La dérive de Sanofi

Sanofi, poursuit sa dérive de société essentiellement conduite par ses intérêts financiers.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Julia Koblitz on Unsplash - https://unsplash.com/photos/RlOAwXt2fEA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dérive de Sanofi

Publié le 21 décembre 2021
- A +

Tandis qu’avec le covid les Français ont constaté la dépendance de l’industrie de leur pays pour traiter leurs problèmes de santé, notre entreprise phare, considérée comme une des premières mondiales, Sanofi, poursuit sa dérive de société essentiellement conduite par ses intérêts financiers.

C’est le regroupement de dizaines d’entreprises françaises et le rachat de quelques entreprises étrangères qui a conduit à ce mastodonte de quelques 35 milliards de chiffre d’affaires présent dans la plupart des pays du monde. La liste de noms prestigieux ayant partagé cette aventure serait trop longue, mais ce qu’il faut retenir c’est la fierté de tous ceux qui ont participé au cours du temps à l’édification de cette cathédrale.

En dehors de quelques interrogations balayées par les dirigeants depuis une dizaine d’années sur l’orientation de l’entreprise, il y a eu quelques couacs à propos du choix de l’anglais comme langue de communication interne, de la disparition progressive de la recherche en France, des difficultés de travail commun avec la communauté scientifique française, mais surtout fin 2015/début 2016 la cession de Mérial, filiale animale avec ses vaccins, aux laboratoires allemands Boehringer alors qu’avait été préparée l’installation du premier centre mondial des vaccins dans la région lyonnaise. Cette nouvelle avait sonné comme un avertissement à tous les professionnels de la santé puisque, au contraire, les publications scientifiques mondiales recommandaient d’observer la santé à travers la vie qu’elle soit humaine ou animale -concept one health.

Les cris des communautés scientifiques comme industrielles de l’époque n’ont eu aucun écho et l’on s’attendait donc aux catastrophes à venir puisqu’il était évident que la société n’était plus dirigée pour répondre ni aux intérêts de la France, ni aux intérêts de la santé, mais guidée désormais par les seules considérations financières.

Le covid a été le révélateur de la justesse de ces craintes puisque la France a été le seul grand pays à avoir passé son tour pour mettre au point un vaccin, et même un médicament. Sauf exceptions, les principes actifs avaient disparu de notre pays.

Assaillis de critiques les dirigeants du groupe ont répondu que la mise au point d’un vaccin classique était en cours et qu’ils avaient bien compris et entendu que la fabrication en France des principes actifs était un impératif stratégique pour lequel ils allaient apporter des réponses appropriées. C’est l’exemple du principe actif du Doliprane qui parle à tous les Français qui a servi de phare à cette prise de conscience.

Sanofi, la réindustrialisation et la comédie du vaccin

Deux nouvelles coup sur coup viennent troubler un pays essayant d’oublier des mois chaotiques avec les fêtes de Noël et du Jour de l’An qui risquent de se traduire par davantage de crises de foie ou de digestions difficiles qu’habituellement.

Tout d’abord, alors que l’on a parlé de réindustrialisation depuis des mois, on annonce chez Sanofi la constitution d’une société autonome européenne (siège en France) de principes actifs baptisée EuroAPI. Cette filiale de Sanofi regroupera six usines et 3200 personnes, pour un chiffre d’affaires de un milliard d’euros avec pour objectif de doubler de volume dans de brefs délais. Pour réaliser les investissements nécessaires cette entreprise entrera en bourse en mars 2022 et Sanofi conservera 30 % du capital. Une activité hier encore jugée prioritaire pour le pays qui représente 3 % du chiffre d’affaires général, doit donc sortir du groupe pour conquérir… quoi exactement ?

Le reste de la fabrication des principes actifs est-il maintenu dans des pays plus exotiques aux règles environnementales moins strictes, ou sera-t-il rapatrié ? Qui s’en soucie ? Visiblement le personnel des deux usines françaises de Saint-Aubin-lès-Elbeuf (300 personnes) et de Vertolaye (800 personnes) ont signifié leur inquiétude, en particulier en remarquant l’obsolescence de certains équipements. Parce que c’est nationalement prioritaire on va satelliser l’opération… c’est ce qui s’appelle sacraliser un cœur de métier ! Il est possible que les explications soient prêtes, mais les Français échaudés auraient volontiers désiré être informés. Ou alors on arrête de leur faire miroiter une réindustrialisation du pays sur les composants critiques.

Par ailleurs, la comédie du vaccin continue de plus belle. Alors que le vaccin Sanofi était prévu pour le printemps 2021 on ne sait plus maintenant si nous le verrons un jour. Sanofi-vaccins (avec Mérial jusqu’en 2016) était à cette date la première entreprise de vaccins mondiale, assise sur les travaux de Pasteur et Mérieux. C’est vers cette entreprise qu’ont convergé les Biotechs qui voyaient un avenir dans l’ARN-Messager, c’est Sanofi qui a choisi la technique classique alors qu’elle avait les moyens  scientifiques, techniques, industriels et financiers, de soutenir les découvertes de Bio-N-Tech comme de Moderna.

C’est un Français de Mérieux qui a bâti Moderna avec un chercheur-industriel ex-Sanofi (Boston) Tal Zachs ; ce sont les dirigeants de Sanofi qui ont ensuite été chercher une Biotech de Boston TranslateBio pour rattraper leur retard sur l’ARN-Messager ; ce sont eux qui s’aperçoivent aujourd’hui des difficultés de tester leur vaccin avec un vaste échantillon alors que la majorité de la population est désormais vaccinée ou si elle ne l’est pas elle ne va sûrement pas accepter de le faire avec un vaccin non- testé. En fait, il apparait en pleine lumière que le vaccin anti-covid n’a jamais été une priorité pour Sanofi et ne le sera plus puisque la sortie aujourd’hui d’un vaccin aurait un marché très étriqué et donc non rémunérateur.

En fait désormais, il faut s’en convaincre et c’est triste, Sanofi n’est plus guidée par la santé de la population française, n’est plus menée par un sentiment patriotique d’excellence de la science, de la technique et de l’industrie françaises. Elle est une multinationale d’origine française qui produit et vend un produit comme un autre avec le seul regard du financier qui s’intéresse à son cours en bourse et sa rentabilité.

L’éthique du pharmacien qui voulait se mettre au service des maux de l’humanité et tendre vers des produits adaptés aux actes médicaux a disparu. Le médicament et le vaccin avaient besoin et ont toujours besoin de ces sociétés privées qui prennent des risques pour présenter les meilleurs produits aptes à prévenir, guérir, soigner, accompagner. Or, on ne fait pas de l’industrie dans le secteur de la santé comme ailleurs, on cerne les priorités de la souffrance collective et on se doit de les traiter.

C’était tout l’honneur de la médecine et de l’industrie de la santé françaises, il n’est pas trop tard pour y penser et retrouver un peu d’idéal. Il se pourrait même que ce soit rentable comme semblent le prouver les actions de Pfizer et de Moderna.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • « ’il était évident que la société n’était plus dirigée pour répondre ni aux intérêts de la France, ni aux intérêts de la santé, mais guidée désormais par les seules considérations financières. »

    être dirigé par le profit n’ets pas un problème pour une entreprise, l’interet financier est un concept plus vague.. mais à priori pas de problème…

    les interets de la France ..ou de la Santé…
    non désolé.. des français? de tous? de la santé des français? de tous?

    il ya chez le floch un constructivisme industriel, qui est tolérable car nous sommes encore dans le dé constructivisme industriel..

  • Euh…oui une entreprise est faite pour une mission: la rentabilité.
    Vous pensez vraiment que Pfizer n’a fait un vaccin que pour sauver la veuve et l’orphelin, le salut de son pays et le désir d’excellence? Non, non, c’est pour l’opportunité de se faire de l’argent. Il n’y a rien de mal à cela, au contraire.

    Sanofi a échoué a proposer à temps un vaccin car elle a simplement manqué de vision stratégique. Le même constat est fait pour le politique.

    • Sauf que Pfizer n’a pas crée les substances expérimentales à ARN-messager qui sont actuellement présentées comme la panacée en matière de lutte contre l’épidémie de SRAS-CoV-II…c’est la startup allemande BioNTech qui en est à l’origine, et qui avait besoin de l’appui d’un grand groupe industriel produire et tester son produit. Je pense que BioNTech a du aller voir Sanofi, Pfizer et les autres géants de la pharmacie pour bénéficier de leur appui logistique…mais que Sanofi sans les garanties de l’UE n’a pas pris de risque, au contraire de Pfizer qui avait le support financier du gouvernement américain grâce à l’opération « Wrap Speed » mise en place par le président Trump.

      A mon sens, il s’agit donc d’un manque de clairvoyance et de réactivité du mammouth que constitue l’UE face à une administration américaine plus audacieuse et ambitieuse.

      • « Sauf que Pfizer n’a pas crée les substances expérimentales à ARN-messager qui sont actuellement présentées comme la panacée en matière de lutte contre l’épidémie de SRAS-CoV- »
        et dans leur fond doivent s’en féliciter, vu les effets négatifs graves de ces injections

  • Sanofi a raté une belle occasion de sauver la Fraaaaance, et même le Mooonde, de ce dangereux nez-qui-coule.
    Ils peuvent se rattraper en trouvant un vaccin transgénique contre les ongles incarnés.

  • Les entreprises leader dans la vaccination Covid 19 ne font pas dans la philanthropie, excusez moi du peu, elles sont même tellement éprises du bien être mondial de l’ humanité qu’ elles se sont exemptées de toutes responsabilités futures en laissant la vaccination se faire avec leurs produits dont les tests n’ étaient pas complètement aboutis.
    Comme dirait l’ autre, si on veut connaître le fin mot de l’ histoire Covid, suivez le pognon.

  • jean-françois therme
    21 décembre 2021 at 9 h 43 min

    Et bien sur le fond je partage l’avis de Mr Le Floch Prigent…Sanofi developpe plutôt un vaccin ARNm contre la grippe et a abandonné la Covid…

  • Je pensais qu’on était sur un site libéral. Et donc le fait que Sanofi cherche la rentabilité est une bonne chose. Qu’il se fiche comme d’une guigne de l’avenir de la patrie ou de la santé des français est tout à fait normal (surtout qu’on nous explique que c’est un conglomérat international où l’on parle même l’anglais en interne!).
    La réalité est que Sanofi ne veut pas produire en France car c’est trop cher. La filiale qu’ils créent est juste pour redorer leur image, et feront en sorte que cela ne coute pas trop cher. Enfin, le marché vaccin covid n’est plus attractif, il vaut mieux soigner des maladies chroniques car les traitements durent (et vendre les médicaments à d’autres pays, car la SS paye mal…).
    Quant à l’état français, il n’a pas les moyens de faire dans du stratégique, c’est à dire subventionner directement certains site industriels pour avoir une capacité de production stratégique: remarquez qu’on est les plus mauvais payeurs déjà, c’est pourquoi on est servi en dernier.

    • L’auteur est un ancien président de GDF et de la SNCF. Il n’y a donc aucun étonnement à le voir en joie en liant l’industrie à l’État.

  • Plutôt que de créer un nouveau champion public en concurrence frontale avec les Big Pharma, je propose de concentrer l’argent public sur un organisme de recherche sur le repositionnement des molécules existantes (dont celles dans le domaine public), le financement d’études cliniques, la production de principes actifs, et de sous-traiter la fabrication de génériques à toutes les entreprises privées qui voudront bien en garantir la production sur le sol de l’Europe.

    • Ou juste arrêter d’emmerder les entreprises et donner à l’économie de la santé de règles claires.
      C’est pas gagné…

  • Sanofi realise 75% de son CA hors d europe et n emploie plus en France que 25% de ses 100 000 salariés. Les actionnaires sont majoritairement hors de France même si l Oreal en possède 10%. Parler d entreprise françaisepour Sanofi releve d un doux euphémisme !!!!

  • Je ne pense pas que cet article expose vraiment le point de vue d’un libéral, bien au contraire. une entreprise doit faire des profits pour se développer. Ne pas y arriver signifie disparaître ou ne plus être acteur de son marché. La principale faiblesse de SANOFI réside dans le au dictat de ce type de discours dans l’économie française qui expose ses entreprises au dictat d’une pensée que Bastiat aurait combattue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Si l’actuel président de la République française, chef des armées et grand maître de l’ordre national de la Légion d’honneur, a tenu des propos gravissimes dans Le Parisien, ce n’est pas parce qu’il a utilisé un gros mot à l’encontre des personnes non-vaccinées. En réglant immédiatement leur focale sur la forme de ses déclarations, les éditorialistes de la presse bien-comme-il-faut ont fait mine de ne pas entendre l’essentiel. Car, n’étant certainement pas totalement incompétents dans les fonctions qu’ils occupent, ni le chef de l’État ni les... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Le phénomène le plus inquiétant de la pandémie mondiale du coronavirus dit Covid-19 est la perte de bon sens d’une grande partie de la population associée à un gigantesque foutoir des opinions et des mesures conseillées, décidées, dans la plupart des pays.

En dehors des aspects de politique de la santé qui ont agité à juste titre notre pays, de la politique de prévention affichée et modifiée de façon permanente, des protocoles à justification et à applications variables, on peut dire sans trop de contradictions possibles que la science... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles