteindre des objectifs politiques et stratégiques s’est accru et, dans de nombreux cas, leur efficacité a dépassé celle de la force des armes7 ». En bref, et c’est assez banal, il met l’accent sur l’importance stratégique de la guerre hybride.

Mais ses propos sont soudain interprétés comme étant la base d’une nouvelle doctrine russe basée sur la guerre de la communication et les moyens d’influence culturelle. Il ne s’agissait pourtant pas d’une doctrine (le créateur américain de cette expression « doctrine Gerasimov » l’a lui-même reconnu8) mais simplement de l’analyse d’un militaire qui soulignait la nécessité d’investissements militaires adéquats dans le contexte d’une conviction croissante parmi les dirigeants politiques russes que les conflits peuvent être combattus et gagnés sans l’armée9.

Cette « doctrine Gerasimov » (l’analyse et sa surinterprétation par l’Occident) est importante pour deux raisons. D’abord, elle reflète un certain état d’esprit russe qui considère que les manifestations populaires tout comme les révolutions ne sont pas spontanées mais toujours orchestrées ou alimentées par un pouvoir quelconque (CIA, George Soros…). Ensuite, comme l’annexion pacifique de la Crimée en 2014 est apparue comme l’application exacte des propos de Gerasimov, les analystes occidentaux se sont mis à traiter obsessionnellement de la guerre informationnelle menée par les Russes, lui attribuant toutes sortes de réussites et de tentatives avortées. C’est pourtant avec des chars que Poutine a lancé l’invasion de l’Ukraine en février 2022…

 

L’opportunité des « populismes » occidentaux

En Occident, ce positionnement doctrinal a opportunément trouvé grâce aux yeux des droites nationales occidentales qui s’alimentent de la poussée des populismes. La mobilisation derrière Marine Le Pen en France, Donald Trump aux États-Unis ou certains dirigeants conservateurs en Europe centrale (notamment l’Autriche et les pays du groupe de Visegrad10) a permis de créer des réceptacles médiatiques propices à apprivoiser la vision du monde du Kremlin. La Russie est ainsi parvenue à s’ériger en porte-voix d’une sorte d’« internationaliste moraliste » prêchant la défense de la structure traditionnelle de la famille, la centralité des racines chrétiennes de l’Europe et la critique de la « décadence occidentale11 ». Les déconfitures de la crise de l’euro, de la crise migratoire et du Brexit d’une part, et l’anxiété que suscitent la cancel culture et le mouvement woke d’autre part ont également participé à accélérer ce mouvement.

Toutefois, l’influence effective de ce soft power conservateur est condamnée à rester marginale en Occident. Les médias sur lesquels il repose visent un public de niche composé de réactionnaires déjà convaincus par le discours du Kremlin. Ils n’ont que peu de pouvoir de séduction sur les publics réticents à ce discours et dépendent de la volatilité de l’opinion comme la crise ukrainienne tend à le montrer. Enfin, ils ne participent pas à enrayer les convictions antirusses en Pologne ou aux États-Unis par exemple.

Le soft power russe en France

La France s’est révélée être une des cibles privilégiées du soft power russe pour plusieurs raisons. D’abord, la France est depuis le XIXe siècle une terre d’accueil privilégiée pour les vagues successives d’exilés russes, dont la plus signalée fut bien sûr celle des Russes blancs après la révolution d’Octobre et la guerre civile12. Durant la deuxième moitié du XXe siècle, la France s’est ensuite démarquée par la vitalité de son Parti communiste et par la proximité idéologique de certains de ses intellectuels avec les thèses marxistes de Moscou. Au même moment, la promotion gaullienne d’une Europe courant « de l’Atlantique à l’Oural » et d’une indépendance stratégique vis-à-vis de l’OTAN a créé au sein de l’opinion française un tropisme de rapprochement avec la Russie.

Cette stratégie d’équilibre entre l’allié américain et le voisin russe a été récupérée par la droite française de François Fillon à Éric Zemmour en passant par Marine Le Pen. Plus récemment, Emmanuel Macron ouvrait son mandat présidentiel avec la réception solennelle de Vladimir Poutine au château de Versailles et le lancement du « Dialogue de Trianon ».

Dès lors, la France était un terreau fertile pour le double message de la doctrine russe : défense d’une vision multipolaire de la scène internationale et des valeurs traditionnelles du conservatisme. Cette singularité française justifiait le déploiement de moyens spécifiques du soft power russe.

Dans le cadre de la diplomatie officielle, Moscou peut compter sur plusieurs plateformes de coopération qui lui donnent accès aux cercles décisionnels du milieu des affaires français. C’est le cas d’organisations formelles comme le Dialogue franco-russe, créé en 2004 par le prince Alexandre Troubetskoï et longtemps coprésidé par l’eurodéputé Thierry Mariani (alors UMP) qui réunit les principaux groupes du CAC 40, et la Chambre de Commerce et d’Industrie franco-russe, dirigée depuis 2007 par Pavel Chinsky qui milite pour la levée des sanctions contre la Russie13. Il existe aussi des associations plus informelles comme le Cercle Pouchkine, réunissant des personnalités politiques proches du RN et de la droite souverainiste autour de conférences visant le rapprochement franco-russe14, et l’Institut pour la démocratie et la coopération, aujourd’hui fermée et d’orientation nettement pro-russe, qui mettait en lien des universitaires et des intellectuels conservateurs.

Les différentes diasporas russes en France15 ont été réunies par le Kremlin au sein du Conseil de Coordination du Forum des Russes de France qui regroupe près de 300 associations autour de la russophonie, du monde des affaires, des jumelages de villes, etc. Néanmoins, la Russie dispose sur elles d’une mainmise limitée, que ce soient les diasporas tchétchènes, baltes ou ukrainiennes qui refusent toute réconciliation ou bien celle des émigrés plus récents qui gardent une méfiance naturelle vis-à-vis du régime de Poutine. Quant aux Russes blancs, les bras tendus par le Kremlin avec la canonisation en grande pompe de la famille impériale16 en 2000 ou les invitations des grandes familles de la noblesse russe dans leurs anciens palais pétersbourgeois n’ont pas suffi pour en faire un relai uni et influent.

Concernant la diplomatie religieuse, un des piliers du conservatisme russe, l’Église orthodoxe bénéficie en France des financements généreux des fondations des oligarques Malofeev et Yakounine, deux proches de Poutine, qui promeuvent une vision chrétienne du monde fondée sur l’orthodoxie russe. La construction du Centre spirituel et culturel orthodoxe russe inauguré quai Branly à Paris en 2016 eut une importance symbolique non seulement par son emplacement au cœur de l’Europe occidentale – qui plus est dans la capitale des Russes blancs –, mais aussi parce que le Patriarcat de Moscou, en compétition avec celui de Constantinople, manifestait ainsi sa volonté d’incarner la force spirituelle derrière laquelle les orthodoxes du monde entier doivent faire corps17. Néanmoins, l’influence de l’Église orthodoxe reste limitée en France. Les orthodoxes y sont très peu nombreux sans parler du fait qu’ils sont divisés en plusieurs Églises le plus souvent en mauvais termes et jalousement ancrées dans leur spécificité nationale et culturelle.

Enfin, il serait intéressant d’analyser le rôle para-diplomatique de la jet-set française et de ses liens avec l’oligarchie russe qui achètent des yachts sur la Côte d’Azur ou des palaces à Courchevel. Le plus emblématique reste le cas de Gérard Depardieu, connu pour son amour de la Russie et sa proximité avec Poutine. Un des plus proches collaborateurs de l’acteur, Arnaud Frilley, un producteur décrit comme ayant de nombreuses accointances russes18, dirige d’ailleurs le Conservatoire Serge Rachmaninoff à Paris (une direction controversée et dénoncée dans une lettre ouverte par une ancienne administratrice19).

 

L’invasion de l’Ukraine condamne-t-elle le soft power russe en France ?

L’invasion en Ukraine a presque instantanément dévasté les moyens que le soft power russe avait mis en place en France pendant des années.

Les organes de presse RT France et Sputnik ont été aussitôt interdits, les entreprises françaises (premier employeur étranger en Russie20) abandonnent progressivement le marché russe, et les figures politiques qui ne cachaient pas leur admiration pour le pragmatisme de Poutine participent désormais à la vindicte générale pour ne pas perdre la face21.

Cependant, il est peu probable que le conflit en Ukraine détruise définitivement les fruits et l’avenir du soft power russe en France, quelle que soit son issue d’ailleurs. Les fameuses niches souverainistes qui se sont retrouvées dans le discours officiel de Moscou pourraient bien résister malgré le consensus des pays occidentaux en faveur de l’Ukraine. L’analyse des réseaux sociaux et du traitement médiatique de la crise révèle qu’il existe toujours un capital sympathie vis-à-vis de Poutine et de la Russie qui se manifeste partout en France et en Occident par un soutien latent. D’autre part, il ne serait pas surprenant non plus que l’anti-atlantisme structurel qui anime l’école de géopolitique et l’industrie de la défense françaises servent de base à un nouveau rapprochement franco-russe dans les prochaines années. La politique d’indépendance française qui repose sur la multipolarisation du monde n’est pas compatible avec un divorce prolongé entre Paris et Moscou.

Quoi qu’il en soit, l’image négative de pays-agresseur risque d’être associée à la Russie pour un certain nombre d’années. S’il y a bien une bataille décisive que Poutine a d’ores et déjà perdue, c’est bien celle de la guerre des idées et de la communication. « On résiste à l’invasion des armées ; on ne résiste pas à l’invasion des idées » disait Victor Hugo. Poutine a dramatiquement sous-estimé la capacité politique et médiatique de l’Occident à faire bloc.

Sur le web

  1. Marlène Laruelle, « Soft power russe. Sources, Cibles et canaux d’influence », IFRI, avril 2021.
  2. Marlène Laruelle, « L’idéologie comme instrument du soft power russe. Succès, échecs et incertitudes », Hérodote, 2017, N° 166-167, p. 23-35.
  3. La couverture médiatique occidentale de ces évènements a probablement été jugée unilatérale par les autorités russes et perçues comme une menace s’il n’y avait pas de médias alternatifs. On peut dater de ces évènements cette prise de conscience du besoin pour eux d’une presse favorable à la Russie au sein des démocraties libérales.
  4. À noter que le terme « conservatisme » ou « conservateur » est très peu utilisé par les autorités russes qui lui préfèrent « spiritualité », « traditions », « racines » et surtout « valeurs traditionnelles », in Marlène Laruelle, « Soft power russe. Sources, cibles et canaux d’influence », IFRI Centre Russie/NEI, N°122, 2021.
  5. Marlène Laruelle, « L’idéologie comme instrument du soft power russe. Succès, échecs et incertitudes », Hérodote, 2017, N° 166-167, p. 23-35.
  6. Maxime Audinet, « Quel soft power pour la Russie ? », Diplomatie, n°40, août-septembre 2017, p. 48-49.
  7. Mark Galeotti, « The ‘Gerasimov Doctrine’ and Russian Non-Linear War », In Moscow’s Shadows, 6 juillet 2014.
  8. Mark Galeotti, « I’m Sorry for Creating the ‘Gerasimov Doctrine’ », Foreign Policy, 5 mars 2018.
  9. Ofer Fridman, « On the “Gerasimov Doctrine”. Why the West Fails to Beat Russia to the Punch », Prism, décembre 2019, p. 101-112.
  10. Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie.
  11. Op. Cit., Marlène Laruelle.
  12. Un quart des 1,5 à 2 millions de Russes contraints à l’exil émigrent en France principalement en région parisienne et dans le sud de la France.
  13. Pavel Chinsky : les sanctions occidentales donnent-raison au nationalisme russe
  14. Comment Moscou rapproche les droites francaises
  15. Un peu plus de 50 000 personnes en 2017.
  16. L’empereur Nicolas II, l’impératrice Alexandra Fedorovna et leurs cinq enfants assassinés à Ekaterinbourg en juillet 1918 par les bolchéviques.
  17. Marlène Laruelle, « Le soft power russe en France : La para-diplomatie culturelle et d’affaires », Carnegie Council, 8 janvier 2018.
  18. Pierre Avril, « Le clan russe de Depardieu », Le Figaro, 6 mai 2013.
  19. Natalia Turine, « À propos du Conservatoire Serge Rachmaninoff », Art critique, 9 novembre 2021.
  20. Nicolas Dolo, « Après les sanctions, quelles relations économiques entre la France et la Russie ? Entretien avec Nicolas Dolo », Revue Conflits, 3 décembre 2021.
  21. Marine Turchi, « Comprendre la guerre en Ukraine entretien, le soft power russe a été détruit en quelques jours », Médiapart, 10 mars 2022.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « Poutine a dramatiquement sous-estimé la capacité politique et médiatique de l’Occident à faire bloc. »
    Franchement, je crois que Poutine s’en moque.
    De plus, quels sont les pays qui ont acté des sanctions économiques (les seules qui compte avec les sanctions militaires) contre la Russie? Les USA (sauf pour les engrais car ils en ont besoin Lol), le Canada, la Nouvelle -Zélande, l’Australie, Taiwan, La Corée du Sud, le Japon et les pays européens (sauf la Serbie, la Moldavie, la Biélorusse et autres pays du sud de l’Oural) sauf en ce qui concerne gaz, pétrole et autres matières premières. Il n’y a aucun pays d’Amérique centrale ou du sud, aucun pays africain ou du moyen orient et aucun autre pays asiatique ou de l’Océanie en dehors des 4 cités.
    Donc en matière de « bloc », il y a mieux.
    Au contraire, la Russie a démontré la danger à mettre toutes ses billes monétaires dans le même panier càd le dollar. D’où la diversification à marche forcée menée par de plus en plus de pays pour échapper à l’emprise US sur les échanges économiques via le dollar mettant à mal l’influence US dans ce domaine.
    Qui plus est, la Russie avait déjà supprimé quasi-totalement le dollar de ses réserves et rapatrié la majorité d’entre elles tout en augmentant ses propres réserve d’or bien avant le début de la crise ukrainienne.

    Ce serait plutôt l’Occident politique et médiatique qui a sous-estimé et sous-estime encore la situation. En attendant, le rouble est revenu quasiment à son niveau d’avant-crise. Visiblement, le monde économique ne partage pas les vues de nos politiciens et des médias qui leurs sont affidés (en France du moins).

  • On nous dit que la Russie est l’agresseur. Bon. Je ne le crois pas. On nous a dit beaucoup de choses depuis le fameux 9/11 en passant par l’Irak, la crise financière, le climat et Covid. Le probleme en Ukraine est que 30 a 40% de la population est Russophone/phile. Les Ukrainians de souche détestent les russes pour des raisons historiques que l’on connait. Ils veulent s’en débarrasser physiquement. Ca commence par la suppression du langage. Que peut faire la Russie? Mais le vrai scandale de l’absence de soft power et sa disparition de fait est celle de l’Europe. C’est la cinquième fois depuis la chute du mur que l’Europe est embrigadée de fait dans des aventures américaines (Yougoslavie, Irak, Libye, Syrie, Ukraine) sans que l’Europe soit capable d’éviter la conflagration ou de peser sur les débats. C’est franchement pathétique et les consequences negatives sont toujours pour l’Europe. Maintenant, n’allez pas me faire croire que c’est le prix a payer pour la protection de l’OTAN. L’Europe c’est environ 500 millions d’habitants, le second PNB du monde, est elle craint un pays de 140 millions. On se fiche de nous. Et il ne faut pas oublier que le confort du parapluie américain n’est pas éternel. Leur preoccupation majeure est l’Amérique et, par example, qui se soucie de nos jours du sort des femmes afghanes?

    • Si on fait abstraction des gentils Ukrainiens qui envoyaient de gentilles bombes sur les méchants séparatistes russes du dombass depuis 8ans, la Russie est bien l’agresseur ici.

      Mais Il me semble a moi aussi que certains pays censés faire respecter les accords de cessez le feu n’ont pas fait grand chose…L’ukraine de l’ouest avait massé ses troupes de l’est pour écraser les séparatistes russophone.
      Insupportable pour Poutine qui « montré les dents » qui a pris les choses en main .
      A ce stade, les négociations pouvaient encore se faire mais l’OTAN (Biden et macron et ursula….) a refusé de négocier ne laissant aucune autre possibilité à poutine d’intervenir. Maintenant ils peuvent contempler les ukraniens se massacrer avec les russes. La guerre froide est rétablie, et l’Europe va probablement s’effondrer.

      La guerre ça fait toujours des morts. Quand les soldats se lancent des bombes, les civils entre les deux camps s’en prennent plein la gueule. Quand les armées en arrivent au corps a corps, les gens deviennent fous et tout peut arriver.

    • « qui se soucie de nos jours du sort des femmes afghanes »

      Qui se soucie du sort des biafrogalistanais ?

      Le Biafrogalistan est une invention de l’excellent Marcel Gotlib dans sa « Rubrique à brac ». Il représente le peuple miséreux d’un pays oublié du tiers-monde qui devient tout à coup le centre de tous (!) les intérêts pour la presse …

      Pour 15 jours. Pendant lesquels on pleure à chaudes larmes sur la famine qui accable le pays. Au bout de 15 jours, les biafrogalistanais deviennent le sujet de mauvaises blagues et au bout d’un mois on n’en parle plus et le pays retombe dans l’oubli.

      Combien d’américains (ou même d’européens) savent placer l’Ukraine sur une carte (sans parler de citer les pays limitrophes). Le Biafrogalistan a autant de réalité que l’Ukraine pour ceux qui ne réagissent qu’à la soupe médiatique et pas aux réalités politiques, sociétales et économiques du monde.

      • Récemment, je parlais à mes grands enfants de cette fameuse planche du regretté Gotlib.
        Elle est quasi introuvable sur le net. « Cachez ce sein cette réalité que je ne saurais voir ».

  • J’aime bien la science-fiction, mais je goûte peu la propagande des intellectuels rouges/verts qui sont en train d’enfermer leurs populations dans la plus grave crise liberticide et économique depuis la 2ème guerre mondiale.
    Il faudrait demander aux 2000 blessés dont 144 graves chez les gilets jaunes ce qu’ils pensaient du « soft power libéral de l’Occident » et encore, c’était avant l’apartheid Covid et avant les « sanctions du bien » qui ont presque doublé le prix du diesel, le « conservatisme » de Poutine en a des sueurs froides.
    .
    Il faudrait demander aux vrais libéraux ce qu’ils pensent des politiques des banques centrales qui ont flingué l’économie de marché libre et qui nous ont menées ici avec les politiques collectivistes « vertes » et la fiscalité « égalitaire » entre autres.
    Il faudrait demander aux Criméens dont 84% sont russophones et 3.4% ukrainophones ce qu’ils pensent de la « libre autodétermination des peuples » vantée par l’occident d’avant.
    Il faudrait demander aux russophones de l’est ce qu’ils pensent du bataillon Asov formé par les américains et qui pose devant des drapeaux nazis et les bombardes depuis 2014.
    Il faudrait demander aux peuples d’Europe qui n’ont jamais eu le droit de voter sur l’immigration massive (sauf les Suisses qui ont voté contre) ni pour Van der Layen ni pour Greta-la-millionaire, ni pour les sanctions de 2014 et de 2022, qui vont aussi les plonger dans la misère, ce qu’ils pensent de la « démocratie libérale ».
    Dans le nouveau rideau de fer qui se dessine, nous ne serons pas forcément du bon côté cette fois-ci, s’il reste des côtés avec Biden-le-fou et son fils le drogué pédophile dont le parcours mondial a laissé une énorme traînée de corruption et de bio-labo, particulièrement en Ukraine.

  • Bonne vision. Mais dans l’histoire, il y a un paradoxe qui tient à la haine de l’occident de la part de cette élite russe. Elle rejoint en effet les wokistes de tous poils ceux-là mêmes qu’ils méprisent. Il n’y aura jamais d’alliance entre eux, cela aura au moins un effet favorable : même si Poutine continue longtemps à nuire, ceux qui ajouteront leurs voix dans ce concert de haine, perdront tout crédit. Aduler un dictateur criminel de guerre est presque acceptable, mais s’il perd c’est la honte.

    -2
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Nombreux sont ceux qui ont lu qu'une crise alimentaire était imminente et que la pénurie de céréales suscitait de vives inquiétudes. La principale raison de cette éventuelle crise est l'invasion de l'Ukraine.

Cependant, ce n'est pas tout à fait le cas.

De nombreux pays dans le monde connaissent un important déficit en céréales, qui sont essentielles pour nourrir le bétail. Le principal coupable est l'intervention croissante des États, qui a fait grimper les coûts en flèche même en période de faibles pr... Poursuivre la lecture

union européenne
0
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Les missiles balistiques sont issus du fracas de la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’un rêve de représailles dans l’Allemagne écrasée sous les bombes alliées. Récupérés comme vecteur d’armes de destruction massive par les vainqueurs, ils proliférent bientôt chez les États clients des superpuissances, alimentant soit des ambitions nucléaires nationales, soit des projets de super-artillerie.

C’est que le missile balistique offre une spécificité discriminante : flirtant avec les limites de l’espace (sous les 100 km d’altitude pour des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles