Les écologistes contre Noël

Nous en sommes à la cinquième vague, et bientôt à la sixième, et au moins à la centième intervention télévisée des « autorités sanitaires » omnipotentes et omniprésentes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Sapin de Noël by CpaKmoi(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les écologistes contre Noël

Publié le 20 décembre 2021
- A +

Le mois de novembre a été un mois « extrêmement doux, sec et ensoleillé », caractérisé par « un important déficit de précipitations, une température moyenne au-dessus des normales et un ensoleillement généreux », plaçant ce mois « au huitième rang des mois de novembre les plus chauds depuis le début du XXe siècle ».

C’est ce que l’on pouvait lire… il y a un an, lorsque le mois de novembre 2020 était la star des émissions de grande écoute en même temps que le deuxième confinement et les prédictions apocalyptiques de la seconde vague.

Aujourd’hui, nous en sommes à la cinquième vague, et bientôt à la sixième, et au moins à la centième intervention télévisée des « autorités sanitaires » omnipotentes et omniprésentes. Et ce n’est pas près de s’arrêter, s’il faut en croire les mêmes émissions, qui semblent avoir laissé tomber l’extinction climatique pour se concentrer uniquement sur le virus zombie.

Nous sommes en l’An II après Wuhan. Toute la Gaule est occupée par le coronavirus… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste à l’envahisseur.

Ça sert à ça, vos impôts

Au fin fond du PAF, un village gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur grâce à la potion magique : la redevance télévisuelle qui rend invincible. Dans l’escalade apocalyptique, le vainqueur n’est pas encore désigné. Qui du virus ou du réchauffement aura le dernier mot ? Qui des gestes barrières et du tri sélectif gagnera la bataille de la culpabilisation ?

Pour cela, il faudra encore attendre quelques épisodes. Mais ce que l’on sait, c’est que comme d’habitude, l’histoire se terminera par un banquet qui permettra de célébrer la vie dans une joyeuse ambiance de retrouvailles et de convivialité.

Ou pas.

Parce que si côté épidémie, les dieux ont semble-t-il décidé de ne pas nous tomber sur la tête, les écologistes n’ont pas dit leur dernier mot. Heureusement que nous avons les services publics de l’information pour nous rappeler la hiérarchie des apocalypses.

Noël sera écolo ou ne sera pas !

Soyons concrets, sauvons tous la planète

France Info, fidèle à son engagement déontologique d’être « le reflet d’une couverture exacte, équilibrée, complète et impartiale de l’actualité » a donc décidé en cette fin d’année de nous apprendre comment devenir pauvre pour Noël, ou comment faire plaisir à un courant politique partisan (l’écologisme anticapitaliste) qui représente à tout casser les quelques poussières nécessaires pour être au second tour d’une élection une fois les « arbitrages » arbitrés.

Dans cet article (lien reposté une troisième fois pour être certain que vous prendrez soin de le lire), on y apprend qu’il est facile de caricaturer les écolos, mais qu’il est plus difficile d’être un vrai défenseur du climat et de la planète.

On peut se demander qui peut bien avoir l’idée saugrenue de caricaturer les écologistes…

En tout cas, il n’est pas bien d’afficher un sale mépris de classe : les beaufs qui profitent du black Friday pour remplir leur caddie sont des pauvres et les pauvres polluent moins que les riches.

Le vice et la vertu

On ne comprend pas très bien s’il faut en fin de compte se comporter comme des pauvres, être des pauvres, ou encore jouer à être pauvres pour être un bon citoyen. Mais en tout cas, le canon de beauté et de sainteté écologiste, c’est clairement l’abstinence : « pour l’amour de Dieu, arrêtez de détruire la planète pour leur dire que vous tenez à eux ».

Nous sommes au cœur du problème : vivre détruit la planète, aimer détruit la planète, vouloir faire plaisir à quelqu’un, vouloir lui prouver son attachement, détruit la planète.

Il faut donc offrir des cadeaux qui n’en sont pas : des cadeaux « utiles », comme un poème par exemple, ou des cadeaux « immatériels », comme un abonnement de cinéma dans un multiplexe de 5000 places construit en béton et climatisé, construit au fin fond de la zone commerciale à vingt-cinq kilomètres aller de voiture de chez soi. Ou encore des cadeaux « recyclés », comme du parfum de grande marque tout neuf, encore dans son emballage d’origine et tout frais tombé du camion, vendu pour un cinquième du prix sur des sites en ligne ou dans des boutiques de seconde main.

Manger du poisson, mais pas le vendredi

Et puis, il faut manger du poisson. Parce que le poisson, ça pullule, on en a à foison. C’est d’ailleurs pour cela qu’il faut arrêter de manger du poisson, parce qu’avec la surpêche, du poisson, il n’y en a plus. Et donc, il faut manger du poisson, mais pas du poisson sauvage (ça détruit les écosystèmes) et surtout pas du poisson d’élevage. Parce que le poisson d’élevage, c’est polluant et industriel, même si ce n’est pas de l’élevage, comme l’élevage qui pollue et est devenu industriel.

Bref, si vous n’avez rien compris, c’est normal : le but n’est pas de comprendre, mais de sauver la planète.

Méchant profiteur destructeur de la nature

Enfin, il ne faut pas faire de sapin. Pourquoi ? Pour une raison simple : l’arbre, quand c’est pour le brûler (à raison de 10 à 15 stères par an et par foyer) dans un poêle super design à double combustion et récupération de chaleur, ça s’appelle une énergie renouvelable, mais quand c’est pour briller au milieu de votre salon, ça s’appelle un « choix politique ».

Ou alors, à la limite, il faut prendre un sapin en pot : l’option de loin « la plus responsable » et le replanter après les fêtes sur le balcon ou dans l’escalier de l’immeuble. On peut ensuite le replanter dans un jardin. Parce qu’un épineux dans un jardin, ça n’acidifie absolument pas le sol, ça ne finit pas par prendre toute la place, ça ne risque absolument pas de se coucher sur votre toit à la première bourrasque venue (vu que ça ne perd pas ses feuilles en hiver et qu’un sapin replanté dans un sol qui n’est pas fait pour lui, ça a plein de bonnes racines bien profondes) et ça n’empêche absolument pas les autres espèces végétales de se développer. Ça ne peut pas faire tout cela, parce que vous l’aurez planté pour sauver la planète.

Pourquoi ce sont les mêmes qui commentent la mode et vous expliquent l’écologie ?

La surface forestière a doublé en moins d’un siècle en France. Elle représente près d’un tiers du territoire. Il y a en France un hectare de bois ou de forêt pour quatre habitants et ce chiffre progresse tous les ans, comme dans la grande majorité des pays développés.

Mais en déplantant un sapin au lieu de le couper et d’en faire pousser un autre, on sauve la planète. En mangeant du poisson d’élevage, on sauve la planète. En jouant au pauvre, on sauve la planète.

Nous avons essayé d’obtenir une interview avec la planète, pour lui demander son avis et savoir si elle était contente de tous ces sacrifices faits pour elle. Pas de réponse.

Joyeux Noël !

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle réglementation interdisant les emballages en plastique des fruits et légumes est entrée en vigueur au 1er janvier 2022. Relater sa genèse est plus intéressant et instructif que gloser sur les désagréments et catastrophes à venir. Ce fut priorité à la bien-pensance et la démagogie au détriment de l'efficacité économique et sociale.

Le 1er janvier 2022 est entré en application le Décret n° 2021-1318 du 8 octobre 2021 relatif à l'obligation de présentation à la vente des fruits et légumes frais non transformés sans conditionn... Poursuivre la lecture

À la première vision, la grosse production de Netflix et son lot de stars séduisent. Il y a ce mélange de film catastrophe et de critique sociale distanciée qui en font un divertissement réussi. La métaphore climatique est un sous-texte intéressant mais laisse un arrière-goût d'à-peu-près. C'est à la réflexion que l'on perçoit le hic.

Que raconte Don't look up

En effet, le problème réside dans la dynamique du film, évidente pourtant, mais dont l'évidence même révèle notre faiblesse à la penser. Car de quoi s'agit-il ? D'un couple de sc... Poursuivre la lecture

Avec les illuminations de fêtes, le sujet de la pollution lumineuse redevient le marronnier en vogue des medias.

Longtemps sous-estimé, ce phénomène est désormais un chantier incontournable pour les collectivités, assène La Tribune. La pollution lumineuse est néfaste pour les êtres vivants, alerte France Bleu. Elle modifie l’expression génique chez les têtards de crapaud commun, s’alarme l’inee.cnrs. Libération, au travers de son CheckNews (dont la réputation d’imprécision et de légèreté n’est plus à faire) déplore que toutes les nuisa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles