L’opinion publique russe face au conflit russo-ukrainien

L’opinion publique russe qui avait été favorable à l’annexion de la Crimée est beaucoup plus divisée sur le reste de l’Ukraine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vladimir Poutine & Dimitri Medmedev (Crédits Jürg Vollmer, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’opinion publique russe face au conflit russo-ukrainien

Publié le 4 février 2022
- A +

Par Sophie Marineau.
Un article de The Conversation

Alors que la tension semble – une fois de plus – à son comble entre la Russie et l’Ukraine, sait-on précisément comment la population russe voit la situation ? Serait-elle prête à soutenir le Kremlin si celui-ci s’engageait dans une guerre ouverte avec ce pays si proche de la Russie à maints égards ?

L’examen des enquêtes d’opinion conduites en Russie au cours de ces dernières années permet d’appréhender l’évolution des sentiments des habitants sur cette question cruciale.

Si l’expression de convictions allant à l’encontre de la ligne officielle est certes, pour le moins difficile dans l’espace public russe, il n’en demeure pas moins que les sondages effectués par des organisations comme le Centre Panrusse d’étude de l’opinion publique VTsIOM ou le Centre Levada paraissent globalement crédibles : leurs résultats, qui concordent généralement, reflètent les mouvements de mécontentement, par exemple lors de la réforme des retraites de 2018, et il est permis de penser que le pouvoir lui-même est intéressé à connaître l’état de l’opinion publique, et n’incite donc pas les instituts de sondages à falsifier leurs enquêtes.

Un large consensus sur la question de la Crimée

Début 2014, deux ans après le retour de Vladimir Poutine à la présidence en Russie, le taux d’approbation de son action se situe autour de 65 %. Lorsque la Russie annexe la Crimée en mars de cette même année, des manifestations de joie éclatent sur tout le territoire. Plus de 90 % des Russes appuient l’annexion. Pour eux, ce rattachement permet de corriger une erreur datant de 1954, à savoir le « don » de la Crimée à l’Ukraine par Nikita Khrouchtchev.

Pour le Kremlin, la prise de la péninsule est une manière d’exprimer sa volonté de conserver une sphère d’intérêts autour du territoire russe et de montrer aux dirigeants ukrainiens que le tournant enclenché avec la « Révolution de la Dignité » de l’hiver 2013-2014, qui s’est soldée par la fuite du président Ianoukovitch et son remplacement par une équipe pro-occidentale, n’était peut-être pas la meilleure option pour leur pays.

Une conquête territoriale comme celle de la Crimée ne peut que satisfaire la majorité des citoyens d’une puissance révisionniste comme la Russie. Plusieurs opposants de Vladimir Poutine expriment même leur satisfaction à l’égard du président, dont la popularité monte en flèche. Alors qu’elle était graduellement descendue depuis 2010, elle dépasse les 80 % en mars 2014.

L’importance de la Crimée pour la Russie s’explique par différents facteurs, le plus important étant certainement l’emplacement stratégique de la flotte de la mer Noire. Malgré des années de recherches pour trouver un port donnant accès à une mer chaude, Sébastopol reste le meilleur endroit pour la marine russe. Quand un gouvernement proeuropéen s’installe à Kiev, l’administration Poutine craint de perdre ce privilège et de devoir déménager sa base navale.

Le gouvernement cherche à présenter l’annexion de la Crimée non pas comme un acte de guerre, mais bien comme le règlement d’une injustice historique. La Crimée, rappelle le Kremlin, est russe depuis qu’elle a été conquise par l’armée de Catherine II en 1783. En 1954, elle a été transférée administrativement à la République soviétique d’Ukraine car il était beaucoup plus simple pour Kiev d’approvisionner la péninsule ; mais les frontières des républiques soviétiques n’ont jamais été pensées par l’administration centrale comme étant des futures frontières d’États indépendants.

Le déclin progressif de l’appui aux séparatistes du Donbass

Selon les sondages de l’été 2014, la majorité des Russes – 65 % à 70 % – nient complètement que la Russie est en guerre et 95 % estiment qu’elle n’est responsable en rien événements qui se déroulent alors dans l’Est de l’Ukraine.

Après l’annexion de la Crimée et les sécessions des « Républiques populaires » de Donetsk et de Lougansk, qui provoquent une véritable guerre avec l’Ukraine, les médias russes assurent à la population que ce nouveau conflit – dans lequel la Russie n’est officiellement pas impliquée, même si son soutien militaire aux séparatistes ne fait aucun doute – sera tout aussi rapide que la récupération-éclair de la Crimée.

Début 2015, seulement 12 % des Russes estiment que la guerre s’éternisera plusieurs années, et 38 % pensent que les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk deviendront des républiques « indépendantes » comme la Transnistrie (Moldavie), l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud (Géorgie).

Il est important de noter à cet égard que la Russie ne cherche pas à annexer le Donbass comme elle l’a fait avec la Crimée. Elle considère qu’il est plus avantageux pour elle que ce conflit demeure dans l’impasse. Les conflits gelés ayant déjà fait leurs preuves en Transnistrie, en Abkhazie et en Ossétie du Sud permettent à la Russie de déstabiliser ses voisins par le biais des forces prorusses en place ; elles lui permettent, aussi, de préserver ses intérêts dans la région, car avec des frontières contestées, les États auxquels ces entités appartiennent officiellement auraient beaucoup de mal à adhérer aux organisations internationales comme l’OTAN ou l’Union européenne (même si l’exemple de Chypre, qui a intégré l’UE en 2004 alors que le nord de l’île échappe totalement à son contrôle, montre que ce n’est pas totalement impossible).

Les médias officiels russes présentent évidemment aussi bien la campagne de Crimée que l’aide (officiellement seulement humanitaire) au Donbass comme une manière de se défendre contre l’expansion de l’OTAN : par ses actions en Ukraine, la Russie n’attaque pas un État indépendant, elle ne fait que protéger ses intérêts vitaux. L’opinion nationale est largement convaincue depuis longtemps que l’OTAN est hostile à la Russie et que la « Révolution de la Dignité » a été organisée par les Occidentaux.

Cependant, plus le conflit s’étire, plus les pertes du côté russe sont importantes, et moins la population souhaite que Moscou s’implique à grande échelle dans l’Est de l’Ukraine.

Une opinion très divisée sur la conduite à tenir en cas de guerre

Selon les derniers sondages, 48 % des Russes estiment que les États-Unis et l’OTAN sont responsables de la nouvelle escalade des tensions en Ukraine et 20 % des Russes affirment que le premier responsable est le gouvernement ukrainien. Ils ne sont que 4 % à incriminer le gouvernement russe. Et pourtant, environ 50 % de la population russe a une opinion favorable de l’Ukraine. Chez les personnes de moins de 40 ans, ce ratio est de près de 60 %, alors qu’il n’est que de 42 % chez les 55 ans et plus.

La population est également partagée sur le rôle que devrait jouer la Russie si un conflit actif reprenait dans l’Est de l’Ukraine. Selon un sondage du Centre Levada effectué en mai 2021, les positions sont très équitablement réparties : 43 % des Russes estiment que la Russie devrait intervenir, 43 % pensent que non et 14 % ne se prononcent pas. La différence est plus marquée selon les classes d’âge : un tiers des moins de 40 ans pensent que la Russie devrait intervenir, mais la proportion passe à 54 % chez les 55 ans et plus.

Parallèlement, les sondages réalisés à la fin de l’année 2021 et jusque dans les dernières semaines notent que seulement 37 % des Russes croient qu’il y aura un conflit armé avec un pays voisin dans la prochaine année, alors que 53 % estiment que ce ne sera pas le cas. Pourtant, lorsqu’ils sont interrogés sur leurs plus grandes peurs, 56 % des Russes ont mentionné craindre une nouvelle guerre mondiale.

En bref, la population russe demeure très partagée sur la ligne à suivre en cas de guerre ouverte avec l’Ukraine. Comme le dit Andreï Kolesnikov du Centre Carnegie de Moscou, « la guerre est l’affaire des jeunes et des conscrits, mais 66 % des Russes âgés de 18 à 24 ans ont une attitude positive envers l’Ukraine. Avant de lancer une offensive, il convient donc de se demander qui combattra dans cette guerre, avec quelle volonté, et dans quelle mesure un conflit actif incitera les gens à se rallier derrière Poutine. »The Conversation

Sophie Marineau, Doctorante en histoire des relations internationales / PhD candidate in History, International relations, Université catholique de Louvain (UCL)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Je n’ai pas une grande expérience avec les russes mais pour en avoir connu, et pour avoir discuté avec d’autres qui en ont connu, le peuple russe est un peuple fier. Ils ont une façon de penser qui est différente de la notre, et par conséquent il est très hasardeux pour nous, les occidentaux, d’évaluer la façon dont les russes vont réagir.

    • « Je n’y connais rien mais quand même un peu, mais d’autres savent. Les russes sont fiers ( ainsi que les espagnols paraît-il ). Ces gens ne pensent pas comme nous et par conséquent on ne peut pas les comprendre, je suis, je suis …un polylogiste. J’espère que vous m’avez reconnu les libéraux, je suis votre adversaire de toujours. »
      Bref, bullshit. Pour trois raisons au moins.
      1. Échantillon de russes à votre disposition pour fabriquer votre jugement : proche du néant, vous le dites vous mêmes.
      2. Confusion entre le mode de raisonnement et la production de la pensée ( les russes ignorent la logique et n’utilisent pas leur connaissances pour les articuler, lol )
      3. Négation de l’individu et de son libre arbitre, je suis russe, je suis comme cela.
      C’est moche.
      Bonne nouvelle, les jugements, les opinions ne dépendent pas de la race, du sexe ou de la nationalité, ni du mode de raisonnement, sauf pathologie, que nous avons tous en commun ( même les biais hein ! ) mais plutôt de la qualité de ce qu’on se rentre dans la tête et de la rectification des erreurs en sortie.
      Je suis libéral pour cette raison, sinon…?

      -1
      • …je serais évidemment le maître de l’univers. Alors à choisir…

      • Point 1: Ce que je relate c’est les propos de gens qui ont vécu en Russie plusieurs années dont un qui a parcouru le pays en long en large et en travers. C’est pour cela que je me permets de… Maintenant si vous avez passé 15 ans en Russie et vous êtes lié d’amitié avec des russes de divers horizons, votre expérience peut être intéressante.

        Point 2 et 3 : je n’ai pas ecrit ça, donc je vous laisse dans votre délire. Par contre je maintiens ce que j’ai écrit.

  • « nient complètement que la Russie est en guerre »

    ah …la force des mots..

    la france était elle en guerre au mali?

    la RUSSIE NEST PAS EN GUERRE..et on peut espérer que la question n’etait pas celle là!!

    le gouvernement apportent il un soutient MATERIEL ou politique à des séparatistes russes? sans doute..

    on participe donc à des mascarades à des institutions internationales fantoches?
    qui ne servent qu’à écraser les faibles?

    preuves de soutien materiel.. tribunal international.. jugement d’une institution internationale reconnu par la russie et l’ukraine.. modalités de résolution..
    ou alors on admet que tout ça c’ets pour faire le beau..

    au fait la france soutient elle d’eventuels partis séparatiste quand elle subventionne la francophonie?
    ..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Vladimir Poutine
2
Sauvegarder cet article

Le poutinisme français est un phénomène étrange, passionnant si l’on veut bien prendre la peine de l’observer et peut-être inquiétant pour l’avenir.

Quel que soit le forum politique online sur lequel vous avez l’habitude de vous rendre, vous les avez rencontrés : on trouve des pro-Poutine à peu près partout sur le champ de bataille du débat démocratique français, de la droite à la gauche, chez les conservateurs comme chez les révolutionnaires, chez les encartés comme chez les électrons libres, de tous âges, de toutes conditions sociale... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Le 1er décembre 1991 s’est tenu le référendum d’indépendance de l’Ukraine vis-à-vis de l’Union soviétique. Avec un taux de participation de 82 %, 92 % des votants ont approuvé la déclaration d’indépendance.

Ce référendum reste un évènement important compte tenu de la situation actuelle, d’autant plus que les résultats sont révélateurs des disparités entre les régions malgré une tendance à l’unité nationale.

 

L’ouest plus favorable à l’indépendance que l’est

Dans toutes les régions de l’Ukraine, la majorité a voté en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles