Macron et Orban : opération séduction en Europe centrale

Malgré des positions différentes entre Macron et Orban, un rapprochement est en train de s’opérer dans le cadre de la future présidence européenne française. Pour s’émanciper de l’Allemagne ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Déclaration conjointe du Président Emmanuel Macron et du Premier ministre de Hongrie Viktor Orbán https://www.youtube.com/watch?v=EYRUgqtcmTU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron et Orban : opération séduction en Europe centrale

Publié le 15 décembre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le président Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Ce dernier assure actuellement la présidence tournante du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) et a invité le président français à participer au sommet de ce groupe. On assiste à une opération de séduction mutuelle entre les deux dirigeants.

Un rapprochement sur fond de souveraineté européenne

Si Macron a pointé les exigences européennes en matière d’État de droit et de respect des valeurs européennes, plusieurs points d’accord ont été trouvés. En matière d’énergie nucléaire et de protection des frontières, les deux pays ont une position proche. Les deux dirigeants souhaitent aussi renforcer la base industrielle européenne.

Macron et Orban : deux dirigeants pas si différents ?

Macron est souvent présenté comme le seul candidat centriste, progressiste et pro-européen par excellence. Orban est de son côté présenté comme un conservateur eurosceptique et défenseur de l’illibéralisme.

Pourtant au-delà de ces apparences médiatiques les deux dirigeants sont beaucoup plus proches qu’on le pense. Les deux sont partisans d’une verticalité voire une personnification du pouvoir : Macron de par le rôle du président sous la Vème République est omniprésent dans les affaires publiques. En Hongrie, Orban fait souvent référence au gaullisme pour affirmer son modèle de gouvernance.

Macron avait rédigé une lettre à l’ensemble des Européens à la veille des élections de 2019. Celle-ci avait été critiquée par de nombreux gouvernements étrangers dont les Allemands, mais avait reçu un accueil positif de la part du Premier ministre hongrois.

Ce dernier a déclaré :

« Cela pourrait marquer le début d’un débat européen sérieux… Dans les détails, bien sûr, nous avons des divergences de vues, mais bien plus important que ces opinions divergentes est que cette initiative sera un bon début pour un dialogue sérieux et constructif sur l’avenir de l’Europe ».

Orban et Macron entretiennent une position ambiguë au sujet de la Russie. Macron a été favorable à un rapprochement avec le président Poutine. La Hongrie, dépendante de la Russie dans certains secteurs comme l’énergie, a une approche cordiale et mercantiliste avec Moscou.

Les concepts de souveraineté européenne et de protection des frontières avaient déjà rapproché les deux dirigeants en 2019.

Un axe entre la France et l’Europe centrale pour s’émanciper politiquement de l’Allemagne

Ces derniers mois ont été marqués par un nombre accru de rencontres entre le président Macron et les dirigeants d’Europe centrale. En novembre, le président français a rencontré le président puis le Premier ministre polonais respectivement sur les questions d’énergie puis sur la crise avec la Biélorussie. Avec cette rencontre au sommet du groupe de Visegrad, Macron touche les quatre pays d’Europe centrale.

Pour l’Europe centrale, et surtout la Pologne et la Hongrie, c’est une opportunité de contrebalancer leurs relations avec l’Allemagne. La nouvelle coalition allemande mettant l’accent sur l’État de droit et sur les questions LGBT risque d’être plus hostile que la CDU de Merkel. Un rapprochement avec la France permet d’avoir un nouvel interlocuteur en cas de conflit.

Pour la France, c’est évidemment la préparation de la présidence européenne qui est en vue. Néanmoins, ces entretiens avec les dirigeants d’Europe centrale combinés au traité franco-italien signé en novembre peuvent aussi révéler d’autres ambitions. La France ne chercherait-elle pas à multiplier des rapprochements diplomatiques afin de peser face à l’Allemagne ? Le fait de viser des pays dans la zone d’influence de l’économie allemande et parfois en désaccord politiquement avec Berlin renforce cette impression.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Même si l’exercice est méritoire, je suis surpris que l’on continue à faire l’exégèse des faits, discours ou comportements de Macron afin de tenter d’y voir quelques grands desseins dignes d’un chef d’Etat.
    La simple constatation de son quinquennat et la répétition des évènements nous forcent à constater des évidences: Macron n’a d’horizon que lui-même et l’adolescent immature qu’il est resté tente de séduire son interlocuteur, surtout s’il est puissant, afin de tomber en extase sur le spectacle de lui-même à la tête d’une nation et avec les grands de ce monde.
    Il est sans doute aussi mégalomane que les dictateurs africains de la grande époque.
    Vous pourrez donc écrire l’analyse exactement contraire lorsqu’il rencontrera un dirigeant dans la ligne opposée à celle d’Orban.

  • A la place d’Orban je ne tablerai pas trop sur Macron dont le discours s’adapte aux interlocuteurs qu’il a face à lui . En ce sens je partage totalement la dernière phrase du commentaire de RB83

  • Si j’ai bien compris, il s’agissait d’une histoire de marchand de tapis: tu me soutiens sur le nucléaire (contre les allemands) et je te soutiens sur l’aide régionale que l’UE veut te suspendre à cause de ton petit côté dictatorial dont, personnellement, je me fous puisque je fais pareil.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Il y a 250 ans, la Pologne subissait le premier partage de son territoire, prélude à sa disparition en tant qu'État. En effet, le 5 août 1772, Autrichiens, Prussiens et Russes officialisaient leurs actes de brigandages étatiques. Cet épisode lointain prend aujourd'hui une autre tonalité avec le conflit ukrainien. En effet la « Pologne » historique englobait les territoires des actuelles Pologne, Ukraine, Biélorussie, Lituanie. Comment cet État longtemps si impressionnant a-t-il pu disparaître ? Ne jouissait-il pas d'une « liberté dorée » qui ... Poursuivre la lecture

législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles