Friedrich Merz : nouveau dirigeant libéral du centre-droit allemand

Friedrich Merz vient de prendre la direction de la CDU, mettant fin à l’ère Merkel. Qui est-il? Et quel impact peut il avoir?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Friedrich Merz Image credit MSC by AICGS (creative commons CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Friedrich Merz : nouveau dirigeant libéral du centre-droit allemand

Publié le 30 janvier 2022
- A +

Merkel est partie et Friedrich Merz arrive. Il s’agit du tournant le plus spectaculaire dans la politique des partis allemands au cours des deux dernières décennies.

Mais qui est Merz et que représente-t-il ?

L’ère Merkel a été marquée par la rupture des règles d’or de son parti, l’énergie nucléaire, les dépenses européennes et l’immigration clandestine en étant les exemples les plus marquants, tout en transformant le parti libéral-conservateur en un parti social-démocrate. Ce faisant, son ère a également été confrontée à une purge personnelle de la plupart des visages charismatiques de la CDU. Tous ceux qui pouvaient devenir dangereux pour Merkel ont vu leur carrière prendre fin d’une manière ou d’une autre, tandis qu’échouaient ceux qui ne suivaient pas sa direction. Cela a eu pour effet qu’en 2018, son parti n’a pu proposer aucune personne connue et charismatique pour lui succéder. À l’exception d’une personne qui n’a pas suivi la ligne du parti, mais qui est partie en 2009 – Friedrich Merz.

Merz en politique et hors de la politique

Le retour de l’animal politique, mais non dépendant de la politique, a surpris beaucoup de monde, mais il était logique.

Depuis 2015, un fossé s’est creusé entre les merkeliens et les membres du parti de centre-droit. Au sein des proportions de centre-droit de la population, il y a eu une itinérance politique à un point tel qu’à partir de 2017, on pouvait lire de nombreux commentaires sous les articles d’actualité politique disant que l’un d’entre eux devrait revenir, que l’on aurait besoin de lui maintenant – Merz. Il est le seul à ne pas avoir suivi la voie de Merkel, puisqu’il a quitté la politique active en 2009, déclarant qu’il voyait l’opportunité d’un travail politique conforme à ses idéaux avec Merkel comme élément décisif.

Avant que Merkel ne prenne la direction du parti, il était chef d’une section de la CDU et chef de l’opposition jusqu’à ce qu’elle prenne également cette position en 2002.

Jusque-là, il avait fait une carrière politique bien remplie en étant élu au Parlement européen en 1989 à l’âge de 34 ans.

En 1994, il a été élu au Parlement allemand, où il a rapidement accédé à des postes de premier plan. Il a défendu des positions de politique économique libérale et d’ordre public. L’un de ses projets les plus célèbres est son approche visant à simplifier le système fiscal allemand de sorte que le rapport d’impôt d’un citoyen puisse tenir sous un plafond de verre. Déçu que de tels projets n’aient pas été mis en avant lors du premier mandat de Mme Merkel dans une coalition avec les sociaux-démocrates, M. Merz a montré qu’il n’aimait pas seulement la liberté d’entreprise, mais qu’il pouvait aussi travailler dans ce cadre.

Avocat de profession, après avoir quitté le Parlement M. Merz a accédé à de nombreux postes de supervision et de présidence de grandes entreprises, par exemple en tant que président du conseil de surveillance de BlackRock Allemagne. Il n’a pas pour autant rompu complètement ses liens politiques. De temps en temps, il donnait des interviews ou soutenait des projets de la CDU. Il est devenu président d’Atlantikbrücke, l’une des plus importantes organisations de lobbying politique reliant l’Allemagne et les États-Unis.

 

Une longue course à la direction du parti

En 2018, Mme Merkel a quitté son poste de chef du parti CDU. C’est Annegret Kramp-Karrenbauer, qui lui succède, une ministre-présidente de la Sarre très peu connue, et lui donne la possibilité de consolider sa position. Cette occasion, Merz semble l’avoir attendue depuis longtemps.

Il a déclaré qu’il se présenterait également en tant que candidat et, après une sale campagne contre lui en tant que millionnaire de l’élite financière, il a perdu deux mois plus tard par 48 % contre 52 %. Dans les sondages, il avait déjà la majorité de la base du parti derrière lui et obtenir près de 50 % de l’establishment du parti était un résultat fort dans tous les cas après avoir été hors de la politique pendant plus de 10 ans. Outre son nom compliqué, Kramp-Karrenbauer n’a pas pu mettre beaucoup d’accents. Ses positions sont restées dans l’ombre et de nombreuses élections régionales ont été perdues de façon spectaculaire pour la CDU. Cela a ouvert l’opportunité de se représenter après avoir gardé les pieds sur terre jusqu’à ce que Kramp-Karrenbauer déclare se retirer.

À ce moment-là, en février 2020, la CDU se trouvait à un niveau historiquement bas dans les sondages, autour de 25 %. La pandémie a éclipsé la baisse de la connexion de base et un effet cumulatif de la crise a fait remonter le parti à 40 %. L’élection de la direction du parti a été reportée. Cela a facilité la tâche d’Armin Laschet, alors ministre-président de la région la plus peuplée d’Allemagne, Nordrhein-Westfalen, qui a convaincu une forte majorité des délégués du même parti de poursuivre la politique de Merkel avec lui comme chef en janvier 2021. Lors de l’élection du Parlement et du gouvernement allemands, l’effet covid s’est envolé, la campagne électorale et son candidat n’avaient plus de netteté. Le résultat a été une défaite cuisante et l’établissement du parti a été ruiné aux yeux de tous. Au moins, Merz est à nouveau élu membre du Parlement allemand.

Le désir de clarté et de distinction face aux autres partis s’est manifesté lorsque tous les membres du parti ont été invités à voter pour leur prochain chef. Avec ce mécanisme constitutif, Merz a pu gagner par plus de 60 % en décembre 2021. Après ce résultat, les délégués lui ont également accordé leur soutien total lors de leur congrès du 21 janvier, avec plus de 94 %. Ce n’est pas la seule victoire du centre-droit. Merz a pu faire passer tous ses candidats, rajeunissant ainsi le parti et permettant à de nombreuses femmes d’accéder à des postes importants.

En revanche, les partisans de la ligne dure de Merkel ont été punis en étant exclus des postes centraux du parti ou en obtenant les plus mauvais résultats, même s’ils avaient été parrainés par Merz lui-même.

 

Que pouvons-nous attendre ?

Merz a maintenant toutes les clés de la CDU en main pour la reconstruire à partir de zéro. Il deviendra également chef de l’opposition en février. Il est lui-même plus libéral sur le plan économique et plus conservateur sur le plan patriotique que la plupart des politiciens allemands. Cela ne se traduira pas de manière univoque au sein de la CDU. Ayant le cœur et la compréhension des petits hommes de la rue, il reconnaît que la majorité des Allemands ne sont pas convaincus des avantages complexes qu’il y a à laisser les économies fonctionner plus ou moins librement. Il inclut et canalise ces positions par des décisions concernant le personnel et en prenant soin de traduire les objectifs sociaux-démocrates en arguments économiques libéraux.

Cela ne signifie pas que le leadership de Merz sera ennuyeux. Lors de sa campagne pour devenir chef de parti, il s’est progressivement adouci par rapport à ses positions antérieures, a souvent semblé peu sûr de lui et a parfois fait preuve d’incohérence. Mais il reste un homme avec des principes. À partir de son élection, il s’est libéré et ses positions sont devenues plus claires.

 

Alternative für Deutschland

Il faut s’attendre à ce que dans les deux prochaines années, la CDU devienne LE parti libéral économique d’Allemagne, volant cet attribut au FDP qui est maintenant lié à une coalition sociale-démocrate-verte, abandonnant nombre de ses valeurs fondamentales alors que même les jeunes Allemands commencent à comprendre que leur argent et leurs opportunités futures diminuent lourdement sous le poids écrasant des impôts et des assurances obligatoires. Il est tout simplement plus facile que jamais d’être un libéral économique en Allemagne et cela va le devenir encore plus. L’autonomie sera mise en avant, l’élargissement de l’État, le prix des taxes sociales et la complexité des réglementations seront critiqués plus bruyamment et plus ouvertement que ce n’était le cas depuis des décennies par un parti concerné.

Des positions économiques libérales ont également été défendues fréquemment par l’AfD, qui a été fondée par des professeurs d’économie. Ces racines ont été de plus en plus coupées et ont évolué vers une approche populiste plus nationaliste au cours des dernières années. L’AfD a ainsi perdu certains de ses membres et la possibilité de devenir un facteur politique productif en Allemagne.

L’AfD a toujours eu des problèmes avec des individus et des sections extrémistes, mais les parties les plus raisonnables perdent du terrain de plus en plus rapidement et avec elles, le début de libéralisme économique est remplacé par un mélange d’approches sociales-démocrates et nationalistes. Étant hors du spectre depuis longtemps, l’AfD disparait maintenant aussi pour le long terme, annulant la chance qu’il pourrait devenir un jour comparable aux populistes de droite d’Autriche, de République tchèque ou d’Italie. Pour Merz, ils ne servent qu’à démarquer ses positions face aux accusations d’être de droite, des opportunités qu’il utilise déjà beaucoup, lui donnant de la crédibilité au centre. En outre, une grande partie des électeurs de l’AfD sont des électeurs protestataires de centre-droit, que la CDU a maintenant l’occasion de reconquérir.

Politique étrangère

En matière de politique étrangère, comme en matière d’économie, il est bien informé, capable de se projeter dix ans dans le futur. Grand voyageur aux États-Unis et ancien président de l’Atlantikbrücke, il soutient les approches visant à maintenir les États-Unis en Europe. Il ne considère pas l’engagement américain comme allant de soi et la nécessité d’accroître l’engagement européen en matière de politique de sécurité. Cela ne fait pas de lui un libéral-hawk mangeur de Russe. C’est un réaliste différencié. En ce qui concerne la Russie, il est favorable à un accord sans laisser l’Ukraine complètement sur place, alors que les différences juridiques et de valeurs sont plus que secondaires.

En ce qui concerne l’Europe, il est fortement en faveur d’une augmentation de la coopération au niveau de la diplomatie et de la politique de sécurité qui ne devrait pas se faire au détriment de l’OTAN. Mais il est un anti-supranationaliste qui s’oppose aux approches selon lesquelles l’Union européenne deviendrait un État. Il s’engage à empêcher que les dettes européennes, comme le Fonds de relance, ne deviennent un instrument régulier.

Avec Merz à la tête de la CDU, la politique allemande deviendra plus intéressante, les partis se distinguant davantage les uns des autres. Jusqu’en 2021, le centre était constitué d’un SPD vert, social-démocrate progressiste, d’un parti vert, social-démocrate progressiste, d’un parti libéral économique progressiste, le FDP, et d’un CDU vert, social-démocrate progressiste. Ce dernier deviendra désormais plus libéral sur le plan économique et sur les questions de valeurs, préférant les convictions de la majorité aux positions des médias et des militants. Une voie liée à de nombreuses opportunités de succès avec un leader charismatique et reconnaissable, avec un bon instinct politique et la capacité de former des équipes et de comprendre les tendances de l’économie et de la géopolitique.

Cet article reflète les vues et opinions personnelles de l’auteur et n’est pas lié aux vues et positions officielles de la CDU ou de toute personne mentionnée.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles