Si vous pensez autrement, vous êtes un terroriste !

Ne vous leurrez pas : ce qui arrive au Canada n’est qu’un avant-goût de ce qui va se passer partout dans le monde occidental.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
China Censorship By: Mike MacKenzie - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si vous pensez autrement, vous êtes un terroriste !

Publié le 21 février 2022
- A +

Il va devenir difficile de distinguer ce qui fait le charme un peu rude des dictatures orientales de la soyeuse bonté des démocraties occidentales : chaque jour qui passe accroît l’évaporation rapide des principes fondamentaux de nos démocraties et tout indique qu’on se dirige vers un monde où penser de travers vaudra sinon mise à mort physique, au moins mise à mort sociale…

Pour étayer ce constat, on pourrait par exemple jeter un œil au dernier bulletin produit par le Homeland Security, l’administration américaine en charge de la sécurité intérieure du pays, et qui a récemment explicité comment elle entendait lutter contre les menaces terroristes qu’elle voit manifestement partout.

Pour elle, et moyennant un élargissement particulièrement généreux de la définition de terrorisme, le fait d’émettre de la désinformation participe maintenant des actions terroristes qu’il sera bon de traquer et poursuivre avec la plus grande fermeté. Bien évidemment, il appartiendra à cette administration de juger ce qui relève de la désinformation ou non, cette dernière étant jugée comme néfaste dès lors qu’elle peut engendrer la discorde au sein du peuple.

En somme, penser de travers et faire usage de sa liberté d’expression peut largement entrer dans ce cadre et conduire en prison ceux qui s’y prêtent.

On pourrait croire à une exagération, mais malheureusement, les récents événements en France et au Canada forcent à lever tout doute : en France, il est maintenant assez officiellement interdit de se rassembler pacifiquement à Paris pour protester contre les mesures sanitaires ségrégationnistes actuellement en place. La brutalité policière contre la tentative de manifestation dont les Parisiens et la communauté internationale ont été témoins il y a quelques jours ne permettent guère d’interprétation favorable à l’actuel gouvernement Macron-Castex.

Au Canada, l’ampleur de la dérive totalitaire est maintenant visible par tout le monde.

Devant le mouvement de protestation des camionneurs du Convoi de la Liberté qui s’est installé devant le Parlement à Ottawa et qui se traduit par une espèce de fête foraine bon enfant avec force distribution de nourriture, musique et châteaux gonflables pour les enfants, Justin Trudeau, l’actuel Premier ministre canadien, a courageusement décrété un état d’urgence proche d’une loi martiale.

Il fallait au moins ça pour disperser des barbecues et des distributions de sandwiches rythmés par une abominable musique populaire probablement mise trop fort.

Le bilan ne fait cependant pas rire : une fois cette loi d’exception passée, les médias ont très officiellement reçu l’interdiction d’aller sur place témoigner des opérations de police en cours. Certains régimes autocratiques répressifs ne procèdent pas autrement.

Lors de ces opérations, si des animaux domestiques venaient à être séparés policièrement de leurs propriétaires (ce qui est possible pour tous les camionneurs venus avec leur chien par exemple), les autorités ont déjà amplement prévenu qu’une confiscation de l’animal était prévue, le temps que les déboires judiciaires du propriétaire se résolvent. Au bout de 10 jours cependant, si le propriétaire est toujours englué dans les procédures, l’animal est considéré comme perdu et euthanasié. Là encore, certains régimes brutaux ne diraient pas non.

Enfin, et cette nouvelle a quelque peu désarçonné tous ceux qui croyaient encore naïvement aux fables sur les gouvernements responsables devant le peuple, le gouvernement Trudeau entend bloquer les comptes bancaires et tous les avoirs financiers des personnes impliquées de près ou de loin avec les mouvements de protestations qui parsèment le Canada. Bien que le droit d’assemblée pacifique ne soit pas remis en cause par les pouvoirs exceptionnels que Trudeau vient d’obtenir, le fait de faire partie d’une telle assemblée signifie donc à présent le gel de tout avoir bancaire, sans jugement ni procès.

Il va sans dire que ce genre de procédé (qui a d’ailleurs posé des problèmes techniques aux banques forcées de s’adapter très rapidement à un processus qui n’était pas vraiment prévu) est parfaitement scandaleux en ce qu’il revient à jeter à la rue, instantanément, tout opposant politique.

L’affaire prend des tournures glaçantes lorsqu’on apprend ainsi que des personnes ont été licenciées pour avoir fait des dons au Convoi de la Liberté, ce qui au passage est la définition même de la dictature et signifie la fin claire de la démocratie canadienne.

Ces pouvoirs exceptionnels auront en outre permis aux policiers d’intervenir sur place : rapidement, ce qui était jusqu’à présent une manifestation pacifique a donc logiquement dégénéré en une série d’arrestations plus ou moins violentes. Au passage, notons que Trudeau se comporte à l’opposé d’un président Trump qu’on a vu conserver son calme lors des émeutes Antifa et BLM au cours de l’été 2020 et qui n’a jamais demandé de pouvoirs spéciaux pour obtenir le retour au calme. A contrario, Trudeau a non seulement refusé de discuter avec les manifestants pacifiques d’Ottawa, il les a copieusement insultés, et une fois ces pouvoirs spéciaux (et dictatoriaux) obtenus, il s’est empressé de les utiliser…

De façon plus inquiétante encore, les agissements de Trudeau n’ont été condamnés par aucun chef d’état occidental.

Ce n’est pas un hasard : la plupart d’entre eux (et Macron n’est pas le dernier) a déjà réfléchi à l’opportunité d’utiliser ce genre de pouvoirs avec leur propre population.

Pourquoi ? Probablement parce que la situation actuelle ne sent pas bon, pour le dire gentiment.

Économiquement, tout part en sucette, et les politiciens au pouvoir n’ont plus l’excuse pandémique pour cacher leur responsabilité ; l’inflation galope et tout le monde comprend qu’il s’agit d’une conséquence directe de fermetures de plus en plus arbitraires et stupides de pans entiers de l’économie, de l’helicopter money et du « quoi qu’il en coûte », certainement pas à cause des personnes qui tombent malades…

Cette situation catastrophique est mondiale notamment car tout le système basé sur des liquidités contrôlées par des banques centrales est lui-même mondial. Tout le monde, peuple et dirigeants inclus, comprend qu’on arrive partout au bout des dettes, des distributions d’argent et des bidouilles créatives sur les marchés.

Or, lorsqu’une situation est mondiale, il n’y a nulle part où aller : les politiciens ne voulent pas être tenus responsables des monceaux d’erreurs qu’ils ont enfilées pour camoufler leur incompétence et leur impéritie, des gabegies qu’ils ont financées à crédit sur les générations futures puis des choix désastreux de politiques de santé destinées à maintenir la population sous contrôle. Bref, comme tous veulent fuir leurs responsabilités et qu’ils ne peuvent disparaître durablement, il ne leur reste qu’accélérer vers l’autoritarisme le plus pur.

C’est exactement ce qu’on observe actuellement et dans ce contexte, le Canada n’est qu’une étape.

Si les politiciens veulent effectivement accélérer, quelques éléments les retiennent. Oh, bien sûr, il ne s’agit plus des institutions – on a par exemple vu en France le délitement complet du Conseil constitutionnel, ni même l’armée ou la police qui feront tout ce qu’on leur dit de faire, sans beaucoup d’états d’âme.

En revanche, il en va différemment pour chaque individu, tant ceux qui composent les institutions que les forces de l’ordre et tous les citoyens : tous ont besoin de l’assurance, même vaguement inconsciente, qu’ils sont du bon côté de l’Histoire, qu’ils sont les gentils, ceux qui participent à la perpétuation de la société et de la civilisation dans un cadre raisonnable.

Comme je l’expliquais dans un précédent billet, pour garantir la continuité de ce consentement, il faut donc que le théâtre global continue de façon suffisamment satisfaisante sinon, ce consentement s’évapore, la fermeté des institutions disparaît et le gouvernement tombe.

Logiquement, nous sommes donc essentiellement dans une guerre de l’information : d’un côté les médias officiels, la pensée qui a le droit de cité et de l’autre l’ensemble des réseaux sociaux au sens large, depuis les discussions entre membres d’une même famille, au sein des entreprises, dans des restaurants, les bars et les lieux de rencontre traditionnels (dont on ne s’étonnera donc pas que les gouvernements aient tout fait pour les conserver fermés), jusqu’aux réseaux informationnels alternatifs (essentiellement internet).

Comment s’étonner, dès lors, que les seconds soient classifiés parmi les terroristes par les premiers ?


—-
Sur le web

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Tableau effrayant de notre avenir. Merci H16 de cet éclairage. On s’en doutait un peu, mais la mondialisation du phénomène nous laisse entrevoir des jours bien sombres.

    • @C2MR
      Bonjour,
      « des jours plus sombres »
      Comme vous y allez ! La période la plus sombre de notre Histoire, celle allant de 1940 à 1945 (défaite, Occupation, Vichy, collaboration, rafles, délation, etc…) a été réduite à des « heures » (43 000 à la louche quand même), vous parlez de « jours »… ça va être long !

      • Bien vu, j’avais jamais fais attention ?

      • Vous avez raison, mais compter en heures, jours, mois ou siècles, quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites

        • Ah ah je crois qu’on sera tous d’accord ?

        • @C2MR
          L’une des caractéristiques des dictatures est qu’elles n’ont pas de limite ; les dictateurs en devenir font tomber les limites au préalable.
          « Là réside la racine d’où s’élève un tyran, quand il se présente en protecteur. » [ou en sauveur] – Platon.
          « Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. » – art. 16, DDHC 1789.
          Point de Constitution, point de limite.

          • Comme le dit Aerosolkid, nous sommes tous d’accord!
            C’est bien la preuve que la situation est grave ( très même) quand un petit nombre de gens sensés et lucides sont d’accord sur l’occurrence probable d’une situation donnée.

  • Après avoir assimilé les camionneurs à des « nazi » (évidemment), Trudeau s’est évaporé près d’une semaine.
    Au Parlement canadien, il aussi assimilé l’opposition, les conservateurs » à ceux qui brandissent des swastika. Car M. Trudeau a vu des swastika et des drapeaux confédérés lors de la manif où il n’a pas mis les pieds, et de laquelle il était loin quand elle était devant le Parlement. Dans le lot des « conservateurs » visés, il y a une MP, à laquelle il répond, de confession juive dont la famille a été exterminée dans les camps. Il a maintenant une plainte contre sa personne.
    Après que la police se permette de prendre du carburant directement dans les réservoirs des camions (=>propriété privée) et certains des ses agents considèrent comme « normal », les camionneurs ont été extraits de leurs véhicules (=>propriété privée) avec des fusils d’assaut automatiques pointés vers eux. Des policiers à cheval ouvrant une voie à d’autres à pied munis de boucliers, ont percuté et renversé des manifestants.

    J’aime bien aussi le message de la Police d’Ottawa qui prévient les médias qu’ils ne seront pas en sécurité (trop ?) près d’elle. WHAHAHHA !

    15
  • Article plein de bon sens et de lucidité, comme d’hab avec h16.
    Dès le départ, j’ai eu peur que cette épidémie en carton serve de prétexte pour nous mettre au pas ; en fin de compte, j’étais encore loin de la réalité. Juste deux ans. Deux ans pour faire accepter aux gens de sortir quand on leur dit, de badger dès qu’ils vont quelque part, de ne plus avoir de vie privée sur le net comme ailleurs ; deux ans pour effacer le secret médical, le droit au consentement éclairé, le droit de circuler librement, le droit de manifester.
    Et tout ça avec une diplomatie hypocrite sans précédent : la vaccination n’est pas obligatoire (mais vous n’aurez plus de vie sociale si vous refusez), vous pouvez manifester (si vous déposez une demande à l’avance et qu’elle est validée par le préfet), vous pouvez circuler (mais aux heures et périmètres prévus par la loi, parfois avec un masque, parfois avec un test, parfois avec un pass), vous pouvez exprimer votre opposition au gouvernement (mais ensuite on gèlera votre compte bancaire).
    En clair, on est libres de faire ce qu’on veut… du moment que le gouvernement est d’accord. Sinon c’est lapidation publique, arrestation arbitraire, et autres punitions.
    Tout ça se déroule si vite, c’est complètement dingue… 🙁
    Ce nouveau monde ne fait vraiment pas envie. Il y a deux ans, on craignait le crédit social chinois ; à ce rythme, dans deux ans, on en rêvera parce que ce sera pire chez nous.

    15
    • Analyse tout à fait juste.
      Juste deux ans en effet, pour faire accepter la privation de liberté. A noter tout de même, le préambule « gilets jaunes » : on ne pouvait circuler non plus, et la police (trop froussarde) ne rétablissait pas ce droit, bien au contraire, en tout cas là où je me situais (la Réunion). C’est pour moi le point de départ de cette folie collective.
      J’ai depuis émigré en Suisse (post confinement, on ne m’y reprendra plus), et je pense que le plus dur est à venir : la France n’a pas de marge, et quand les politiques monétaires accommodantes vont êtres plus visibles (inflation), tous ceux qui n’ont pas de marge financière, dans un état français virtuellement en faillite, risquent d’opter pour la violence.
      Fuyez, libertariens.

      • « A noter tout de même, le préambule « gilets jaunes » : on ne pouvait circuler non plus, »
        Sauf que les gilets jaunes avaient choisi le seul mode d’action qui a déjà marché avec les gvts successifs, et qui consiste à bloquer le pays. Mode d’action employé à maintes reprises dans le passé par la SNCF/RATP, les routiers, les agriculteurs, et souvent récupéré par la CGT.
        Mais confondre le racket d’Etat contre lequel luttaient les GJ ou les agriculteurs, et les manifs pour conserver les ZAVANTAGES ZAQUIS, il y a il me semble une légère différence de motivations!

  • Et le passeport/portefeuille numérique européen sera l’outil de ce nouveau totalitarisme done le seul but est de vous « assurez la sécurité ». Comme dans l’avènement de l’empire dans Star Wars « et c’est ainsi que disparaît la liberté sous les applaudissements ». On combat la Chine mais on adopte ses méthodes

  • La Floride accepte-t-elle les réfugiés politiques de France, du Canada et des autres pays ayant le plus complètement sombré ?
    La Suisse elle même ne défend plus trop la liberté dans cette affaire effarante.

    Et tout ça « au nom d’une infection » qu’on savait dès le début guère plus dangereuse qu’une mauvaise grippe (cf les données du Diamond Princess par exemple) et qui n’est désormais pas plus dangereuse qu’un bon rhume (de façon « amusante » ma famille toute entière à attrapé le COVID début janvier, puis les enfants la grippe mi février : il n’y a pas photo, la grippe c’est 3 fois plus long et 2 fois plus sévère pour un moins de 15 ans que le COVID à niveau de santé et génétique identique… Mais moi qui ait eu droit au COVID à deux reprises -mars 2020 et janvier 2022, donc- malgré deux doses du vaccin « le plus puissant », Moderna, je n’ai rien eu de la grippe en question, peut-être si j’avais été testé aurais-je été positif à l’influenza ?)

    Bref, ça pue, très fort, et l’apathie des populations occidentales fait peur : ils ont plus peur de Poutine (qui n’a encore rien fait contre eux) et ont eu très peur de Trump, que de leurs propres dirigeants qui pourtant leur font effectivement les pires saloperies imaginables !

    • La suisse, ou plutôt ses dirigeants actuel viennent de jeter 200 ans de neutralité aux ortie sous prétexte de situation « exceptionnelle » en Ukraine et pour pouvoir imposer des sanctions et poster le hashtag #bougieforurkaine dans un conflit qui est tout, sauf l’image qu’en donnent les médias mainstream.
      Cette neutralité avait été reconnue en 1815 et avait résisté a 2 siècle de très violents soubresauts dont deux guerres mondiale.
      Ça parait anodin, mais pour moi c’est le signe de la sidérale imbécilité des gens qui nous gouvernent. Ce sont de petits enfants qui jouent aux grand, mais qui n’ont ni l’intelligence, ni la culture, ni le courage des 10 générations précédentes. Quand on sait que les enfants mal éduqués ne supportent ni la contradiction et sont relativement violents…
      Tout comme la gauche.

  • On est pas encore au niveau de la Russie question autocratie, mais on y va à petits pas cadencés au pas de l’oie, la jambe bien relevée. Mais soyez en certains, on fera mieux qu’eux. Il suffira d’interdire la monnaie et d’obliger de payer avec de Euro crypto. En tant qu’opposant potentiel, on pourra bloquer votre compte à volonté auprès de la BdF puis de la BCE, dernière étape. On imposera l’Euro dans tous les pays qui ne l’ont pas.
    La détention de Francs suisses sera sévèrement punie tout comme celle d’or sous quelque forme que ce soit.
    En effet, il ne saurait rester le moindre trou dans la raquette.

    Il faut bien que les trous du cul au pouvoir terminent leur « mandat » tranquillement et soient réélus.
    le vote électronique sera mis en avant, mais à la différence des cryptos comme le BTC, la chaîne centralisée ne sera pas publiée, et vous ne pourrez contrôler ce que vous avez voté. Il va de soit que certains votes seront changés en faveur de l' »élite » au pouvoir, toute la chaine de contrôle en dessous s’écrasant ferme de peur de voir ses prébendes disparaître.

    Finalement, il fera meilleur vivre en Chine où il suffira de ne pas critiquer le pouvoir en place pour être tranquille.
    1984 -> 2024, juste 40 ans…

    • Je pense qu’il se raconte beaucoup de choses sur la Russie, mais que techniquement, le pays est bien plus libre que l’UE…si vous créez une boite là bas, le fisc ne vient pas vous chercher pour vous réclamer des sous avant que vous n’ayez commencé à gagner le moindre centime…
      Ensuite, pour la détention d’or physique, il existe des précédents historiques (aux USA, après la crise de 29)…mais techniquement, c’est assez facile de « perdre » son or…
      Enfin pour la détention de crypto, de plus en plus de petits états (Panama par exemple) ou des états ruinés (l’Ukraine par exemple) légalisent son adoption…
      Pour le reste, le constat est également attristant…

    • La Russie qui n’avait absolument plus rien en 1990 est remontée au même rythme que la France qui avait tout est descendue, et si elle l’a fait c’est que les conditions économiques sont beaucoup plus libérales qu’en France et la propriété privée mieux garantie.
      Le régime est certes assez autoritaire, mais la contestation est minimale parce que les gens ont vu la formidable progression du pays et malgré la propagande l’enrobage de sucre, il ne me semble pas que la France soit très différente sauf que les élites sont médiocres et de plus en plus autoritaire alors même que l’argent gratuit coule encore à flots.
      .
      Au rythme ou on descend depuis deux ans, je ne suis pas certain que nous serons du bon côté du rideau de fer cette fois-ci.

  • @la rédaction Ce pourrait être une bonne idée que de donner quelque part, soit la liste des termes qui bloquent un commentaire et produisent une « attente de modération », soit au minimum de préciser l’esprit de ce mécanisme ou ses ressorts : mes commentaires sont souvent bloqués pour toujours ou pratiquement toujours finir par paraître mais « en retard » par rapport à l’actualité de l’article commenté…
    Cela crée des décalages aussi dans les fils de discussion et ça fruste plus qu’un peu le lecteur/commentateur.

  • la crise ukrainienne arrive à point nommé.. pour nous « divertir »..

    mais….trudeau est élu..et c’est ça qui est effrayant..

  • Le mythe de la Tour de Babel se réalise ! Confusion des idées, confusions des mots. L’antiracisme est, en réalité, un pur racisme, l’antifascisme, un pur fascisme, le libéralisme, un pur autoritarisme, les vérités, de purs mensonges, etc. Personne ne comprend plus personne… Seule l’hypocrisie s’y retrouve.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles