Macron et les non-vaccinés : des propos indignes d’un président

Macron veut « emmerder » les non-vaccinés. Des propos qui font peu honneur à la présidence et qui pourraient se révéler contre productifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Screenshot 2021-07-15 at 11-55-36 Macron les 7 annonces à retenir du discours du président de la République - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron et les non-vaccinés : des propos indignes d’un président

Publié le 5 janvier 2022
- A +

Lors d’un échange avec les lecteurs du journal Le Parisien, Emmanuel Macron a déclaré :

« Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

Ces propos ont vite été médiatisés et pour cause : ils ne sont pas dignes d’un président.

Un président doit rassembler et non pas diviser

L’une des principales critiques des médias à l’encontre de Donald Trump était sa vulgarité. Force est de constater que sur la forme, Emmanuel Macron n’est ici pas mieux que son homologue. Mais là où le langage excentrique de Trump a toujours fait partie du personnage et dans un contexte américain, les propos de Macron se tiennent dans un pays où est attendue une certaine prestance du comportement présidentiel.

Pire, ces propos interviennent dans une période où les citoyens sont fatigués par la crise sanitaire et économique. Une période où la population est déjà divisée et polarisée. De tels propos ne contribuent qu’à mettre de l’huile sur le feu.

Il est souvent fait comme reproche aux candidats désignés antisystèmes comme Zemmour, Le Pen ou Mélenchon, de ne pas être capables de rassembler les Français. Ces critiques émanent souvent du camp Macron. Mais que dire du comportement de ce dernier ? Insulter une partie de la population n’est pas rassembler. Dans une période de crise, on attend d’un dirigeant qu’il apaise les tensions, pas qu’il les amplifie. Les débats à l’Assemblée nationale sur le pass vaccinal n’ont d’ailleurs guère montré la volonté de débattre de la part de LREM qui préfére classer les opposants aux restrictions d’alliés d’antivax.

Ce type de discours fait bondir, et pas uniquement les non-vaccinés mais aussi les vaccinés, qui sont lassés des restrictions constantes. Précisons qu’avec 76,8 % de la population vaccinée à deux doses, les non-vaccinés représentent 23,2 %, une minorité non négligeable. Et avec la dose de rappel obligatoire (33,2 %) pour conserver le pass sanitaire, la proportion de personnes insuffisamment vaccinées pourrait très fortement augmenter durant les prochains mois.

 

Une mauvaise stratégie électorale : des « déplorables » de Clinton aux « non-vaccinés » de Macron

Les conséquences se font déjà sentir avec une nouvelle suspension des débats sur le pass vaccinal. À bien des égards, les propos de Macron risquent de se retourner contre lui surtout en période électorale.

Là encore, la comparaison avec les États-Unis est intéressante. En 2016, Hillary Clinton avait traité les électeurs de Trump de « déplorables ». Ce propos avait contribué à sa défaite. Le fait que Macron insulte les citoyens à quelques mois des élections alors que la campagne a officieusement commencé, n’est pas la meilleure idée stratégique.

Cette élection risque d’être marquée par des votes sanctions. De tels propos pourraient soit pousser des indécis à l’abstention (pour ceux qui voulaient faire barrage aux extrêmes), soit amener des abstentionnistes à voter Mélenchon, Zemmour ou Le Pen voire Pécresse par dégagisme.

Certains pourrait arguer que Macron a agi de la sorte par fatigue. Mais si tel est le cas, est-il capable d’effectuer un second mandat ? De même, d’autres y verront son autoritarisme. Ce serait lui faire trop d’honneur que de lui donner ce qualificatif.

À l’heure où débute la présidence française de l’UE, on a vu mieux en termes d’image. Espérons que Macron se comporte mieux avec les autres chefs d’États européens et extra-européens. Il serait problématique qu’il dise à Biden et Poutine qu’il les emmerde.

Voir les commentaires (84)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (84)
  • Suggestion de correction :
    [Les débats] à l’assemblé nationale —> … à l’Assemblée nationale

  • Je n’ai aucune sympathie pour les non-vaccinés. Mais il importe de les convaincre ou même de les obliger, certainement pas de les emmerder. Le point n’est pas celui du vaccin, il est que chacun devrait imaginer que pour une raison ou une autre ou même sans raison, le président aura un jour une grosse envie de les emmerder et que comme il en a les moyens, il le fera. Ce sont ces moyens qu’il faut lui retirer à la prochaine occasion. Que ceux qui voteraient pour lui ne viennent pas se plaindre s’ils se retrouvent emmerdés bientôt…

    -7
    • « les obliger », légalement ou de manière détournée, n’est-ce pas les « emmerder »? Hormis la sémantique choisie, vous semblez être d’accord sur le fond.

      13
      • Les obliger, si la nécessité s’en impose pour respecter la liberté des autres, c’est assumer sa décision. Personnellement, en tant que libéral, je ne m’y résoudrais que si les libertés des autres étaient en jeu, mais il n’est pas aberrant que celui qui a le pouvoir d’obliger oblige quand il estime que l’objectif le justifie. C’est très différent d’obliger dans le but d’emmerder. Remplacez la question des vaccins par celle de l’imposition. Faire payer des impôts, c’est bien en fin de compte « emmerder » les contribuables. Mais si vous ne parvenez pas à convaincre les citoyens de contribuer volontairement, et si vous êtes un dirigeant, il n’est pas choquant, quand les impôts sont sensés, d’obliger à les payer.

        -2
        • De quelle nécessité parlez-vous? Je ne constate rien dans la situation actuelle qui justifie d’imposer la vaccination contre le Covid et certainement pas aux moins de 18 ans.

      • En attendant que ma réponse passe (ou non) la modération, je réponds plus brièvement : obliger quelqu’un à ne pas tuer son conjoint qu’il déteste, n’est-ce pas l’ « emmerder »? Et accuser celui qui utilise le mot « obliger » de soutenir par conséquent les pires choix arbitraires de nos dirigeants, est-ce bien libéral ?

        • Je crains de ne pas suivre votre raisonnement. Vous assimilez un non vacciné à un assassin potentiel?

          • Non, je n’assimile pas un non-vacciné à un assassin potentiel. J’essaie de vous faire admettre que faute de parvenir à convaincre, il y a des situations où il est acceptable de faire un choix qui va restreindre la « liberté » d’autrui de faire n’importe quoi et de vous nuire. Si vous l’assumez, c’est bien différent par rapport à faire semblant de laisser le choix, et « emmerder » ceux qui ne font pas le choix que vous préconisez.
            Je reconnais que je m’explique mal, énervé que je suis par l’impression que ça n’est pas qu’un apprenti dictateur utilise ses pouvoirs pour emmerder ceux qui ne flattent pas ses lubies qui vous choque, mais qu’il s’attaque précisément aux non-vaccinés. Emmerder, mettons, les automobilistes ou les commentateurs de Contrepoints qui ne sont pas d’accord avec vous, on a l’impression que ça ne vous choquerait pas, du moment que ça ne s’adresse pas aux non-vaccinés.

            -3
            • Je comprends que vous soyez énervé, la situation est propice.
              Je tiens à préciser que je respecte votre position bien que je ne sois pas d’accord. Aucune animosité à votre égard. Je suis vos commentaires depuis plusieurs années sur différents sujets et je les apprécie en général. En revanche, je ne partage pas votre position en ce qui concerne la vaccination contre le Covid19 ni votre constat d’une situation qui légitimerait les décisions prises depuis maintenant presque deux ans. L’obligation vaccinale déguisée est tout de même d’un autre acabit que les limitations de vitesse sur les routes ou que tout autre comparaison du même ordre.
              Et, personnellement, je n’emmerde personne et je fais en sorte de ne nuire à aucun de mes concitoyens.

    • Europe1 n’a pas hésité à traduire « non-vacciné » dans les propos du président en « anti-vax ». Un « anti-vax » (quelle que soit la raison) prend un risque pour lui-même s’il appartient à une catégorie à risque (cf Bogdanoff(s)). Le convertir en bouc-émissaire est douteux. Assimiler les non-vaccinés à des anti-vax comme les journaleux de la Pravda est une fake-news.

      • Glissement sémantique pour y aller en douceur. Le vilain était d’abord l’antivax primaire, puis c’est devenu le non-vacciné qui n’a jamais pris une dose, d’ici peu ce sera tout bonnement n’importe quel individu n’ayant pas repris une dose depuis plus de trois mois. Il y aura le bon citoyen qui se soumet chaque trimestre, et le reste.

      • La définition us d’un anti vax a été modifiée : de « personne contre les vaccins » à « personne contre les vaccins ou l’obligation vaccinale »… Ca en dit long sur l’évolution désirée de cette « catégorie » de citoyens, euh personnes, euh machins (dixit les médias ^^)

    • Il n’y a strictement aucune étude qui démontre que si tout le monde était vacciné, la pandémie s’arrêterait. Généraliser un vaccin qui ne bloque pas la transmission – ce que les fabricants avaient dit dès la mise sur le marché, ce sont les politiques et les virologues de plateau TV qui ont lancé la fake-news de l’immunité collective par le vaccin – est une imbécilité scientifique majeure. D’autant plus que ces produits sont toujours expérimentaux et que personne ne sait les conséquences dans 5 ou 10 ans (que tout le monde se rappelle les softenon, mediator, … tous ces médicaments si merveilleux lors de leur mise sur le marché …)

      • Il y a même des études (celle de l’institut Koch) qui montre que 95% des personnes qui choppent omicron sont vaccinées. Depuis ils sont revenus sur leurs chiffres, pour indiquer un chiffre autour de 75% car la qualité des données dont ils dispose est très insuffisante pour abonder dans un sens ou dans l’autre et c’est encore pire en France. Le ministre O. Verreux ment et le gamin poudré qui se prend pour le « président » également car en l’état actuel des choses, les données ne sont pas assez propre pour faire le distingo vacciné / non vacciné lors de l’arrivée à l’hôpital…hôpital qu’ils ont tout deux sciemment détruit.

        • les réa sont pleines de delta et d’inconscients brillants dans leurs propos et expliquant le pourquoi du comment la liberté etc etc….

          -8
          • Raison de plus pour laisser circuler le variant omicron librement. Les dernières recherches montrent que ce variant a deux mécanismes d’infection alors que delta n’en possède qu’un seul…et que bonus, omicron ou une exposition à ce variant bloque une potentielle infection par le variant delta. Je vous renvoie à une excellente vidéo du Dr Mobeen Syed* sur le sujet : https://www.youtube.com/watch?v=PDu-PHrgliQ

            * pas franchement un complotiste ou un illuminé, sinon, cela ferait longtemps que ses cours ne seraient plus acceptés par nombre d’organisation professionnelles américaines du secteur de la santé dans le cadre de la formation continue de leurs adhérents.

            • Je suis d’accord avec vous sur l’Omicron sans aucun problème….Mais le delta continue à envoyer du monde en réa ….

          • Je suis vacciné, ma femme ne l’est pas. Nous avons tous les deux choppé le COVID au réveillon (entourés de médecins, tous vaccinés trois dose) et qui croyez vous qui a les symptômes les plus marqués ? Votre serviteur.
            Les réa ont moins de 60% de non vaccinés légitimes (on met en réa tout non vacciné un peu trop symptomatique alors qu’on n’y mettrai jamais le cas identique au « schéma vaccinal complet ». D’ailleurs plus de la moitié des séjours en « réa » (soins intensifs, en vrai, donc surveillance quasi continue) n’y restent que 2 jours ou moins…

            • Avatar
              Laurent Lenormand
              5 janvier 2022 at 22 h 05 min

              Merci de ce témoignage. J’ai appris aussi, par des connaissances qui œuvrent dans l’hospitalier, que les vaccinés qui ont besoin d’oxygénation sont généralement maintenus chez eux (techniquement possible) et que les non vaccinés sont gardés à l’hôpital en « soins critiques ». Pour le même soin.

            • C’est ce qu’on appelle un biais statistique

      • Sans parler d’un schéma où seraient distribuées des doses trimestrielles pendant des années.

        -1
    • Je n’ai aucune sympathie pour ceux qui promeuvent la vaccination obligatoire. Il a été maintes fois démontré que ces « vaccins » peuvent ne pas convenir à tout le monde (contre-indications) et tout simplement ne pas apporter d’avantage substantiel à une partie de la population (les moins de 40 ans non à risque notamment). Dès lors toute posture faisant fi de cette réalité m’apparait comme étroite et bornée, pour ne pas dire illibérale ou autoritaire.

    • @MichelO
      Il y a des non-« vaccinés » par choix, par méfiance ou par prudence qui sont scrupuleux dans leurs précautions hygiéniques (alias gestes-barrière) au point d’être moins contaminants que leurs compatriotes « vaccinés » souvent négligents et contagieux parce qu’ils se croient protégés. Je me suis lâchement joint aux emmerdés puisque cette pseudo-vaccination est hypocritement obligatoire. Mais je respecte ceux qui résistent à bon escient.
      Quand tout le monde ou presque sera Omicronné sans douleur donc immunisé pour de bon, on pourra passer à autre chose.

      • Le point qui me choque est celui de ne pas assumer son choix. Si la vaccination ou autre chose devait, pour un ensemble de raisons quelconques, être obligatoire, qu’elle le soit. Je ne suis personnellement pas convaincu qu’elle devrait l’être, ni qu’elle ne devrait pas l’être. Je ne vois pas de valeur à la liberté de cracher son virus sur son prochain. Quand ceux qui sont en attente d’une opération auront crevé à force de la voir reportée pour accueillir les omicronnés dans leur hôpital, vous pourrez effectivement passer à autre chose.

        -1
        • Les « vaccinés » n’étant pas ou peu immunisés recrachent d’autant plus leur virus qu’ils sont libres d’aller où bon leur semble.
          Les Omicronnés ont semble-t-il peu de chances d’être hospitalisés et au moins ils sont correctement immunisés.
          Je pense que l’évidence va s’imposer assez vite.

          • Peut-être, il faudrait plus d’éléments indiquant que le risque de la « vaccination » par l’omicron est inférieur à celui de la vaccination par le vaccin. Mais encore une fois, la polarisation sur les vaccinés ou non-vaccinés laisse entendre que si Macron, par exemple, avait décidé d’emmerder ceux qui dépassent le 80 km/h sur les départementales, ça n’aurait pas mérité la même indignation.

            • « Mais encore une fois, la polarisation sur les vaccinés ou non-vaccinés laisse entendre que si Macron, par exemple, avait décidé d’emmerder ceux qui dépassent le 80 km/h sur les départementales, ça n’aurait pas mérité la même indignation »
              Aucun rapport, dans votre exemple, les gens n’utilisant pas de voiture n’en aurait rien à faire des restrictions et autres obligations.
              Dans le cas du covid, c’est l’accès à des services payés par les impôts ou de vie quotidienne qui touche TOUT le monde qui pose problème…
              Manquerait plus qu’ils imposent le pass vaccinal dans le métro, ce qui serait logique, au vu de l’endroit cluster potentiel (mais oh wait aucune étude…), et si toutes ces décisions étaient vraiment pour du sanitaire et réellement sauver du monde…

        • Ils ne peuvent pas rendre la vaccination obligatoire tant que les thérapies / vaccins sont encore au stade expérimental. Ce stade durant jusque 2027 (d’après les documents publiés par la FDA), tout dirigeant qui rendrait la vaccination obligatoire violerait un certains nombre de traités internationaux et pourrait être jugé pour avoir violé ces derniers…d’où le fait que les gouvernements essaient d’imposer une contrainte forte, sans pour autant passer par une obligation formelle.

          Gageons cependant que si une catastrophe devait survenir suite à cette expérimentation à grande échelle, certains tribunaux n’auraient pas trop de mal à démontrer le caractère obligatoire « de fait » de cette injection expérimentale.

          Après, pour savoir quelle orientation prennent les choses, il convient de surveiller les bilans pour Q3/Q4 2021 (ce qui correspond à l’accélération des campagnes de vaccination) des diverses compagnies d’assurance vie concernant les décès de bénéficiaires en âge de travailler (18-68 ans). Les actuaires de ces sociétés sachant revoir leurs risques et agir en conséquence (refus de paiement, augmentation des cotisations, refus d’assurer, …), nous serons fixés relativement rapidement en surveillant les politiques qu’ils choisissent d’appliquer.

        • Les services n’étant pas interchangeables dans l’hôpital français, les « opérations déprogrammées » sont de l’assassinat déguisé par les ARS et autres autorités de santé, les cardiologues, urologues ou cancérologues ne peuvent rien pour aider les « réa » ou les « maladies infectieuses » (même s’ils devraient et que s’ils le faisaient, la saturations saisonnière des urgences en hiver ne serait plus qu’un souvenir.) Tout au plus vont-ils vacciner dans les vaccinodromes où ils touchent beaucoup en ne faisant pas grand chose !

        • « Je ne vois pas de valeur à la liberté de cracher son virus sur son prochain. »
          Donc vous reconnaissez que vaccinés ou pas, vous pouvez être coupable de contaminer votre prochain? Donc vous admettez que la liberté est assortie de la responsabilité. Ceci étant, comment pouvez vous estimer être responsable de la contamination de votre prochain si vous ignorez ( VACCINE OU PAS VACCINE) être oui ou non porteur du virus ?
          Et donc vous estimez que la liberté de tous doit être indéfiniment supprimée, que vous soyez un bon français obéissant aux directives fluctuantes du gvt ou un affreux méchant désobéissant irresponsable!
          Çà ne va pas être facile de vivre les prochaines années!

    • Une loi qui vous oblige par la force, ou la menace de la force (même si c’est seulement pour récupérer une amende) à laisser mettre dans votre corps ce que vous ne voulez pas, c’est un viol. Vous pouvez arguer que ce viol est nécessaire (surtout pour vous), mais n’oubliez jamais que vous demandez le viol d’une partie conséquente de la population, ce qui n’est guère libéral, je trouve.
      Sur le reste, je suis tout à fait d’accord !

  • Il temps que ce petit président sorte discrètement par la porte des artistes….

    • Drôle d’artiste!!! ( Enfin, pas drôle du tout!!!)
      La seule porte de sortie digne de lui, c’est celles des fournitures et encore? plutôt celle proche du local des poubelles!!
      En avril, voter pour n’importe qui ( sauf écolos, extrême droite ou gauche,Lrem) et pas blanc si l’on veut la prise en compte de son vote. Et surtout pas Macron!
      Problème: ça ne laisse pas beaucoup de choix!

      • Voter n’importe qui.. Dans l’état où est la France le choix se résume à zemmour, hors système, et après les français élisent les députés qu’ils veulent et ce sont eux qui gouvernent le président en arbitre.

    • A ce stade, Micronlini risque de faire une sortie par la station service…comme tous les pusillanimes sans colonne vertébrale qui sont actuellement au pouvoir un peu partout dans le monde, il fait du « wishful thinking »…leur rêve le plus secret et qu' »on vienne les chercher » afin qu’ils rentrent dans l’Histoire…

  • Attention aux chiffres sur la vaccination : 23% de personnes non vaccinées sur la population totale considérée comme « éligible » par l’OMS, mais chez les plus de 18 ans on est plus proche des 9% (source : tableau de bord de la vaccination du ministère de la santé).
    La stratégie est donc toujours la même : s’appuyer sur les 91% d’électeurs vaccinés (dont un certain nombre approuvent ce type de discours, au vu de débats que j’ai pu avoir par ailleurs) pour taper sur les 9% restants.
    Au passage, je suis conscient que le « 91% » inclut des faux vaccins. Mais j’ai du mal à croire qu’ils représentent une population suffisamment importante pour être significative…

    • En tant que commerçant je côtoie énormément de monde et, soit je vis dans un microcosme très particulier, soit les chiffres de 10% de non vaccinés sont fantaisistes. Beaucoup de personnes que je fréquente professionnellement ou personnellement ne sont pas vaccinées.
      Je m’interroge donc.

      • Mon « croque mort » qui « travaille » aussi avec beaucoup de monde me disait qu’il avait un boulot de fou et que lui aussi ce sont les non vaccinés qu’il « cotoie’ le plus souvent….!!!

        -10
        • Avatar
          LasciatemiCantare
          5 janvier 2022 at 22 h 12 min

          Il y a très peu de morts du Covid en ce moment, la « surcharge » de travail de votre croque-mort en ce moment n’en fait absolument pas un phénomène national.

        • Mon « croque mort » … me disait …

          N’importe quoi ! Et le secret médical !

        • C’est donc bien ce que je suggérais : je vis dans un microcosme très particulier. Mes excuses, je ne connais pas votre « croque-mort ».

  • Les antivax mettent en danger la vie d’autrui en risquant de retarder des actes médicaux nécessaires à la survie de certains malades.
    Ce ne sont que des cons égoïstes dont ma seule envie est de les parquer ensemble, survivront ceux qui pourront , mais devant une telle bêtise il n’y a pas d’autres solution.
    PS / Pécresse vient de perdre ma voix.

    -24
    • Les jeunes n’ont aucune raison de se vacciner:
      -Individuellement ils ne risquent rien.
      -Collectivement le vaccin n’empêche pas l’épidémie.
      Les vieux qui ne sont pas vaccinés n’encombrent pas les soins intensifs d’une manière massive. Ils doivent représenter 10% des places de soins intensifs. Les soins intensifs sont en sous capacités tous les hivers. Ce n’est pas nouveau.

      12
      • Si les soins intensifs sont en sous-utilisation, expliquez-nous pourquoi des opérations sont-elles déprogrammées ?

        • Pour faire peur. Les opérations sont déprogrammées pour que les vaccinés insultent les non-vaccinés et ça marche. Ils ont fait le coup déjà en 2020 : les cliniques ont libéré leurs lits qui sont restés vides ! Mais le Gvt a pu dire : « vous voyez que la situation est grave, on a reporté les opérations ».
          C’est la même situation. Il n’y a pas à déprogrammer les opérations.. Avec 3665 personnes en réanimation, comment peut-on dire qu’on doive reporter des opérations ?

          • Bien sûr. Vous êtes allée voir en réa ces derniers mois, vous ? Ca n’est pas ce que moi j’y ai vu…

            -3
          • « Ils ont fait le coup déjà en 2020 : les cliniques ont libéré leurs lits qui sont restés vides ! »
            Comme vous avez raison !

        • Il faut savoir lire avant de commenter!
          « Les soins intensifs sont en sous capacités tous les hivers. Ce n’est pas nouveau. »
          ça veut dire que depuis des années, en période hivernale, il y a saturation de ces services ( indépendamment du covid) car le nombre de places disponibles ( capacité) est insuffisant par rapport à la nécessité ( utilisation). Il suffit de regarder les bulletins d’informations des hivers 2017,2018,2019 pour voir que ce n’est pas nouveau! Et la politique de suppression des lits et des soignants menée par les gouvernement successifs n’a jamais eu pour but d’améliorer les choses! Et il y avait déjà des opérations déprogrammées, mais personne ne s’en étonnait!

          • Désolé. Ne pas pouvoir imaginer qu’on se moque de la saturation parce qu’elle est habituelle m’a égaré.

            -2
        • Je crois que vous ne connaissez pas le fonctionnement de l’hôpital public. Les services sont cloisonnés, les réanimations chirurgicales, les réanimations médicales, les réanimations pédiatriques, les soins intensifs de cardio et de neuro. Tous ce petit monde est bien séparé. On ferme des services avec le plan blanc, les soignants restent chez eux, ce qui fait qu’en 2020 l’hôpital a travaillé 13% de moins et la réa 5% de moins. Il n’y a aucune logique, c’est un ordre qui vient d’en haut. Les réa ne sont pas débordés, pour la simple raison qu’un service a la même charge de travail, épidémie ou pas. C’est un système soviétique.
          J’ai travaillé dans les urgences en libéral et en public. En libéral, quand il y avait une épidémie de grippe, on passait de 2 médecins le WE à 10 médecins et tout le monde était content: On se faisait 2500€ en 12h. Par contre en tant que vacataire au public, on était payé pareil épidémie ou pas et bien entendu le nombre de médecins n’augmentait pas. Il n’y a pas d’incitation à travailler, alors qu’il suffisait de doubler le salaires des infirmières de réa pour qu’elles travaillent plus, mais bien entendu les syndicats mettent leur véto.

        • Pour convaincre pour emmerder, pour que les vaccinés mettent la pression aux non-vaccinés. Sinon, vous avez déjà vu un cardiologue s’occuper d’un cancer du colon, un urgentiste procéder à une opération au cerveau ? Les spécialités sont non-interchangeables et les déprogrammations ne sont que des quasi-meurtres déguisés !

      • A priori, l’Omicron s’attaque aux vaccinés, donc à priori, ce sont eux les plus dangereux, j’espère qu’ils seront tous confinés pour laisser les non vaccinés à vivre leur vie tranquillement et sans danger 🙂

    • Les antivax mettent en danger la vie d’autrui en risquant de retarder des actes médicaux nécessaires à la survie de certains malades.

      On peut aller loin avec un tel raisonnement: remplacez « les antivax » par « les buveurs d’alcool », « les fumeurs », « les chauffards », « les sportifs (qui risquent des blessures) »…

    • Ben oui !
      – les enfants mettent en danger leur mère qui risque de mourir en couches,
      – les spéléologues, les alpinistes ou même les baigneurs mettent en danger les secouristes qui viennent les sauver,
      – les mineurs mettent en danger ceux qui viennent déblayer la mine après un effondrement,
      – et d’une manière générale les enfants mettent en danger leur parents qui cherchent à les protéger, vont leur refiler le virus chopé à l’école (que les parents les aient fait picouser ou pas)

      D’ici que le nouveau « ausweis » prenne effet, et que le vaccin confère (ou pas) un surplus de semblant d’immunité, la moitié de la population aura chopé l’omicron. Alea jacta est. la recherche des bouc-émissaire est un peu dépassée, mais le « n’importe quoi » est à son apogée.

    • « Les antivax mettent en danger la vie d’autrui en risquant de retarder des actes médicaux nécessaires à la survie de certains malades. »
      Je suis désolé mais la cause racine première de ce problème est la gestion calamiteuse de nos hôpitaux depuis au moins 20 ans (et je ne parle pas de la gestion du Covid par le gouvernement). La pandémie actuelle ne fait que révéler de manière forte ce problème. Mettre ça sur le dos des non-vaccinés est peu rapide et facile.

      • En effet. Mais telle est la situation aujourd’hui, et pour augmenter le nombre des places disponibles dans les hôpitaux cet hiver, qui peut faire quoi ?

        • Interdire la voiture, la cigarette et l’alcool. Un bon début.

          • Interdire…
            J’aurais dit : adopter une conduite plus prudente au volant, essayer d’arrêter de fumer, se modérer dans sa consommation d’alcool. Parce qu’appeler de ses voeux des interdictions n’a pas un record-track très brillant à faire valoir.

        • Laisser les soignants non vaccinés continuer de travailler (comme il faut tester tout le monde régulièrement…), laisser les médecins prescrire ce qu’ils pensent être le plus adapté pour les patients…ce n’est pas en provoquant une crise des vocations et en poussant le personnel médical à bout qu’on réussira à quoi que ce soit. Le système de santé est actuellement malade de sa trop grande bureaucratisation…réduisons cette dernière très rapidement et laissons les soignants soigner.

    • Les antivax sont égoïstes, dites-vous.
      C’est votre opinion, mais certainement pas un fait scientifique.
      Par contre, vos propos démontrent qu’on peut être vacciné et intolérant.
      Ne tombons pas dans le piège grossier dans lequel veut nous faire tomber Macron.

    • Avatar
      LasciatemiCantare
      5 janvier 2022 at 15 h 03 min

      Un bien bel exemple de régurgitation de la propagande du MiniVer. Le con n’est pas forcément celui qu’on croit.

    • Les discours comme les vôtres et ceux de Macron risquent de mettre rapidement une frange de la population en mode « résistance »… Tant que c’est passif, ça va mais le passage à l’acte et le meurtre politique risquent de suive.

  • Donc le président veut emmerder des français qui sont dans la légalité en ayant fait le choix de ne pas se faire vacciner…
    C’est totalement hallucinant de dire des conneries comme ça.
    Moi j’aimerais mieux que Macron emmerde un peu plus les gens qui sont au chômage sans chercher de travail.
    Emmerde un peu plus les petits caïds de quartier qui font vivre un enfer aux habitants
    Emmerde un peu plus emmerde un peu plus les cambrioleurs
    Emmerde un peu plus les grévistes du service public
    Emmerde un peu plus….

    Sérieusement j’espère que ce pauvre type dégagera très vite

    15
  • Avatar
    Laurent Lenormand
    5 janvier 2022 at 11 h 21 min

    Ni fatigue, ni autoritarisme. Juste la poursuite de la stratégie clairement affichée depuis l’été dernier: cliver, diviser, hystériser. Nous sommes en guerre, vous êtes avec nous ou contre nous. Nous sommes les gentils responsables, ils sont les dangereux méchants complotistes anti vax.
    Aucune rationalité sanitaire là-dedans. Un pur calcul politicien qui vise à masquer l’échec total de la politique du pouvoir, et à imposer à tout prix le bracelet numérique à obsolescence programmée, qui est le véritable objectif de tout ce cirque.

    12
    • Pur calcul tactique?
      Le Président fait comme la concurrence: quand on veut être élu il vaut mieux se rapprocher du caniveau.

  • Imaginons un instant qu’un Zemmour ou une Marine Le Pen déclare qu’ils souhaitent « emmerder » les arabes et les noirs… 😀

    10
  • J’ai bientôt 63 ans et je n’ai pas le souvenir qu’un président ait tenu de tels propos publics contre les Français.
    Je suis vacciné, je connais des personnes qui ne le sont pas et qui sont d’aussi bons citoyens que moi.
    Ce que vient de faire Macron est très grave et j’aimerais que tous les Français se lèvent contre ce personnage qui nous fait honte et encore plus au moment où il prend la présidence de l’Union européenne.
    Il ne faut pas se tromper, aujourd’hui nous sommes tous des non vaccinés !

    12
  • Il a réussi avec nombre de complices de persuader la population que l’autre est le danger; la vieille pratique de distiller la peur avec un bouc émissaire est malheureusement toujours une méthode gagnante. Il espère être réélu en surfant sur les plus bas instincts de la population et malheureusement il a sans doute raison.

  • Je voterai contre lui, peu importe le candidat.
    Pour la députation, je verrai le moment venu suivant le candidat.

    Macron démission immédiate ❗

  • C’est légal pour un président de vouloir emmerder par des interdictions des personnes non-vaccinés pour la raison qu’elles ne sont pas vaccinées, sachant qu’elles n’ enfreignent aucune loi portant sur une obligation de se vacciner ?
    Je pense avoir perdu la raison, ou bien ce sont les autres mais statiquement ça ne peut être que moi, faut pas se leurrer.

  • Je ne suis pas médecin, mais je suis francophone.
    Un vaccin est un truc qui immunise, si vous prenez le BCG, vous ne risquez pas la tuberculose,
    si vous prenez le Tetavax, vous ne risquez pas le tétanos.
    Et bien bizarrement, si vous prenez le vaccin anti-Covid, vous risquez d’attrapez le Covid.
    Un vaccin qui n’immunise pas, n’est pas un vaccin, c’est une thérapie, un médicament, c’est tout
    ce que vous voulez, mais ce n’est pas un vaccin.
    Même avec 100% de vaccinés, nous aurions eu Omicron et ceux qui vont suivre.
    Ensuite on nous dit, vaccinez vous pour protéger l’hôpital public.
    Demain on nous dira, vaccinez vous pour protéger l’administration pénitentiaire ou les services fiscaux.
    Et puis quoi encore ?

    • Oui mais les exemples pris sont des bactéries pas des virus et les bactéries ne mutent pas ..les virus si…

      -1
      • Les bactéries ne mutent pas..
        Mon Dieu, mon Dieu..

      • Avatar
        LasciatemiCantare
        7 janvier 2022 at 8 h 42 min

        C’est cela, oui. Avez-vous entendu parler des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques ? Elles n’ont pas muté peut-être ?

      • Et comme les virus mutent, les vaccins deviennent rapidement inefficaces ( voir le vaccin de la grippe saisonnière à faire tous les ans, mais décision de la vaccination laissée à l’appréciation du patient en fonction de son état de santé).

  • La notion de non-vacciné est floue et va le devenir encore plus. 10% aujourd’hui qui n’ont reçu aucune dose mais parmi eu des guéris tout autant et sans doute plus immunisés. Tous les jours, il y a davantage de non vaccinés i l’on considère que le passeport sanitaire puis vaccinal est le marqueur officiel. Le 15 janvier, encore davantage. Et le 15 février, le nombre de non vaccinés va exploser si l’on en croit les projets de Veran. Et le 10 avril, ils vont tous emmerder Macron.

  • Bien qu’en dehors du coeur des ténèbres, j’ai quand même envie de lui répondre :
    – c’est un peu Kurz, jeune homme !

  • Le calcul est surtout très idiot.
    – Une bonne part des vaccinés sont des « malgré moi » qui n’ont accepté l’injection qu’ contre cœur, pour pouvoir voyage, travailler ou autre. Ceux là se verraient bien « non vaccinés ».
    – Même les vaccinés toutes doses ont souvent des amis, de la famille non vaccinés… Entendre le président de la république dire que vos parents/enfants/conjoints qui pour des raisons qui leur sont propre ont choisi de ne pas se faire injecter un produit expérimental et dont tout montre qu’il n’est guère efficace (je suis vacciné, ma femme non, on a tous les deux attrapé le virus et j’ai des symptômes plus marqués)
    – Même les vaccinés convaincus, n’ayant pas de famille ou que les médias ont pu convaincre que leur famille non vaccinée n’était pas humaine ou pas loin, ils peuvent trouver que cette phrase est bien à sa place dans la bouche d’un ado immature de 15 ans, beaucoup moins dans celle d’un homme de 44 ans, et encore moins dans celle du président de la république qui est sensé dès son élection se départir des préférences partisanes et devenir le président de TOUS les français.

    D’ailleurs nombre de media bien « pro-système » et de politiciens « comme il faut » ont quand même tiqué.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les soignants non vaccinés contre le covid ne seront pas réintégrés. Du moins pas avant encore de longs mois et au bout d’un chemin tortueux dépendant du bon vouloir de la Haute Autorité de Santé, qui s’est encore prononcée contre il y a huit jours...

Cette situation réussit la rare performance d’être à la fois logique et scandaleuse. Il faudra pourtant bien trancher le nœud gordien, c’est-à-dire réintégrer un jour ou l’autre ces soignants indispensables à un système de soins en tensions et qui n’ont, eh oui, commis aucune faute.

<... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles