La réalité d’un patron de PME

En France, les entreprises restent des vaches à traire méprisées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réalité d’un patron de PME

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 février 2022
- A +

Je suis patron de trois PME : une au Luxembourg et deux en France. Voici quelques réalités simples et indiscutables de mon quotidien professionnel.

Premier exemple

Facture d’électricité d’une petite entreprise au chiffre d’affaires de deux millions d’euros par an. On paye de la TVA sur des taxes.

  • consommation……………. 1 127,34 euros
  • acheminement…………….     764,75 euros
  • taxes et contributions…..     301,47 euros
  • TVA 20 %……………………     438,71 euros
  • Total facture……………..  2 632,68 euros

 

La facture totale se monte à 2,33 fois le coût de base de la consommation électrique.

 

Deuxième exemple

Pour deux sites de production de taille comparable, le coût électrique d’une production au Luxembourg est 30 % moins élevé que celui de France avec une production inférieure de 39 %

Luxembourg :

  • chiffre d’affaires novembre 2021…..  883 118 euros
  • électricité……………………………………       6 713 euros, soit 0,7 %

France :

  • chiffre d’affaires novembre 2021…….  539 871 euros
  • électricité………………………………………      9 683 euros, soit 1,7 %

 

Il est question quasi quotidiennement de la fameuse compétitivité électrique nationale grâce au nucléaire. C’est sans doute vrai pour nos clients et voisins européens ou pour les concurrents français d’EDF mais certainement pas pour les entreprises françaises…

Le SMIC claironné sur les plateaux télé :

  • France…………. 1 620 euros, plus les impôts
  • Belgique………. 1 680 euros, net d’impôts

 

Sauf qu’en Belgique tous les salariés sont payés 14 mois par an sur la base de 38 heures de travail hebdomadaire.

Au Luxembourg le SMIC est à 2 200 euros net d’impôts pour 40 heures hebdomadaires.

Nos journalistes sont incapables de faire un tableau comparatif…

 

Conclusion : on nous prend pour des blaireaux !

Je veux simplement confirmer s’il le fallait que les réalités de l’entreprise sont une infinie nébuleuse pour nos commentateurs, journalistes mais aussi nos politiques.

On finira peut-être par comprendre un jour que l’entreprise est source de richesse et que les services, ONG, politiques, officines de tous ordres, médias, culture etc. coûtent mais ne produisent rien. Loin de moi l’idée de mépriser ces derniers mais il faut raison garder et ne dépenser que ce qui est gagné.

Or les gagneurs diminuent à vue d’œil….

Et les entreprises restent les vaches à traire et que l’on n’aime pas…

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Il y a une alliance entre les élites de gauche avec son clergé médiatique et les élites capitalistes du GAFFAM, c’ est ce que pense Joêl Kotkin dans son dernier livre https://www.amazon.fr/dp/1641770945/ref=as_sl_pc_as_ss_li_til?tag=contrepoints04-21&linkCode=w00&linkId=98fe46fa60530dfb17bb4fc99032f05d&creativeASIN=1641770945

    Tou ce je vois c’ est que quand la gauche prend le pouvoir ce sont les PME qui trinquent alors que Google passera toujours au travers des mailles.

    • C’est logique, les gens de chez Google ou autre multinationale, sont des employés en situation de quasi monopole, déconnectés de la réalité de l’économie « réelle », sans « skin in the game », tout à fait ouverts (après le lavage de cerveau universitaire) à toutes les idées woke, socio-progressistes, et donc au socialisme en général. Le patron de PME c’est « LE » gars qui bloque la transition tranquille vers le socialisme débridé à allures capitaliste (aussi appelé fascisme si on s’en tient à la réalité historique) que promeuvent nos États et nos médias.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Invitée lundi 4 avril sur BFM TV, la candidate du Rassemblement national défend l’idée d’une baisse des taxes sur les carburants, expliquant que cela avantage les consommateurs français.

« Il faut rendre leur argent aux Français […]  On baisse les taxes, ça avantage les Français, personne d’autre »

Raisonnement imparable : on se demande pourquoi Marine Le Pen ne le généralise pas et le juge vrai seulement pour le pétrole, le gaz, l’électricité et 100 produits de première nécessité qu’elle sait choisir mieux que nous, même si ell... Poursuivre la lecture

La fiscalité de production reste un frein majeur à la compétitivité française. L’essentiel de la classe politique est conscient que la baisse de 10 milliards mise en œuvre cette année est insuffisante et qu’il faut aller plus loin.

La nocivité de la CVAE

Un débat s’est développé entre ceux qui souhaitent supprimer la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ou CVAE et ceux qui veulent démanteler la Contribution sociale de solidarité des sociétés ou C3S. La CVAE, assise sur la ... Poursuivre la lecture

Certes les prix flambent mais quelque part c’est la loi du marché, on ne peut pas se réjouir d’une économie libérale qui a projeté les pays l’ayant adopté parmi les plus riches de la planète et en même temps réclamer une certaine forme d’étatisme lorsqu’une situation se dégrade temporairement.

Passant ma vie entre la France et l’Allemagne, je peux comparer les prix en euros des différentes dépenses d’un couple dans la vie courante.

Un niveau de vie supérieur en Allemagne

Non seulement le salaire moyen y est supérieur au nôtre d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles