Les 5 secrets des demandes satisfaites

Voici comment s’y prendre, selon l’auteur Jack Canfield, pour voir ses demandes satisfaites en entreprises. 5 conseils.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hoto by Bob Brewer on Unsplash https://unsplash.com/photos/GSRAjdoELP4

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les 5 secrets des demandes satisfaites

Publié le 10 février 2022
- A +

Dans notre dernière publication, nous proposions de « demander » pour progresser, en suivant la méthode préconisée par Jack Canfield, auteur et conférencier américain en développement personnel. Voici aujourd’hui comment il propose de s’y prendre, concrètement.

Faites des demandes claires

Si vous êtes confus dans votre demande il y a peu de chance que vous puissiez recevoir une réponse appropriée. Soyez donc précis et prenez le temps de préparer soigneusement la question. Utilisez les mots qui ont le meilleur impact en les choisissant avec acuité. Ne demandez pas : « Comment est ma prestation ? » mais « Quelle est mon attitude face à mes clients ? Pouvez-vous me dire de quelle façon je peux l’améliorer ? »

Demandez en toute confiance

Ceux qui posent des questions en toute confiance obtiennent davantage que ceux qui sont hésitants ou incertains. Préparez-vous bien pour ne pas donner l’impression de ne pas savoir vraiment ce que vous voulez.

Soyez prêts aussi à recevoir des réponses abruptes ou sévères sans pour autant adopter une attitude défensive. Il est bon d’être mis au défi, parfois. Après tout, vous ne posez pas vos questions pour qu’on vous flatte.

Demandez avec insistance

Ne vous arrêtez pas au premier refus. Tous les prospecteurs le savent. Ils encaissent généralement cinq Non avant un Oui. Si l’approche qui est la vôtre ne marche pas, changez-en jusqu’à ce que vous ayez trouvé le bon réglage, celui qui vous permet d’obtenir les bonnes réponses à vos sollicitations.

Soyez créatifs dans vos demandes

En cette époque de concurrence acharnée, votre demande peut se perdre et n’être pas entendue par le décideur à qui vous l’adressez. Le meilleur moyen est alors de faire preuve de créativité. Sortez du lot. Donnez-vous une chance de voir votre demande aboutir en étant original afin de vous faire remarquer, en bien, évidemment.

Soyez sincères dans votre demande

Lorsque vous avez vraiment besoin d’aide, les gens répondent généralement positivement. Acceptez alors de tomber le masque et d’apparaître comme vulnérable. Présentez votre demande les mains nues. Même si sa présentation n’est pas parfaite, restez simples. Ceux à qui vous vous adressez s’ouvriront alors à vous.

Comme dans l’apprentissage d’une langue étrangère, demander est une pratique qui nécessite du temps et de l’entraînement. Mais les satisfactions et les enseignements que vous en retirerez valent la peine de faire l’effort de s’y astreindre.

Comme l’exprimait déjà Claude Bernard, fondateur de la médecine expérimentale, au XIXe siècle :

« C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre. »

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je trouve la formule citée en conclusion tellement vraie ! Il faut se mettre dans la posture d’une autre citation : «Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien», c’est à dire dixit Platon : «Cet homme-là, moi, je suis plus sage que lui. Car il y a certes des chances qu’aucun de nous deux ne sache rien de beau ni de bon ; mais lui croit savoir quelque chose, alors qu’il ne sait rien, tandis que moi, si je ne sais rien, je ne crois pas non plus savoir. Je me fais du moins l’effet d’être plus sage que cet homme justement par ce mince avantage, que ce que je ne sais pas, je ne crois pas non plus le savoir. »

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF France

Au mois de mars dernier, un rapport d’une commission d’enquête diligentée par le Sénat avait jeté un pavé dans la mare. Il s’agissait d’examiner les prestations à caractère intellectuel fournies par les grands cabinets de conseil à l’État, pour une somme annuelle avoisinant le milliard d’euros. Par nature, elles sont subjectives et sujettes à caution. Toutefois, ce coup de projecteur plutôt négatif sur les activités externalisées de l’État a fait un peu vite oublier l’intérêt que pouvait ... Poursuivre la lecture

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

Par Dylan Pahman.[1. Dylan Pahman est chargé de recherche à l’Institut Acton pour l’étude de la religion et de la liberté, où il occupe le poste de rédacteur en chef du Journal of Markets & Morality. Il est également l’auteur de Foundations of a Free & Virtuous Society (2017)]

L’un de mes seuls apports clairs à la vision de la vie de mon fils Brendan, âgé de 3 ans, s’illustre probablement par le fait qu’à chaque fois qu’il essaie de construire quelque chose ou de comprendre le fonctionnement d’un nouveau jouet et qu’il se tromp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles