« L’Eurasie », un ouvrage de Michel Bruneau

Retour sur la présentation du livre « Eurasie » de Michel Bruneau, le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L-Eurasie-par-Michel-Bruneau

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’Eurasie », un ouvrage de Michel Bruneau

Publié le 23 janvier 2022
- A +

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide description géographique du continent, en signalant l’importance des chaînes montagneuses Est-Ouest, chaînes qui déterminent la grande coupure désertique. Leurs piémonts serviront de base aux grandes routes commerciales, évoquées sous le nom de routes de la soie bien que cette appellation ne leur aurait été attribuée qu’au XIXe siècle. Y circulaient des biens à forte valeur ajoutée comme la soie mais aussi les métaux et la poudre à canon. Ainsi que les idées et notamment le christianisme nestorien.

Avant la colonisation et la mondialisation, les remous politiques des États de ce continent avaient déjà impacté la côte orientale de l’Afrique et les îles de l’océan Indien, ainsi que l’Afrique du Nord, territoires que certains rattachent donc à l’Eurasie.

À partir de la Renaissance apparaissent les empires maritimes, portugais, hollandais, anglais et français.

La Russie a structuré son espace eurasien en deux temps, d’abord par le transsibérien qui suivait la frontière chinoise et terminé en 1904 puis la ligne ferroviaire Magistrale Baïkal-Amour (ou BAM), plus au nord par prudence, terminé en 1931.

La structuration contemporaine

C’est la Chine qui la met en œuvre.

D’abord par un axe vers le Kazakhstan et l’Europe occidentale, un autre par le Pakistan vers le port de Gwandar sur l’océan Indien, un autre encore vers la Birmanie, ainsi que le TGV Chine – Bangkok via Vientiane au Laos.

Si les routes et chemins de fer chinois structurent effectivement le territoire, ils sont secondaires économiquement par rapport à la route maritime de l’océan Indien (détroit de Malacca, canal de Suez).

En effet, s’il faut 12 à 16 jours de train pour aller de Pékin à Londres contre 48 jours par la mer, les débits ne sont pas comparables car un seul navire gros-porteur de conteneurs est l’équivalent de 25O trains. Et le dégel de l’océan Arctique ramène la durée du transport maritime à 33 jours.

Il faut remarquer que dans les deux cas, les containers reviennent souvent à vide, la Chine produisant nettement plus de produits finis qu’elle n’en importe (NDR :  la différence vient des importations chinoises de pétrole, de charbon et de minerais qui ne voyagent pas par conteneurs)

On remarque que l’Inde est totalement entourée par les routes « chinoises » terrestres et maritimes, ces dernières s’appuyant par exemple sur un port du Sri Lanka que ce pays a dû concéder à la Chine ne pouvant rembourser la dette qui a servi à le construire.

La conclusion de Michel Bruneau est que la Chine est maintenant la principale puissance de l’Eurasie.

Les questions de l’auditoire

Première question : « La structuration physique (chemin de fer et routes) n’est-elle pas plus importante pour l’histoire à long terme que la route maritime, même si cette dernière est aujourd’hui plus économique ? »

Réponse de l’auteur Michel Bruneau : « L’histoire à long terme éclaire le passé, mais pas forcément l’avenir »

Deuxième question : « Toutes ces actions chinoises supposent des capitaux gigantesques, d’où viennent-ils ? »

Réponse de l’auteur : « Ces capitaux viennent du développement chinois et notamment de l’excédent de son commerce extérieur ».

J’ai fait une réponse complémentaire : « La consommation chinoise est faible, autour de 50 % du PNB contre 85 % dans les pays développés (chiffres de mémoire). Ce financement provient donc de la différence entre le niveau de vie chinois tel qu’il pourrait être du fait du développement du pays et le niveau de vie réel. C’est la même réponse, éclairée d’une autre façon » (NDR j’aurais dû ajouter que les grandes entreprises chinoises se sont largement financées sur les marchés internationaux notamment à New York ou via Hong Kong).

Un auditeur fait remarquer que les différences de largeur de voie ferrée à plusieurs frontières du continent obligent à des transbordements de marchandises, ce qui handicape encore davantage la voie ferrée par rapport à la voie maritime.

Enfin l’orateur a dit ne pas pouvoir répondre à ma question sur les conséquences à long terme des faiblesses démographiques de la Chine et de la Russie.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Un éclairage complémentaire sur ces républiques en « stan » si mal connues dans nos pays : le récit de voyage « la chevauchée des steppes » de S Tesson et P Telmon . Ces pays sont les points de rencontre des plaques tectoniques civilisationnelles et ce depuis toujours et ce n’est pas fini …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles