« Le Seigneur des anneaux » d’Amazon souille le chef-d’œuvre de Tolkien

La plus grande menace de la Terre du Milieu et du monde du Seigneur des anneaux n’est plus Sauron ou Morgoth, mais les wokes. 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Playland-Not-at-the-Beach www.playland-not-at-the-beach.org 10979 San Pablo Avenue El Cerrito, CA 94530 (510) 592-3002

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Le Seigneur des anneaux » d’Amazon souille le chef-d’œuvre de Tolkien

Publié le 5 mars 2022
- A +

La plus grande menace de la Terre du Milieu n’est plus Sauron ou Morgoth, mais Jeff Bezos

Amazon a publié une bande-annonce pour sa nouvelle série Le Seigneur des anneaux : les anneaux de pouvoir pendant le Super Bowl, et le produit annoncé n’inspire pas trop de confiance.

La série se déroule bien avant que Frodon et la Communauté de l’Anneau traversent la Terre du Milieu et se concentre sur une toute nouvelle distribution de personnages que nous n’avons jamais vu à l’écran. Certains d’entre eux sont des créations de J.R.R. Tolkien, et viennent des confins de son écriture abondante. D’autres sont inventés de toutes pièces, fabriqués spécialement pour ce spectacle.

Une représentation politique dans la série « Le Seigneur des anneaux » d’Amazon

C’est avec ces personnages inventés que certains des plus gros problèmes se posent. Prenez par exemple la princesse des nains Disa, interprétée par l’actrice Sophia Nomvete. 

Dans la série, Nomvete est une femme noire imberbe. Dans d’autres contextes, cela pourrait être un choix de casting parfait. Mais c’est Le Seigneur des anneaux, et la vision de Tolkien est très limpide. Ça ne ressemble pas à un nain.

Les créateurs de Les anneaux de pouvoir ont expliqué clairement pourquoi ils avaient pris cette décision. Dans une interview avec Vanity Fair, la productrice exécutive de la série, Lindsey Weber, a déclaré : « Il nous semblait naturel qu’une adaptation de l’œuvre de Tolkien reflète réellement le monde. 

Quel monde ? Notre monde moderne, bien sûr.

Aux yeux de gauchistes comme Weber, la Terre du Milieu – un monde fortement imprégné de l’ancienne mythologie des îles britanniques natales de Tolkien – devrait ressembler à New York ou à San Francisco de l’an 2022. La diversité doit être imposée là où elle ne convient pas, que le matériel original soit damné.

Le traitement des personnages établis n’est pas beaucoup mieux. La personnalité de Galadriel, une elfe interprétée par Cate Blanchett dans la trilogie cinématographique Le Seigneur des anneaux du réalisateur Peter Jackson, a été radicalement modifiée.

Finie la Galadriel éthérée et gracieuse de l’œuvre de Tolkien. Elle est remplacée par une guerrière fantastique générique, une copie conforme d’un million d’autres personnages féminins « autonomisés » dans le paysage fantastique d’aujourd’hui. Weber et son équipe semblent croire qu’une femme forte dans un œuvre de fiction doit être une guerrière physiquement imposante. Du coup, elle doit être un homme.

Pourtant, Galadriel rayonne de puissance dans ses représentations de films et de livres sans singer un homme. 

Pire encore, lorsque des fans dévoués d’une série comme Le Seigneur des anneaux signalent des problèmes avec ces adaptations, ils sont accusés de fanatisme pour ne pas avoir acquiescé au massacre par la gauche radicale de leurs franchises bien-aimées.

La gauche radicale se comporte comme les forces de Sauron

Les anneaux de pouvoir est loin d’être la première série à aliéner intentionnellement les fans de son produit originel. Mais cela constitue une nouvelle frontière dans l’invasion sauronienne de la gauche dans la culture populaire.

Tolkien et Le Seigneur des anneaux représentent le fondement sur lequel une grande partie de la fantaisie moderne peut s’appuyer. George R.R. Martin, auteur de la série immensément populaire Le Trône de fer qui a ensuite donné Game of Thrones, a déclaré qu’il s’était inspiré de Tolkien pour écrire de la fantasie épique.

En s’appropriant le travail de Tolkien pour la gauche, les radicaux envoient un message inquiétant aux amoureux de sa création : « Cela nous appartient maintenant. Et nous le refaçonnerons à notre image. »

Les anneaux de pouvoir est comme une autre enveloppe sans âme, dépourvue de l’amour et du soin originaux que Tolkien a insufflé à son travail et avec lesquels Jackson a conçu ses films originaux. 

Ironiquement, le propre travail de Tolkien dépeint la corruption par la gauche radicale des artefacts culturels populaires. Dans Le Retour du roi, Frodon, le héros Hobbit, pontifie sur la nature des Orcs, une race de créatures purement maléfiques envoyées par le seigneur des ténèbres Sauron pour récupérer l’Anneau Unique : « L’Ombre qui les a élevé ne peut que se moquer, il ne peut pas faire : pas de vraies choses nouvelles par lui-même. Je ne pense pas que cela ait donné la vie aux Orcs, cela les a seulement ruinés et les a tordus. »

La gauche radicale répand son idéologie non pas par de véritables actes de création, mais en déformant et en souillant ce que les gens aiment. Le travail de Tolkien ne sera pas le dernier à être corrompu, mais ce devrait être un signal d’alarme pour protéger la série que les fans adorent. 

Heureusement, c’est un combat que nous gagnons. La réponse à la bande-annonce d’Amazon a été extrêmement négative, et les fans repoussent la diversité forcée et les inexactitudes des traditions.

Comme nous le dit le sage sorcier Gandalf : « Le désespoir n’appartient qu’à ceux qui voient la fin sans aucun doute. Nous ne le faisons pas. »

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Intéressant, mais ouch, la traduction est « sauvage ».

  • Je ne serais pas aussi catégorique que l’article, je pense qu’il y a un effet de loupe. Qui, aujourd’hui, va regarder une bande annonce d’une série qui se déroule dans les mondes de Tolkien (pour ne pas si limiter à la Terre du Milieu, après tout, il y aura peut-être une série à Valinor ou à Numénor un jour !) ? Les fans, ceux qui connaissent ce monde et veulent voir en avance comment il va être adapté.
    Au vu des réactions, les fans n’apprécient pas beaucoup (c’est un euphémisme). Est-ce que ça va empêcher la série de sortir ? C’est douteux. Plus important : est-ce que ça va empêcher la série d’être vue ? Encore moins. Les fans sont une partie des clients, mais ils ne sont pas la totalité. Une personne pourra tout à fait regarder la série, l’apprécier si elle est bien faite, la recommander, etc… Les fans crieront à la trahison, mais si le succès est suffisant leur combat sera d’arrière garde.
    Ce qui ne veut pas dire que j’approuve cette histoire de quottas par origine ethnique dans les films et séries, la mixité doit servir l’histoire et ne pas être introduite de force dans un contexte qui ne l’appelle pas. C’est peut-être pour ça que je regarde très peu des dernières séries…?

  • Le même phénomène est visible dans la série « Foundation » . J’ai regardé les 3 premiers épisodes , puis basta !
    Rien à voir avec l’œuvre originale. Changement de sexe, changement d’intrigue, du grand n’importe quoi à la sauce américaine woke.
    Fini pour moi, je ne regarderais même pas la série sur LOTR !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les consommateurs de pop-culture sont plus en plus conscients que désormais, le monde des bandes dessinées et des super-héros est woke. Superman ne se bat plus pour The American Way, et l'ennemi éternelle de Captain America, le Crâne rouge, est désormais inspiré par Jordan Peterson.

Pour les fans qui veulent juste une bonne histoire sans la moralisation politique que la gauche nous impose chaque jour, les alternatives sont rares.

Voilà Isom, une nouvelle série de bandes dessinées créée par Éric July comme un antidote à ce qu'il ... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Non content de détruire une seule histoire de l'univers du Trône de Fer, HBO a décidé de sélectionner un autre tome de l'opus magnum fantastique de George R.R. Martin et de le mettre plus bas que terre.

Bientôt sur votre écran, House of the Dragon, une série dérivée du très populaire Game of Thrones. La série se déroule des siècles avant les événements de Game of Thrones et se concentre sur une lutte de pouvoir interne - surnommée la Danse des Dragons - entre deux factions de la dynastie Targaryen au pouvoir sur le continent de Westero... Poursuivre la lecture

Alors que dans les médias le courant woke semble avoir le vent en poupe, sur les marchés il en va autrement. Récemment Disney et Netflix ont subi des pertes financières importantes dues à leurs orientations. À Wall street résonne un nouveau slogan : get woke go broke (devenir woke vous ruine).

Les investisseurs doivent se poser alors la question : to woke or not to woke ?

 

Arrivée de la police de la pensée

Au début, il y a eu le politiquement correct, cette posture qui consiste à policer excessivement son langage po... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles