La France de Macron : la France des pénuries ?

Certes, il va y voir des pénuries et de l’inflation, tout le monde va prendre mais au moins, toute la faute en revient à Poutine, pardi !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8
inflation credits simon cunningham (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La France de Macron : la France des pénuries ?

Publié le 11 mars 2022
- A +

Bonheur d’une planification efficace : la France va très bientôt pouvoir goûter aux joies des pénuries que tout socialisme introduit inévitablement.

Avec ce qui se passe actuellement en Ukraine et avec la mise en place de sanctions carabinées contre la Russie, la situation française, déjà assez peu brillante, va brutalement s’aggraver.

Pour rappel, elle est en effet particulièrement peu reluisante. On constate déjà une belle pénurie d’enseignants : salaires trop bas, concours au rabais, postes peu attractifs notamment dans ces zones d’éducation prioritaire où la seule priorité pour ces enseignants est d’y survivre sans passer par la case dépression ou overdose de tranquillisants.

À la suite de la pandémie, est-il utile de revenir sur les pénuries, nombreuses et profondes, du système de soins français ? Bureaucratisé jusqu’au trognon, tout y est décidé par une myriade d’agences et d’administrations opaques. Les décisions sont prises unilatéralement du sommet vers la base, sans concertation, sans autonomie et avec les résultats calamiteux visibles depuis vingt ou trente ans.

Pour la justice, c’est la même chose : pénurie de moyens informatiques, de professionnels, depuis les huissiers jusqu’aux juges en passant par les places de prison. Dans l’armée, les pénuries y sont aussi monnaie courante. Nos soldats, nos marins et nos pilotes sont mal équipés, épuisés par de trop nombreuses missions éparpillées partout dans le monde. Les pompiers, les gendarmes constatent là aussi des soucis de logistique de base et de déclassement de leurs professions, le tout sur fond de paperasserie dévorante et de manque criant de matériel.

Le régalien est la dernière roue du carrosse, et encore.

Bien qu’on le renomme de nos jours ultra-néo-libéralisme pour cacher la vérité aux électeurs, ce qui n’est que du socialisme appliqué fonctionne en France à plein régime et on obtient donc ce qu’il a, en tous temps et en tous lieux, toujours obtenu : des pénuries, des individus sous-payés et mal équipés, un service de plus en plus pourri et un coût de plus en plus élevé.

Dans ce tableau, la mise en place des sanctions anti-russes va accroître les problèmes… en France : on va passer très vite, dans les prochains mois, d’une économie lourdement endettée mais qui parvenait encore à répondre en retard à la demande, à une économie de rationnement, où toute la demande ne sera pas remplie.

Et ces pénuries, on a déjà une idée de ce qu’elles seront : si la France dispose encore d’une certaine autonomie en blé, il en va différemment pour les différents intrants agricoles qui suite aux sanctions vont devenir subitement beaucoup plus cher (un doublement ou un triplement de leur prix n’est pas à exclure). Les prix de l’énergie sont déjà fort élevés ? Ne vous inquiétez pas, si le conflit et les sanctions s’éternisent, ils vous paraîtront bientôt désirables.

Et si cela va franchement picoter pour l’Europe, cela risque d’être vraiment douloureux dans de nombreux pays en Afrique qui ne pourront pas supporter de telles hausses, ou en Chine qui importe des quantités croissantes de céréales. Ceci va, mécaniquement, renchérir les biens et services que la Chine nous fournit ce qui ne peut pas se traduire par autre chose qu’une hausse des prix, partout…

Cependant, l’avenir de cette France des pénuries est déjà tracé, et, chance inouïe pour ce pays, il disposera le moment venu de cet homme providentiel qui va tout corriger : grâce à d’habiles éléments de langage et une rhétorique finement polie par les habiles consultants de McKinsey, tout ce qui va se produire dans les prochaines semaines sera, indubitablement, de la faute à Poutine.

Alors même que l’état lamentable de l’économie est directement imputable à 50 ans de gabegies, alors que les dettes ont explosé de 600 milliards supplémentaires grâce à monsieur Kwakilenkouth, dont les cinq dernières années ne sont qu’une succession d’erreurs, d’incompétence et de consternation, tout sera oublié : on a trouvé un coupable pratique, une marotte simple pour détourner l’attention.

Et alors que le vilain virus justifiait à lui seul à la fois les restrictions de liberté et les ruptures de chaînes logistiques, et ce alors même qu’elles ne sont le fait que des obligations et interdictions des gouvernants, Macron en tête, on peut d’ores et déjà parier que la guerre ukrainienne sera le lit de toutes les excuses à venir pour l’inflation galopante et les queues devant les principaux services de l’État (et peut-être devant certains commerces).

Le pouvoir d’achat réduit à sa plus simple expression pour la moitié des Français ? Ce sera la Fotapoutine.

La zone euro qui s’emballe, la monnaie qui s’effondre ? Ce sera la Fotapoutine.

Même s’il n’y a pas eu d’étude en double aveugle randomisée, on sait que la guerre peut provoquer des effets secondaires graves, dont on est heureusement sûr que Macron va nous prémunir à condition d’une double dose de votes en avril prochain (avec son indispensable petit booster parlementaire dans la foulée). Eh oui : il va « nous protéger » comme il l’a lui-même écrit dans sa pénible prose de lycéen envoyé à nos frais à tous les Français. Compte-tenu de l’historique de l’actuel locataire élyséen qui a enfilé mensonges sur mensonges, les mélangeant de mépris et d’arrogance, on peut déjà se faire une idée précise de ce qui va se passer : nous sommes véritablement tous en danger.

Et on sait déjà qu’il y aura peut-être des pénuries mais pas de la bonne parole présidentielle…


—-
Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Les GJ ont gueulé pour le diesel à 1.7.. Il est à 2.1.
    CPEF

  • Ce pays est foutu.

    Macron bénéficie de l’extreme bienveillance des médias. C est comme avec le covid. Les voix discordantes pro paix ou modérés sont forcément pro russes. Il n’y a aucune opposition non plus. Même les candidats à la présidentielle sont incapables d’avoir un discours cohérent sur la question. Ils ont retourné leur veste pour ne pas être montré du doigt.

    11
  • Le plus gros problème est la pénurie de gens compétents et honnêtes pour gouverner notre pays.
    Et celle-là dure depuis de très nombreuses années.

    • Les gens compétents et honnêtes font un autre métier, laissant le système politique aux mains de la mafia.

  • Vous êtes trop pessimiste. Tout est planifié par notre superbe commissaire au plan qui avait tout prévu.
    Le prix des engrais va augmenter, ce n’est pas grave car l’agriculture bio, largement promue par ce gouvernement de bobos, n’utilise pas d’engrais chimiques. Il est vrai que les rendements ne sont pas terribles mais il parait qu’on mange trop.
    Le prix du gaz va encore augmenter : le vent gratuit fera tourner nos éoliennes et le soleil de minuit éblouira nos panneaux solaires.
    L’Europe est désarmée : oui mais elle a des « valeurs » que le monde entier nous envie.
    Macron nous protégera comme il nous a protégés, parfois malgré nous, pendant la guerre du Covid.
    Ses faits d’armes parlent pour lui, si en plus il nomme des ministres compétents, un miracle n’est pas impossible…

    16
    • Le miracle, c’est qu’il y ait encore des français pour croire les balivernes débitées au km par tous les politiques en jachère pour la prochaine élection!
      Si il nomme des ministres compétents? Non vous n’y pensez pas, en France on embauche des gens moins compétents que soi par peur qu’ils vous piquent votre place. Et en politique, aucun postulant au poste ne reculera devant rien pour court-circuiter un concurrent!
      CPEF

  • La France a macron…. Non, l’Europe a Biden, certains ont eu raison de sortir de ce bourbier comme le joyeux boris… M’enfin, on aura pas de pénurie de main-d’œuvre, le sud, l’est vont pouvoir occuper nos jobs délaissés par les francais subventionnés par les poudrés à la tête l’état.

  • En France c’est le pays des nouveaux prince, se sont de hauts fonctionnaire avec des salaires de PDG vivant dans des palais aux frais des citoyens lambdas qui majoritairement gagne le smic, qui subissent les caprices d’un président qui a mis deux pour combattre un virus

  • Ne vous faites pas de soucis : les ministères de [la transition] écologique européens sont aux commandes pour organiser la guerre économique et énergétique contre Poutine.

  • C’est intéressant de voir que Macron a tellement réussi sa stratégie de combat contre le virus qu’il est en train de s’apaiser partout dans le monde ! 😀

  • D’accord avec H16 mais quelles sont ses préconisations ? On fait quoi ? On vote Blanc ou pas du tout ou Mélenchon ou …… ???? On s’expatrie ???

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le rapportent les médias, les dirigeants ont réponse à tout. Prix du carburant faibles ? Ils les remontent avec des taxes. Trop élevés ? Ils donnent des aides.

La Dépêche :

« L'indemnité carburant de 100 euros, disponible depuis lundi 16 janvier, a déjà été demandée par plus de 825 000 foyers uniquement lors de cette première journée. Cette aide concerne 50 % des ménages les plus modestes, qui disposent d'un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021. »

Vous prenez la voiture ? Obtenez donc un chèqu... Poursuivre la lecture

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Par Juan Diego Rodríguez et Olea Gallardo. Un article de 14ymedio

 

Il y a quelques années, à l'occasion d'une de ces divertissantes conférences TED qui se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, Barry Schwartz a popularisé l'expression "le paradoxe du choix" qui peut se résumer ainsi : choisir entre trop d'options produit de la paralysie et de l'insatisfaction, ce qui peut provoquer une sorte de stress très négatif dans les sociétés industrielles modernes.

Rien de tout cela n'arrivera aux clie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles