Joe Biden admet que les sanctions ne marchent pas et nous appauvrissent

Le fait que la Maison Blanche ait été contrainte de changer sa version des faits a mis rapidement en évidence l’échec des sanctions à atteindre leurs objectifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden by Gage Skidmore on Flickr (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Joe Biden admet que les sanctions ne marchent pas et nous appauvrissent

Publié le 30 mars 2022
- A +

Par Ryan McMaken.

Jeudi, le président Biden a fait deux grands aveux à propos des sanctions économiques imposées par les États-Unis à la Russie.

Le premier est que les sanctions entraîneront des pénuries alimentaires pour de nombreux pays autres que la Russie, et que c’est simplement le prix que les Américains doivent payer.

Le deuxième est que les sanctions n’ont pas permis de changer la politique de Moscou et qu’elles ne dissuadent jamais le régime visé.

Ainsi, M. Biden a utilement expliqué cette semaine non seulement que les sanctions n’ont pas réellement dissuadé Moscou, mais aussi que les Américains devraient payer plus cher leur nourriture afin de maintenir des sanctions qui ne fonctionnent pas.

Ces aveux interviennent après les affirmations répétées de la Maison Blanche et des partisans de Biden selon lesquelles les sanctions dissuaderaient la Russie de mener ou de maintenir l’invasion de l’Ukraine.

De plus, la Maison Blanche a minimisé à plusieurs reprises l’effet qu’elles auraient sur le coût de la vie pour les ménages américains. Bien entendu, le fait que les sanctions puissent avoir un effet dévastateur sur les pays pauvres est ignoré.

Ainsi, Biden a maintenant été clair : les sanctions ne fonctionnent pas, et elles vous appauvriront. Mais nous devons quand même les maintenir.

Qu’a dit exactement Biden sur le coût des sanctions ?

Après avoir participé à une réunion des dirigeants du G7 et de l’OTAN jeudi, M. Biden a déclaré que les pénuries alimentaires « vont être réelles ». Il a ensuite ajouté :

« Le prix de ces sanctions n’est pas seulement imposé à la Russie, il est imposé à un très grand nombre de pays, y compris les pays européens et notre pays également. »

Bien entendu, ces coûts ne se limitent pas aux denrées alimentaires, mais s’étendent au prix de l’énergie et à ceux de nombreux autres biens. Les prix du pétrole restent proches de leur niveau le plus élevé depuis dix ans.

Il est remarquable que M. Biden admette que les sanctions elles-mêmes sont un facteur clé des pénuries à venir. D’un autre côté, leurs partisans ont l’habitude de prétendre que seule l’invasion russe a réduit les disponibilités alimentaires. Oui, l’invasion a naturellement réduit la production alimentaire en Ukraine, mais il est clair que les sanctions dirigées par les États-Unis diminueront les disponibilités alimentaires pour des dizaines de pays africains, dont beaucoup sont fortement dépendants des céréales russes.

Heureusement pour les Américains, l’Amérique du Nord est une région exportatrice de denrées alimentaires, et les États-Unis en sont un exportateur net, même si les Américains consomment davantage de calories que tout autre pays. En d’autres termes, leur régime alimentaire est très loin du niveau de subsistance. L’obésité, et non la malnutrition, est à l’ordre du jour en Amérique. Mais le coût de la vie n’en sera pas moins affecté négativement. Nous devons nous attendre à ce que les prix des denrées alimentaires augmentent au-delà de ce que nous aurions pu attendre en raison de la politique inflationniste des banques centrales, qui a entraîné une hausse générale des prix de près de 8 % avant l’invasion de l’Ukraine.

En effet, même si les Américains sont exportateurs de denrées alimentaires, les sanctions feront encore grimper les prix mondiaux des produits alimentaires de base et de nombreux partenaires commerciaux devront consacrer une plus grande partie de leurs ressources à l’acquisition de nourriture. Cela signifie une diminution de la productivité et des investissements des partenaires commerciaux dans les biens que les Américains achètent. En retour, cela signifie une baisse de l’offre et une hausse des prix pour les consommateurs américains.

Si les sanctions ne fonctionnent pas, pourquoi s’en préoccuper ?

L’aveu de M. Biden selon lequel les sanctions ne sont jamais dissuasives contredit des semaines de déclarations de responsables de la Maison Blanche qui ont insisté sur le fait qu’elles forceraient la Russie à quitter l’Ukraine. Par exemple, Kamala Harris a affirmé que « l’effet dissuasif de ces sanctions est toujours significatif » et le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Daleep Singh, a déclaré que « les sanctions ne sont pas une fin en soi. Elles servent un objectif plus élevé. Et cet objectif est de dissuader et de prévenir ».

En outre, en février, le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré :

« Le président pense que les sanctions sont destinées à dissuader… et pour qu’elles fonctionnent, pour qu’elles soient dissuasives, elles doivent être mises en place de telle sorte que si Poutine bouge, alors les coûts sont imposés. »

Le fait que la Maison Blanche a été contrainte de changer sa version des faits a rapidement mis en évidence l’échec des sanctions à atteindre leurs objectifs. Dans un effort pour expliquer cet échec, Biden a ensuite affirmé dans une réponse décousue qu’il n’avait jamais dit qu’elles dissuadaient quoi que ce soit :

« Mettons les choses au clair. Si vous vous souvenez, si vous m’avez suivi depuis le début, je n’ai pas dit qu’en fait les sanctions le dissuaderaient. Les sanctions ne dissuadent jamais. Vous n’arrêtez pas de parler de ça… Les sanctions ne dissuadent jamais. Le maintien des sanctions. Le maintien des sanctions. L’augmentation de la douleur, et c’est pour cela que j’ai demandé cette réunion de l’OTAN aujourd’hui, c’est pour être sûr qu’après un mois, nous allons maintenir ce que nous faisons, pas seulement le mois suivant, mais pour le reste de l’année. C’est ce qui l’arrêtera. »

Ainsi, la nouvelle ligne de conduite du parti est que les sanctions n’ont en rien dissuadé la Russie, mais qu’elles causeront un jour suffisamment de douleur pour la contraindre à quitter l’Ukraine. Ce n’est qu’un vœu pieux de plus de la part de la Maison Blanche, et le bilan catastrophique des sanctions économiques le montre clairement.

Comme nous l’avons noté au Mises Institute, les sanctions ont un bilan terriblement négatif et n’atteignent pas les objectifs déclarés de contraindre les changements de politique des régimes ciblés. Cela s’explique par le fait que ceux-ci ont tendance à les contourner au lieu de se conformer aux États qui les sanctionnent. En d’autres termes, le nationalisme est plus puissant que les difficultés économiques imposées aux États visés. Le deuxième obstacle au succès est le suivant : si les États-Unis veulent imposer des sanctions réellement efficaces, ils devront obtenir la coopération quasi universelle des autres États. Sans cela, les autres États fourniront de multiples bouées de sauvetage au régime visé.

Dans le cas de la Russie, nous l’avons déjà constaté à plusieurs reprises : l’Allemagne a refusé de couper les exportations énergétiques russes. Les législateurs mexicains du parti au pouvoir sont en train de créer un nouveau groupe de travail sur l’amitié Mexique-Russie. L’Inde est en train d’élaborer un nouvel accord commercial entre roupie et rouble pour contourner les sanctions américaines. La Chine, bien sûr, annonce qu’elle fera ce qu’elle veut.

Tout cela suit le scénario habituel des sanctions économiques et contribue à illustrer pourquoi elles échouent. Ce qui est remarquable, c’est que la Maison Blanche a été rapidement obligée d’admettre à la fois l’échec des sanctions dans leur fonction dissuasive mais qu’elle pense pertinent de hausser les épaules et de dire « Hé, les pénuries alimentaires sont juste le prix que vous, les pauvres, devez payer ! » Compte tenu de l’impuissance des sanctions et des dommages causés à des tiers, il est temps d’admettre la réalité et de passer à autre chose.

Si Washington voulait vraiment mettre fin à l’effusion de sang – au lieu de décourager activement la paix comme il le fait actuellement – il rechercherait activement un règlement négocié et un cessez-le-feu.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Les seuls à pouvoir nous débarrasser de Poutine, tyran sanguinaire, sont les russes. Il faut leur faire prendre conscience du mal qu’il fait à leur pays en les coupant des importations et des entreprises étrangères installées en Russie afin qu’ils en prennent conscience, même si l’effet n’est pas immédiat.

    -8
    • C’est une vision des choses! La vision « mainstream »…
      En voici une autre:
      Finalement, que les sanctions marchent ou pas, créent autant de misère qu’elles n’en résorbent, ce n’est pas le plus important… pour les USA! Pour eux, tout est bon pour:
      – garder la main-mise sur l’économie mondiale via le dollar
      – voire l’étendre en avançant ses pions partout où elle le peut (OTAN compris)
      – vendre aux européens son gaz au prix fort
      Certains européens sont conscients que le vieux continent paie au prix fort son allégeance aux Etats Unis.
      Depuis 1945…! Il faudra en sortir un jour. Ou accepter « ad aeternum » le rôle de second couteau: qu’elle n’arrive même pas à endosser actuellement (cf le rôle de la Turquie dans le conflit actuel).
      Plus généralement, il faudra bien que l’Occident accepte un jour, de gré ou de force, l’idée qu’elle ne peut prétendre imposer un modèle universel de civilisation.

    • Puisqu’on vous dit que ça ne marche pas ! La preuve : ni Macron ni Biden ne seront déposés par leur. peuple pour leur avoir fait subir pénuries et hausses de prix.
      Comment peut-on, sur un site libéral, proposer de faire changer par la force l’opinion d’un peuple étranger ?

  • Avatar
    jacques lemiere
    30 mars 2022 at 8 h 07 min

    arrêter de commercer avec un pays.. ce n’est pas sanctionner ce pays..
    c’est sanctionner directement ou indirectement tousles consommateurs ..

    parler de sanction contre la russie est une ineptie sinon un mensonge…… tous les consommateurs souffrent..

    mais il ya des effets d’aubaines pour des producteurs qui voient la concurrence diminuée..

    on fait le pari que le ventre va mettre un coin entre l’opinion russe et poutine..
    poutine a fait la guerre pour se relégitimer, il a besoin dun ennemi contre lequel protéger les russes..

    sur le principe, l’ue fait un peu pareil…
    et on doit aussi e poser la question de l’otan..son sens..

    ou alors on pense que les russes ont d’autres valeurs ..ce dont je doute surtout pour les jeunes..

  • Il faut donc se demander si les sanctions n’ont pas un but autre que faire plier la Russie, au choix:
    – Faire monter la pression pour aller vers une guerre limitée ou totale – un bon moyen de remettre en ordre une économie défaillante et une tentation pour un empire déclinant.
    – Favoriser des changements sociétaux massifs que les « philanthropes » qui contrôlent l’occident appellent de leurs vœux depuis plusieurs décennies, aka Great Reset, aka communisme brun-vert.
    – Ou plus « innocemment » balayer sous le tapis la déroute économique causée par le combo helicopter money / délires covidistes / politiques énergétiques verdâtres. Rappel: l’inflation a attaqué bien avant les troupes de Poutine. On peut même se demander si l’attaque russe n’a pas été précipitée par l’adorable tentative de révolution colorée au Kazakhstan en début d’année.

    • Avatar
      jacques lemiere
      30 mars 2022 at 13 h 15 min

      je ne pense pas que ce soit la raison, mais de façon général les gens au pouvoir adorent les situation de guerres donc ça incite..

      mais c’est la guerre de poutine..

    • Oui, les gauchistes américains se frottent les mains en parlant de « green new deal », ils veulent profiter de cette crise majeure pour « se passer totalement de fossile » (!!??). Un commentateur a parlé d’une « guerre socialiste totale ». Certains demandent des « sanctions secondaires » qui frapperaient tous les pays qui ne s’alignent pas inconditionnellement derrière eux. La propriété privée et le droit, y compris dans d’autres pays, n’existe plus pour eux.
      Certains républicains semblent pris de la même folie guerrière, ils parlent ouvertement de « détruire la Russie », parce qu’elle serait une « menace pour le monde » ce qui n’a absolument aucun sens quand on sait ce qu’est l’Ukraine, la Russie et la signification d’une telle guerre.
      .
      Ces gens sont complètement cinglés et les peuples frappés de stupeur depuis le Covid ne voient globalement rien.
      Poutine savait que l’affrontement était inévitable depuis 2014, il s’est préparé, mais a probablement été pris de court par l’intensification des bombardements dans le Donbass et les troupes ukrainienne massées devant (OSCE 16 février). Son plan était globalement malin, mais ce qu’il a probablement mésestimé, c’est à quel point ces gens étaient fous et déconnectés des réalités, même pendant les deux guerres mondiales, on n’avait jamais vu une telle irrationalité.
      .
      La France, quant à elle, part dans cette guerre à bord du Titanic.

  • La solution à ce carnage des sanctions :  » un règlement négocié et un cessez-le-feu ». je ne vois pas d’autre issue et c’est, je l’espère, ce qui est en train de sa faire avec la Turquie en tant que médiateur.

    • Mais si la Russie n’a pas envie de négocier ? J’ai l’impression que l’idée c’est de lui donner envie de le faire justement, non ?

  • Le prix à payer pour les américains est des famines dans le tiers-monde !

    Cela vaut son pesant de cacahuètes non !

    Après, il y a une totale inversion des vérités : les sanctions économiques sont une arme de dissuasion car elles impactent le monde dans sa totalité – tout comme le ferait un conflit nucléaire. Le recours à ces armes est la preuve d’un échec de la géopolitique, de la stratégie et de la diplomatie.

    L’errance de Biden ne surprend pas, mais elle a tout pour inquiéter : on ne s’étonnera pas des méthodes de l’administration américaine mais on peut se demander s’il y a un pilote dans l’avion quand Biden cumule les gaffes.

    Mais bon, chacun a son Ursula. (A la différence que les américains ont voté).

    • Oui, ils ont l’air complètement fous, cherchez « Pelosi holds talks with Ukraine’s Zelenskyy » de « AP Archive » sur youtube.
      On y voit une Pelosi qui a plus sa place dans un asile ou un centre de désintoxication que devant des micros.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une crise alimentaire sévère se profile à court terme. Pour certains la planète alimentaire serait même au bord du gouffre.

 

Une planète alimentaire au bord du gouffre

Avant la guerre en Ukraine la situation des marchés agricoles était déjà tendue pour des raisons à la fois climatiques et logistiques. Le conflit à haute intensité qui se déroule sur le sol européen n’a évidemment rien arrangé. Il met aux prises deux puissances dont les exportations cumulées représentaient récemment encore près de 30 % du commerce mondial du... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

L'Ukraine connaît des combats limités depuis 2014 et une guerre inédite en 2022. Comment expliquer ce scénario tragique ukrainien? Quels sont les multiples enjeux du conflit russo-ukrainien?

L'Ukraine champ d'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis

L'aspect global du conflit est perceptible à travers l'affrontement indirect que se livrent d'un côté les USA et de l'autre la Russie. Les Etats-Unis, chefs de file du camp occidental, ont les premiers violé le droit international avec d'abord la guerre du Kosovo en 1998 puis la guerr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles