Vincent Geloso : « La liberté économique aide les gens ordinaires »

Entretien avec Vincent Geloso, professeur à l'université George Mason sur ses travaux sur la liberté économique.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vincent Geloso by Texas Tech Public Media on youtube https://www.youtube.com/watch?v=1ErY51G0UBg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vincent Geloso : « La liberté économique aide les gens ordinaires »

Publié le 9 décembre 2021
- A +

Entretien exclusif avec Vincent Geloso, professeur à l’université George Mason aux États-Unis. Il vient de publier un papier universitaire sur les liens entre liberté économique et mobilité économique pour le Journal of Institutional Economics dont le contenu à été résumé dans une publication de l’IEDM dont il est chercheur associé.

Vincent Geloso est titulaire d’un doctorat en histoire économique de la London School of Economics and Political Science et d’une maîtrise en histoire économique du même établissement.

 

Alexandre Massaux : Vous avez publié un papier académique portant sur les liens entre liberté économique et mobilité économique pour le Journal of Institutional Economics. Papier qui a aussi servi de base pour une publication pour l’Institut économique de Montréal. Pouvez-vous décrire les conclusions de cet article ?

Vincent Geloso : Nombreux sont ceux qui affirment que la liberté économique sert largement les riches. Cependant, les penseurs libéraux (Adam Smith, Richard Cobden, Frédéric Bastiat, Michel Chevalier, Jean-Baptiste Say) du XVIIIe et XIXe siècles étaient très clairs : la liberté économique aide le petit homme plutôt que l’homme du système. Cependant, si cette idée a longtemps été acceptée par les libéraux, elle a rarement été documentée de manière quantitative.

James Dean (mon co-auteur) et moi-même avions pour but de produire cette documentation quantitative. Faisant usage des données canadiennes, qui sont d’une qualité exceptionnelle, en combination avec les indicateurs de la liberté économique, nous avons pu accomplir cet objectif. Il en est ainsi parce que les données canadiennes permettent de suivre l’évolution d’une cohorte d’individus et donc d’évaluer les changements dans le revenu de ces individus après cinq ans. Nous pouvons aussi observer les changements de revenus en fonction du point de départ des individus sur l’échelle des revenus.

Nous avons trouvé que, en moyenne, la liberté économique permet de bénéficier de gains de revenus plus importants. La liberté économique permet aussi de grimper plus rapidement l’échelle des revenus. Lorsque nous avons regardé ces effets au bas de l’échelle des revenus — le 10 % le plus pauvre — nous avons trouvé des effets encore plus importants suggérant que la part du lion des bienfaits de la liberté économique va aux plus pauvres.

 

AM : Afin d’accroître cette mobilité économique, voyez-vous des politiques qui pourraient être réformées ?

VG : Je suis moins familier avec le cas français, mais il y a des généralités importantes. Tout d’abord, la plupart des pays occidentaux ont tendance à réglementer l’accès aux professions même si celles-ci demandent peu ou pas de formation et/ou ne nécessitent pas vraiment de contrôle de qualité.

Ainsi, le biais de ces réglementations tend à nuire davantage aux plus pauvres. Similairement, des études, notamment par mon amie Diana Thomas de Creighton University au Nebraska, démontrent que les réglementations en général (pas seulement celles affectant les métiers) ont tendance à augmenter le prix des biens consommés disproportionnellement par les plus pauvres.

La même logique s’applique au cas des salaires (les réglementations réduisent davantage le salaire des travailleurs peu qualifiés). Ainsi, des déréglementations — particulièrement quant au marché du travail — pourraient aisément produire des gains de mobilité économique.

 

AM :  Cette étude s’est faite avec des données canadiennes, pensez-vous que le lien entre liberté économique et mobilité est transposable dans les autres pays ?

VG : Oui ! Je suis présentement en train de produire une telle étude — avec des données plus limitées et différentes mais pour un grand ensemble de pays — avec mon ami Justin Callais de Texas Tech University.

Nos résultats préliminaires — prenez tout ceci avec un grain de sel pour l’instant puisque nous sommes en train de finaliser ledit article — suggèrent que la liberté économique augmente la mobilité économique intergénérationnelle. En d’autres mots, les gens dans les pays les plus  économiquement libres sont moins prisonniers du statut dont ils héritent à la naissance.

 

AM :  Vous êtes professeur à la George Mason University aux États-Unis et chercheur associé à l’Institut économique de Montréal. Deux institutions connues pour être liées au libéralisme classique. Pouvez-vous nous dire quel est l’état du mouvement libéral classique en Amérique du Nord ?

VG : Dans le même état qu’il est en France : déplorable. Pas tant par absence de vitalité ou de membres. En fait, puisque j’ai maintenant près de 15 ans d’expérience dans les mouvements libéraux, je peux dire que je n’ai jamais entendu autant de gens se réclamer de la pensée libérale.

Le problème c’est que nous vivons dans l’âge de l’antilibéralisme qui surgit en popularité tant à gauche qu’à droite. Ainsi, même si les libéraux sont plus nombreux, l’ampleur de la tâche a grossi plus vite.

 

AM :   Avez-vous des conseils pour un libéral classique/libertarien souhaitant faire carrière dans le milieu académique ?

VG : Si vous êtes libéral ou libertarien et que vous voulez être un académique, ne laissez pas votre idéologie dicter vos réponses. L’idéologie n’aide pas votre carrière. Cependant, vous pouvez choisir une question qui vous intéresse en fonction de votre idéologie !

Pour un libéral, les questions d’organisation spontanée ou de mobilité économique sont particulièrement intéressantes. Tant que les réponses ne sont pas motivées par l’idéologie, vous pourrez faire carrière aisément dans le monde académique.

Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • A la lecture de cet article, comment voulez-vous que des personnes aient envie de découvrir le libéralisme (libertarisme).

    Ce M. Geloso parle de « petit homme », « de gens ordinaires », et sait ce qui est bon pour eux.

    Il est à lui seul le modèle de ceux qui font que le libéralisme est redouté par beaucoup.
    Pire, il reprend la rhétorique des étatistes, il sait ce qui est bon pour vous.

    Il conclu :
    « Si vous êtes libéral ou libertarien et que vous voulez être un académique, ne laissez pas votre idéologie dicter vos réponses. »

    On peut noter une interdiction de penser autre que la sienne, tout est dit…

    Je crois me rappeler que le libéralisme (libertarisme) n’est pas une idéologie, mais une philosophie…

  • Il est regrettable que la médiocrité de la traduction rende illisible la pensée de l’interlocuteur.
    Car je ne pense pas que ce dernier ait réellement et littéralement tenu ces propos. Ou alors c’est à désespérer du niveau des universités d’outre atlantique !
    Il serait intéressant, parfois, d’avoir un lien vers la version originale (donc ici en langue anglo-américaine) d’un tel entretien…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles