La danse de la pluie des vaccinés haineux

Désigner les non-vaccinés comme responsables de tout est une défaite intellectuelle de gens sans talents prisonniers de la propagande.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 11
Tristesse pluie (Crédits : Nicolas Decoopman, licence CC-BY-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La danse de la pluie des vaccinés haineux

Publié le 19 janvier 2022
- A +

L’empilement invraisemblable de règles idiotes dans l’Éducation nationale finissait, la semaine dernière, par faire déborder la soupière des parents, des enfants et des enseignants au point de déclencher à la fois un mouvement de rétropédalage peu serein d’un gouvernement de clowns à seringues complètement dépassés, et à la fois une petite grève d’enseignants qui, ayant tout compris, demandent encore plus de contraintes et de vexations.

Cette expérience sociale permet d’illustrer à quel point beaucoup trop de nos semblables ont un amour sans limite pour la Danse de la Pluie.

Dans bien des disciplines techniques éminemment complexes, les paramètres sont en réalité si nombreux qu’il faut des années de pratique pour en comprendre les impacts et, surtout, leur importance relative les uns par rapport aux autres. On pourrait citer, parmi des centaines, les cas de l’informatique, de l’électronique, de la chimie, de l’impression 3D où obtenir un bon résultat nécessite une solide maîtrise des outils, des dosages, des modes opératoires, des informations, des pratiques et des contraintes.

Pour les profanes, il est rapidement trop complexe de s’attaquer de front à ces techniques : ils se révèlent incapables de classer les paramètres par ordre d’importance, et font rapidement n’importe quoi, tripotant par ci, tripotant par là en espérant un résultat favorable sans l’obtenir, ce qui les pousse à la fin à invoquer les Dieux de la Pluie pour que ça marche.

Les jeunes parents ont ce sentiment les premiers jours avec leur bébé : comme il ne communique pas verbalement, ils essayent tout ce qu’ils peuvent. Quand ils sont normalement doués, quelques mois et quelques lardons plus tard, la sérénité s’est installée et seuls les paramètres essentiels sont vraiment gérés et ajustés.

Pour l’impression 3D, les débutants se focalisent facilement sur la température de la pièce, le temps d’exposition au dixième de seconde près, tout en ignorant (stérilement) le fait que la machine est mal ajustée, le zéro mauvais, le modèle mal foutu, ce qui aboutit évidemment à un chaos sans nom qui ne fonctionne pas et les projette dans une nouvelle phase d’introspection relative… à la température de la pièce, le temps d’exposition ou le jour de la semaine.

Il en va de même avec la covid : les profanes conformistes répèteront scolairement des choses du genre « ça réduit les effets graves » ou « les masques protègent les autres », goberont les régulations administratives, se feront booster et rebooster avec zèle, et tenteront, comme avec les bébés peu communicatifs, comme avec l’impression 3D rétive, comme avec ces applicatifs informatiques opaques, d’en faire une synthèse logique, et ce même si l’ensemble n’est qu’un empilement de syllogismes, d’approximations, de mensonges et d’absurdités.

Dès lors, il est peu étonnant que le résultat ressemble à une religion, avec ses onctions et ses arbitraires surprenants, depuis la mesure du taux de CO2 dans une classe jusqu’aux articles qui expliquent que ce n’est pas parce que tout le monde a chopé Omicron que les injections ne marchent pas, au moment même où le PDG de Pfizer admet lui-même que sa came n’est pas tip-top.

Ce virus est fort bien tombé car, comme les religions avec Dieu ou l’écologisme avec le CO2, on doit composer avec quelque chose d’invisible. C’est pratique : chacun voit alors midi à sa porte et pour le virus, plus on est peureux, plus on a raison ; plus on est bigot, plus les autres sont des salauds. Ceci marche avec le Dieu Victorien, le climat et les pestiférés du rhume.

Cependant, le discours punitif et vengeur à l’encontre des personnes non-vaccinées doit clairement être pointé du doigt et tancé vertement.

Vous êtes farouchement contre les personnes non-vaccinées ? Vous voulez les punir, les soumettre ? Vous avez tort. Car oui, avec cette manœuvre, vous faites preuve de lâcheté, d’une attitude moralement répréhensible, potentiellement minable, et non, absolument en aucun cas, votre position est justifiable ou morale. Elle est au contraire une marque tragique de nullité intellectuelle, peut-être momentanée mais définitivement humiliante, et qui doit être portée à votre passif.

En effet, en ayant cette haine du non-vacciné, vous vous êtes fait attraper, assez minablement, dans l’embobinement tragique du paramétrage millimétrique inutile : le gouvernement, les « experts » vous ont livré un mode d’emploi de la pandémie complètement bidon, et comme ça ne marche pas (et même de moins en moins bien), vous en voulez aux coupables, justement désignés dans ce mode d’emploi bidon, à savoir les non-vaccinés.

C’est bien évidemment faux et certainement pas scientifique (est-il utile de revenir sur l’efficacité redoutable des picouses qui n’empêchent aucune contamination, ne stérilisent rien ni personne ?).

La plupart vont se rendre compte au fil du temps qu’ils se trompent, et ils viendront faire semblant de regretter leur geste comme les Allemands après leur petite phase brune, ou les Français après leur petite aventure collabo. On peut même rigoler d’avance de la sur-compensation médiatique des gouvernements les plus hystériques lorsqu’ils vont devoir s’excuser d’avoir distribué de la myocardite ou d’autres blessures à tous ces gens pour aucune raison valable.

Ceux qui blâment les non-vaccinés maintenant se trompent, et ils sont responsables de leur erreur : vouloir leur faire payer une taxe (comme évoqué au Canada ou en Belgique par exemple), alors qu’il y a autant sinon davantage de vaccinés dans les urgences que de non-vaccinés, oui, c’est dégueulasse, absolument, clairement et sans aucun doute. Vouloir les empêcher de faire ce que font les vaccinés, exactement aussi contagieux qu’eux, promouvoir un pass sanitaire ou vaccinal est dégueulasse, absolument, clairement et sans aucun doute.

Et quand c’est dégueulasse, oui, on a tort.

Oui, on mérite jugement, et même éventuellement punition, entièrement légitime cette fois, notamment parce que quiconque défend cette idée moisie de retirer des droits fondamentaux en fonction du statut médical est définitivement la preuve de fascisme chimiquement pur faisant passer le collectif avant la plus petite et la plus fragile des minorités. C’est bel et bien un échec moral et intellectuel qui remet en question la légitimité de la personne qui émet de tels avis : les furieux individus critiques des non-vaccinés, promoteurs de ces punitions, se sont fait laver le cerveau avec succès et sont devenus les victimes passives, veules et pauvres de talent d’une arnaque évidente.

Ils ont goulument gobé un gros mensonge, et devraient avoir honte de leur pathétique échec, pour une raison toute simple : les restrictions et les vexations sur les non-vaccinés relèvent de la Danse de la pluie.

Elles ne servent à rien, ne règlent rien, n’aident personne et ne permettent que la mise en place d’un système ultra-dur au détriment de tous y compris leurs promoteurs, et qui n’a strictement rien à voir avec la covid, le tout sous couvert d’une maîtrise de l’épidemie à laquelle personne ne devrait croire, tout simplement parce qu’elle n’est à l’évidence aucunement maîtrisée ni par les vaccins ni par les autorités.

Quant au pass vaccinal, vous pensez vraiment « y avoir droit » et que non, il ne vous sera pas retiré à la moindre occasion ?

Nous sommes le 15 mars 2023.

Théo, fièrement vacciné et boosté six fois, fait une crise cardiaque et un zona sur les fesses en même temps.

Rescapé grâce aux talents des services d’urgence du Val De Marne #JabHeroes #TikTokDancingNurses, Théo refuse cependant le septième booster et se voit instantanément privé de pass vaccinal. Il tente d’obtenir une exemption mais à cause des directives super-fermes qu’il a lui-même votées en la personne de la présidente Macresse, cette exemption lui est refusée et il perd donc son emploi, son assurance chômage, son assurance santé, sa compagne, sa Tesla pass-activated, son compte Paypal, son chien et son pacemaker s’arrête faute d’abonnement à Healthflix.

Il meurt à 17 h 20.

Ses parents mentionnent sur Twitler qu’il n’était pas pleinement vacciné et le désavouent, avec raison.

Quel salaud ce Théo !

Pas étonnant qu’il soit mort ! Il n’était pas boosté !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Comme le disait une des « têtes pensantes » désignées par les médias du mouvement gilets jaunes quand on lui faisait remarquer avec raison que la remise en place de l’ISF qu’elle réclamait ne sortirait pas le pays du gouffre où il s’enfonçait : « peut-être que ça servira à rien, mais psychologiquement ça fera du bien ».
    On en est à ce niveau pour la « crise sanitaire »…

  • Bah, soyons positif et remercions nos bons maîtres, cette vaccination massive a permis la sélection du mignon omicron.. Et tant pis pour les vaccinés… Après les piqûres ils avaleront les pillules du bon maitre.
    Nota : la dernière vidéo de l’IHU est fortement intéressante, les médecins commencent à promouvoir le vaccin contre le pneumocoque, vaccin indispensable pour tous les vaccinés multiples contre un virus disparu… et les autres…

  • hélas…. rien à dire. Article parfait je note A+++++

    • Si beaucoup à dire (plutôt pour préciser et en rajouter). Mais l’article est tellement dense. A l’image du n’importe quoi qui est tellement dense…

      -2
  • Autant de vaccinés que de non vaccinés aux urgences ?
    Et si le salaud c’était le vaccinés qui a utilisé l’argent public pour un truc qui ne marche pas vraiment alors que les hôpitaux sont dans le « besoin » financier ?

    • Attention tout de même aux chiffres bruts comme celui-ci : 91% de la population de plus de 18 ans est vaccinée (lisible dans l’article).
      Donc aux urgences, on trouve 50% de personnes issues de ce stock de 91%
      Et 50% de personnes issues du stock de 9% restant.
      On peut en tirer simplement 2 conclusions :
      1. l’efficacité des vaccins est relative,
      2. mais elle est bien réelle : il y a tout de même en proportion 10 fois moins de personnes vaccinées à l’hôpital que de personnes non vaccinées
      Conclusions qui n’empêchent pas de trouver le discours ambiant désolant de bêtise, il suffit de réfléchir 2 minutes pour se rendre compte que si la « pandémie » se poursuit, ce n’est clairement pas « à cause des non vaccinés » qui sont largement minoritaires.

      • La présentation des chiffres est complètement biaisée:

        D’une part, dans les non vaccinés, ils comptent également ceux qui ont été vaccinés dans la semaine, et c’est d’autant plus faussé que l’on sait maintenant que c’est la vaccination qui peut rendre malade. D’autre part, les vaccinés sont souvent envoyés sous respirateur à la maison, alors que les non vaccinés sont gardés à l’hôpital, car considérés plus à risque.

        Ce qui est plus pertinent pour évaluer l’apport des vaccins, c’est de constater qu’en Australie ou en Corée, il y avait très peu de cas avant la vaccination de masse, et que cela a explosé suite à la vaccination de masse.

        Il semblerait néanmoins que les vaccins peuvent préserver les personnes à risque des formes graves des anciens variants, mais avec la désinformation ambiante et du fait que ces traitements sont encore expérimentaux, c’est encore trop tôt pour pouvoir tirer des conclusions.

        Que des entreprises proposent des traitements expérimentaux n’est pas du tout un problème, le vrai scandale est que les gens ont dû signer une décharge sans être correctement informés, que les Etats ont fait le forcing pour ces vaccins, que toute l’information est biaisée dans un seul sens, que tout cela a été pris en charge par la collectivité, que des médecins ont été interdits de soigner et de prescrire des autres traitements, que les voix dissidentes de spécialistes reconnus ont été ostracisées, que toutes les libertés fondamentales ont été bafouées, que les Etats ont ensuite fait porter la responsabilité à ceux qui n’étaient pas vaccinés, alors que ces gens ne sont pas tombés malades et qu’ils n’ont jamais propagé la maladie à qui que ce soit.

        Dans un Etat libéral, l’Etat aurait dû se contenter de fermer les frontières et tester ceux qui veulent entrer sur le territoire, et également de sanctionner ceux qui n’auraient pas respecté les gestes barrières à l’encontre de ceux qui avaient cette exigence pour se préserver. Mais sinon, c’était aux médecins de soigner, de mettre des patients en quarantaine, de proposer des traitements expérimentaux, et tout cela aux frais des patients.

        Que ceux qui veulent un vaccin payent pour le vaccin, que ceux qui finissent aux urgences payent pour les urgences, que les assurances maladies aident à ventiler les frais, et cela permettra au marché de sélectionner les meilleures mesures et traitements, c’est-à-dire celles qui arrivent à atteindre le meilleur rapport entre contraintes, soins et préventions.

  • J’adore la comparaison avec l’informatique : je viens de passer la matinée à « chercher à comprendre » avec comme « expertise » sur tous les forums : « avez vous installé la dernière version du bugware ». (En général, il faut au moins une journée pour trouver l’info que la bug est archi-connu et non résolu).

    • En tant que « danseur de la pluie » professionnel, les danses simplistiques et ridicules des amateurs me font bien rire !

      -1
  • Dans mon entourage professionnel, des enseignants, tous pro vaccins, Paß, masques, etc…, certains d’entre eux ont leurs enfants covidés. Enfants qu’ils confinent dans leurs chambres comme des pestiférés. Ce que je ne comprends pas car la plupart sont vaccinés.

    De plus, tous les pro vaccins, pro Paß, pro masque et tout le cirque, nous sortent le mantra « les heures les plus sombres ».. veulent priver de droits, voire d’enfermer, des personnes sous un prétexte prétendu sanitaire. Ils appliquent les mêmes recettes que les ennemis qu’ils disent vouloir combattre.

  • Ah ça on en a vu des vaccinés haineux jubiler de voir Djokovic se faire rembarrer d’Australie, l’accuser de vouloir entrer de force, de se croire au dessus des lois, d’avoir falsifié ses documents, lui reprocher même de tenter juste de se défendre et il a droit en prime à des articles nous expliquant finalement que c’est un sale nationaliste, bref un facho et bien sur un complotiste… Il se fait sortir parce qu’il constituerait un trouble à l’ordre public en alimentant un sentiment antivax et ça passe sans trop de soucis !
    Et on est tout fier en France d’avoir enfin le pass vaccinal, et du coup d’imposer notre politique vaccinale avec bien sur sa liste de vaccins autorisés à tout les gens qui auraient la mauvaise idée de faire une compétition chez nous, qui sont ni ressortissants, ni résidents, qui viennent juste par obligation professionnelle.
    L’égalité qu’on vous dit, faudrait pas qu’il y en ait qui échappe à la piquouse.
    Ça serait drôle que chaque pays impose la vaccination avec ses produits en excluant ceux des autres, que la Chine exige Sinopharm pour les JO d’hiver, que les mecs doivent s’enquiller tout les rappels et booster de toutes les « suites vaccinales » du monde, foutu pour foutu 🙂

  • J’ai personnellement trouvé un moyen de rendre encore plus enragés les triples vaccinés haineux : je les gratifie d’un cordial « Ça va le junkie ? ». Je vous assure que ça fait son effet. Avec certains, il vaut même mieux avoir quelques rudiments de boxe… anglaise (la levée de toutes les restrictions – masques, pass sanitaire, télétravail… – vient d’être annoncée en GB).

    • Tiens, moins 1 : j’ai dû en énerver un de plus 😉

    • Je ne vous ai pas minussé, mais je ne pense pas que cela soit une bonne idée de faire enrager les vaccinés, vous n’allez que les exciter encore plus, et dès lors qu’ils représentent une majorité, ils pourront organiser très légalement des représailles.

      Si le variant Delta avait permis aux vaccinés de triompher, Omicron a maintenant retourné la tendance. Que les non-vaccinés en profitent pour exiger un retour à la normale, et la mise en place d’un cadre institutionnel, qui interdise à l’Etat de supprimer toutes les libertés fondamentales à la prochaine épidémie.

      Si les vaccins détruisent l’auto-immunité comme certaines études commencent à le suggérer, et que d’autres effets secondaires apparaissent sur le long terme, les vaccinés risquent de payer cher leur confiance dans les politiciens, journalistes et leurs charlatans d’experts, il n’y a pas besoin encore en plus de les accabler.

      • Vous aurez compris la dimension humoristique de mon post, et j’avoue ne pas avoir vos pudeurs quant à accabler les vaccinés qui ne se sont pas gênés jusque là (je parle des haineux, pas de tous ceux qui se sont fait vaccinés à contre-coeur et qui sont nombreux). Maintenant, j’assiste surtout aux « junkies se rebiffent ». Une amie était folle de rage de constater qu’ayant tardé de quelques jours à faire sa 3° dose, son pass ne sera renouvelé que 7 jours après l’injection. Nos scientifiques sont si précis qu’ils savent qu’automatiquement dès la 60ième seconde de la 24ième heure du 30ième jour du 7ième mois après la seconde dose, vous n’êtes plus protégé du tout (quel aveu au passage).

        • Il ne s’agit plus de science depuis longtemps, il s’agit de religion.

          Les scientifiques qui ont les faveurs de l’Etat et de la presse sont les Jésuites modernes, les enfants spirituels de ceux qui s’en étaient pris à Galilée. Il n’y a qu’à voir la manière dont ils traitent les confrères qui ne s’alignent pas sur leurs croyances et comment ils répètent inlassablement leur mantra de la vaccination, même quand ils sont obligés d’admettre qu’elle n’est plus très efficace… 

          Les haineux sont au même niveau que ceux qui se font piéger par des sectes. Si on les accable, cela va encore plus les braquer, car on en revient à se comporter comme eux, ce qui est une manière de justifier leur comportement… 

          Au contraire, si on montre qu’on est différent, parce que justement on ne se base pas sur un discours agressif, mais sur la raison, que l’on ne rejette pas tout ce que leur secte a dit, mais seulement ce qui s’oppose de manière flagrante aux faits, c’est-à-dire à la vraie science, celle qui procède par l’observation et l’expérience, et non par des guerres de chiffres et d’idéologies, on leur offre une porte de sortie, et surtout on les amène vers la vraie solution.

          La vraie solution, ce n’est pas être provax ou antivax, mais c’est être pour la liberté individuelle, pour que chacun ait le droit de faire ses propres expériences, et c’est cela qui permet à la science de se développer et de trouver les meilleurs traitements pour chacun.

  • Ce « gouvernement » fait l’erreur majeure du manager, qui se rendant compte qu’il s’est planté ( ce qui arrive à tout le monde ) continue et même accélère dans sa connerie par péché d’orgueil et également car aller trop loin pour reculer sans se désavouer complètement.
    Sauf que là ils sont tellement allés loin dans cette voie totalement absurde…. Qu’il est trop tard pour dire « on a mal évalué la situation, les moins de 75 ans sans problèmes de santés ne craignent rien, fin des restrictions, circulez !! »
    Ils ont peut-être peur de se retrouver accrocher à un lampadaire sur un place publique ?

  • Emmanuel Macron c’est Nick Leeson, le talent et le panache en moins.
    Bon, il fait plus gros, en s’entêtant : au lieu de « juste » ruiner la Barings, il ruine un pays (et tente de ruiner un continent avec).
    Par contre, les gens « normaux » qui ragent contre les non-vaccinés, n’ont même pas l’excuse d’avoir l’orgueil qui empêche de reconnaitre avoir décidé d’une mauvaise voie : ils n’ont rien décidé, subi comme du bétail et demandé qu’on les marque au fer rouge (ou plutôt électroniquement) pour s’assurer que personne ne les confonde avec des loups, des lions ou quelque bête sauvage et libre.

    Cette histoire de pass et de rejet des responsabilités / de la liberté me fait terriblement penser au « Loup et le chien » de La Fontaine… Que je citerai, à peine modifiée :

    – Avec un pass ? dit le Loup : vous ne sortez donc pas
    Où vous voulez ? – Pas toujours ; mais qu’importe ?
    – Il importe si bien, que de tous vos repas
    Je ne veux en aucune sorte,
    Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.  »
    Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

  • des foules entières on défilé en scandant » je suis charlie ».. si on questionnait le quidam défilant il ne se défilait pas et disait liberté d’expression, droit d’offenser.. toussa..
    et sitôt après gros déraillement cognitif. et foutez en taule ceux qui crient » je ne suis pas charlie »..

    et ce moment est encore remémoré la larme à l’oeilet revendiqué avec fierté..par les participants..

    « on est les gentils.. » voila le contenu veritable des slogans des manifestations sinon du tyran démocrate banal.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Nous avions déjà constaté lors d’un précédent billet que les reportages de Cash Investigation souffraient de biais idéologiques. Il s’agissait d’égalitarisme dans l’épisode concernant les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Ce nouvel épisode, consacré à l’entreprise McDonald's, baigne quant à lui dans un anticapitalisme primaire.

Valeurs nutritionnelles d’un Happy Meal

Cash Investigation s’attaque dans un premier temps à la valeur nutritionnelle d’un menu Happy Meal. Le reportage enfonce des portes ouvertes. Il est à ... Poursuivre la lecture

À l’instar de Michael Moore, Oliver Stone est célèbre pour ses opinions très tranchées. Ce dernier a surtout donné dans la fiction comme Né un 4 juillet ou JFK. Mais dans Ukraine on Fire, il reprend le format pamphlet – on montre un seul côté – de son compatriote.

Le film est disponible sur Rumble après un ban sur Youtube. On a accusé la plateforme de censure pour son retrait du pamphlet de 2016, alors que Youtube s’en est défendu en affirmant ne pas vouloir monter les contenus graphiques et sanglants du film de Stone.

L’Ukraine n’... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles